publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Naomi Klein : « La conférence de Paris est 
une opportunité en or (...)
29-04-2015
Mots clés
Climat
Monde
Interview

Naomi Klein : « La conférence de Paris est 
une opportunité en or »

Taille texte
Naomi Klein : « La conférence de Paris est une opportunité en or »
(Crédit photo : Pier Paolo Scavuzzo / Agf / Sipa)
 
Icône de l’écologie, la journaliste décrypte sans relâche les effets du capitalisme. Elle ne croit pas en un accord contraignant sur le climat mais fonde ses espoirs sur un sursaut citoyen pendant l’événement.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 67 - mai 2015

30 milliards d’amis ?

Vous savez à quel point les changements climatiques vont bouleverser les sociétés humaines. Pourtant, dans votre livre Tout peut changer (Lire la chronique ici), vous conservez une note d’espoir quant à la capacité des hommes à s’organiser pour affronter ces changements.

Mon travail me met en relation avec la prochaine génération d’activistes et je crois que ce que je préfère, c’est leur manque d’amertume ! Je suis toujours épatée de voir comment la résistance aux énergies fossiles s’est développée au sein des campus américains et de voir à quel point ces jeunes de 20 ans s’investissent. Ils ont d’ailleurs toute l’autorité morale pour le faire puisque ce sont eux qui vont vivre dans un monde réchauffé. Suivre les mouvements de résistance sur le terrain, me battre à leurs côtés, c’est comme une piqûre de rappel : oui, il y a de l’espoir, des gens agissent un peu partout dans le monde et si cette génération n’abandonne pas, alors je ne vois pas pourquoi nous, on abandonnerait. Sans vouloir vous vexer, je déprime plutôt quand je parle aux journalistes ! Dans les médias, je sens toujours un grand défaitisme sur ces questions.

Probablement parce qu’à force de suivre ces dossiers on constate que les choses n’avancent pas suffisamment, voire qu’elles empirent.

Je ne me voile pas la face, je sais que tout le matériau que l’on travaille est déprimant. Mais quand on me dit que les mouvements de résistance sont des groupes « anti-tout », je ne suis pas d’accord. C’est au contraire un mouvement très positif, « nursing » (nourrissant, en anglais, ndlr) même. En s’opposant à la destruction de la nature, les résistants tombent encore plus amoureux de l’endroit où ils vivent. Que ce soit un barrage ou un oléoduc, ces menaces les poussent à s’interroger sur leurs valeurs, à connaître un peu mieux leur lieu de vie, à se réapproprier une histoire, une culture. L’esprit sur lequel est bâti ce mouvement est plein de générosité et de pardon. Ce n’est pas qu’une opposition nihiliste, c’est aussi un acte d’amour pour la vie.

Cet amour pour la vie a du mal à imprégner la vie politique, non ?

Je ne suis pas naïve, tout cela est bien trop lent à se mettre en place. Lors de mon passage en Espagne, j’ai été très étonnée de voir que, même pour les chefs du parti Podemos (issu du mouvement des Indignés, ndlr), l’urgence est d’abord la gestion de la crise économique. Le réchauffement climatique ? On s’en occupera après… C’est une énorme erreur. Voir que le débat sur l’austérité en Europe ne mentionne jamais le climat est très frustrant. S’il y a une crise de l’emploi, il n’y a pas de meilleure façon de créer du travail qu’en traitant le problème climatique, c’est-à-dire en prenant à bras-le-corps cette grande transformation qui est en cours. Je ne sais pour quelle raison, chaque mouvement reste dans sa boîte. Cela dit, en France, vous avez la chance d’avoir des coordinations importantes, comme Attac, qui réunissent étudiants, syndicats, agriculteurs… Les mouvements sociaux convergent les uns vers les autres et cela va s’accélérer jusqu’au grand rassemblement de la COP21 (conférence internationale sur le climat, en décembre, ndlr) à Paris.

Qu’attendre alors de ce 21e sommet climatique ?

Nous savons tous que la COP ne va pas produire l’accord que nous souhaiterions tous et qui avait été promis à Copenhague (au Danemark, en 2009, ndlr). La Chine, l’Europe et les Etats-Unis ont déjà mis leurs propositions sur la table. Elles sont largement insuffisantes pour maintenir l’augmentation des températures à +2°C, nous sommes plutôt sur la voie des +4°C, si ce n’est plus. Il faut être honnête avec ça, il y a un énorme fossé entre les intentions affichées et la réalité des engagements pris. Mais il faut voir la COP comme un énorme projecteur qui va éclairer le problème climatique durant plusieurs mois. C’est aussi une opportunité en or pour que les mouvements sociaux articulent ensemble une réponse convaincante aux enjeux climatiques, qui serait également une réponse aux problèmes de chômage, d’investissements publics, de répartition des richesses, de justice sociale. Je vois le rendez-vous de Paris comme un potentiel catalyseur qui changerait les termes du débat public. Il faut qu’après Paris plus aucun homme politique n’ignore ces enjeux-là et que l’ensemble des gouvernements s’engagent vers des objectifs autrement plus ambitieux. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste errant dans les sujets environnementaux depuis treize ans. A Libération, mais de plus en plus ailleurs, s’essayant à d’autres modes d’écriture (Arte, France Inter, Terra of course, ...). Il y a deux ans, elle a donné naissance (avec Eric Blanchet) à Bridget Kyoto, un double déjanté qui offre chaque semaine une Minute nécessaire sur Internet.

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • J’admire l’optimisme de Laure Noualat. Je reste personnellement convaincue qu’effectivement tout est bien trop lent à se mettre en place au niveau des "décideurs" et qu’il faut commencer à agir chacun à son échelle. Oh, pas grand-chose, ne serait-ce que ramasser les ordures sur son chemin dans la rue par exemple ; trier ses déchet [ma municipalité laisse aimablement des bennes de tri dans chaque quartier mais, faute de ramassage devant le domicile, très peu de citoyens trient]...
    Malheureusement le cri presque unanime des gens autour de moi est l’attente de prise de décision par nos chers décideurs. S’ils ne font rien, c’est qu’on ne craint rien, non ? D’ailleurs ils l’ont dit dans une pub à la télé...
    Alors j’enrage, j’enrage de voir cette mollesse partout, cette inaction généralisée liée à la crainte de sortir de la zone de confort de l’électeur... Cette colère est pour moi inconfortable mais elle me pousse à sortir, moi aussi, de ma zone de confort. oh, pas grand-chose : ramasser les ordures sur mon chemin, ...

    [note : Parfois je me sens bien seule et je me demande si je ne perds pas mon temps et mon énergie à réduire la production de déchets familiale, notre consommation d’énergie, d’eau, etc. Alors j’explorer les internets et je découvre mille petites initiatives locales. Une goutte de pluie engendre l’océan (ce genre de proverbe finira par être ironique en cette période de réchauffement climatique et de montée des eaux. grrr. )]

    29.05 à 18h23 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité