publicité
Accueil du site > Actu > Nature > J’ai testé la banquise
Article Abonné
30-09-2011
Mots clés
Climat
Pôles

J’ai testé la banquise

Taille texte
J'ai testé la banquise
(Illustration : Julien Couty pour «Terra eco»)
 
Par une température de 2° C, en plein océan Arctique, je m’en vais mesurer la glace avec des chercheurs. Pioche en main, on fore, on fore et on fore. Objectif : comprendre le futur de ces glaçons géants.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 29 - octobre 2011

Crise : comment en sortir

Une fois n’est pas coutume, voici le compte rendu d’un test légèrement élitiste. Ben oui, ce n’est pas tous les jours qu’on va se peler le jonc en Arctique pour mesurer la banquise. Chaque année, depuis trois ans, Greenpeace met sa logistique à disposition de plusieurs équipes de chercheurs. Objectif : permettre à des spécialistes de la glace – icebergs, glaciers, banquise – de s’approcher au plus près de leur objet de recherche. Au passage, quelques journalistes, dont votre humble scribouillarde, ont le privilège de mettre la main à la pâte, ou plutôt la moufle à la banquise. Cette année, Till Wagner et Nick Toberg, du département de physique et mathématiques appliquées de l’université de Cambridge, viennent prendre les mensurations d’un maximum de bouts de glace flottante. C’est toujours en septembre que l’on mesure le minimum saisonnier de la banquise. Bien sûr, les satellites fournissent tout ce qu’il faut savoir sur sa superficie au niveau des pôles (voir encadré), mais rien sur son épaisseur – qui permettrait de déterminer le volume général des glaces.

Pour leur première sur le terrain, nos apprentis chercheurs sont gâtés, car en matière de logistique, Greenpeace ne fait pas dans la demi-mesure : un brise-glace, l’Arctic Sunrise, un hélicoptère, vingt membres d’équipage dévolus à l’expédition… Montant de la facture : 100 000 euros pour trois semaines en mer.

Les chercheurs commencent leur casting

Nous avons embarqué à Longyearbyen, ville principale de l’île du Spitzberg, située dans l’archipel norvégien du Svalbard. Au 78e parallèle, en septembre, il devrait y avoir de la neige et de la glace. Mais là, caillasse et brouillard à perte de vue. Il faut donc naviguer au-delà du 80e parallèle pour trouver de la banquise. Et quelle banquise : disloquée, flottante, amollie par une température de 2° C. « Cette glace est jeune, elle doit avoir un ou deux ans tout au plus », m’explique Till. Ferme et solide le matin, elle rompt l’après-midi dans un crépitement permanent. C’est triste une banquise qui fond à vue d’œil. C’est triste, mais on ne se laisse pas aller. A bord, on dort, mange – végétalien ! – et travaille au rythme de journées sans nuit.

L’ambiance oscille entre La croisière s’amuse et la rigueur d’un sous-marin soviétique. On déconne, mais ça bosse. Debout sur le pont, jumelles vissées sur le nez, les chercheurs commencent leur casting. Il leur faut un bout de banquise parfait : grand, long, mais surtout, surmonté d’une crête de pression. La crête de pression, c’est la zone du choc frontal entre deux bouts de banquise. Lancés l’un contre l’autre, ils s’emboutissent, « s’accordéonnent » jusqu’à créer un monticule de glace de 3 ou 4 mètres en surface et de 15 à 20 mètres en profondeur. « Souvenez-vous, vous ne voyez que 10 % du volume des glaces, les 90% restants se trouvent sous l’eau », m’indique Nick Toberg. Nos chercheurs veulent modéliser ces crêtes en 3D, afin de cartographier tous les profils existants.

Concrètement, mesurer la banquise, c’est un boulot de Shadocks : il faut forer, forer, forer… Equipée d’une perceuse et d’une mèche extensible à l’infini, me voilà à faire des trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous… Nick et Till répètent en boucle les instructions. « Sur 100 mètres, tous les 2 mètres, vous percez, jusqu’à atteindre la mer, et vous prenez les mesures. » Question de béotienne goguenarde : « Pardon, mais faire des trous dans la glace, ça n’accélérerait pas sa fonte ? » Heureusement qu’un chercheur anglais, ça a le sens de la dérision.

Le pôle Nord sans glace en été ?

Plus sérieusement, à quoi cela sert-il de prendre les mensurations de ces immenses îles-glaçons dans les moindres détails ? « Les caractéristiques physiques des bouts de glace à la dérive – densité, salinité – sont essentielles pour comprendre ce qui régit la vie et la mort de la banquise, sa capacité à fondre plus ou moins vite, etc. », précise Till Wagner.

Certains scientifiques l’assurent, dès 2060, il n’y aura plus de glace en été au pôle Nord. Cela ravit les compagnies de marine marchande qui voient s’ouvrir de nouvelles routes de fret, mais aussi les compagnies minières qui ont senti depuis bien longtemps l’or noir sous le calme apparent du diamant blanc. Quelle ironie, au final, tout le monde fore ! —


Repères

« Depuis 1979 (entrée en fonction des satellites, ndlr), le niveau de septembre décline de 10 % par décennie environ, soit 72 000 km2 par an », signale-t-on au Centre national de données sur la neige et la glace, basé au Colorado (Etats-Unis). Au 1er septembre, il affichait 4,6 millions de km2, ce qui place 2011 en deuxième position des années les moins fournies en glace, après 2007. Même si la banquise de l’Arctique a regagné du terrain en 2008 (le minimum saisonnier était supérieur de 10 % à celui de 2007 et celui de 2009 était encore plus grand), cela ne signifie pas que les glaces de l’Arctique se reconstituent : les données de 2008 restent inférieures de 34 % à la moyenne obtenue sur le long terme entre 1979 et 2000.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste errant dans les sujets environnementaux depuis treize ans. A Libération, mais de plus en plus ailleurs, s’essayant à d’autres modes d’écriture (Arte, France Inter, Terra of course, ...). Il y a deux ans, elle a donné naissance (avec Eric Blanchet) à Bridget Kyoto, un double déjanté qui offre chaque semaine une Minute nécessaire sur Internet.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité