publicité
Accueil du site > Actu > Déchets > Paul Connett, l’activiste qui fait leur fête aux déchets
29-09-2014
Mots clés
Monde

Paul Connett, l’activiste qui fait leur fête aux déchets

Taille texte
Paul Connett, l'activiste qui fait leur fête aux déchets
(Crédit photo : Alexandra Bogaert)
 
Paul Connett est l'une des figures du mouvement Zéro déchet, qui commence à gagner la France. Cet universitaire charismatique entend bien faire de l'activisme une activité joyeuse.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

On ne lui a pas demandé si, à l’époque, il avait les cheveux longs. C’était dans les années 1970 et Paul Connett délaissait ses études de chimie dans le New Hampshire (dans le nord-est des Etats-Unis) pour se lancer dans l’activisme tous azimuts : anti-guerre du Vietnam, anti-guerre du Biafra, anti-nucléaire, anti-croissance à tout crin. Il écoutait en boucle John Lennon, auteur de cette phrase devenue son credo : « Life is what happens to you while you are busy making other plans » (paroles de la chanson Beautiful boy). Profiter de la vie tout en continuant la lutte, c’est ce que fait cet Anglo-Américain à la carrure de footballeur yankee. Depuis trente ans, le prof de fac à la retraite est fidèle à ce qui est devenu le combat de son existence : le Zero waste (zéro gaspillage), ou la traque aux déchets, dans la bonne humeur.

A 74 ans, l’infatigable baroudeur en blazer continue à parcourir le monde – il a 62 pays à son compteur, et 63 séjours rien qu’en Italie, où il a notamment conseillé la ville de Naples dans la gestion de ses détritus – pour sensibiliser à une double nécessité : la lutte contre l’incinération des déchets, nocive pour la santé et l’environnement, et l’impérieux besoin de réduire / recycler / réparer nos rebuts.

Une question de bon sens

Ce vendredi matin, arrivé du Brésil et en partance pour l’Irlande, l’ex- professeur de chimie se présente à la presse place de la République, à Paris. Il n’a rien à vendre – son livre The Zero Waste Solution est sorti l’an dernier aux Etats-Unis et aucune traduction en français n’est prévue à ce jour –, juste ses idées à semer. Et sa caution de poids à apporter à Zero Waste France, le tout nouveau mouvement environnementaliste qui n’est autre que l’ex-Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid). « Bien qu’il n’ait pas de responsabilité dans le mouvement Zero Waste, Paul Connett est un expert incontournable pour nous. Avec ses 30 ans d’activisme contre les déchets, il bénéficie d’un recul éclairant », explique Flore Berlingen, présidente de Zero Waste France.

Assis sur un haut tabouret, Paul Connett énumère les dix étapes qui permettraient d’atteindre une société zéro déchet : d’abord et avant tout, lutter contre l’incinération. « Car quand bien même des ingénieurs sauraient aujourd’hui fabriquer des incinérateurs sûrs, continuer à dépenser autant d’argent pour détruire des ressources que l’on devrait léguer aux générations futures n’a pas de sens », tonne-t-il de sa voix grave. Ensuite, trier, composter, recycler, réparer les objets cassés, taxer les ménages en fonction du poids de leurs déchets, étanchéifier les décharges pour éviter la contamination des sols, etc. La liste est longue mais « c’est du bon sens », dit-il.

Pourtant, Paul Connett le reconnaît volontiers : « Cela implique un changement de paradigme : il faut passer d’une société du jetable à une société durable. Dire aux industriels, “si vous ne pouvez pas recycler ceci, ne le produisez pas”. Inciter les citoyens à éteindre leur télé qui les bombarde de publicités les exhortant à surconsommer. Recréer du lien autour d’activités de compostage ou dans des ateliers de recyclage, pour lutter contre l’anonymat des grandes villes. » Des solutions pour la plupart à portée de main.

Des déchets solubles dans le vin et la bonne humeur

Mais afin que tous les citoyens – et pas uniquement les activistes écolos – s’en emparent pour de bon, il convient de « passer de la “lutte contre” à la “lutte pour”. Du contre l’incinération des débuts, on se bat aujourd’hui pour le zéro déchet, pour le recyclage, pour les bénéfices pour la santé, pour les emplois que ça peut créer. Il faut donner envie ! Eduquer les enfants aux bons gestes, en faire des maîtres du compostage, partager les initiatives des communautés locales avec le reste de la planète. »

La lutte, selon lui, doit être joyeuse. « Amusez-vous !, enchaîne-t-il. Il n’y a rien de pire que des activistes sérieux. Ne laissez pas le développement durable aux mains d’ingénieurs ennuyeux, changez le monde en buvant du vin ! » Joignant l’acte à la parole, il commande un verre de rouge après avoir chanté, en anglais puis en italien, son hymne Zero Waste : « Nous ne voulons pas de l’incinération, nous avons une meilleure solution », sur l’air de Glory Alleluia. Effet comique garanti... et message reçu.


Le mouvement Zero Waste a lancé un appel à financement participatif pour financer son livre.



Terra eco connaît actuellement des difficultés financières et a lancé un appel au financement participatif.

Pour lire cet appel, c’est ici.



Pour nous aider, il y a plusieurs solutions.



- Vous abonner

- Faire un don sur la plateforme Ulule, avec diverses contreparties possibles, des abonnements (le premier est à 35 euros) mais également des nuits en chambres d’hôtes.

- Faire un don défiscalisé (à hauteur de 66%) sur la plateforme J’aime l’info

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité