publicité
Accueil du site > Actu > Politique > Décalage
25-08-2014
Mots clés
Politique
Edito

Décalage

Taille texte
Décalage
(Crédit photo: Fondapol - flickr)
 
Après avoir présenté sa démission, le Premier ministre Manuel Valls a été chargé par le Président de la République de former un nouveau gouvernement.
SUR LE MÊME SUJET

Les commentateurs politiques ont sauté sur l’occasion. Du casting des futurs élus aux manœuvres des prétendants à on ne sait plus trop quoi, le bal des analyses et des toutes petites stratégies fait déjà salle comble. Et il est affligeant. On danse et s’agite sur le pont, quand l’eau jaillit à la cale.

D’une profonde crise de société, à une crise économique, nous venons de glisser dans une faille politique. Après avoir perdu la confiance du peuple, le Président de la République va solliciter, via son Premier ministre, celle des députés dans les prochaines semaines lors du vote du budget. L’ombre d’une dissolution de l’Assemblée nationale, plane au-dessus de l’Elysée.

C’est pourtant de tout autre chose dont a besoin le pays. D’une vision à long terme et moderne qui conjugue solidarités, audace économique et transition énergétique. Avec 8 millions de pauvres, 3,4 millions de chômeurs, et une dette abyssale, le temps de la cohésion sociale semble compté.

Las. Dans un long entretien à paraître cette semaine dans Terra eco, le sociologue Edgar Morin juge nos responsables politiques « irresponsables » et incapables de prendre la mesure des changements à opérer. Le spectacle du jeu des strapontins ministériels et des calculs pour 2017 illustre ce grand écart.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • abc : Décalage

    L’irresponsabilité des politiques qui ont fait un modèle économique basé sur la finance et non pas sur la société des humains.
    Donc une société de de classes riches qui détruisent la planète et les sociétés.
    Malgré les multiples mises en garde et autres rapports prévoyant tous les désastres actuels.

    L’incapacité volontaire du politique conjuguée à sa dépendance congénitale avec le fric
    suffisent à expliquer une situation totalement bloquée politiquement, économiquement et socialement.

    Le dernier exemple illustrant l’immobilisme dans la continuité : le plan énergie :
    favoriser le nucléaire et les grandes entreprises pour une prétendue économie verte
    ajustée pour la grande finance. Le tout enveloppé d’un argumentaire charabiesque.

    Tout ceci ne fait que pousser à la poursuite de la destruction catastrophique du système démocratique en validant les thèses de la violence extrémiste (au sens du fascisme sauveur de la société).

    c’est l’impasse pour tout malgré les multiples exhortations de bon sens.
    Tout se passe comme si le plongeon dans l’abime (des guerres civiles ou non) était inexorable.

    on attend sans espoir.

    26.08 à 12h36 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité