publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Haïti au temps du choléra
5-11-2010
Mots clés
Santé
ONG
Eau
Caraïbes
Chronique

Haïti au temps du choléra

Taille texte
Haïti au temps du choléra
(Légende : distribution d'eau à Port-au-Prince le 18 janvier 2010. Crédit photo : Unicef Suède/Flickr)
 
Après la dictature, l'instabilité politique et le séisme de janvier, la maladie frappe l'île. Aucune fatalité derrière ce drame, rappelle l'humanitaire Herman dans un coup de gueule salutaire. L'assainissement de l'eau – ou plutôt son absence – explique tout.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Après avoir enduré les conquistadores massacreurs d’Indiens, porteurs de la grippe espagnole, les dominicains, zélés évangélisateurs à marche forcé, déicides, l’esclavagisme forcené de sa population par les Français, après avoir subi le fer et le feu, les coups de trique du contremaître comme les coups de triche du Maître Impérial américain, les coups du sort d’un climat malveillant, souffert les coups d’Etat et les mises au cachot, les mises en coupe réglée et les mises en bière, subi l’occupation des GI’s et l’occupation de la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), le tremblement de terre, l’invasion ONGiste dont je suis par ailleurs partie prenante et la dictature, il ne manquait plus qu’une bonne vieille épidémie de choléra. Déjà 3 000 affectés, 250 morts. Ben voyons.

Les pleureuses du dimanche sont déjà de sortie. Plaintives. Et débiles : « Décidément, pauvre pays maudit… » Les discours fatalistes et misérabilistes sur ce pays commencent vraiment à me seriner et me taper sur le coquillard. Rien de fatal, pas de destinée manifeste, point de hasard catastrophique et surtout, surtout, pas de « malédiction » pour ce pays.

Non. Car vois-tu, ma chère, mon brave, la chaîne du choléra, c’est l’eau potable ET l’assainissement. Simple. Ce sont des droits, des services de base, absents en Artibonite, le grenier du pays si, si pauvre et vulnérable, sans réforme agraire ni investissements de bases, et région encore plus fragilisée depuis qu’elle a reçu solidairement de nombreux déplacés du 12 janvier.

Point de fatalité. C’est du choix. Du choix politique. Pas de services, pagen eau pour toi, neg’ des mornes, paysan pouilleux, gueux, neg zabitan. Crève ! La paysannerie haïtienne a toujours été, volontairement, sacrifiée. Par les donations de riz des américains. Par l’élite politique (noire) sous la bienveillance de la vraie élite économique – réelle donc – métisse/créole et partiellement, aussi, syro-libanaise. Pas d’eau, pas d’assainissement, rien.

La France, qui compte les deux grands groupes qui font (bien ?) l’un et l’autre eau + assainissement, devrait être plus « présente » sur le terrain pour lutter contre le « vibrion ». Notre Président et son ministre des Affaires étrangères pourraient peut-être se fendre d’une initiative… Non, je déconne. Pas rentable, les gueux de l’Artibonite. Quand on se targue de « piloter le G20 », on n’a pas le droit de laisser « filer » une initiative/entreprise humanitaire. Non, je déconne, bis.

Le choléra, c’est le manque d’eau potable + d’assainissement. Simple, non ? On enverra au mieux quelques volontaires français du service civil à la con, des post-pubères qui ne savent goutte du contenu de leur mission (véridique, j’en connais un…) en débarquant ici, comme c’est le cas depuis quelques jours. Quant à l’ONU, voila un test pour mesurer sa réactivité, sa coordination. Espérons que les entités responsables seront à la hauteur.

Ce billet a originellement été publié sur le blog d’Herman, Débris d’Haïti

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Par
Herman

Petite main de l’humanitaire

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le choléra ?.... voulu ou presque !!
    Présente en Haïti en juillet dernier, j’ai rencontré un représentant des Nations Unies. A ma question : Où en êtes-vous dans la distibution d’eau potable et de nourriture à Port au Prince ?, il m’a répondu : " nous avons arrêté tout cela au risque de voir tout l’île se regrouper autour de la capitale !!". Sa nouvelle mission portait sur la position des élus locaux face aux prochaines élections...pendant ce temps les ONG bataillaient avec le quotidien et enfants et adultes à court d’eau potable buvaient ce qu’ils trouvaient. Comme rien n’a été fait pendant la saison sèche, aujourd’hui l’eau coule allègrement sur les cadavres et les détritus et la population se demande toujours" MAIS OU EST PASSE L’ARGENT"

    8.11 à 18h34 - Répondre - Alerter
  • Personne : Avec les tripes !

    Ca fait du bien un coup de gueule simple mais puissant face à cet abrutissement général conséquence de nos gestions bureaucratiques, et où le bons sens n’a plus sa place. C’est la merde toujours la merde et TOUJOURS pour les mêmes. C’est vulgaire je sais mais pas autant que ce qui leur arrive.

    8.11 à 17h39 - Répondre - Alerter
  • Calixte : excellent, ce Blog

    J’ai toujours voulu savoir ce que pensaient ces humanitaires, envoyes aux quatre coins du monde, parfois dans des conditions tres hostiles, de tout ce chaos interne (ONU, ONGs, ) comme externe (populations, autorites nationales) dans lequel ils sont...Leurs dilemmes, leurs doutes, leurs espoirs. leurs coups de gueule. Ce blog est en ce sens tres bien foutu, bien ecrit et nous montre bien que les enjeux humanitaires sont bien plus complexes que la caricature que l’on s’en fait.
    Merci a Herman pour ce blog et a Terra pour nous le faire decouvrir..

    5.11 à 15h42 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité