publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > Société > Le peer-to-peer, cancre de la campagne
2-05-2007

Le peer-to-peer, cancre de la campagne

Taille texte
 
Leader de l’échange de contenus sur Internet, le peer-to-peer reste pourtant en retrait de la campagne élyséenne. Dans le même temps, YouTube ou Dailymotion voient leurs consultations de vidéos exploser. Explications.
SUR LE MÊME SUJET

Sur la planète web, il n’y a pas que YouTube ou Dailymotion pour avaler des kilomètres d’images. Le peer-to-peer (communément appelé P2P) permet aussi la diffusion de toutes sortes d’objets, pour l’essentiel des films ou séries télés. Logiquement, les vidéos militantes devraient se multiplier autant sur YouTube que sur les réseaux P2P.

Ignorer cette pratique illégale

Malgré une présence sur la plupart des sites d’échange, l’intégralité du débat entre Ségolène Royal et François Bayrou reste peu téléchargée. Mieux lotis (quoique), les textes ou vidéos en rapport avec Nicolas Sarkozy sont plus nombreux. Le numéro de Marianne titré « Le vrai Sarkozy » se télécharge sur tel ou [tel-http://www.demonoid.com/files/?cate...] réseau, tout comme le numéro spécial de Charlie Hebdo consacré au candidat UMP ou le livre d’un magistrat de gauche intitulé Ruptures, « censuré » par Nicolas Sarkozy lui-même comme le clament ses adversaires.

L’écart entre les chiffres de diffusion d’une même vidéo sur YouTube et sur un réseau P2P s’explique d’abord par des raisons politiques. Le peer-to-peer traîne derrière lui une image de pratique illégale, car sur ces réseaux, on échange essentiellement des contenus protégés par des droits d’auteur (films, séries, logiciels, musique,…) Or la loi sanctionne toute mise à disposition de ces contenus. Puisque le P2P interdit de télécharger sans partager le fichier avec les autres utilisateurs, interdire la mise à disposition revient à interdire le P2P.

Bien sûr, on peut toujours échanger des contenus libres de droit, comme, par exemple des programmes politiques ou des tracts militants. Mais le P2P traînera toujours cette image d’activité hors-la-loi. On voit mal Ségolène Royal ou Nicolas Sarkozy afficher sur leurs sites, aux côtés des logos YouTube, Myspace, Skyblog et FlickR, le petit âne, symbole d’Emule.

Le peer-to-peer a choisi son camp

Autre explication de la faible implication du P2P dans la campagne, le manque de réactivité d’un tel procédé. Avec YouTube, un clic et la vidéo se lance, quelque soit sa durée. Avec Emule, l’une des têtes de pont du P2P, il faut télécharger un logiciel puis attendre la durée du téléchargement pour enfin visionner la vidéo. Avantage : on conserve le produit téléchargé ad vitam eternam.

Enfin, le P2P s’investit peu dans l’actualité. On y vient pour illégalement télécharger des films, des jeux vidéo, pas des programmes politiques ou des vidéos militantes. Et si les clips et articles consacrés à Nicolas Sarkozy occupent tout de même ces réseaux, c’est qu’ils sont assez polémiques pour que les internautes se les échangent et veuillent les conserver sur leur disque dur. Ils collent ainsi à la philosophie du P2P : télécharger pour ensuite partager.

Ségolène Royal est, elle, absente de ces plates-formes d’échange. Au vu des contenus des vidéos concernant Nicolas Sarkozy, elle peut s’en féliciter. Dans le monde du peer-to-peer, ce sont finalement les présents qui semblent avoir tort.

Mathieu Deprieck, Ecrans de Campagne

Sources de cet article

Terra Economica s’associe aux étudiants du Centre de formation des journalistes de Paris. Retrouvez l’actualité décalée de la présidentielle sur le site Ecrans de Campagne

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le P2P est un technologie d’échange, pas une société de distribution. Le thème de cet article est à peu près aussi pertinent que de dire : "le FAX s’investit peu dans la campagne". Le fait que le P2P ait été utilisé souvent pour des échanges qui ne respectaient pas les droits d’auteur et les condamnations qui ont suivi expliquent que peu de diffuseurs soient candidats à mettre en oeuvre cette technologie pour offrir du contenu. La technologie client/serveur (celle utilisée par les serveurs web dont l’adresse commence par http://) permet une bien meilleure maîtrise du contenu en cas de plainte parce qu’il reste centralisé.

    24.05 à 18h54 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité