publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Culture > Le festival de Cannes va-t-il dérouler le tapis vert ?
15-05-2012

Le festival de Cannes va-t-il dérouler le tapis vert ?

Taille texte
Le festival de Cannes va-t-il dérouler le tapis vert ?
(Tangi_bertin - Flickr.com)
 
Le festival du cinéma, qui voit depuis soixante-cinq ans la foule déferler sur Cannes, ouvre ce mercredi. Le comité qui organise l'événement veut limiter l'impact sur l'environnement. Pour le Palais des festivals, c'est déjà fait.

Tapis rouge et glamour, toujours. Avec cette année, paraît-il, une touche de vert. La 65ème édition du festival de Cannes s’ouvre mercredi et va tenter de limiter ses dégâts sur l’environnement.

La Croisette frétille déjà depuis plusieurs jours. Les plages de sable fin sont transformées en clubs VIP aux sonos puissantes et aux lumières éclatantes. Les machines à glaçons turbinent, prêtes à rafraîchir les cocktails des dizaines de milliers de badauds et fêtards qui déferlent – souvent en voiture – sur la ville. Dans le but, bien sûr, d’entrapercevoir des stars arrivées, elles, en jet privé ou en hélico, et conduites dans de grosses berlines jusqu’au pied des marches du Palais des festivals.

Côté boulot, les casiers des quelque 4 600 journalistes accrédités vont bientôt déborder de documentation – dont une grande partie sera jetée sans avoir été ouverte – sur papier glacé leur présentant les 91 longs métrages projetés en douze jours. Plus de 10 000 professionnels sont déjà prêts à négocier les titres proposés au marché du film et à célébrer les contrats sur les nombreux yachts qui mouillent dans la baie, non loin des énormes bateaux de croisière.

Là où se retrouvent les producteurs de ciné... et de déchets

Tout ce monde, il faut le transporter, le loger, le nourrir, le divertir. Un sacré défi pour les organisateurs de l’événement et pour la ville, dont la population triple de 73 900 habitants à environ 200 000 pendant la quinzaine. Une aubaine pour les commerçants (les hôteliers cannois réalisent près de 15% de leur chiffre d’affaires annuel en douze jours !) mais pas pour la nature. L’an dernier, 1 200 tonnes de déchets supplémentaires avaient été collectées pendant le festival. « Entre 200 à 250 tonnes de déchets sont ramassées par jour contre 120 à 150 en période normale », précise la mairie qui organise trois collectes par jour pendant le festival.

A l’aube de la 65ème édition, et maintenant que la machine est bien rodée, le nouveau défi – il est de taille - est de rendre l’événement un peu plus digeste pour l’environnement.

Diminuer son impact sur l’environnement : un souci naissant

Le comité d’organisation du festival de Cannes semble, pour la première fois cette année, enfin se préoccuper de limiter son empreinte écologique. Il a même fait appel à un bureau d’études spécialisé pour réaliser un bilan carbone de la quinzaine (dont 90% des émissions de CO2 sont, comme c’est le cas dans la plupart des événements internationaux, dûes aux transports).

Il a aussi pris l’engagement de recycler l’intégralité des déchets. Une démarche que la mairie de Cannes qualifie d’ « ambitieuse », mais sur laquelle le comité reste à ce jour discret. Nul doute que, si le bilan environnemental est jugé satisfaisant, les éléments seront communiqués après coup…

Un éveil à l’écologie tonique pour le Palais

Pour le Palais des festivals – l’immense bloc de béton où sont projetés les films de la sélection officielle – « l’éveil » à l’écologie a eu lieu en 2008, explique Philippe Lougarre, directeur administratif et financier de la Semec. C’est la société gestionnaire du Palais qui accueille, outre le festival du cinéma, d’importantes manifestations internationales tout au long de l’année.

« On a d’abord travaillé à l’obtention d’une triple certification ISO sur les trois dimensions du développement durable : économique (ISO 9001), environnementale (ISO 14001) et sociétale (OHSAS 18001). » Ces normes reposent sur le principe d’amélioration continue de la performance environnementale – par la maîtrise des impacts liés à l’activité de l’entreprise –, du dialogue social et de la qualité du service rendu. « A ma connaissance, nous sommes le seul palais des congrès d’Europe à avoir cette triple certification », s’enorgueillit son directeur.

Par ailleurs, un bilan carbone de l’activité annuelle du palais, réalisé en 2008 puis en 2010 – le prochain sera mené fin 2012 – montre qu’« en deux ans, on a réussi à baisser nos émissions de gaz à effet de serre de 20%, notre consommation d’électricité de 12%, celle d’eau de 20% et de papier de 30% », poursuit Philippe Lougarre.

Les stars foulent un tapis rouge recyclé

Des aménagements du bâtiment mais aussi un meilleur tri des déchets, recyclés localement, l’utilisation de lampes à économie d’énergie et une gestion stricte du débit de la photocopieuse ont notamment permis d’obtenir ces bons résultats. Depuis l’an dernier, la Semec recycle même les 60 mètres de moquette rouge qui recouvrent les 24 marches du Palais des festivals, renouvelés avant chaque projection officielle des films en compétition ou hors compétition (soit 3 fois par jour).

« Notre volonté est d’être exemplaire, car nous sommes aussi les promoteurs du tourisme cannois et nous voulons entraîner nos partenaires locaux, hôteliers, restaurateurs, dans cette démarche. C’est très important pour notre image », ajoute le directeur financier du Palais.

Un effort bon pour l’image

Pour Dan-Antoine Blanc-Shapira, membre de l’Association des agences de communication événementielle (ANAé) et directeur général de Sensation !, agence spécialisée dans la communication événementielle, « un organisateur d’événement doit d’abord penser en tant que citoyen, et donc faire en sorte de préserver les acquis de la planète. Chose que les organisateurs du festival de Cannes ne semblaient pas du tout vouloir faire il y a encore deux ans. Ce n’est qu’ensuite qu’arrivent les considérations d’image. A Cannes, il serait dommage que le rêve d’un événement “durable” ne soit que sur pellicule ».

Le Geste environnemental et sociétal, bureau d’études et cabinet de conseil, a de son côté prévu de démarcher les organisateurs du festival cannois dans le courant de l’année afin d’installer des bornes permettant de faire, en temps réel, la comparaison de la consommation en CO2 entre différents modes de transport. « La première chose est de faire prendre conscience de l’intérêt de diminuer l’impact environnemental, et de donner les moyens de le faire, en valorisant le train par rapport à l’avion, le covoiturage ou l’utilisation de navettes , explique Christelle Morlier, attachée commerciale au sein du bureau d’études. Le tout est d’amener le public avec soi. » Et les stars en voiture électrique ? Pourquoi pas… Au moins c’est sûr, l’image serait là.


Les dessous pas très chics de Cannes

Le collectif de l’Expédition Méditerranée en danger, qui regroupe des écologistes, des scientifiques, des artistes et des enseignants en lutte contre les déchets en mer, a filmé quatre clips vidéos à une centaine de mètres au large de la Croisette. La série, intitulée Les dessous de Cannes, est diffusée en marge du festival, pour alerter sur les déchets en mer, dont la quantité augmente avec l’arrivée des festivaliers. Vous pouvez regarder ces clips sur le site du collectif.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Alexandra Bogaert
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité