publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > Société > Débat sur Internet : les candidats disent non
13-04-2007
Mots clés
Politique

Débat sur Internet : les candidats disent non

Taille texte
 
Un collectif de médias en ligne, sites et blogs invite les quatre principaux candidats à débattre le 16 avril. A la tête de l’initiative, Agoravox précise les modalités de cette confrontation diffusée sur le Web.
SUR LE MÊME SUJET

On croyait l’idée enterrée. Voilà le projet d’un débat sur Internet qui ressurgit à l’initiative d’un collectif de médias citoyens, médias en ligne et blogueurs. Une pétition invite quatre candidats (Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou et Jean-Marie Le Pen) à un « web-débat » le lundi 16 avril. Parmi les signataires de l’appel lancé par le site Agoravox : la Télé libre, 20minutes.fr, lesechos.fr, lemonde.fr, liberation.fr, marianne2007.info et les blogueurs Thierry Crouzet, Nicolas Voisin, Versac, Netpolitique,… Internet volerait la vedette à la télévision en convoquant les présidentiables pour une confrontation très VIP. Une première dans une campagne présidentielle. Un tel événement est-il envisageable vu ses difficultés techniques et dans des délais aussi courts ?

- Pourquoi un débat en ligne ?

A moins de deux semaines du premier tour, le début de la campagne officielle impose la stricte égalité des temps de parole entre les candidats à la télévision et à la radio. Impossible, avancent les chaînes, d’organiser un débat avec 12 participants. Agoravox proposait depuis deux semaines d’organiser ce débat en ligne, les sites (non rattachés à des chaînes de télévision ou à des stations de radio) n’étant pas soumis aux règles du CSA. Autre argument avancé dans la pétition : « Le Web permettrait une interaction entre les candidats à la présidentielle et les internautes qu’aucun média ne peut actuellement proposer. » Le site participatif commence donc à prendre contact avec les QG des principaux partis.

François Bayrou se montre d’emblée favorable à l’idée. Invoquant les règles d’impartialité, il déclare : « Le seul espace audiovisuel qui ne soit pas soumis à ces lois est aujourd’hui Internet, profitons-en ! Internet doit prendre ses responsabilités et jouer le rôle moteur d’une nouvelle démocratie. » Le candidat centriste ouvre ainsi un débat… sur le débat !

- Qui y participerait ?

Au terme de leurs négociations, les signataires de la pétition s’accordent sur le plus petit dénominateur commun : c’est une invitation aux quatre candidats susceptibles d’être au second tour qui figure sur le communiqué. Pourtant, souligne Carlo Revelli, le fondateur d’Agoravox, certains souhaitent la présence de l’ensemble des candidats, « dans une logique de pluralisme ». Les douze seraient finalement invités à participer au débat… séparément. Royal, Le Pen, Bayrou et Sarkozy occuperaient un même plateau. Et les autres candidats seraient répartis sur deux autres tables rondes. « On n’envisage pas de faire interagir les trois tables : ce serait trop compliqué logistiquement », note Carlo Revelli.

- Quel dispositif propose les signataires de la pétition ?

Le collectif assure, dans sa pétition, qu’à ce jour, « les différentes difficultés techniques et organisationnelles ont été levées ». Le débat, filmé dans les conditions d’un direct, ne serait pas forcément mis en ligne en temps réel mais probablement avec un léger décalage, prévoit Carlo Revelli. Plusieurs opérateurs sont prêts à assurer la diffusion, réglant ainsi les problèmes posés par un trop grand nombre de connexions simultanées. Le débat doit, par ailleurs, être diffusé en open source, c’est-à-dire sur les sites, les blogs et les plateformes de partage vidéo (Dailymotion, Vpod) qui le souhaitent, « pour qu’aucun partenaire ne tire la couverture à lui » selon le patron d’Agoravox. La télé libre de John-Paul Lepers et la chaîne France 24 ont déjà proposé pour inviter les candidats sur leur plateau, sans que leur logo n’apparaisse à l’écran. En principe, au moins deux présentateurs mèneraient le débat, qui doit comporter aussi une partie interactive. Mais les modalités de participation des internautes restent encore à définir.

- Qu’en pensent les candidats ?

Outre François Bayrou qui a noté chez les électeurs « un besoin de confrontation directe », Ségolène Royal et Jean-Marie Le Pen ont accepté de participer à l’émission. Seul Nicolas Sarkozy a décliné l’invitation, considérant qu’elle vise à contourner les règles sur les temps de parole. « Nous ne voulons pas faire un pied de nez au CSA, corrige Revelli, et nous garantissons une égalité même si ce n’est pas à la seconde près. » Autre raison invoquée : au vu de leurs plannings, tous les candidats ne pourront pas être disponibles en même temps. « Fausse excuse, rétorque Carlo Revelli, ils savent très bien se libérer quand il le faut. Et l’émission aura des répercussions, elle sera reprise par les médias classiques. » Comptant sur « la pression des citoyens » pour faire changer d’avis Nicolas Sarkozy, François Bayrou assure qu’on ne peut pas envisager un débat sans le favori des sondages.

Des difficultés techniques réduites au minimum et une mobilisation croissante des internautes réclamant la confrontation des prétendants à l’Elysée… Le web-débat semble pourtant compromis par un timing serré dans la dernière ligne droite de la campagne et la fin de non-recevoir opposée par Nicolas Sarkozy. Mais au-delà de sa concrétisation, le projet d’une rencontre des présidentiables, numérique et non pas cathodique, montre combien le Web a tenu un rôle majeur dans cette campagne. Preuve aussi, pour Carlo Revelli qu’Internet peut « monter quelque chose de constructif, au-delà des vidéos faites pour démolir tel ou tel candidat ».

Laure EQUY, Ecrans de Campagne

Sources de cet article

Terra Economica s’associe aux étudiants du Centre de formation des journalistes. Retrouvez l’actualité de la présidentielle sur le site Ecrans de Campagne

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité