publicité
Accueil du site > Actu > Santé > « Les industriels mettent délibérément en danger les ouvriers »
31-08-2012
Mots clés
Société
France
Interview

« Les industriels mettent délibérément en danger les ouvriers »

Taille texte
« Les industriels mettent délibérément en danger les ouvriers »
(Crédit photo : Assembled Chemical Weapons Alternatives - flickr)
 
Un chercheur qui refuse la Légion d'honneur, c'est rare. C'est le cas d'Annie Thébaud-Mony, spécialiste des cancers professionnels. Elle alerte depuis trente ans sur l'épidémie de cancers parmi les ouvriers. En vain.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Annie Thébaud-Mony, 68 ans, est directrice de recherche honoraire à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Fin juillet, elle a refusé la Légion d’honneur que Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, souhaitait lui accorder. Dans une lettre adressée à la ministre, la chercheuse en santé publique qui s’est spécialisée dans les maladies professionnelles explique que son refus a pour but de dénoncer « l’indifférence » qui touche, selon elle, la santé au travail et l’ « impunité » des « crimes industriels ». Elle nous en dit plus.

Terra eco : On vous a proposé la Légion d’honneur pour couronner votre carrière. Vous l’avez refusée. Pourquoi ?

Annie Thébaud-Mony : Il y aurait selon moi une certaine indécence à être décorée alors que cela fait trente ans que je travaille sur la mort ouvrière, que je tire le signal d’alarme sur la situation dans laquelle travaillent les ouvriers, les risques qu’ils encourent pour leur santé, les risques industriels auxquels ils sont exposés, sans constater de réelle amélioration des conditions de travail. Les préconisations que j’ai pu faire n’ont pas été suivies d’effet par les pouvoirs publics.

En tant d’années, il n’y a donc pas eu d’avancées ?

Il y a quinze ans, l’amiante a été interdit en France. On pensait que l’interdiction d’autres produits industriels cancérogènes suivrait, mais pas du tout. Pourtant, les industriels savent que certains des produits qu’ils obligent leurs employés à utiliser sont dangereux et que les conditions de travail sont pathogènes. C’est une mise en danger délibérée de la vie d’autrui. Et pourtant, les modifications du droit du travail protègent davantage les industriels et les employeurs que les salariés.

Avez-vous des exemples ?

Le tableau 57 des maladies professionnelles du régime général de la Sécurité sociale liste la plupart des troubles musculosquelettiques (TMS). En 2009, une révision du tableau a raidi les critères de reconnaissance des TMS, et donc d’indemnisation des salariés. Vont-ils devoir travailler jusqu’à être handicapés ? Concernant l’exposition des salariés aux cancérogènes, aucune mesure contraignante n’a été prise malgré les alertes. A Montluçon (Allier) par exemple, l’usine Adisseo qui produit de la vitamine A de synthèse pour l’alimentation animale, utilise depuis les années 1990 un cancérogène puissant, le chloracétal C5 (lire l’enquête de l’Institut national de veille sanitaire (INVS)). Moins de dix ans après l’introduction de cette molécule dans la chaîne de production, plusieurs salariés ont développé un cancer du rein. Or, il existe des produits de substitution permettant de créer de la vitamine A sans chloracétal C5 mais l’entreprise ne veut pas en entendre parler car changer sa ligne de production serait coûteux. Et donc les salariés sont toujours exposés. C’est un crime industriel.

Dans leur ensemble, les salariés français travaillent-ils dans de bonnes conditions ?

Non. Dans les filières de la chimie, de la pétrochimie, de l’automobile, de la métallurgie ou du nucléaire, les conditions de travail sont souvent très mauvaises. Pas tant dans la phase de production, car les mesures de confinement sont plutôt efficaces et beaucoup de procédés sont automatisés, que dans la phase de maintenance, donc de nettoyage et de gestion des déchets. Dans ces phases, les salariés sont directement exposés aux produits cancérogènes.

L’enquête Sumer 2009 du ministère du Travail sur l’exposition aux risques professionnels a évalué à 2,4 millions de salariés (soit 13,5% des salariés, dont 70% sont des ouvriers, ndlr) ceux qui étaient exposés, la semaine précédant l’enquête, à au moins un des 25 cancérogènes listés. Mais cette évaluation est a minima car il existe plusieurs centaines de cancérogènes non pris en compte dans l’enquête. De même que ne sont jamais pris en compte les produits issus de la dégradation d’un processus industriel : les fumées de combustion, les poussières, les solvants des peintures qui deviennent volatiles quand on nettoie les avions par exemple.

La directive européenne Reach ne sert-elle donc à rien ?

Elle n’est pas vide de sens car elle introduit un principe : les industriels sont censés faire la preuve de la non toxicité d’un produit avant de l’utiliser. Mais il y a un retard abyssal. Seules quelques dizaines de produits sont examinés et aucun n’est interdit à ce stade.

Y a-t-il une épidémie de cancers parmi les ouvriers ?

Oui. Il y a une aggravation des inégalités face au cancer. En 1980, un ouvrier avait quatre fois plus de risques de mourir d’un cancer avant 65 ans qu’un cadre supérieur. En 2000, il en avait dix fois plus ! Et ces cancers sont liés à l’exposition, dans le cadre du travail et sur une longue durée, à de multiples cancérogènes, pas à des spécificités biologiques.

Donc les risques augmentent alors même que les connaissances sur ces risques s’accroissent. N’est-ce pas paradoxal ?

Si. Et c’est aussi lié au fait que les ouvriers n’ont pas le choix. Dans de nombreux secteurs, le mode de fonctionnement dominant est la sous-traitance du travail, avec sous-traitance des risques. Dans l’industrie nucléaire, 90% du travail de maintenance est fait par des entreprises sous-traitantes dont les employés supportent 80% à 90% de l’exposition aux rayonnements ionisants, dans des conditions de travail catastrophiques. On exige d’eux une grande flexibilité, une mobilité géographique forcée. Leurs conditions d’intervention s’aggravent, leur travail s’intensifie. Pour respecter des délais de plus en plus courts, ils peuvent enchaîner jusqu’au 20 heures de travail dans le bâtiment réacteur d’une centrale. On met donc en péril leur santé mais aussi la sûreté des installations nucléaires. Quand on évoque le nucléaire, on parle des risques d’accident – présents avec ce mode de fonctionnement –, mais on n’évoque jamais les dizaines de milliers de salariés sacrifiés de cette filière, alors qu’un certain nombre d’entre eux est atteint de cancers entre 45 et 55 ans.

Les pouvoirs publics ont-ils abdiqué ?

Ils sont bernés par les industriels qui, malgré les études et les préconisations des scientifiques, mettent constamment en doute les risques encourus par leurs employés. Et puis, on a aussi tendance à se représenter les risques professionnels comme étant inévitables et normaux. Ce qui est faux. Quand il y a un accident du travail, on indemnise – très mal d’ailleurs – mais sans remettre en cause le risque industriel responsable de l’accident.

Le développement des métiers dits « verts » va-t-il aller de pair avec une amélioration des conditions de travail ?

Oui, si cela s’accompagne de l’utilisation de matériaux plus verts. Mais reste le problème de fonds de la sous-traitance des salariés, et des institutions représentatives du personnel qui sont systématiquement bâillonnées dans les entreprises sous-traitantes. Le principal outil de l’amélioration des conditions de travail, c’est l’information des salariés sur les risques encourus. C’était le sens de la réforme du droit du travail mise en place au début de l’ère Mitterrand, mais qui n’a pas été suivie d’effet.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Encore bravo à Mme THEBAUD-MONY pour son courage et son honnêteté. Ce sont des qualités bien rares de nos jours...
    Mais pourquoi donc n’avons-nous pas entendu parler de son cas aux journaux télévisés ? Peut-être qu’on évite de nous parler de sujets qui fâchent... (surtout le patronat !).
    L’information n’est plus ce qu’elle était.

    4.09 à 11h54 - Répondre - Alerter
  • Merci pour cet article, d’avoir relayé cet acte de résistance. Chaque exemple est rare et donc extrêmement précieux, à diffuser.
    Bonne continuation.

    3.09 à 09h55 - Répondre - Alerter
  • LE TRAVAIL C’EST LA SANTE ?? ALORS LAISSONS LE AUX MALADES ! comme c’est de + en + rare. le boulot ! pas les éclopés,comme dit cette dame ça a augmenté de + 50%. une vie de travail pour fabriquer son cercueil.je sais de quoi je cause,j"suis menuisier.Avec tous mes doigts mais avec une maladie professionnelle.Que les industriels,patrons & autres... prennent les prolos pour des boeufs,c’est pas nouveau. Par contre l’explosion de cancers : OUI !! qui n"a pas un cas dans sa famille,s’est proches ?
    TEMPS DE GUERRE : CHAIR à CANONS - TEMPS DE PAIX : CHAIR à PATRONS.
    toute ma reconnaissance à Mdme Annie Thébaud-Mony pour avoir retourné cette cocarde au gouvernement.La réforme des conditions de travail est partie avec le dernier président socialiste de ce pays.Qui c’est couché devant le rouleau compresseur du soit disant progrès,la croissance,le plein-emploi...il distribue ces cocardes comme d’autres les médailles du travail. à gerber !vraiment.

    1er.09 à 13h47 - Répondre - Alerter
    • Bravo Mimile !
      Vos deux maximes sont extraordinairement "pince sans rire" !

      Concernant le parti dit "socialiste" il est une injure au Socialisme (comme je l’ai déjà dit dans un commentaire sur un billet "Energie" il y a quelques jours).
      Qu’on y trouve des chantres de l’ultralibéralisme comme DSK, Lamy ou Delors est déjà une clause majeure de publicité mensogère. Mais quand on voit en plus l’incompétence du béat président actuel, ses manques, de vision, de projets en rupture, de volonté, de charisme, on est sûr que rien ne changera de façon significative pour la dimension sociale.

      4.09 à 11h05 - Répondre - Alerter
      • pince sans rire,c"est bien le mot !cartus.quand à la dérive du PS ? elle ne date pas d’hier, relisez LETTRE OUVERTE à ceux qui sont passés du col MAO au Rotary, de Guy Hocquenghem, par exemple.Et tant d’autres...françois Mitterand n’avait de socialiste que le nom.Des réformes de gôches de 81 à 83 puis ensuite queudchi, queue dalle, nib, nitra, ma cache...Le retour de manivelle est terrible.Vous me direz en 81 je n’avais que 16 ans. Aujourd’hui j’en suis à me pincer pour me convaincre que je ne rêve pas,que dis-je ? Que je ne cauchemarde pas.
        Que Mdme THEBAUD-MONY n’ai plus que ce refus pour ce faire entendre,c"est vous dire l"ampleur des dégats. Ils ou elles sont plus nombreuses à accepter les honneurs de la république et souvent pour de moindres oeuvres que les travaux de cette chercheuse.
        Cioran, de son vivant à refusé la cocarde tricolore.Cette histoire de légion d’honneur est tellement grotesque qu’ils se permettent de l’épingler aux dernières boutonnières de personnes digne de leur reconnaissance.Les mecs partent au cimetière avec.Ca leur fais une belle jambe ! eux qui quitte cette terre les pieds devant.

        4.09 à 21h16 - Répondre - Alerter
        • C’est vrai que les morts ne peuvent pas leur faire l’affront de la refuser :-) !
          Et les carpettes avec des peaux de saucissons devant les yeux et de gros portefeuilles devant le coeur, eux par contre, se réjouissent d’être reconnus comme étant de ce monde hors sol, hors réalité, sans contact avec le peuple...
          Je souhaite à Jaurès de ne pas voir cette vilenie. Ils nous le tuerait encore une fois !

          4.09 à 22h37 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité