publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Vélo en ville : vos trucs pour pédaler en sécurité

Vélo en ville : vos trucs pour pédaler en sécurité 

Taille texte
Vélo en ville : vos trucs pour pédaler en sécurité
(Crédit photo : Fxc)
 
Vous pratiquez la petite reine et ne craignez plus de rencontrez le bitume ou d'embrasser une portière. Voici quelques-unes de vos astuces.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

- « J’ai bricolé un “écarteur de danger” sous la forme d’une tige rouge et blanche (fixée au porte-bagage avec une charnière) sous laquelle pend un petit panneau avec un gros “MERCI” (…). Les véhicules qui me dépassent s’écartent sans que je sois obligé de tenir le milieu de la voie. » Merle 57

- « Pour avoir l’habitude de circuler à vélo, l’attitude principale à avoir est de prendre sa place sur la route. Peu importe les éventuels klaxons et autres injures, les automobilistes n’iront au final pas plus vite. » Romain Mehut

- « Ne jamais surprendre les automobilistes, adopter une “conduite prévisible” (…). Ne pas suivre aveuglément les pistes cyclables (…) car certaines se révèlent extrêmement dangereuses ! Cela implique de quitter la piste cyclable de droite et se positionner clairement sur la file de gauche avant de tourner (…). Ne pas essayer de se faire petit sur la route, emprunter les mêmes trajectoires à vélo qu’en voiture. Surtout, je me répète, mais j’ai vu beaucoup d’accidents, lorsque l’on traverse un rond-point, il est vital de passer par son centre. » Vincent

- « J’ajoute tout le profit que les “néo-cyclos” peuvent tirer de fréquenter une vélo-école. Elles se développent sous la houlette des associations d’usagers et autres ateliers vélo tel le (modeste et génial) Vieux Biclou à Montpellier ! (J’en suis of course, mais vous trouverez les autres sur L’heureux cyclage) »

- « Un vieux pédalier bruyant qui prévient de votre passage. Un casque suffisamment potable pour oser le mettre tous les jours. Prendre de la place sur la voie de bus pour se laisser une marge de rabattement (bref, s’imposer !). Ignorer les klaxons et les automobilistes furieux de se faire doubler par un vélo (bref, une conduite cool et joyeuse !). Accepter (la nuit, dans le brouillard et sous la pluie) de porter un vieux gilet de sécurité jaune ridicule et donc accepter de se faire vanner par ses potes quand on quitte une soirée. » Alex

- « Je ne me sens pas particulièrement en insécurité à vélo. J’ai plus souvent peur quand je conduis une voiture. Le vélo est léger, silencieux, on y est assis plus haut et avec une bonne visibilité, et on y a tous les sens en éveil, avec une vision panoramique sur l’environnement et une vigilance sans commune mesure avec celle d’un automobiliste avachi dans son siège, distrait par son auto-radio, et assoupi par le chauffage (…). Le secret de la sécurité : un mélange de vigilance, de prudence et de courtoisie… Mais de toute façon, il n’y a pas photo : le vélo reste le moyen de transport le plus rapide, le plus écologique, le plus “fun” et l’un des plus sûrs en ville, si on y prend garde. » Emmanuel Delannoy

- « Je reviens sur le port du casque, cité plusieurs fois, qui est une protection toute relative. Car la principale protection du cycliste est justement de ne pas en avoir ! Sa vulnérabilité fait que les automobilistes savent qu’en cas de contact, l’accident sera grave. Pour le cycliste, le fait de porter un casque peut être sécurisant mais aussi réduire son attention. Et jouer l’effet inverse. Enfin, dans les pays où le port du casque est devenu obligatoire, le nombre de cyclistes a chuté (en Nouvelle-Zélande par exemple). Or c’est précisément lorsque les cyclistes sont nombreux que le vélo devient sûr (…). Evidemment, on peut toujours dire que 100% des cyclistes qui sont tombés sur la tête avec un casque étaient contents d’en avoir un ! Le risque zéro n’existe pas. Mais d’après la Sécurité routière, le risque de traumatisme crânien n’est pas plus important à vélo qu’en voiture ou à pied ! » Stefanopoulos

- « Perso, ce qui m’interresserait plus c’est : “Quels sont vos trucs pour rester zen face à l’agressivité injuste de certains automobilistes ?” Je pense à me faire un tee-shirt qui dit : “Tu possèdes une voiture, pas la route”. (…) Il y a des jours, ça ferait un bien fou ! » Amorie Nadjar

- « Que dire des cyclistes qui passent au rouge, des vélos qui ne sont pas ou si peu éclairés… » Enila

- « Il n’y a rien de plus insupportable pour les piétons que de voir circuler des cyclistes sur les trottoirs. Si les “cyclistes” ont peur de la route, qu’ils abandonnent le vélo. C’est une simple question de savoir-vivre. » jpr44

- « Cycliste parisien depuis 21 ans, j’avoue qu’au début j’ai surtout eu peur… pour les piétons ! Je n’avais pas intégré qu’ils ne regardaient que s’ils entendaient quelque chose. Je me suis fait quelques frayeurs avant d’adopter la règle suivante : même s’ils regardent dans ma direction, faire comme s’ils ne m’avaient pas vu. » Emmanuel

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Respecter le code de la route !!!
    Cycliste occasionnelle à Paris, je vais quelques fois à vélo au travail, j’essaie de prendre un maximum les rues avec pistes cyclables. Le hic c’est quand elles sont partagées avec les bus et des conducteurs pas toujours sympas, avec des camions qui déchargent leurs cargaisons ou avec des véhicules garés en double file, des motos, et autres 2 roues motorisées qui se faufilent sans qu’on les voient car moins gros que des voitures !
    Ce qui me fait le plus peur ce n’est pas de couper la place de l’Opéra de droite à gauche, si on est vigilent et que l’on se montre bien (on s’impose comme disait l’un des premier intervenant) ça va, non c’est plutôt la portière qui s’ouvre devant vous sans que vous puissiez le prévoir !!!
    Sinon, j’adore le vélo à Paris et ailleurs !!

    23.06 à 14h13 - Répondre - Alerter
  • Le principal danger c’est bien les piétons puisqu’ils sont toujours prioritaires et donc imprévisibles.
    La visibilité à vélo est exceptionnelle, cette vision panoramique reste la meilleure prévention. Et quel plaisir de croiser directement le regard de l’automobiliste, c’est toujours la meilleure façon de sécuriser sa circulation.

    22.03 à 20h46 - Répondre - Alerter
  • Le port du casque devrait être obligatoire ou presque.

    J’en porte toujours un pour montrer l’exemple à mes enfants et grâce à lui je ne me suis pas fait mal lorsqu’un chat m’a coupé la route à 20 km/h, entraînant un soleil du vélo. Le casque garde encore la marque du goudron.

    17.02 à 10h20 - Répondre - Alerter
  • Qoi qu’il en soit, en circulant en ville ou sur route de campagne, ne jamais serrer le côté
    droit, laisser un métre minimum entre vos roues et le trottoir ou le bas-côté, cela vous permettra de pouvoir faire un écart salutaire, sans pour cela vous retrouver la figure éclatée sur un coin de trottoir, les distances standard devrait être de 1m du trottoir aux roues du vélo, et de 1m de l’extremité de votre guidon par rapport a la carrosserie du gars qui vous double.

    13.02 à 21h46 - Répondre - Alerter
  • Ancien motard, je redécouvre le vélo de ma jeunesse avec pour objectif d’aller le plus souvent possible à mon boulot à vélo d’ici le printemps (50km aller-retour).
    Et bien une seule règle, héritée de mon autre 2 roues : je suis invisible, c’est à moi de faire attention et de me méfier. Après, tout est une affaire de regard.

    1er.02 à 22h08 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité