publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Olafur Eliasson, l’homme qui voulait nous transformer en météorite
15-12-2014
Mots clés
Culture
Climat
France
Monde
Diaporama

Olafur Eliasson, l’homme qui voulait nous transformer en météorite

Taille texte
Suiv

Le bâtiment de la Fondation Louis Vuitton, située dans le bois de Boulogne, à Paris, a été conçu par l’architecte américain Franck Gehry.

Prec
Suiv

La fondation créée par le maroquinier de luxe, et dédiée à l’art contemporain, a été inaugurée en octobre dernier.

Prec
Suiv

L’entrée de l’installation du plasticien Olafur Eliasson, intitulée Contact, et ouverte à partir du 17 décembre, représente une météorite, point de départ d’un parcours sensoriel.

Prec
Suiv

Dans la première vaste salle, l’installation Map of unthought thoughts joue avec les ombres portées des visiteurs.

Prec
Suiv

Dans les couloirs de l’exposition, plongés dans le noir, des demi-sphères de cristal renvoient une image inversée de l’extérieur.

Prec
Suiv

La seconde salle monumentale, au sol bombé, donne la sensation d’être plongé dans une gigantesque éclipse.

Prec
Suiv

L’artiste danois d’origine islandaise Olafur Eliasson pose devant la sculpture Bridge from the future, une sorte de vortex légèrement anxiogène.

Prec
Suiv

Dans le hall de la fondation, la suspension Dust particle reflète les rayons du soleil renvoyés par un système de miroirs mobiles, un héliostat, installé sur les toits du bâtiment.

Prec
Suiv

A l’extérieur, dans la partie nommée « Grotto » du bâtiment, des colonnes de lumière jaune et de miroirs, Inside the horizon, brouillent les perceptions de l’architecture.

Prec

En quittant la fondation, le visiteur aperçoit l’installation Inside the horizon.

 
Le plasticien danois, écolo et star de l'art contemporain, expose, à partir du 17 décembre, une installation conçue pour la fondation Louis Vuitton. Au cœur de ce parcours sensoriel, la volonté de reconnecter le visiteur au cosmos.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

« Pensez que vous êtes une météorite et laissez-vous partir. » C’est avec cette invitation que l’artiste danois d’origine islandaise Olafur Eliasson a convié la presse à découvrir Contact, une installation créée pour la fondation Louis Vuitton, à Boulogne, à visiter à partir du 17 décembre. Barbe taillée, lunettes visées au nez, l’air sérieux malgré une lampe solaire en forme de marguerite accrochée en collier, la star de l’art contemporain, 47 ans, n’en a pas fait des tonnes. Tout comme il préfère se passer de cartels explicatifs sur ses œuvres, le voilà qui refuse la visite guidée au parterre de gens chics en talons hauts et sacs siglés qui lui faisait face. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de cet artiste engagé, écolo convaincu, de créer à la demande et pour la fondation d’un maroquinier de luxe, dont il avait déjà décoré les vitrines de Noël il y a quelques années… Mais faisons confiance à l’artiste, délaissons les petits fours et les belles robes, avalons une goulée d’air et de lumière, et plongeons dans Contact !

« Il s’agit d’une promenade, presque d’une chorégraphie qui alterne lumière et ombre », avait prévenu Suzanne Pagé, la directrice artistique de la fondation. Au sous-sol du bâtiment, imaginé par l’architecte américain Franck Gehry, l’entrée du parcours est marquée par une pièce accrochée au mur et présentée comme un morceau de météorite, Touch. Voici le point de départ, extraterrestre, un peu magique pour qui voudra y croire. Olafur Eliasson propose de le toucher, de le caresser même, avant de plonger dans une série de couloirs sinueux et de vastes salles obscures qui doivent bouleverser notre perception de l’espace et peut-être de l’univers. Pour gagner deux grandes installations plongées dans le noir, Map of unthought et Contact, le spectateur passe presque à tâtons le long de murs dédalesques desquels sortent des demi-sphères de cristal renvoyant l’image lumineuse et inversée de l’extérieur. Dans la première salle, l’ombre du spectateur est projetée sur des murs en demi-cercle. En face, un miroir géant semble agrandir l’espace à l’infini.

« Explorer l’empathie des êtres avec l’univers »

La seconde salle ressemble à l’idée que l’on se fait de Pluton. Le sol bombé fait penser à la calotte d’une planète sur laquelle un Petit prince du XXIe siècle aurait atterri par mégarde. Dans ce monde post-apocalyptique, à la fois hypnotisant et suffocant, une ligne de lumière rouge horizontale perce la nuit et évoque une éclipse géante. Suit Bridge from the future, une sculpture vortex évoquant un monde en accélération et enfin Big Bang Fountain, un dispositif stroboscopique qui éclaire un jet d’eau par flash. Dans un autre espace, une sphère de verre suspendue, Dust particle, est censée illuminer le hall de la fondation par intermittence, aux heures où le soleil est reflété par un système de miroirs installés sur les toits du bâtiment. Un rappel finalement assez simple de la connexion permanente entre l’homme et l’univers.

L’ensemble est réellement saisissant. « Olafur Eliasson a créé une expérience émotionnelle, participative, où le spectateur doit recevoir quelque chose, mais aussi donner de lui-même, d’où le titre de Contact, précise Suzanne Pagé. Il s’agit ici d’explorer l’idée d’empathie des êtres avec le monde et l’univers. » Résultat de deux années de travail dans son studio berlinois qui emploie une centaine de personnes, l’ensemble des dispositifs de Contact raccroche immanquablement le spectateur au cosmos. Olafur Eliasson s’en est expliqué dans un entretien avec les deux commissaires de l’exposition, Laurence Bossé et Hans Ulrich Obrist.

L’enjeu est de faire sentir

A l’heure où les questions climatiques sont portées par des bureaucrates au langage technocratique glacial, l’enjeu est de faire sentir. Au cœur de cette sensation, l’interdépendance des êtres et de la nature. « Penser chaque chose comme étant connectée à tout le reste nous offre la possibilité de reconsidérer le système dans lequel nous vivons, un système qui favorise sinon des principes extrêmement individualistes et consuméristes. Par exemple, la lutte contre le dérèglement climatique est fortement altérée par notre incapacité à nous sentir connectés à une chose aussi vaste et globale que le climat. Les idées de connexion et d’interdépendance sont des outils pour transformer les idées en actions », détaille-t-il.

Parrain du collectif collectif Art for Change 21, qui compte se mobiliser jusqu’à la COP21 de Paris, en décembre prochain, Olafur Eliasson fait la démonstration que l’art peut être un puissant médium dans la prise de conscience individuelle. « Il s’agit de sentir sa propre présence, de prendre conscience de sa propre trajectoire, de sa propre orbite, dans sa nouvelle identité d’astéroïde », conclut-il. Dans le monde glacé des rapports et des expertises scientifiques, des sensations fortes paraissent en effet hautement nécessaires pour reconsidérer notre place sur cette terre.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité