publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > Société > Sarkozy en banlieue : les Web-télés se contredisent
19-04-2007
Mots clés
Politique

Sarkozy en banlieue : les Web-télés se contredisent

Taille texte
 
Vendredi 13 avril, Nicolas Sarkozy rend visite aux habitants de la cité Beauval à Meaux. Deux web-télés la Télé Libre et NSTV étaient sur les lieux. Elles donnent deux versions très différentes de cette rencontre.
SUR LE MÊME SUJET

Sous le sujet filmé, la chaîne en ligne du journaliste John-Paul Lepers, une interpellation au lecteur sceptique : « Pour ceux qui pensent que notre reportage est manipulatoire et partisan, allez faire un petit tour ici. » Un lien renvoie à la vidéo de NSTV, la web-télé officielle du candidat UMP, consacrée au même événement : le déplacement express de Nicolas Sarkozy à Meaux (77).

Deux reportages, deux visions extrêmement contrastées de son passage en banlieue. Le premier montre les minutieux préparatifs d’une opération apparemment sous haute tension, l’étrange retard du candidat et son échange houleux avec deux des habitants du quartier. Le second, nettement plus idyllique, parle d’une réussite, d’un Sarkozy « en avant, calme et droit » et présente des discussions menées dans le plus grand calme. Alors, qui croire ? Il ne s’agit pas de trancher, simplement de relever les variantes entre deux vidéos circulant sur Internet.

Les journalistes de la TéléLibre.fr se sont rendus dès 15h à la cité Beauval pour observer le curieux ballet précédant l’arrivée de Rachida Dati, porte-parole de Nicolas Sarkozy, et de Jean-François Copé, maire UMP de Meaux. On distingue une voiture de police qui patrouille aux abords de l’ « Espace multiactivités, sports et loisirs » près duquel sont postés deux hommes, désignés par un sous-titre de la vidéo comme des tireurs d’élite. Un autre, qui refuse de s’exprimer devant la caméra de la TéléLibre, barre la route. Le reportage suggère la présence d’équipes de sécurité susceptibles d’empêcher un dérapage ou un accueil hostile au candidat. Faux, selon François de la Brosse, qui commente la vidéo de NSTV : « Aux dires des journalistes, aucun dispositif de sécurité renforcée », assure le patron de la chaîne de Nicolas Sarkozy.

Rachida Dati demande fermement aux journalistes de quitter le local où doit se tenir la réunion. Mohammed Chaib, président d’Energie citoyenne, affirme qu’« il n’a jamais été question que Nicolas Sarkozy vienne ». Le président du parlement des banlieues, Karim Zeribi, le contredit en évoquant une « visite officielle depuis 72h ». Autant de séquences filmées par la TéléLibre laissant entendre que le déplacement est délicat et risque d’être annulé à la dernière minute. Karim Zeribi craint ce désistement qu’il interpréterait comme « une mascarade, une bousculade » : celui-ci compte, « de manière sereine et apaisée », « lui expliquer que son projet de société ne nous convient pas ». Aucun commentaire en revanche sur d’éventuelles hésitations de Nicolas Sarkozy, dans la vidéo réalisée par NSTV qui retient qu’il « ne se dérobe pas ». Dans le film de 2 minutes exclusivement commentée en voix off, Nicolas Sarkozy est filmé à l’intérieur du local, débattant posément avec l’assistance. « Ce déplacement est une grande revanche sur les détracteurs qui l’accusent (...) de s’être mis à dos certains habitants des quartiers sensibles par son utilisation des mots ‘karcher’ et ‘racaille’ », considère le présentateur, concluant son sujet par un « respect ! ».

Pourtant une séquence de la souligne particulièrement le contentieux persistant opposant l’ancien ministre de l’Intérieur aux habitants des banlieues. Au beau milieu du discours du candidat, un homme se lève et l’interpelle, l’accusant de faire des amalgames. L’échange est monté mais, malgré les coupes, ressemble bien à une diatribe anti-sarkozyste : « Quand je vous écoute à la télé, j’ai envie de vomir. Je suis Français, moi, on me lave pas au karcher ! ». « Vous commencez vos discours par des femmes battues, des moutons égorgés dans la baignoire », pointe-t-il, déclenchant une mise en garde de son interlocuteur. « Ce n’est pas parce que vous vous énervez que ça va m’impressionner », prévient ce dernier. Une discussion qui aurait échappé à NSTV ?

A l’issue de la réunion, Nicolas Sarkozy sort de la salle et s’engouffre dans sa voiture. Sous les applaudissements pour NSTV, sous les huées et les insultes selon la TéléLibre.fr. La mauvaise nouvelle : sur Internet aussi, les images peuvent dire une chose et son contraire. La bonne : Le Web offre un libre accès à l’une et l’autre des deux versions.

Laure EQUY, Ecrans de Campagne

Sources de cet article

Terra Economica s’associe aux étudiants du Centre de formation des journalistes. Retrouvez l’actualité de la présidentielle sur le site Ecrans de Campagne

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité