publicité
Accueil du site > Métiers/Formations > Frédéric Hendoux, botaniste
5-03-2014
Mots clés
Emploi
Formation

Frédéric Hendoux, botaniste

Taille texte
 
Directeur du conservatoire botanique du bassin parisien, il veille à la préservation des espèces.
SUR LE MÊME SUJET

« Pour faire de la botanique son métier, il faut être passionné. Etre naturaliste et reconnaître les plantes s’apprend sur le terrain et non à l’université. En fait, on recrute beaucoup en fonction des compétences personnelles et non d’un cursus universitaire.

Le travail du botaniste commence par la réalisation d’un inventaire, généralement entre avril et octobre. Sur le terrain, il recense les différentes espèces observables, puis les géo-référence sur une carte. S’il n’arrive pas à les déterminer sur le terrain, la reconnaissance se fait au laboratoire.

Orienter les politiques publiques

Pendant cette phase d’inventaire, le botaniste analyse les zones riches en espèces, recense les spécimens les plus rares, les milieux naturels les plus intéressants. Cette première phase a pour but de prendre en compte le patrimoine naturel dans l’aménagement du territoire.

Puis vient la phase de conservation. Il s’agit alors de construire des programmes de restauration du milieu naturel pour maintenir le plus grand nombre d’individus sur la zone. Il faut insister sur le fait que la conservation ne peut se faire que dans le milieu naturel !

Enfin, notre rôle implique de fournir un appui scientifique et technique aux services de l’Etat. La localisation des espèces protégées, leur niveau de sensibilité permet d’orienter les politiques publiques, dans la mise en place, par exemple, de la trame verte et bleue.

Reconnaître entre 1 000 et 1 200 espèces

Pour exercer ce métier, il faut un bon sens de l’observation, cela se travaille avec le temps. Il faut également une bonne mémoire pour savoir reconnaître entre 1 000 et 1 200 espèces différentes. Une majorité de botanistes ont un profil universitaire avec un niveau bac +4, bac +5 ou un master 2 en biodiversité, en écologie avec une spécialité en biologie végétale.

Les muséums d’histoire naturelle emploient des contractuels, les conservatoires d’espaces naturels recrutent des botanistes. Il existe quelques postes, plus rares, dans les parcs nationaux. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

Métiers

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité