publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Climat : vous n’avez encore rien vu
Article Abonné
27-04-2009
Mots clés
Dossier

Climat : vous n’avez encore rien vu

Taille texte
 
Alerte rouge. Les spécialistes du climat reconnaissent ouvertement qu'un point de non retour est atteint. Ils appellent à une appellation rapide et générale pour éviter de dépasser le seuil "dangereux" des 2° de réchauffement de la planète. En sommes-nous capables ?
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°3 - mai 2009

Changement climatique : vous n’avez encore rien vu

Le premier est ex-vice-président des Etats-Unis et couronné d’un prix Nobel de la paix. Le second est climatologue. Le troisième est économiste. Leur point commun : ces trois personnalités – Al Gore, James Hansen et Nicholas Stern – tirent le signal d’alarme de toutes leurs forces. Car il semble aujourd’hui acquis que la machine climatique s’emballe. Le niveau des eaux monte au diapason du thermomètre et de la concentration de gaz carbonique dans l’atmosphère.

On connaît le responsable. Si pendant quelques années, le doute a plané, ce n’est aujourd’hui plus le cas. Le changement climatique est bien le fait de l’homme. Habitat, transport, production et agriculture, à travers leur lourde consommation d’énergies fossiles, sont les principales sources d’émission de gaz à effet de serre.

Libres de parler haut et fort

On connaît également les noms des principaux « pollueurs » : la Chine, les Etats-Unis et l’Union européenne crachent dans l’atmosphère 57 % du total mondial des gaz à effet de serre. Cela, alors que les deux tiers de l’humanité sont encore exclus du festin. La situation est-elle plus grave que ce que nous pensions ?

Nicholas Stern, James Hansen ou Al Gore ont un autre point commun : aucun d’entre eux ne détient de mandat électif. Leurs détracteurs diront donc que ces trois personnalités n’ont aucune légitimité démocratique. Mais n’ayant aucune échéance électorale devant eux, ces hommes jouissent précisément d’une plus grande liberté de parole et ont certainement une propension plus faible que d’autres à manier la langue de bois. N’est-ce pas un argument supplémentaire pour prêter grande attention à leurs avertissements ?

A LIRE SUR LE MEME THEME

Le compte à rebours est enclenché

Pour une poignée de crédits carbone

La pression des fanatiques du CO2

Jean-Louis Borloo : «  Soit vous faites bouger tout le monde, soit ça se terminera mal  »

Rizhao, la ville du roi soleil

Un climat d’actions

Un quotidien plus léger en CO2

L’usine qui transforme les excréments en or

Idées anti-gaspi pour entreprises volontaires

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le climat en change pas à cause des émissions de coé mais à cause de l’asséchement des continents par des activités humaines . Le co2 s’accumule dans l’atmosphère car il ne peut plus être recycler et les terres sèches chauffent sous l’effet des rayons du soleil en ajoutant une réchauffement supplémentaire à l’effet de serre.

    L’eau est donc la solution au problème climatique , énergétique et autres ...

    http://www.dailymotion.com/user/jea...

    Voir en ligne : gestion globale d el’eau

    31.08 à 14h20 - Répondre - Alerter
  • J’ai lu nombre de sottises sur le "réchauffement climatique"... mais des comme celle-là... il n’y a pas photo... nous plongeons dans un abîme de STUPIDITÉ... nous frôlons carrément la SUPER CONNERIE (si je peux me permettre... !!!)

    Al Gore a hate de rentabiliser ses "investissements" dans la bourse du CO2...

    CO2, qui n’a augmenté depuis un siècle que d’une quarantaine de PPM alors que la population du globe a été multiplié par... 6...
    Vous pouvez vérifier...

    24.07 à 18h36 - Répondre - Alerter
  • Franchement qu’est-ce qui en savent ces deux olibrius sur le point de non retour ? Même les plus grands spécialistes sont incapables de se prononcer sur cet aspect de la science des systèmes complexes. D’autant plus qu’on a pas encore réussi à modéliser le climat.
    Vraiment du grand n’importe quoi, en v’là qui sont très impatients de s’enrichir très vite en prêchant l’apocalypse. Le point de non retour servirait leur intérêt, puisque cela étant invérifiable sur le court terme, ils auront toujours le bénéfice du doute.
    Quand à leur indépendance politique, ce n’est pas une preuve de leur bonne foi.
    A naïveté quand tu nous tiens... Enfin, vous écrivez que c’est sûr c’est l’homme LE responsable (de pas grand chose pour l’instant...), alors que le Giec ne le dit même pas. Vous êtes sûrement encore plus clairvoyant

    24.07 à 14h56 - Répondre - Alerter
    • ou plutôt ces "trois" olibrius

      24.07 à 14h57 - Répondre - Alerter
    • A Tof qui expliquera "plus tard" à ses enfants (s’il en a) qu’il valait mieux attendre d’etre sur qu’ils soient tombés du balcon pour fermer la fenetre...

      A Tof qui a sans doute raison de dire que les 5000 scientifiques du GIEC ont tort et ne savent decidement pas modeliser le climat.

      A celui d apres dt je ne me souviens plus du nom qui expliquera a ses enfants (s il en a aussi) qu’il les a laisse tomber du balcon car il a placè des actions chez les pompiers...

      un point de non retour est necessairement et par definition une affaire d’anticipation et d’intelligence...

      13.08 à 21h46 - Répondre - Alerter
      • phildusud974 : point de non retour

        5000 scientifiques ? la majeure partie ne sont en fait que des statisticiens et des économistes. Les scientifiques climatologues, paléo-climatologues qui doutent (toute science est doute sinon c’est une religion) sont systématiquement exclus des congrés et leurs communications censurées. Dans les années 70, les mêmes "scientifiques" prévoyaient une glaciation !
        On peut faire dire n’importe quoi à n’importe quel ordinateur, tant qu’on privilégiera les modélisations informatiques (cf. la ridicule courbe en crosse de hockey, présente dans le film d’Al Gore mais retirée des derniers rapports du GIEC) à l’observation, on pourra faire dire ce que l’on veut aux chiffres.
        qu’en est-il des soit disant populations déplacées (réfugiés climatiques), qu’en est-il de la soit disant hausse du niveau des mers au Bengladesh (affaissement du plateau gangique par le poids des sédiments), qu’en est-il de la disparition des neiges du Kilimandjaro (température moyenne annuelle -6.5 ° C à 5900 m d’altitude), quand comprendrons-nous que la disparition de ces neiges est principalement due au manque d’humidité provoquée par la déforestation à outrance.
        Les glaciers alpins reculent depuis 150 ans, les glaces arctiques se reforment à toute vitesse en septembre (le passage du nord-ouest cher à tout les alarmistes de la planète était déjà parcouru en voilier par Amundsen en 1906), bien que la péninsule ouest de l’antarctique fonde (volcanisme sous-terrain (ceinture de feu pacifique toute proche, oscillation périodique des courants marins)) le niveau des glaces du continent n’a jamais été aussi élevé.
        Ne nous trompons pas de cible, la lutte contre la pollution, contre le gaspillage des ressources de la planète (eau, bois, énergies fossiles) est plus que jamais nécessaire et vitale pour notre avenir et celui de nos enfants mais ce n’est pas en accusant l’activité humaine génératrice de CO2 que l’on résoudra tous nos problèmes. Limiter l’activité humaine en taxant les émissions de gaz à effet de serre (on crée un impôt sur du vent et on transforme un gaz (nécessaire à la végétation) en matière première cotée et élément de spéculation boursière)) est non seulement stupide mais inutile et faramineusement ruineuse mais procure tellement de subvention et de travail au lobby soi-disant écolo mais en fait opportuniste.
        Les anciens activistes "rouges" deviennent tellement plus présentables avec un peu de peinture verte. On privilégie davantage le discours non-scientifiques d’anciens révolutionnaires et anarchistes que celui des vrais scientifiques. Discours relayés par tous les politiques tellement avides de voix et de reconnaissance électorale auprès d’un public que l’on culpabilise à tout crin. la lutte contre le réchauffement climatique est un marché ou tout le monde veut avoir sa part que ce soit par opportunisme, démagogie ou cupidité. La vérité scientifique est laissée sur le bord du chemin puisque maintenant ce sont les politiques et les publicitaires qui détiennent la vérité. Le CO2 ne représente que 0.035% de l’atmosphère terrestre et la vapeur d’eau à elle seule plus de dix fois ce volume (0.4%). Que l’on nous explique comment un gaz représentant 0.035% de la composition de l’atmosphère, situé à près de 10 km d’altitude où la température moyenne est de -40 °C peut provoquer le réchauffement d’une planète de température moyenne de +15 °C, c’est comme si on nous disait " ouvrez la porte de votre réfrigérateur et vous réchaufferez la cuisine ".
        Nous prendrait-on pour des imbéciles ou des cochons de payeurs, les deux mon capitaine !

        10.09 à 10h15 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité