publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Un climat d’actions
Article Abonné
27-04-2009

Un climat d’actions

Taille texte
 
Quand on a un Etat en charge, il faut agir là où c’est le plus efficace, en évitant de trop dépenser. Un délicat équilibre à trouver entre les recettes fiscales, la lutte contre le réchauffement et le renforcement de l’indépendance énergétique. Quelques idées qui marchent.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°3 - mai 2009

Changement climatique : vous n’avez encore rien vu

Nourrir autrement

L’agriculture consomme peu d’énergie (environ 2 % du total) mais représente 19 % des émissions de gaz à effet de serre en France. L’Etat peut favoriser la réduction de l’usage des engrais et pesticides, soutenir l’agriculture bio, et imposer la couverture végétale des sols en hiver. Cela passe par la fiscalité et par un important effort de sensibilisation des agriculteurs.

Rebâtir à fond

Le premier propriétaire immobilier, c’est l’Etat, avec 120 millions de m2 qui sont souvent reconnus comme étant de vraies passoires à énergie. Le gouvernement a donc entamé un audit avec l’objectif de réduire de 40 % la consommation des bâtiments publics d’ici à 2020. Il s’est engagé aussi à aider la rénovation du parc HLM.

L’Etat pourrait aussi se montrer plus directif avec les propriétaires. Car si le diagnostic thermique est obligatoire lors de la vente d’un logement, aucune mesure ne les contraint à rénover. On oblige bien à ravaler, alors pourquoi pas à isoler ! De fait, les normes thermiques ne s’imposent qu’aux constructions neuves.

Ralentir les voitures

Les transports représentent le deuxième poste de la consommation d’énergie en France. Une mesure impopulaire serait pourtant très efficace : rouler à 110 au lieu de 130 km/h sur autoroute réduit la consommation de 25 % de carburant. A 100 km/h, ce sont 40 % de gagnés. Et des centaines de décès en moins sur les routes. Mais réduire la consommation de carburant siginifie autant de recettes en moins pour l’Etat… En matière d’infrastructures – rail, canaux ou lignes maritimes –, le temps se mesure en décennies. Les dépenses sont immédiates et le bénéfice n’intervient qu’à long terme. L’Etat peut aussi éviter de construire des autoroutes et agir sur le transport routier. 

A LIRE SUR LE MEME THEME

Climat : vous n’avez encore rien vu

Le compte à rebours est enclenché

Pour une poignée de crédits carbone

La pression des fanatiques du CO2

Jean-Louis Borloo : «  Soit vous faites bouger tout le monde, soit ça se terminera mal  »

Rizhao, la ville du roi soleil

Un quotidien plus léger en CO2

L’usine qui transforme les excréments en or

Idées anti-gaspi pour entreprises volontaires

Climat. 10 raisons d’espérer

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité