publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Ces mots qui meurent
27-09-2012

Ces mots qui meurent

Taille texte
 
De Nicholas Evans, La Découverte, 398 p., 28,50 euros.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 40 - octobre 2012

L’auto est morte, vive l’auto ?

Tous les quinze jours, une langue disparaît du globe. A ce rythme, ce sont pas moins de 3 000 qui devraient être rayées des cadres d’ici à la fin du siècle. Et cela, sans que nous les connaissions, emportant dans la tombe un fonctionnement et une vision du monde. Car les inflexions du sandawe de Tanzanie ou la grammaire biscornue du kayardild d’Australie portent une pensée propre, dont la disparition constitue une « érosion catastrophique des modes de connaissances de l’humanité », dit Nicholas Evans, linguiste « de terrain ». Lequel explique à quoi elles servent et pourquoi il faut les protéger des hideux assauts de l’uniformisation. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité