publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Génération sans voiture
25-09-2014
Mots clés
Transports
France
Monde
Dossier

Génération sans voiture

Taille texte
Génération sans voiture
(Crédit photo : pierre-emmanuel rastoin pour « terra eco »)
 
Permis à 18 ans, première bagnole à 25, puis on change tous les dix ans ? Jadis incontournable, ce parcours fait place à un itinéraire bis. Aujourd’hui, on cherche à être mobile, plus une berline à soi !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 61 - octobre 2014

Sauvez Terra eco !

Ceci est l’histoire d’un désamour. Rampant, inattendu, peut-être inexorable : celui du Français pour sa voiture personnelle. Certes, le divorce n’est pas encore acté. Les Français continuent de se presser au Salon de l’auto et de rêver de fringantes berlines. Sept millions de voitures neuves ou d’occasion ont été vendues en 2013, et quatre habitants sur cinq les jugent indispensables. Mais les indices qui prouvent que le couple se fissure s’accumulent année après année.

Près d’un tiers de permis en moins

On délivre aujourd’hui 30 % de permis de conduire en moins que dans les années 1980. Le parc automobile français stagne, tandis que le nombre de kilomètres parcourus par chaque voiture diminue depuis quinze ans et que l’achat d’un véhicule neuf est l’apanage de la génération des plus de 50 ans. Les adultes jusqu’à 29 ans – qui faisaient autrefois flamber le marché – plébiscitent le covoiturage et sont désormais plus de 40 % à ne pas disposer de voiture du tout. Bref, de plus en plus de Français enterrent l’idée que la panacée est d’avoir une voiture à soi. Effet de la crise ? En partie, répond Laurent Fouillé, sociologue et auteur d’une thèse sur l’évolution des rapports des Français à leur voiture. « Avec la baisse du pouvoir d’achat et la hausse du chômage, notamment chez les jeunes, cela fait moins d’argent disponible, mais aussi moins de déplacements contraints. »

Jeunesse à rallonge

Mais d’autres évolutions sociétales accentuent cet effet : « Aujourd’hui, la jeunesse dure plus longtemps », explique le chercheur. Etudes, boulot, famille, les jeunes Français sont décalés dans de nombreux domaines par rapport à leurs parents. Pour leurs déplacements, ils profitent des gros investissements dans les transports collectifs des vingt dernières années et de l’essor des nouveaux modes de transport, tels que le covoiturage – dont l’âge moyen des adeptes grimpe aujourd’hui à 33 ans (1) – ou l’autopartage. Beaucoup jugent donc rationnel de trouver des alternatives à la voiture personnelle, qui revient à 558 euros par mois en moyenne (2) et ne roule que onze jours par an.

Mais ce n’est pas tout. Avec cet environnement en mutation, la mobilité tout entière est désormais vue d’un autre œil, constate George Amar, prospectiviste et chercheur associé à l’Ecole des mines ParisTech : « Le covoiturage était considéré à l’origine comme commode et économique. Maintenant, c’est en plus socialement valorisé. Dans la mobilité, la vitesse n’est plus la valeur unique, le lien social compte aussi », analyse-t-il. Selon lui, « on va passer du paradigme “ un propriétaire, un conducteur, un véhicule ” à l’“ automobilité ”, un système où il n’y a plus vraiment de différence entre transports individuel et collectif, mais des formes de transports publics individuels, comme le Vélib ou le covoiturage. L’avenir de la voiture est de devenir un transport collectif individuel. » Pour Bruno Marzloff, spécialiste de la mobilité, « en ville, on a besoin du service de la voiture, pas de l’objet ».

De quoi déclencher les alarmes des constructeurs ? Oui, car ils sont obligés de revoir leur métier et de ne plus se positionner seulement comme des vendeurs de véhicules moins polluants et plus intelligents, mais aussi comme des fournisseurs de mobilité. Non, car si les Français sont critiques envers la voiture, ils ne la rejettent pas. Selon un sondage datant de la fin de l’année 2013, la moitié des sondés l’aime pour la liberté et le gain de temps qu’elle procure, et les trois quarts pensent qu’elle aura dans dix ans une place aussi importante dans la société qu’aujourd’hui. La voiture est loin d’être morte. Mais la façon dont on s’en sert depuis des décennies est en sursis. —

(1) Selon des chiffres de Blablacar, consultables ici

(2) Chiffre de l’Automobile club


SOMMAIRE

ENTRETIEN « Il faut jouer avec la voiture et non pas être contre elle » Selon Nicolas Louvet, spécialiste de la mobilité du futur, il faudra que les autorités « vendent » mieux les transports publics et les adaptent pour que le réflexe bagnole se perde.
TEMOIGNAGES Ils vivent au quotidien sans voiture Ils habitent à Paris ou en province et se déplacent chaque jour sans auto. Oui, c’est possible et voici comment.
ECLAIRAGE L’auto sans les mains, c’est déjà demain Pour que les titines se conduisent bien, autant les laisser faire ! Les constructeurs – et Google – planchent sur la voiture sans pilote. Adieu police, bouchons et pollution.
PORTRAIT Frédéric Mazzella, le covoiturage dans le siège du conducteur Il y a moins de dix ans, cet inventeur lançait Covoiturage.fr. Devenue Blablacar, la boîte est aujourd’hui en plein boom et vient de procéder à une levée de fonds record.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Personellement, je suis alle me confesser a un pretre catholique d avoir parfois roule trop vite et d avoir pris des risques en voiture puis j ai jete mon permis. Je ne compte plus avoir de voiture pour des raisons ecologiques et de dangers.

    Le bruit des voitures a grande vitesse est un des bruits qui me fait le plus penser a l antechrist : probablement parmi eux, il va y avoir des accidents, des morts et des blesses. Je trouve ca fou.

    14.11 à 11h11 - Répondre - Alerter
  • Les nouveaux paradigmes rentrent doucement dans les esprits, et c’est en partie grâce à la crise - merci la crise - et aussi grâce à une prise de conscience en pleine progression : gaspiller moins, partager plus, optimiser (argent et ressources) toujours...
    L’homo-sapiens deviendrait-il enfin "l’homme-sage" qu’il prétend être sans jamais l’avoir été ?
    Peut-être, espérons tout du moins, mais la pénurie et la rareté à venir ne vont de toute manière pas nous laisser le choix, et finalement c’est tant mieux car l’humain n’est définitivement pas sage en période d’abondance...

    11.10 à 19h53 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité