publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Vous voulez sauver la montagne écossaise ? Achetez-la !
15-07-2013
Mots clés
Tourisme
Biodiversité
Europe

Vous voulez sauver la montagne écossaise ? Achetez-la !

Taille texte
Vous voulez sauver la montagne écossaise ? Achetez-la !
(Crédit photo : mmmavocado - flickr)
 
« Sauvez les Highlands, achetez-en une parcelle » : voilà en substance le message porté par deux écolos. Depuis 2007, leur entreprise vend, pour mieux les restaurer, des petits mètres carrés d'Ecosse au monde entier.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Mis à jour le 19 juillet à midi

Au mois de mai, du haut de ses 77 ans, Andrée Largillière est partie planter sa tente dans les Highlands. Au cœur des montagnes écossaises, cette grand-mère, mi-lilloise mi-parisienne, se sent littéralement chez elle. « Désormais, on peut m’appeler ’Lady’ », s’amuse la retraitée. Pour la modique somme de 130 livres (soit 150 euros), elle partage avec sa petite fille quelque 10 mètres carrés de terre tourbeuse. Ce confetti « à la vue imprenable » sur la chaîne montagneuse fait partie des 100 hectares de Glencoe Wood proposés par Highland Titles, entreprise écossaise qui œuvre pour la protection d’espaces naturels en vendant des micro-parcelles aux particuliers. Les habitants du district de Glencoe tiquent un peu. Ils accusent la famille Bevis, fondatrice d’Highland Titles, d’utiliser l’attrait touristique associé au nom de Glencoe alors que leurs parcelles sont installées sur le district de Lochaber. Peter Bevis, le co-fondateur, fait pourtant la différence entre Glencoe – le nom officiel du district – et Glencoe Wood – celui qu’il a donné au terrain proposé à la vente : « Nous avons toujours dit exactement où se trouvait nos parcelles, à dix kilomètres au sud de Glencoe. »

Camping autorisé sept jours par an

« En arrivant sur place, au milieu de nulle part, j’avais un peu peur de m’être fait arnaquer, confie la propriétaire, mais on a sorti notre GPS, on a entré les latitudes et longitudes et on a trouvé notre terrain. » Mais son acte de propriété, accompagné d’un DVD sur la région et d’un autocollant, ne donne pas tous les droits. Ayant souscrit à la formule intermédiaire, Andrée Largillière et sa petite-fille ne sont autorisées à camper que sept jours par an. Mais l’enjeu n’est pas là. « C’est surtout une manière amusante de contribuer à la préservation d’un espace naturel menacé », explique l’heureuse signataire.

Car au fil des siècles, le visage de ces touristiques sommets écossais a changé. Les vaches chevelues et les allées de conifères ont peu à peu remplacé les forêts de feuillus. « Résultat, 99% de la forêt originelle a été détruite », déplore Peter Bevis, cofondateur du projet. « On avait pour ambition de restaurer l’écosystème naturel, de faire revenir les martres, hermines et becs croisés qui ont perdu leurs milieux naturels. » Sauf que pour débarrasser Glencoe Wood des stigmates de l’exploitation forestière et pour planter de nouvelles pousses, les bras des bénévoles n’ont pas suffi. Alors Laura Bevis, fille de Peter Bevis et cofondatrice, a imaginé un système de financement participatif avec, à la clé, un titre de propriété.

Près de 100 000 micro-propriétaires

Et les acheteurs ont suivi. « En 2007, lorsqu’on a contracté un prêt pour acheter les terres de Glencoe Wood, on ne pensait jamais convaincre suffisamment de micro-propriétaires pour rembourser », se souvient Peter Bevis. Aujourd’hui, avec près de 100 000 signataires, les ambitions de départ ont largement été dépassées. Autour de sa parcelle, Andrée Largillière a découvert des dizaines de piquets, témoins du passage d’autres propriétaires. Il faut dire que la loi facilite les choses. En Ecosse, les titres de propriété liées à des parcelles de quelques mètres carrés n’ont pas besoin de figurer sur les registres de l’Etat. Ils ne nécessitent donc pas d’acte notarial. De simples contrats commerciaux suffisent.

La grande majorité ne mettra jamais les pieds sur son terrain. « On a beaucoup de Lord et Lady français mais aussi chinois, japonais et australiens », se félicite Peter Bevis. Attention, rien à voir avec les titres de noblesse délivrés par la Reine. Ces titres-là ne sont que pour le « fun », souligne Peter Bevis. Et nombreux sont ceux qui détiennent un titre de propriété pour moins d’un mètre carré. « Plus que posséder la terre, le but premier des gens c’est d’agir pour l’environnement : ils achètent une parcelle comme ils donneraient de l’argent à une association », explique le fondateur.

Morceler pour dissuader de potentiels promoteurs immobiliers

A 65 euros environ le mètre carré, les banquiers sont rassurés. Financièrement, l’entreprise Highland Titles se porte bien. Mais Peter Bevis se défend de chercher à faire du profit. Les bénéfices doivent être réinvestis. « Depuis l’an dernier, on tente d’acheter de nouveaux terrains pour, au minimum, doubler la surface actuelle », explique le biologiste à la retraite. Car au-delà de la restauration immédiate des écosystèmes, Peter Bevis et sa fille conçoivent Highland Titles comme une stratégie à long terme : « L’idée en morcelant les parcelles, c’est de sanctuariser le lieu à tout jamais. » Pour l’instant, les craintes d’une urbanisation effrénée sont infondées, Glencoe Wood fait partie d’une zone naturelle protégée.

« Oui mais dans cinquante ou cent ans ? », s’inquiète Peter Bevis. « Les règles peuvent changer et puisque nous avons trouvé l’endroit sublime, il y a toujours le risque qu’un promoteur immobilier soit de note avis ». Sauf qu’en morcelant les parcelles, Highland Titles a fait du rachat potentiel d’une surface constructible un pur casse-tête. « On m’a confirmé que mon titre ne se périmera pas, précise Andrée Largillière, mes trois enfants hériterons donc chacun de 3 m2. » Si dans une centaine d’années une idée de complexe touristique à Glencoe Wood surgit, les fondateurs de Highland Titles souhaitent bien du courage aux porteurs du projet. Car à travers le monde, les descendants d’au moins 100 000 « Lord » et « Lady » pourront brandir leurs titres de propriété.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
20 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • PAUSICLES : Acheter une parcelle

    Bonjour, ayant vu un reportage aux infos, et amoureuse de la nature , je souhaiterais acheter une parcelle afin de contribuer à la sauve garde de la montagne. Ce pendant je ne trouve pas comment faire .Merci de bien vouloir me guider.

    cordialement PL

    19.10 à 14h01 - Répondre - Alerter
  • j’ai découvert ce site et je me pose plusieurs questions sur cette "micro" parcelle actuellement proposé à environ 30 livres donc faisons un petit compte bien terre à terre ça fait environ 12 pouces carré soit environ 0,09m2 et sachant que la terre restera ronde ça fait cher la parcelle sans acte notarié évidemment puisque c’est possible en société et sans taxes et impôts pour cette région 0hhhh Lord ... Save me ??? la question est de savoir ce que cette entreprise " écolo " fait des dons en vendant leur micro parcelle dont ils sont propriétaires en la revendant à des micro propriétaires dans le monde, une vraie SCI détaxée de tout , la question n’est pas la disparition de la faune et flore d’écosse mais de la préserver alors pour cela autant que vous achetiez un terrain moins cher au m2 avec un acte notarié et payer des taxes et impôts à cette région qui en fera l’usage nécessaire pour la préservation.. Au moins votre titre de courtoisie deviendra de la vraie courtoisie pour ses habitants qui constatera ce partage d’effort, dans cette région déjà semble-t-il protégée, moi aussi je peux vous dire que des ovnis vont atterrir dans des décennies sur mon terrain et le brûler à l’atterrissage, je vais faire un appel au don dans le monde entier pour vendre des micro parcelle à 100eur le pouce afin de préparer l’avenir en construisant un dôme imputrescible , dedans j’ y mettrai une étable à la Noé avec mes poules mes chèvres et mes vaches et l’autre partie j’investirai dans du nec plus ultra pour y loger et surveiller leur arrivée, alors si vous êtes français "préserver la Old Alliance"

    7.01 à 11h07 - Répondre - Alerter
  • j’ai découvert ce site et je me pose plusieurs questions sur cette "micro" parcelle actuellement proposé à environ 30 livres donc faisons un petit compte bien terre à terre ça fait environ 12 pouces carré soit environ 30cm même au carré et sachant que la terre restera ronde ça fait cher la parcelle sans acte notarié évidemment puisque c’est possible en société et sans taxes et impôts pour cette région 0hhhh Lord ... Save me ??? la question est de savoir ce que cette entreprise " écolo " fait des dons en vendant leur micro parcelle dont ils sont propriétaires en la revendant à des micro propriétaires dans le monde, une vraie SCI détaxée de tout , la question n’est pas la disparition de la faune et flore d’écosse mais de la préserver alors pour cela autant que vous achetiez un terrain moins cher au m2 avec un acte notarié et payer des taxes et impôts à cette région qui en fera l’usage nécessaire pour la préservation.. Au moins votre titre de courtoisie deviendra de la vraie courtoisie pour ses habitants qui constatera ce partage d’effort, dans cette région déjà semble-t-il protégée, moi aussi je peux vous dire que des ovnis vont atterrir dans des décennies sur mon terrain et je vais faire un appel au monde entier pour vendre des micro parcelle à 100eur le pouce afin de préparer l’avenir en construisant un dôme imputrescible pour l’avenir , dedans j’ y mettrai une étable à la Noé avec mes poules mes chèvres et mes vaches et l’autre partie j’investirai dans du nec plus ultra pour y loger et surveiller leur arrivée, alors si vous êtes français "préserver la Old Alliance"

    7.01 à 10h47 - Répondre - Alerter
  • Sauf erreur de ma part, il me semble que le meme systeme de vente avec des micro surfaces a été fait pour sauver les marais salant de Guérande

    15.10 à 09h53 - Répondre - Alerter
  • https://lordglencoe.wordpress.com/

    PS La vente est légale...si vous occupez votre "plot"

    26.12 à 12h43 - Répondre - Alerter
  • Marc ARCHIPPE : ESCROQUERIE...

    Si vous pratiquez l’anglais, lisez cet article et ceux associés.
    C’est une escroquerie. La société est offshore dans les Chanel Island. Ils sont poursuivis au Royaume uni . Si la vente est légale ( ils possèdent le terrain) la loi écossaise vous oblige à prendre possession de votre terrain, de l’occuper... Laird est entendu comme "propriétaire" et non comme "lord".
    Mes enfants connaissant mon attachement à l’écosse et à la préservation de la nature m’ont offert, hier 25 decembre 2015, 1 square carré à Glencoe et 10 square carrés à Lochaber. Plus les "titres" nobiliaires associés, le tartan et les armes...
    Ont peu en rire !
    Marc Lord of Glencoe and Lochaber

    26.12 à 12h38 - Répondre - Alerter
    • Je dois avouer que je n’ai aucune idée précise sur les intentions des organisateurs, je me base simplement sur le fait que je présume que ça ne part pas d’une mauvaise intention sinon la notoriété publique aurait été bien plus grande et il y aurait beaucoup moins de personnes qui se "laisseraient avoir" (à commencer par les célébrités) ; les témoignages sont là pour ça.

      Personnellement, d’accord pour la publicité "mensongère" si on se base sensu stricto sur la localisation des petites superficies (c’est comme parler d’une grande ville et des faubourgs, la commune pourrait même être tout à fait la même que certaines personnes maintiennent que ça ne fait pas partie, je connaissais même pas l’endroit aussi, d’où peut être que je sous-estime la chose). Mais je trouve que le principal c’est d’aider des écolo (pas à moi de prouver ce qu’ils font de l’argent et comment ils le gèrent, ne pas avoir de taxes est un avantage certain pour une association caritative indépendante, et puis ils utilisent une société dans une Crown Dependency pas aux Bahamas non plus...).

      J’ai pas de raison d’être moins outré, mon père à offert un pied-carré à ses enfants (dont moi) et une parcelle plus grande pour lui il semblerait, j’ai pas plus envie qu’on aille visiter ça ensemble pour être déçu voire subir des quolibets des autochtones.

      Du coup, ok pour la localisation qui peut paraître douteuse formellement sur les beaux documents et les pubs, et ok pour le titre (franchement, pardonnez l’expression mais tout le monde s’en fout, et faut être simple d’esprit pour acheter ça pour une dénomination qui insulterait les temps médiévaux écossais ; mais à la rigueur, sans sérieux, si c’est juste comme certains se font appeler "capitaine" sans grade militaire, à part l’aspect ridicule à souhait de la chose, ça n’a aucun intérêt ni incidence légale), faudrait peut être insister, mais bon où est le mal si ça peut attirer des gens à participer (combien de dons on peut refuser par jour et même aux fêtes...), mais j’attends de voir pour l’éventuelle arnaque à proprement parler.

      Emerald Heritage a l’air bien plus fiable, et pour ne plus tisser une tartine là-dessus, on ne voit aucun critique de la sorte pour cette association (moins populaire bizarrement) vu qu’on peut être effectivement propriétaire grâce à l’enregistrement. Là aussi on peut voir une fois des gens qui voient leur terrain en Irlande du Nord (UK comme l’Ecosse, mais avec ses propres lois locales et nationales qui régissent le registre d’où la différence) alors que c’est très clair sur les localisations : faudrait juste que les gens arrêtent de diaboliser systématiquement et s’informent vraiment avec des sources variées avant de parler (Irlande continent y a les mêmes fêtes nationales, juste que l’état est différent entre la République et le reste du pays au nord sans que ça soit moins beau niveau paysage du tout...).

      En bref, j’attends de voir vraiment avant de voir (trop) le mal partout (la "vraie mauvaise chose" ça serait qu’ils utilisent l’argent à des fins personnelles et non écologiques, et ça ça serait pénal en plus que civil).

      Navré pour vous si tel est le cas, l’avenir nous le dira (en blocus d’examens, voir des effets de la naïveté abusée de certains éventuellement après pourtant une bonne et originale surprise ne m’enchante pas plus que ça...).

      26.12 à 17h16 - Répondre - Alerter
  • Ce projet est une très bonne idée pour protéger la réserve naturelle des investisseurs éventuels. Seulement, ils ne sont pas assez transparents niveau formalisation, à savoir rien n’est un mensonge sur le site à part certaines choses qui devraient être précisées et/ou sur lesquelles il faudrait insister.
    Ayant reçu cela à Noël avec des autres membres de ma famille, j’ai recherché sur divers sites analysant la question (site officiel, détracteurs et autres critiques positives ou négatives) car je ne voulais pas subir une mauvaise surprise après le côté agréable de la chose en le recevant.

    En réalité, légalement, - comme peuvent se douter ceux connaissant des notions de droit -, la notion de "propriété" ici est liée à un droit via un contrat, il n’y a pas d’acte notarié officiel inclus. En réalité, sur place, le droit de propriété est "réel" à savoir le propriétaire même est celui inscrit sur le Scottish Register. Cependant, ces "souvenir plots" comme cela est nommé, ne peuvent pas être enregistré comme tout autre terre selon un Act de 1979 reprécisé en 2002 (et peut être que cela va changer) selon différents critères dont la petitesse et/ou aspect inexploitable du terrain hormis raisons sentimentales entre-autres (du coup "pas besoin" de l’enregistrer officiellement, ce qui couterait en effet presque la valeur de la plus petite parcelle en frais de dossier). Du coup, le véritable propriétaire reste Highlands Titles, mais ceux qui comme moi possèdent un plot ne sont pas sans droit : il y a un "droit bénéficiaire sur le terrain". A savoir, si jamais le "véritable proprio" vendait son terrain (il n’a pas été livré par acte notarié de façon publique via le registre officiel) dans son droit à un autre, même si ce dernier est de bonne foi (il ignorait le contrat de base), on ne peut poursuivre que Highlands Titles pour cette vente mais celle-ci reste tout de même valide (ça parait injuste mais c’est la loi). De même, si jamais on vendait nous la terre, les mêmes concernés pourraient nous poursuivre car cela reviendrait à vendre leur terrain (qui est le leur officiellement).

    Ainsi donc, légalement parlant, nous avons en effet un droit si jamais notre contrat était rompu ou si jamais il y avait faillite de la maison mère (pour se faire rembourser), mais ils auraient du préciser que les gens restaient en lien via un contrat et ne sont donc pas les vrais propriétaires malgré ce contrat (sinon les documents reçus seraient bien plus formalisés que la vente même ; car il faut non seulement qu’il y ait une "évidence publique de la vente de l’objet"/Publicity, et également une livraison de l’objet ; avant cela se faisait par des morceaux de terre, maintenant il faut être dans le registre, ni plus ni moins, ce qui n’est pas le cas ici).

    Les détracteurs critiquaient surtout ce dernier aspect qui parait malhonnête (dire que ça n’est "pas un besoin" d’être dans le registre alors que d’autre part ceci est une faille contre un tiers comme un autre à qui on vendrait), surtout que les fondateurs centralisent une partie des formalités et des transferts de fond hors UK (dans un territoire dit "Oversea" apparenté au Royaume-Uni notamment géographiquement mais hors de l’état) ; et également le fait que cela ressemblait à une "vente de titres" mais il est évident que ça signifie juste traditionnellement "propriétaire" en Ecosse (landlord dans tout l’UK, ou "Lord/Laird" au masculin par simple courtoisie et/ou décision personnelle). C’est donc juste pour le "fun", il ne faut pas essayer de mettre ça sur sa carte d’identité/passeport, seulement sur certaines cartes de banque si les sociétés acceptent (bien que je trouve ça un peu ridicule, surtout que pour Belgique ils précisent que ça n’a pas abouti dans des cas notamment dans ce pays, sûrement car nous avons aussi des titres de noblesse réels en Belgique mentionné sur la carte d’identité comme au Royaume-Uni ; sans le côté aussi solennel de la Reine Elizabeth et le droit en tant que "peer" si désigné pour siéger dans la chambre mineure du Parlement qu’est la Chambre des Lords).

    En conclusion, je pense avoir suffisamment vérifié pour comprendre qu’il ne faut pas prendre trop à la légère l’aspect légal, mais ça n’a rien d’une arnaque ! Je trouve que c’est un moyen formidable d’aider l’écologie avec un double sentiment de fierté que d’avoir une petite parcelle dévolue à sa personne afin d’aider l’environnement local. L’association a assez de notoriété et de membres pour être prise au sérieux, leurs rencontres sur place a enchanté pas mal de gens (je désirerais vraiment visiter, surtout que je sais que les Highlands sont magnifiques niveau nature). Ils ne veulent que sauvegarder en faisant une sorte de "fund raising" via de l’immobilier (comme certains empêchent l’installation de voies ferrées via ce système plutôt que l’écologie). Ne pas être le propriétaire avec un "real ownership right" pourrait changer légalement, bien qu’il est vrai qu’il serait inutile de payer des frais d’enregistrement au même prix d’une parcelle minuscule partie d’une réserve naturelle (on ne peut pas camper quand on veut et il y a des règles).
    De toute façon il y a un droit, et vu que le but reste de préserver l’environnement local en apportant des fonds, ils n’auraient aucun intérêt (ça n’a même pas de sens) à revendre à une autre personne vu comment cela est bien contracté (ils doivent indiquer la localisation précise selon l’Ordnance Survey comme condition, ce qui est bien remplis) non seulement pour le risque de poursuite, mais tout seulement parce que leur but est justement de diviser la terre et de faire participer un monde de gens de nationalités multiples afin d’éviter justement que certains investisseurs rachètent et surtout ne plantent pas des espèces non-indigènes qui endommagent la flore (et faune) locale. En bref, tant que chaque parti reste de bonne foie, strictement personne n’aurait intérêt à faire de problème malgré la "faille légale" (imaginez le nombre de gens qui ont acheté ceci, et ça n’a rien à voir avec la bourse !).

    Bref, soyez fier du geste et rendez visite sur place, je vois une pléthore de bons échos qui en sont ravis à commencer par cet article. Parler d’arnaque n’a pas de sens, sauf si on se pensait vraiment comme un Ecossais avec son lopin de terre enregistré à l’état (il est clair que cela n’a rien à voir avec la citoyenneté, et n’aide pas si l’on veut s’établir voire se naturaliser). Je ne suis pas juriste, mais tous les avis vont dans ce sens (sources variées dont un article d’étudiants en droit de l’Université d’Aberdeen en passant par un conseil légal avec les mêmes conclusions). Sur place, vous êtes bien un "Laird" si vous le voulez, et tant que vous respectez les règles (règlementaires et légales), eux, vous (et bien sûr la nature) seront ravis de votre participation.
    NB : Emerald Heritage fait la même chose en Irlande du Nord, sauf qu’eux permettent effectivement une Registration bien formelle apparemment contrairement aux lois écossaises (je n’ai pas vu les mêmes polémiques sur l’exactitude des facettes abordées plus haut sur la question, mais je n’ai pas cherché en profondeur et je tout sauf un spécialiste sur la question), si jamais vous vouliez également aider d’autres sites naturels.

    26.12 à 02h01 - Répondre - Alerter
  • Suite à la publication de l’article ci-dessous, vous êtes plusieurs à nous avoir alertés sur une potentielle arnaque qui se cacherait derrière le projet Highland Titles. Nous avons rappelé les fondateurs pour préciser avec eux quelques points. Et avons mis à jour l’article.

    19.07 à 12h26 - Répondre - Alerter
  • Avant de publier cette article, ma foi très intéressant et qui laisse rêveur, avez-vous penser à vérifier vos sources et voir s’il ne s’agit pas d’une arnaque...après quelques minutes de recherches sur le net, il apparaitrait que ce soit bien le cas, ce qui m’a beaucoup déçu. C’est bien dommage de profiter de la crédulité et de l’envie des gens de participer à une bonne cause de cette façon.

    16.07 à 08h48 - Répondre - Alerter
  • « Résultat, il ne reste que 99% de la forêt originelle » cela me semble déjà pas mal non ?

    15.07 à 23h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité