publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Mobilités > Porter un casque à vélo est-il vraiment utile ?
23-10-2012
Mots clés
Transports
Ville
France

Porter un casque à vélo est-il vraiment utile ?

Taille texte
Porter un casque à vélo est-il vraiment utile ?
(Crédit photo : emiliokuffer - flickr)
 
Indispensable pour les uns, dangereux pour les autres, le casque à vélo divise les fans de la pédale. « Terra eco » tente de faire le point. En selle !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Voilà le genre de débat à ne surtout pas lancer entre la poire et le fromage, au risque de foutre en l’air votre déjeuner dominical. Comme les geeks se divisent sur le Mac et le PC, comme les fans de foot s’écharpent entre le PSG et l’OM, les amoureux de la pédale, eux, se déchirent sur le port du casque à vélo.

Petit exemple, avec la dernière étude en date. Menée par l’Association médicale canadienne, elle montre que la plupart des cyclistes décédés d’une blessure à la tête dans l’Etat de l’Ontario entre 2006 et 2010 ne portaient pas de casque. Conclusion des auteurs : les cyclistes qui en portaient un s’en sont plus souvent sortis vivants. Tous les amateurs de vélos feraient donc bien de filer s’acheter un casque !

Le casque est-il dangereux ?

Dans les forums des articles qui ont relayé cette étude, le peloton des opposants au casque s’étranglent. Ils y rappellent la foultitude d’études précédentes qui disent tout bonnement l’inverse.

- L’une, menée en Australie en 2011 – où le casque est obligatoire – révélait au contraire que 80% des cyclistes blessés gravement ou décédés portaient un casque pendant l’accident. Ce qui voudrait dire que cette protection n’est pas totalement efficace.

- Une expérience, menée en 2005 en Grande-Bretagne, montrait même que les automobilistes frôlent plus volontiers les cyclistes équipés de casques que ceux qui n’en ont pas. Ce qui pourrait rendre les collisions plus fréquentes quand on porte une protection !

Trop de casque tue le casque

Et dans l’Hexagone ? Le débat fait rage ici aussi. Emmanuelle Amoros, chercheuse à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar), a publié en 2011 une étude sur les plus de 8 000 accidents à vélo dans le Rhône. Elle en a conclu que porter un casque diminue de 30% le risque de blessures à la tête, et même de 70% le risque de blessure grave à la tête. « Il n’y a donc rien d’aberrant à vouloir protéger la tête », estime-t-elle.

Sortie de route pour les 86% des cyclistes français qui roulent sans casque ? Dominique Lebrun, coordinateur interministériel pour le développement du vélo en France, mord dans le guidon et vole à leur secours. L’homme reconnaît volontiers ne pas porter de casque quand il roule à vélo : « L’usage du casque est recommandé, mais personnellement je ne ressens pas le besoin d’en porter un et je trouve cela contraignant. » Quant à l’idée de rendre le casque obligatoire, comme ce fut envisagé en France en 2008 : « Cela découragerait de nombreux utilisateurs, notamment ceux qui utilisent les vélos en libre service, ce qui aurait des conséquences sanitaires et environnementales très néfastes. L’intérêt du casque n’est pas suffisant pour compenser ces inconvénients. »

Et moi, qu’est-ce que je fais ?

Pour résumer, le casque vous protégera en cas de choc à la tête. Mais si vous prenez la voiture plutôt que le vélo pour éviter de vous balader avec un casque à la main toute la journée, votre santé en prendra un coup à long terme. Geneviève Laferrère, présidente de la Fédération des usagers de la bicyclette, va encore plus loin. Elle assume elle aussi, et sans complexe, faire le choix de ne pas porter de casque en ville et ne pas en faire porter à ses enfants. « La plupart des accidents graves de vélo ont lieu en campagne et non en ville. Ensuite, il est très rare de chuter sur la tête. On risque plutôt de se casser la clavicule si l’on chute (seules 11% des lésions graves concernent la tête, selon l’étude de l’Ifsttar, ndlr). Si on voulait être logique il faudrait porter une armure et pas seulement un casque », ironise-t-elle.

Voilà qui vous fait de belles jantes... Pour ne pas rester à court d’idées, la militante du cycle défend d’autres priorités pour réduire le nombre d’accidents. Pour elle, il faudrait limiter la vitesse des voitures, et lutter contre les vols des vélos, « qui poussent les gens à rouler sur des épaves ». La chercheuse Emmanuelle Amoros préfère garder le secret et ne pas révéler publiquement si elle porte ou non un casque quand elle grimpe sur son biclou. Mais elle indique se doter d’une autre protection, en portant des vêtements de couleurs vives le jour et une tunique réfléchissante la nuit. Selon une étude australienne, cela permettrait de réduire de 77% le nombre d’accidents corporels graves en améliorant « la conspicuité » - le fait d’être bien visible -des cyclistes par les voitures. Une idée qui, contrairement au casque, ne prend pas de place dans le sac à dos. Voilà qui pourrait sauver votre prochain déjeuner de famille. Merci qui ?

Et vous, casque ou pas casque ? Comment vous protégez-vous à vélo ? Dites-le nous dans les commentaires au bas de cet article.


Selon la Sécurité routière, 141 cyclistes sont décédés en 2011 (contre 273 en 2000). 59 ont été tués en milieu urbain et 88 en rase campagne. Dans 44,9% des cas, il s’agissait d’une collision avec un véhicule léger, dans 18,4% d’une collision avec un poids lourd ou un transport en commun et dans 8,84% par un véhicule utilitaire.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

67 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je conseille vivement de porter un casque en faisant du vélo. Il m’est arrivé de tomber suite à une syncope de l’effort sous une atmosphère chaude à 10h00 du matin. On tombe comme un sac (le poids total sans muscles). le premier choc sur le coude gauche, puis sur la hanche 2ème choc, puis sur la tête en partie arrière du crâne. Grâce à mon casque je n’ai eu aucune séquelle, le lendemain en visitant mon médecin, ce dernier m’a fait une ordonnance pour faire un scanner cérébral, résultat négatif. Je porte le casque depuis quatorze années et c’est ma première chute et pourtant, ça fait quarante ans que je fait du vélo. De tout de façon le poids du casque est minime. C’est une habitude à prendre mais sachez qu’il peut vous sauvez la "VIE". Bonne route à vous.

    9.08 à 14h26 - Répondre - Alerter
  • Les chiffres vraiment pertinents seraient les réponses aux questions suivantes :
    - Quel pourcentage de cyclistes portant un casque est victime d’un accident ?
    - Quel pourcentage de cyclistes portant un casque est victime d’un accident grave ?
    - Quel pourcentage de cyclistes portant un casque est victime d’un accident et en décède ?
    - Quel pourcentage de cyclistes ne portant pas de casque est victime d’un accident ?
    - Quel pourcentage de cyclistes ne portant pas de casque est victime d’un accident grave ?
    - Quel pourcentage de cyclistes ne portant pas de casque est victime d’un accident et en décède ?
    Je doute fort qu’un cycliste victime d’un accident ait plus de chances de s’en sortir sans casque qu’avec. Mais je ne suis pas borné alors montrez moi que statistiquement je risque davantage d’avoir un accident avec un casque et d’en mourir ! Si tel est le cas je cesserai d’en porter. En attendant, certes rendre le port du casque obligatoire en découragerait certains et il vaut mieux laisser chacun décider pour soi-même. Il n’en reste pas moins que crier haut et fort qu’un cycliste pourrait prendre des risques en portant un casque est une aberration. Sans les contraindre, invitons plutôt les habitués et occasionnels du déplacement à deux-roues à protéger leurs boîtes crâniennes !

    13.01 à 12h07 - Répondre - Alerter
    • Super article dans l’excellent magazine (médecine-sciences-sport) SportetVie N°149 avril 2015 sur l’intérêt (très discutable) du casque à vélo : "549 078 études sur port du casque à vélo et on ne peut toujours pas dire s’il sauve plus de vies qu’il n’en coûte. Cette question est une saga sans fin !!!"
      Les articles de cette revue sont toujours rédigés comme des articles scientifiques... avec références, graphiques et dates des publications scientifiques citées. Ça change du Parisien et autres journaux mal informés !!

      28.03 à 23h15 - Répondre - Alerter
  • J’ai acheté un casque il y a 3 ans, lorsque j’ai commencé à travailler dans le service d’accueil des polytraumatisés et autres accidentés de la route. En effet, en quelques années d’expérience, j’ai accueilli de nombreux accidentés de vélo, la plupart peu graves, mais quand c’est grave, c’est grave, particulièrement lorsqu’il y a un trauma cranien associé. La conséquence d’un trauma crânien peut aller de pas grand chose : perte de mémoire, troubles de l’attention, mais peut être plus grave : troubles de la parole, hémiplégie, troubles graves des fonctions supérieures.
    La démarche du casque est une démarche de prévention d’un risque rare mais grave. Certes, on a l’air un peu bête et c’est pas très sexy, mais si un jour cet évènement rare se présente, hé ben, les conséquences seront peut-être un peu moins lourdes.

    10.12 à 19h27 - Répondre - Alerter
  • Apres avoir été renversé par une voiture en attendant sur un îlot et m’être réveillé dans une ambulance j’ai choisi de porter le casque.

    Cependant un aspect sur lequel je na’i pas vu de commentaires mais néanmoins fondamental est le réglage du casque surtout pour les enfants. Si le casque est mal réglé et ne tient pas en place sur la tête il est inutile voir dangereux. Il risque de glisser en arrière, surtout en cas de chute frontale, et apporte un faux sentiment de sécurité aux parents comme aux enfants.

    10.12 à 18h52 - Répondre - Alerter
  • Je croise tous les jours des enfants sur leurs vélos sans lumières et sans aucun artifice réfléchissant... et aussi sans casque ; voilà le premier combat à mener et rapidement !!

    Je porte un casque au ski, en vélo pour les ballades mais si je parts travailler en train + vélo pliant, impossible de tout transporter surtout l’hiver où on est déjà charger.

    J’ai l’impression que mon parcours est suffisamment sécurisé pour me permettre de ne pas porter de casque, par contre ma femme qui fait plus de chemin que moi et sur un parcours moins sécurisé le porte et c’est bien !

    Laissons nous le choix !!

    10.12 à 13h44 - Répondre - Alerter
  • Mon expérience récente : de retour à mon domicile vers 21 heure dans une rue avec un éclairage public en panne je n’ai pas évité complétement des bornes béton rétrécissant la chaussée.
    Seule la tête a souffert.
    J’ai repris mes esprits 2 heures après aux urgences avec un traumatisme crânien qui à nécessité 1 semaine d’hospitalisation. Après 3 semaines tout reprend son cour, mais l’expérience a été vraiment sévère.
    Donc aujourd’hui, je cherche quel casque pour moi !

    2.11 à 12h40 - Répondre - Alerter
    • Il est fondamental de porter un casque.
      Je fais du vélo quotidiennement depuis 3 ans pour aller au travail en région parisienne (25 minutes matin et soir), je compte 4 chutes dont une chute importante dont la conséquence a été un poignet cassé. Mon casque n’aura été utile qu’une fois :
      En descendant la pente de mon parking, arrivé en bas un peu trop vite, je glisse sur une flaque, la chute est instantanée, sur le coté. Je suis couché par terre. J’ai mis 2 minutes à comprendre que, en fait, mon casque (et ma tête...) avait tapé le sol et que j’étais juste un peu sonné. Je me suis relevé sans aucun problème. Je n’ose pas imaginer le même choc sans casque.

      8.12 à 18h21 - Répondre - Alerter
  • Vérifier avant de partir que les freins fonctionnent bien, et que rien ne va aller se mettre dans les rayons.
    Bien se positionner sur sa voie, comme il est dit plusieurs fois ci-dessus,
    Signaler ses changements de direction,
    Avoir des oreilles et des yeux,
    Observer les yeux de l’automobiliste : vous a t’il vu ?
    Observer les roues avant de l’auto : elles préfigurent la direction que va prendre l’auto.
    Si on doit rouler de nuit, avoir un éclairage FIXE et EN ETAT DE MARCHE et enfin l’UTILISER (ainsi que le gilet réfléchissant).
    Les piles des éclairages amovibles seront à plat au mauvais moment.
    Ne pas lâcher le guidon... et garder les mains en position de pouvoir freiner.
    Utilisez les pistes cyclables obligatoires, ignorez les autres (qui sont sur les trottoirs, trop étroites ou pleines d’obstacles).
    RESPECTEZ le CODE DE LA ROUTE,
    Ne pas remonter les files à l’arrêt par la droite ! Cela double le risque du coup de portière, et vous met en danger si le premier véhicule tourne à droite.

    Et si malgré çà vous ne vous sentez pas en sécurité, portez un casque et un gilet fluo, même de jour.
    Les gants c’est bien aussi : la main est la première partie du corps à toucher le sol, et des main écorchées c’est pas top pour tenir le guidon.

    7.08 à 23h03 - Répondre - Alerter
  • je sort avec mon vélo la voiture me coupe priorité pour tourner a gauche je m’arrête au milieux

    18.04 à 11h01 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je suis automobiliste et pire, scooteriste, et ma femme est...cycliste, ah comme quoi ! et on s’aime ! bon..
    L’automobiliste et le scooteriste ne voient pas bien les vélos, vous êtes petits sur la route et proportionnellement très peu éclairés (la nuit c’est vraiment dangereux), et beaucoup d’entre vous ont tendance à se laisser griser par la petite reine et à négliger le code de la route. C’est extrêmement dangereux pour vous, mais aussi pour le conducteur qui vous causerait un accident, car pour lui aussi cette éventualité est horrible. Soyez vigilants et dites vous bien qu’on vous voit très peu, c’est comme ça. Et non tous les conducteurs ne sont pas pas des méchants, c’est tellement bête de penser ça, sans compter que méchant ou pas, quand vous serez sous un bus, vous pourrez toujours vous plaindre, c’est vous qui y serez.. SOYEZ PRU-DENT !! Nom d’une pipe (et pour le casque, je ne crois pas pas qu’il vous protège de grand chose en ville, malheureusement)

    19.03 à 19h55 - Répondre - Alerter
  • Your style is really unique compared to other people I have read stuff from. Thanks for posting when you’ve got the opportunity, Guess I will just book mark this site.ibcbet

    17.02 à 05h13 - Répondre - Alerter
  • If some one needs to be updated with hottest technologies then he must be pay a quick visit this web page and be up to date everyday. Ibcbet

    4.02 à 05h28 - Répondre - Alerter
  • Je pratique le vtt en club, et croyez moi j’ai vu pas mal de chute, merci le casque. C’est la responsabilité de chacun.

    9.01 à 09h53 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,
      Je suis assez outré par le témoignage de la personne qui dit que porter un casque ne sert à rien, puisque tous les accidents ne touchent pas la tête. Se casser la clavicule est beaucoup moins grave que de se casser le crane. C’est ridicule de dire que le casque de vélo ne sert à rien. On pourrait aussi dire que la ceinture de sécurité ne sert à rien puisque en cas d’accident très grave on meurt dans tous les cas, ceinture ou pas.

      15.01 à 12h43 - Répondre - Alerter
  • I am writing a research paper and collecting information on this topic. Your post is one of the better that I have read. Thank you for putting this information into one location.
    get more instagram likes

    5.11 à 11h56 - Répondre - Alerter
  • Je suis un mauvais eleve en matiere de casque, sauf en vtt.
    En revanche, pas de compromis sur les lumieres, et eventuelement le gilet.
    Et ce qui m’a deja sauvé plusieurs fois :
    Tant que je n ai pas croisé le regard de l automobiliste, je concidere qu il ne m a pas vu. Et c est ma regle la plus importante. Quand on apprehende chaque carrefour avec ce prerequis, on fait bien plus que de porter un casque.
    Avec une lumiere ( a moins d avoir une torche surpuissante )et un gilet fluo, si l automobiliste ne tourne pas la tete pour regarder, il ne vous verra pas. Et casque ou pas, vous aurez un bel accident.

    Amis cyclistes, nous ne sommes pas prioritaires, justes tolerés, c est bete, mais c est comme ca qu il faut le voir. Tant que la voiture (et tout engin motorisé) seront conciderés comme des espaces de liberté personnels, et non comme de simples moyen de transports, nous n avancerons pas, ni sur la securité routiere, ni sur le developpement durable...
    Je ne fait confiance a aucun vehicule, tout est potentielement accidentogene. Rouler tranquillement et mettre un casque ne constitue pas pour moi une securité. Savoir garder le doigt sur les freins, et installer des patins pluie est tout aussi important.
    Ce que je redoute le plus, le coup de la portiere...
    Pour voir le bon cote des choses, en plus de vous tenir en forme, le velo en ville aiguise vos sens...

    24.10 à 23h25 - Répondre - Alerter
    • Effectivement on peut mourir en sortant de chez soi et par n’importe quel moyen. De ce fait pourquoi s’assurer ? Effectivement les accidents graves et mortels ne sont pas protégés par un "casque ridicule". En partant de ce principe pourquoi respecter le code de la route, pourquoi se soucier d’avoir de bons freins. Avoir de bons freins ne te prémunit pas d’un choc frontal avec un véhicule conduit par une personne en état d’ébriété par exemple. Même avec un bon éclairage tu n’es pas à l’abri d’un accident avec un "abruti" qui pense que respecter la limitation de vitesse c’est contraire à sa "Liberté". Alors change d’avis, comme tu vérifies tes freins mets un casque sur ta tête. Cela ne coûte rien (ou si peu) et arrête avec ta philosophie de supermarché ! A l’avance merci de changer d’avis.

      29.09 à 08h34 - Répondre - Alerter
  • A toulouse, en 2011, 37 accidents graves dûs aux portières de bagnoles stationnées. Ce n’est pas le port du casque ou non qui est dangereux mais les aménagements dits "cyclables" et les bagnoles. Dans tous les commentaires, on parle d’accidents avec des bagnoles et on prétend que la casque a sauvé la vie... Ce qui sauverait la vie c’est de virer les bagnoles, de faire des aménagements EN CONCERTATION avec les associations d’usagers. Et si les cyclistes doivent porter un casque alors les automodébiles doivent en porter un complètement intégral avec la combinaison qui va avec. C’est aussi l’égalité !

    26.01 à 21h47 - Répondre - Alerter
  • Je ne roule jamais sans casque,ni sans chasuble
    Le ridicule ne tue pas !
    Je ne rigole pas avec ma sécurité et ma visibilité

    13.01 à 17h14 - Répondre - Alerter
  • J’ai un casque jaune avec des bandes réfléchissante et une lumière rouge derrière : ça me rend plus protégé, plus visible, sur la route en en cette période de chasse sur mon VTT
    j’ai dans ma sacoche un gilet jaune et un coupe vent jaune fluo
    j’ai une lampe frontale qui clignote
    et j’ai rajouté des réflecteur jaune sur le vélo

    et même décoré comme un sapin à noël, les automobilistes avouent "je vous ai pas vu !"

    je dis pas que je suis décoré comme ça tout le temps et sur tout les trajets, mais l’hiver, la nuit, avec une chaussée mouillée sur laquelle les lumières se reflètent, je me sens plus en sécurité

    j’aime le vélo, mais pas au point d’en mourir...

    14.11 à 18h22 - Répondre - Alerter
  • Le jour ou une voiture a failli me jeter dans une façade parce qu’ elle tournait à droite alors que moi je continuais tout droit, je suis allée me chercher un casque directement après le boulot.
    Heureusement j’ ai eu le reflexe de tourner comme la voiture pour éviter l’ accident.

    Je ne roule jamais sans casque.
    Le ridicule ne tue pas ! pourtant je suis quelqu’ un qui regarde à son look.
    Mais je ne rigole pas avec ma sécurité.

    2.11 à 12h43 - Répondre - Alerter
  • En fait, le port du casque s’impose, selon ma pratique (cycliste "de toujours", médecin hospitalier...et ancienne victime d’une chute sérieuse en vélo de route !) en fonction d’un paramètre capital : l’utilisateur a-t-il les pieds fixés sur ses pédales ou non ?

    Dans le cas de cale-pieds ou de pédales automatiques, une chute (chez un adulte) ne pourra pas être parée par le mouvement réflexe immédiat du pied allant dans le sens de la chute, suivie du mouvement de parade du bras en extension vers le sol pour protéger la tête (d’où la fréquence des fractures du poignet ou de la clavicule) =>les pieds étant fixés, le cycliste restera en position sur son vélo, mains agrippées au guidon, et c’est la tête qui touchera, sur le côté en plus (les tempes sont le plus fragile)...Le casque est donc indispensable dans ce cas, qui recoupe en plus les situations où la vitesse et la recherche de "performances" sont au premier plan (VTT, cyclo-sportif)).

    Dans les autres situations, le casque ne s’impose que chez l’enfant (poids de la tête/reste du corps), ou les utilisateurs aux réflexes émoussés (seniors, fatigués, distraits : oreillettes !) ... que nous sommes tous potentiellement à certaines heures ?

    29.10 à 18h57 - Répondre - Alerter
    • Une fracture du crâne avec hématomes sous-dural et en bonus la clavicule gauche en deux endroits et 4 côtes cassées ; depuis je ne me pose plus la question du port ou non du casque et je supporte de moins en moins la bêtise de ceux qui croient savoir...ce jour là, j’ai juste eu de la chance et j’ai été super bien pris en charge par les urgences de ST CLAUDE ;
      En complément d’infos : 15ans de compétition sur route à tous les niveaux amateurs et un bon bagage sur piste.
      SVP porter le casque.

      8.01 à 19h37 - Répondre - Alerter
      • Alors que K (le 29/10 à 14:41) gagne le commentaire le plus intellingent,
        juste devant les ex-equo CT et O.W., tu gagnes, de loin, celui du moins pertinent.

        Deja, en intro, cette phrase de FrancO :
        "et même décoré comme un sapin à noël, les automobilistes avouent "je vous ai pas vu !""

        Le principal pb du cycliste urbain, c est les automobilistes, et le placement (pour être visible visible par eux) du cycliste sur la chaussée.

        15 ans de compétitions sur route et sur piste ?
        BRAVO,
        mais voilà, c est çà ton pb : je ne ferais surtout pas confiance à Ayrton Senna ou à Seb. Loeb comme ambulanciers, taxi ou livreur dans les rues de Paris.
        Ton expérience pour savoir pédaler très vite et très fort ne t ai d aucune utilité en ville :

        1ere cause de mortalité des cyclistes en villes ?
        Les véhicules motorisés qui tournent à droite

        => C est 1 000 fois plus important de savoir se positionner sur la bonne voie, et la bonne partie de sa voie AVANT d arriver au carrefour, si tu dois aller à gauche, tout droit, ou à droite à un carrefour (respectivement, à gauche de la voie la plus à gauche, au 2/3 de la voie de droite pour aller tout droit, ou au milieu de la voie pour aller à droite, et en s arrêtant à l avant des voitures (SAS vélo))

        23.03 à 17h20 - Répondre - Alerter
  • En milieu urbain, merci aux concepteurs d’ouvre-boîte crânienne anti-parking sauvage ("ailerons de requin" et autres dispositifs nantais, merci !)
    Le port du casque, du gilet réfléchissant ou d’une tenue claire bien visible, plus allumage de l’éclairage du vélo, par certains cyclistes met en danger ceux qui roulent vêtus de noir sans toutes ces précautions : par contraste, on les devine encore moins dans la pénombre voire l’obscurité, quand ils surgissent à l’improviste - liberté assumée !?

    29.10 à 13h39 - Répondre - Alerter
  • 13 jours avant la naissance de mon 1er enfant, une portière brusquement ouverte m’a fait rebondir sur qques voitures dans une rue bouchonnée (si c’est bouchonné, c’est pas la peine de regarder dans le rétro a dû se dire la conductrice). Mon casque n’a rien fait pour mes côtes félées (10 jours au lit, chouchouté par la future maman) mais il a protégé mon crane de ces froides carrosseries.
    Alors, même si les campagnes pour le port du casque à vélo sont financées par l’industrie automobile pour montrer que le vélo c’est TRES dangereux, le casque est pour moi naturel.
    Tout le monde le porte dans ma petite famille.
    Tant que mes enfants devront partager la rue avec des Fangios grégaires et des têtes de l’air motorisés, je ne vois que cette solution pour leur éviter une mort précoce.
    Le casque n’est pas obligatoirement moche. Il n’est même pas encombrant puisqu’il peut rester sur un vélo stationné, les lanières retenues par l’antivol.

    29.10 à 11h33 - Répondre - Alerter
  • Mon casque : en VTT systématiquement ; en ville : en hiver souvent, sous la pluie quasi systématiquement mais par beau temps (la majeure partie de l’année) et en été jamais.
    35 ans de vélo urbain, et pas une chute ; ce n’est pas qu’une question de chance ou hasard. A vélo en ville, il faut être beaucoup plus attentif que n’importe quel conducteur, anticiper toutes les situations, imaginer des rues avec des voitures des piétons ou même des cyclistes qui débouchent là où il n’y a rien et tout faire pour être vu tout en pensant que personne ne nous voit. Il ne faut donc surtout pas se réfugier derrière des mesures de sécurité qui peuvent donner l’illusion d’une tranquilité. Le casque peut donner ce sentiment or il est bien plus vital d’être pro-actif.

    29.10 à 11h25 - Répondre - Alerter
    • Comme CT, je suis convaincue de cela avec mes 40 années de pratique du vélo sans accident grave. On peut multiplier à l’envi les accessoires sécurisants (je n’en utilise moi-même qu’un seul -le gilet fluo la nuit), c’est de fait notre propre attitude qui fait une vraie différence. Toujours anticiper au maximum les actions des autres, mais également se rendre soi-même le plus visible et pré-visible possible pour eux. Quant à l’obligation, c’est un autre débat, et personnellement, je ne suis pas pour.

      29.10 à 14h41 - Répondre - Alerter
  • Si porter un casque enlève des cyclistes des rues, alors autant ne pas rendre cela obligatoire. Cela serait contreproductif, car moins il y a de cyclistes, moins les automobilistes font attention... et plus il y a d’accidents !
    Personnellement j’en porte un tous les jours, mais c’est surtout pour rassurer ma femme. Mes enfants en portent aussi, c’est normal vu qu’ils sont en apprentissage et que je suis responsable de leur sécurité en tant que parent.
    L’éducation est plus importante que la répression dans ce cas-là.
    P.S. : En Suisse, le gouvernement a renonçé à rendre le casque obligatoire, suite à une polémique semblable.

    25.10 à 09h57 - Répondre - Alerter
    • Je porte un casque depuis que mon compagnon a eu un grave accident en ville avec son vélo (fracture du crâne). Il s’en est heureusement bien sorti. Je ne considère pas le casque comme une contrainte. Il est léger. Mais en porter un ou pas n’est pas si évident car jusqu’où devront se protéger les cyclistes (l’armure évoquée dans l’article !). Les habits avec bandes fluo sont vraiment une bonne chose en effet. et évidemment, moins de voitures en ville, devrait être un objectif des politiques des municipalités...

      26.10 à 13h46 - Répondre - Alerter
  • Oui au casque, non à l’obligation.
    Entre 20 et 22 000 km par an sur un vélo avec un casque. Il est sur que la sécurité vient plus de mes vêtements bien visibles, été comme hiver. Le jaune flash et le réfléchissant l’hiver ou le soir (avant d’en être obligé).
    Je souris beaucoup quand je croise des groupes de jeunes encadrés par des (ir)responsables ou par leur parents que l’on repère facilement, ils n’ont pas de casques !!!.
    Les pistes cyclables comme aux Pays Bas seraient LA solution. Elles sont séparées des voies automobiles (et ne servent pas de promenoir pour piétons). Vaste programme.

    25.10 à 00h29 - Répondre - Alerter
  • Je serre les fesses tous les jours lorsque je passe sur un pont au dessus d’une 4 voies (bien sûr, pas de piste cyclable). Le casque, me rassurerait peut-être, mais je pense que les automobilistes et chauffeurs font plus attention à moi, avec mon joli gilet jaune fluo.
    De plus, ok pour rendre le casque obligatoire, à condition qu’il y ait des pistes cyclables PARTOUT... ! ;-) C’est pas demain la veille...

    24.10 à 21h56 - Répondre - Alerter
  • affligeant ! ...et irresponsable !
    après cela, essayez d’enseigner aux jeunes le port du casque dans leurs activités cyclistes.

    24.10 à 18h29 - Répondre - Alerter
  • Personnellement, si je suis en vie et sur mes deux jambes, je pense que je le dois à mon casque : une conductrice âgée et mal voyante m’a coupé la route. Résultat, aujourd’hui je ne l’utilise plus seulement en randonnée, mais aussi dans les déplacements de proximité.Cela n’évite pas les accidents, cela peut en réduire les effets parmi les plus graves.

    Pour ce qui de l’encombrement, la plupart des cyclistes portent un sac à dos qui peut bien accueillir ce casque. Pour moi clairement, non à l’obligation, oui à l’incitation, oui à l’éducation des automobilistes et des cyclistes, mais cela n’empêchera pas les accidents.

    24.10 à 15h08 - Répondre - Alerter
    • Mais le casque doit être sur la tête ! pas dans le sac à dos !

      25.10 à 10h25 - Répondre - Alerter
      • Bien sûr, sur la tête pendant les déplacements, dans le sac à dos entre les déplacements !

        26.10 à 14h03 - Répondre - Alerter
        • Et il faut interdire aux vigiles des supermarchés de vous obliger à faire la queue pour laisser votre sac à dos à l’entrée + refaire la queue à la sortie pour le récupérer (casque + tenue visible + outils réparation-minute dans ledit sac + le portefeuille pour payer les achats éventuels) : le vélo prend du temps en zone rurale et on nous pénalise encore à l’arrivée !
          Personnellement, je boycotte tous les magasins qui ne tolèrent pas que je garde mon sac à dos dans les rayons, vu qu’ils tolèrent bien les jolis sacs à main, attaché-cases . CQFD

          29.10 à 13h21 - Répondre - Alerter
        • "Bien sûr, sur la tête pendant les déplacements, dans le sac à dos entre les déplacements !"

          En fait, Roger,
          selon les stats de la sécu routière,
          il faudrait porter 4 casques :
          1 à chaque poignet, et 1 à chaque molet,

          Ces 4 là suffisent.

          Mais, après, pour les plus soucieux,
          on peut aussi en rajouter un pour le dos, un pour les cervicales,

          et, éventuellement, si on en a encore, un sur la tête, mais pour celui-là, afin de ne pas perdre plein de dents ou même perdre toute sa machoire inférieure, penser à le prendre avec une protection de menton en dur (c.f. les casques de BMX), et pas juste une simple courroie de fermeture.

          p.s. voici des VRAIES protections, pour le cycliste en ville :

          - Quand vous changer de direction ou même simplement de voie,
          TENDEZ votre bras :
          celà vous rend plus visible, celà a un rôle d’écarteur de danger, et celà informe les autres de votre futur déplacement, avant que vous l engagiez.

          - Un danger, qui arrive parfois : un automobiliste, dans votre voie, pense pouvoir vous doubler dans un virage (une route sinueuse, mais aussi dans certains carrefour, en particulier le tournez-à-droite, ou une voiture peut essayer de passer par l extérieur du virage) :
          => pour éviter ce dépassement dangereux, qui risque de se terminer avec la voiture qui vous fait une queue de poisson, ce qui peut vous envoyer dans le bas-coté ou faire percuter le pare-choc,

          il FAUT OCCUPER sa voie = couper le virage tout en restant dans sa voie :
          si, dans un virage à gauche, vous vous déportez au 3/4 de votre voie (éventuellement, en laissant pendre votre jambe intérieure au centre, pour ne pas avoir à ralentir, servir d’écarteur de danger et pour être plus visible ; en bonus, celà pourra servir en cas de perte d adhérance) ;
          alors, pas de risque qu’on vous double dans votre voie.

          Par contre, en cas de virage à droite, gardez cependant toujours au moins 1m avec le bord droit de sa voie (place nécessaire pour le pied intérieur tendu ;))
          pour éviter de se faire doubler puis queue de poissoner.

          23.03 à 17h51 - Répondre - Alerter
  • Oui, j’en suis convaincue parce que ma fille de 2 ans avait fait une chute mineure d’un petit vélo à roulettes. Résultat : une plaie heureusement sans gravité mais qui avait beaucoup saigné. C’était déjà casque d’office pour l’enfant que je porte sur mon porte-bagage (le danger est peut-être plus grand au moment où et on démarre et descend de vélo car on peut facilement perdre l’équilibre). C’est aujourd’hui casque d’office pour ma fille quand elle est sur son petit vélo, seule ou lorsque je la tracte. Et casque d’office pour moi-même afin de montrer l’exemple et parce qu’on ne sait jamais. Par contre, j’ai le nec plus ultra de la carriole et je ne met pas de casque à mes enfants alors que le constructeur le recommande. C’est peut-être une erreur. Dans le cas de la carriole, je ne suis pas sûre que le casque soit confortable mais dans les autres cas, c’est comme la ceinture en voiture : une habitude à prendre ! Si on ne l’a pas, il y a quelque chose qui manque. J’habite à la campagne et je m’étais achetée un casque à l’époque où j’habitais en ville car je trouvais que cela pouvait être vraiment dangereux pour les cyclistes, frôlés par les voitures...

    24.10 à 12h52 - Répondre - Alerter
    • dechair.etdelait : "Oui, j’en suis convaincue parce que ma fille de 2 ans avait fait une chute mineure d’un petit vélo à roulettes"

      Normal :
      le vélo avec des roulettes est une abérration :
      il offre une stabilité douteuse, mais rassurante :
      il apprend aux enfants à pédaler le plus vite possible [la (fausse) stabilité le permet pendant un temps] alors qu’ils ne savent pas encore gérer la direction, et encore moins l’équilibre.
      Résultat : ils foncent, et parfois, tournent le guidon trop, ou perdre l équilibre sans raison particuliere.

      Suffit de regarder ce qui se vend plus, dans les pays ayant gardé une culture cycliste :
      aux plus jeunes, ils ne vendent pas un vélo avec des roulettes
      MAIS
      des porteurs, des draisiennes :
      un véhicule sur lequel ils vont aller moins vite qu’en vélo, mais plus vite qu’à pied,
      et sur lequel ils vont apprendre l’équilibre, et la direction (voire même le freinage) ;

      une fois l’équilibre (vitesse en lancé, en descente) et la direction acquis,
      alors seulement, on leur rajoute des pédales, on les mets sur un vélo.

      (ta méthode, c est comme offrir à un môme de 16 ans n’ayant jamais conduit, une voiture allant à 200km/h, car elle a l abs et l airbag, et croire que, comme tu es en passager, tout va bien se passer ;
      alors que la loi française, n autorisant que les voiturettes de 50cm³, est bien plus logique).

      24.03 à 11h18 - Répondre - Alerter
  • Le port du casque pas pour moi tous les jours il m’encombrerait trop sur ma journée de travail .
    Mais le week end oui pratiquant de la descente en montagne mais j’ai aussi l’armure et la dorsale

    24.10 à 12h13 - Répondre - Alerter
  • C’est vrai qu’il est moche, mon bancal ! Mais je me sens nu sans :-)
    (je porte aussi le gilet jaune ... pour prévenir les accidents)

    24.10 à 11h37 - Répondre - Alerter
  • N’oubliez pas non pas plus le casque à pied, car la crotte des pigeons ne rongent pas que les pierres. Et aussi le masque à gaz, vu l’air de la môôôdernité !

    24.10 à 11h12 - Répondre - Alerter
  • Faute d’Air Bag je préfère avoir l’air con avec un casque.
    En vélo chaque chute peut être fatale et ce n’est pas parce qu’on va vite on qu’on roule mal qu’on ne chutera pas !
    Moralité je roule casqué !

    24.10 à 10h57 - Répondre - Alerter
  • Biensûr que c’est plus sûr avec un casque mais c’est tellement mieux sans.
    A quand le casque pour marcher dans la rue et pour sortir de sa baignoire (ne pas oublier de l’enlever sous la douche quand même).
    Le casque existe, c’est déjà bien, il y en a même des beaux, mais ce n’est pas une raison pour nous forcer à le porter. Qu’on nous laisse libre de choisir nos bleus, nos traumatismes et plus si affinité...

    24.10 à 10h21 - Répondre - Alerter
    • Chacun choisit de risquer une fracture du crâne, et choisit que les autres vont payer les longs soins coûteux en cotisant à la Sécurité Sociale ! Merci le civisme.

      29.10 à 12h27 - Répondre - Alerter
      • Très bonne définition du tout sécuritaire : restreindre la liberté de chacun au nom de valeurs soit disant égalitaires et surtout culpabilisante.
        Mon propos est avant tout qu’on nous laisse un choix éclairé des risques et des avantages. D’où l’excellente initiative par cet article de remettre en question un sujet que tout le monde pensait évident. Le casque c’est mieux ? Finalement peut être pas.
        Pour rappel, l’option œillère du casque n’est pas obligatoire !

        NB : une des premières règles de civisme est de se présenter quand on s’exprime, un pseudo suffit...

        29.10 à 13h56 - Répondre - Alerter
  • Sur un vélo pour tous mes déplacements : avec le casque. J’ai choisi un modèle coloré pour qu’il soit moins rébarbatif ! Malgré les nombreuses pistes cyclables, les voitures restent prioritaires ville... et je me dis que cette petite contrainte peu être salvatrice en cas de chute ou d’accident. Pour le reste, aménager l’espace collectif urbain en fonction de la mobilité douce (et non pas le contraire) est l’unique solution qui permette de circuler sans risquer de se faire shooter par un véhicule motorisé.

    24.10 à 09h59 - Répondre - Alerter
  • Je vous invite à lire le dossier complet de la fubicy : http://www.fubicy.org/spip.php?article136 dans lequel on voit que le seul paramètre qui est en lien avec le nombre d’accidents est le nombre de cyclistes. Plus de vélo = moins d’accidents.
    Le reste c’est du pipo. Des automobilistes aussi auraient moins de blessures en portant un casque. Et il y a plus d’accidents de voitures...

    24.10 à 09h43 - Répondre - Alerter
  • L’armure est exclue bien que ce soit efficace. Je suis d’accord pour dire qu’en absence de règlement c’est à chacun de se positionner. Après deux chutes sans casque et quelques points de suture, j’ai choisi de le porter. C’est une habitude à présent et quand je ne l’ai pas je me sens tout nu.

    Par contre ce qui est souvent cité dans les débats "pour ou contre", c’est que le casque ne doit pas être considéré comme un blanc seing qui autorise à rouler n’importe comment !

    Enfin ce n’est pas un hasard si le port du casque est obligatoire pour les compétitions cyclistes. De nous tous, ce sont quand même les cyclistes qui font le plus de km.

    24.10 à 09h35 - Répondre - Alerter
  • Et n’oubliez pas non plus vos chaussures anti peaux de bananes, ni votre minerve pour éviter le coup du lapin...J’ai perdu 2 dents et 1/2 en atterrissant sur le pare brise d’1 Mercedes.
    Faut-il que j’arrête le vélo, Docteur ?!

    24.10 à 09h17 - Répondre - Alerter
  • Le casque nous a sauvé la vie à mon épouse et à moi.
    Un caillou reçu sur la tête en passant sous un pont, le casque de mon épouse percé, une belle frayeur.
    Une chute sur une plaque de verglas, ma tête heurte la bordure, c’est le casque qui a tout pris.
    Donc, oui, pour notre petite famille, impensable de prendre le guidon sans casque.

    23.10 à 23h00 - Répondre - Alerter
  • Moralité : le principal problème du cycliste, c’est pas le casque, c’est les voitures...

    23.10 à 22h22 - Répondre - Alerter
  • Forcément, après un titre pareil je ne vous félicite pas.

    Pour le coeur du problème, on pourra se souvenir que pour un adulte tomber de sa hauteur sans que les mains ne retiennent la chute au moment du contacta avec le sol est déjà très dangereux pour le crane.
    Alors en équilibre sur un vélo ça ne risque pas de s’améliorer...

    Le tout est de s’en souvenir avant de se poser la question : le vélo, avec ou sans casque ?
    En l’absence de règlement, la réponse est personnelle.

    23.10 à 20h55 - Répondre - Alerter
    • J’ai le permis de conduire une voiture depuis 20 ans. Je n’ai jamais eu d’accident. J’ai donc décidé de stopper le port de la ceinture de sécurité : vous voyez bien que ca ne sert à rien et puis c’est trop contraignant, trop inesthétique, trop serré, pas pratique quand on veut descendre d’urgence pour une envie d’uriner.

      La question n’est pas de savoir si vous allez avoir un accident ou pas. Ça ne se souhaite à personne.

      Mais si vous avez un accident êtes-vous sûre que vous aurez le temps de négocier avec votre omoplate le fait qu’elle se dévoue pour heurter ce gros poteau en métal, en lieu et place de votre crâne ?

      Un casque c’est pas fait pour éviter l’accident. C’est fait pour éviter la cata en cas d’accident. Nuance.

      23.10 à 21h20 - Répondre - Alerter
      • Le problème est que déplacer le débat sur le port du casque nous fait entériner le fait que les automobilistes ne respectent pas les cyclistes, ni le code de la route. Ceci devient un fait acquis. On va faire une campagne pour promouvoir le port du casque et non pour le respect des lignes continues, des priorités sur les ronds-points, etc...
        Ce débat fait penser que le vélo est plus dangereux que les autres modes de déplacement, ce qui est faux ! Cela peut donc faire reculer des personnes qui réfléchiraient à utiliser plus leur vélo, et donc tout cela est contre-productif.

        24.10 à 11h03 - Répondre - Alerter
      • Le problème, c’est qu’apparemment, on risque davantage d’avoir un accident en en portant un, puisque les voitures passent plus près.

        Bref, pour ma part, je porte une bombe lors de l’équitation, mais pas de casque sur un vélo en ville (mais j’en porterai probablement un si je faisais du VTT).

        24.10 à 11h07 - Répondre - Alerter
  • Ben moi non, en même temps je tombe de moins haut, je suis en VC.
    Je pense que si il fallait protéger quelque chose, les coudes sont plus exposés, voir les poignets. J’ai fait pas mal de chutes dont certaines à cause de voitures mais je tombe sur le côté. En fait sur le cul !
    J’ai quand même des gants la plupart du temps.

    23.10 à 20h28 - Répondre - Alerter
  • Pas de casque pour moi, trop contraignant.
    10 ans que je roule quotidiennement dans Paris, 1 chute due à une voiture qui m’a heurté par l’arrière. Bilan une petite peur et un pneu voilé.

    23.10 à 17h26 - Répondre - Alerter
  • Je pense qu’un casque m’aurait évité un traumatisme crânien. Depuis, donc, mon accident (fauché latéralement par une voiture en ville [qui ne pouvait me voir à cause d’un bus mais qui a pris le risque de couper la piste cyclable]), j’en porte un :)

    23.10 à 17h25 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité