publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Culture > Trois options pour des vacances scolaires écolos
31-10-2012
Mots clés
Tourisme
Développement Durable
France

Trois options pour des vacances scolaires écolos

Taille texte
Trois options pour des vacances scolaires écolos
(En ville, en campagne ou à la mer, les activités nature ont le vent en poupe au sein des associations. Crédit photo : DR)
 
Voilà les vacances. Que va t-on faire des loulous ? Pas de panique, suivez nos conseils. Ça se passe forcement près de chez vous.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Boum badaboum ! Le petit Théo explose... et sa maman avec. Très mignon, mais quand ses petits copains sonnent à la porte de la maison déguisés en superhéros et qu’après 2 heures d’invocations au grand superpouvoir, ils se jettent tous dans l’escalier... ça commence à faire beaucoup ! Pendant la séance Mercurochrome, vous l’imaginez bien, Chantal cogite. Voilà ses idées pour des vacances pas bêtes du tout.

Option 1, vous avez besoin de calme, de vous retrouver en amoureux : la colo

Pourquoi pas des vacances au plein air ? Pour cela, c’est simple, il faut se rendre sur le site de recensement des séjours vacances jeunesse, 123 séjours. Au premier coup d’œil, on peut être pris de vertige : séjour d’initiation au parapente, au motocross, intensif jeux vidéo, pêche aux carnassiers ou même Dirty dancing. Et pourquoi pas superhéros non plus ! En cliquant un peu, ça va mieux. Certaines structures d’animation en éducation populaire (Céméa, Eclaireur de France, Pep, Léo Lagrange...) ont mis en place des chartes respectueuses de l’environnement et de la nature (maîtrise des énergies, équilibre des menus avec produits locaux…) dans leurs bâtiments d’accueil. Tout en proposant un type de vacances plus proches de vos convictions. SuperThéo ne va pas être déçu avec le séjour trappeur. Au programme : construction de cabane, randonnée biodiversité sur les traces des empreintes d’animaux et observation des vautours qui ont été réintroduits en Lozère. Seul frein à l’emballement, le prix, se dit Chantal...

Option 2, vous ne pouvez pas encore vous séparer de votre chouchou plus d’une journée : les loisirs à la carte

Premier réflexe pour dénicher les activités : les centres de loisirs. Le développement durable y est abordé de multiples façons. Cherchez bien, en épluchant l’agenda de votre quotidien régional ou sur le site de votre mairie. Vous trouverez forcément quelque chose de... constructif, à dominante manuelle, du type « tu deviendras un Picasso en observant la biodiversité » Seul bémol, Théo en a un peu marre d’étudier la nature. A l’école, ils font déjà un herbier. Lui, ce qui l’intéresse par dessus tout, c’est manger ! Pas de souci, il existe des petits-déjeuners solidaires où l’on découvre le commerce équitable, en dévorant du chocolat et des céréales. Les centres de loisirs, parfois grâce à l’impulsion des parents, commencent à sensibiliser les jeunes à la consommation responsable, avec l’aide d’associations appartenant au mouvement FAIR[e] un monde équitable. Idem en matière de solidarité internationale. Bon, si avec ça, votre enfant n’est pas rassasié, restez zen. Cela signifie sûrement qu’il se sent plutôt l’âme d’un scientifique. Dirigez-vous vers l’incontournable association Les Petits débrouillards. Elle propose des ateliers en sciences et techniques, des visites pédagogiques (berk, une station d’épuration...), afin de donner des clés de réflexion pour agir en citoyen responsable.

Option 3, pour vous, les vacances, c’est l’occasion de passer du temps en famille

Là encore, dans la vaste forêt vierge des initiatives, il faut sortir la machette. Trop harassant pour Chantal qui passe le relais à son mari Ludovic. Les vacances ont déjà débuté, plus de temps à perdre : il faut qu’il aille fureter du côté des Centres permanents d’initiatives pour l’environnement (CPIE) et des Groupements régionaux d’animation et d’information sur la nature et l’environnement (Graine). Dans chaque région, ces acteurs majeurs d’éducation à l’environnement et au développement durable sont organisés en réseaux. Ils proposent parfois des activités de loisirs et de découverte en famille. Et répertorient par thématique une nuée de petites structures qui s’investissent dans ce domaine. Un peu fastidieuse tout de même, cette recherche, pour le papa de Théo. Comme lui, pensez alors aux mairies, conseils généraux aux réserves ou parcs naturels, jardins publics, musées, événements ponctuels comme le prochain Festival alimenterre.

N’oublions pas les balades et l’estomac. Tiens, justement, ça les botterait bien Théo et son papa d’aller replanter des haies sur les talus à l’occasion du Rendez-vous sur les chemins organisé par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) dans toute la France. Et enfin, voilà la cerise sur le gâteau. Il y a forcément un petit producteur près de chez vous. Voici la carte, de quoi allier l’utile et l’agréable pour nos 2 gloutons déguisés en bûcherons.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Vincent Varron
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité