publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Mobilités > Dans le métro parisien, on trie pour rien
29-11-2011
Mots clés
Recyclage, Déchets
France
Enquête

Dans le métro parisien, on trie pour rien

Taille texte
Dans le métro parisien, on trie pour rien
(Crédit photo : Roman Lashkin - flickr)
 
Les déchets recyclables et les autres dans la même poubelle, vous n’y pensez pas ! La RATP, si.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Chaque jour, des centaines de kilos de déchets recyclables sont jetés dans les poubelles jaunes du métro parisien. Mais ces détritus ne seront jamais ni triés ni recyclés. Car, chaque jour, les services de collecte des déchets mélangent le contenu de ces poubelles jaunes avec celui des poubelles métalliques classiques, et le tout part à la décharge.

L’aberration dure depuis 2006, date à laquelle ces poubelles de tri ont fait leur apparition sur les quais. Cinq ans plus tard, la RATP n’a toujours pas trouvé le moyen de faire recycler ses déchets. Sur les 10 000 tonnes d’ordures produites sur le réseau RATP en 2010, seules 350 tonnes ont été valorisées. A peine 3,5%. Un chiffre à comparer au très riche « potentiel » de ces déchets : en 2008, une étude a montré que 50% à 60% des ordures de la RATP étaient valorisables. Et cette part a encore augmenté aujourd’hui, avec la diffusion des journaux gratuits.

RATP et Mairie de Paris se rejettent la faute

Alors pourquoi ces poubelles jaunes ne sont-elles pas triées ? « Parce que la quantité de déchets recyclables produite dans chaque station est énorme », se justifie la RATP. « Or les stations sont très anciennes et nous n’avons que des espaces de stockage limités. La vitesse d’accumulation des déchets est donc plus rapide que le rythme de la collecte municipale, qui ne passe que deux fois par semaine. » Incapable de stocker le recyclable, la RATP jette toutes ses ordures à la décharge. Seule exception : la ligne 14 du métro. Plus récente, et plus équipée, on y stocke les déchets recyclables qui sont bien triés. Pour le RER, les stations de Bourg-la-Reine et Chessy sont les seules collectées.

Ce dysfonctionnement est-il la faute des services municipaux, pas assez réguliers ? A la Mairie de Paris, on n’est pas du même avis. « Comme chaque entreprise, la RATP est responsable de ses déchets. Les collectivités locales n’ont pas l’obligation de les collecter, mais sont seulement tenues de proposer une offre de collecte payante aux entreprises », rappelle Thierry Arnaud, chef de la mission collectes au service technique de la propreté de Paris. « Notre offre est de qualité puisque nous proposons deux collectes de déchets recyclables par semaine, une fréquence rare en France. Nous ne pouvons tout simplement pas proposer une offre sur mesure à la RATP avec un passage chaque jour dans chacune de leur station, car le coût serait prohibitif. » Hors de question d’imaginer une collecte quotidienne, le problème semble insoluble.

L’usager en plein dilemme

Pourquoi alors la RATP laisse-t-elle ces poubelles jaunes sur les quais, au risque de semer le trouble ? Et pourquoi continue-t-elle à communiquer sur le tri, en appelant au civisme, ou en créant une « Allée du recyclage » dans une station en plein centre de Paris ? « C’est un élément pédagogique qui doit préparer l’usager à trier ses déchets le temps de trouver une solution », assure le transporteur.
Sauf que l’usager nage en plein dilemme. S’il veut convaincre la RATP qu’il sait recycler, il doit jeter son journal dans la poubelle jaune. Mais s’il veut que son journal soit vraiment recyclé, il devra faire un changement pour prendre la ligne 14 ou le jeter une fois rentré chez lui.
La RATP a d’ailleurs été réprimandée en octobre par la Cour régionale des comptes pour ces poubelles de tri non triées. « Il lui appartient de trouver les moyens de permettre le recyclage, en recourant si besoin aux services d’un prestataire privé », préconise ce rapport. La RATP pourrait-elle s’inspirer d’exemples à l’étranger et faire appel à un prestataire privé collectant les déchets recyclables tous les jours ? Elle écarte la proposition de la main « pour ne pas augmenter la consommation énergétique et les émissions de CO2 ».

Petites expérimentations

La RATP a tout de même mené une expérimentation de tri, dans le 14ème arrondissement, depuis septembre 2010. « C’est un début pour trouver un système de collecte généralisable dans toutes les stations », assure la RATP, qui n’a pas été en mesure de nous expliquer la solution appliquée là. Mais il semble bien qu’aucun remède miracle n’ait été trouvé. La collecte sélective ne se ferait que deux fois par semaine. Les autres jours, les poubelles jaunes sont là encore mélangées avec les autres, si bien que seuls 30% des déchets recyclables sont vraiment collectés dans ces stations.
« La seule solution à grande échelle serait de créer de grands espaces de stockage, où l’on pourrait réunir les déchets de plusieurs stations. On pourrait collecter ces espaces deux fois par semaine et disperser les déchets entre les différents centres de tri », propose Thierry Arnaud, chargé du dossier pour la ville. « C’est une solution que nous étudions activement », assure-t-on à la RATP. Activement, mais sans avancée depuis six ans, donc.

En attendant, lecteurs franciliens, nous vous rappelons grâce à notre carte par ici les stations où le tri est vraiment utile. Et, lecteurs des autres villes à métro, nous vous invitons à nous dire si le tri est effectif, ou non, dans vos transports. L’enquête participative est à vivre par ici.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

31 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • que l’on se rassure (?) : c’est pareil en gare de MONTPELLIER, ’la surdouée’ (slogan des années 2000...). la manège est pathétique : quand l’employé passe remplacer les sacs poubelles, il vide le sac des recyclables dans celui des déchets non triés...

    17.12 à 14h14 - Répondre - Alerter
  • Existe-t-il une pétition pour peser face à la RATP à ce sujet ?

    23.05 à 13h37 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi ne pas utiliser une rame de métro après la fermeture des lignes pour collecter l’ensemble des poubelles, les ramener en bout de ligne où une collecte peut etre envisager. Si pdt la nuit on a la place de stocker des rames de métros, on doit avoir la place de stocker des poubelles pour le lendemain. Ainsi centralisé la collecte couterait bcp moins cher

    17.04 à 18h30 - Répondre - Alerter
  • Une aberration qui se passe de commentaires.
    Les faits parlent d’eux-même et malheureusement doivent être courant un peu partout ... On appelle cela le Greenwashing !

    3.04 à 15h44 - Répondre - Alerter
  • La pollution est un problème majeur dans notre société de consommation, on ferait mieux de penser a nos enfants que de faire les égoïstes.Video gratuite de sexe porno japonais

    29.03 à 17h49 - Répondre - Alerter
  • un monde de porcs

    22.02 à 14h05 - Répondre - Alerter
  • dans les endroits ou le tri est difficile
    la solution est le pneumatique
    comme a barcelone

    26.12 à 15h24 - Répondre - Alerter
  • Pour commencer localement, je vous invite à médiatiquement, dénoncer le gaspillage budgétaire des Communautés des communes du Pays respectif et en informer ( surtout ne pas compter sur les médias officiels, mais plutôt sur des interventions dans des événements festifs culturels/sportifs...) les électeurs sur l’impact de leur éco-incivilité ! La plupart se foutent de leur conscience, mais pas de leur porte-monnaie ! Etre indigné(e), c’est pas mal...mais s’activer pour ne plus l’être, est beaucoup + jouissif !

    15.12 à 16h52 - Répondre - Alerter
  • Il n’y a pas que dans le métro !
    Le tri est encore loin d’être entré dans les actes ! dans certains immeubles anciens parisiens (12 étages) il y a toujours les vide-ordures non condamnés dans les appartements. Les habitants continuent à déverser tout et n’importe quoi, mélangeant alimentaire, tout-venant, chaussures, vêtements, plastiques.... et j’en passe ! Comment faire le tri à l’arrivée ?!
    Tous responsables de cette incivilité, pour aller au plus facile !
    Imposer une taxe sévère sur le poids et non tri des déchets ferait peut-être réagir ! car la seule façon de faire changer les gens c’est de toucher au porte-monnaie ! et d’augmenter les contrôles nouveau métier indispensable dans un pays d’irresponsables, qui permettrait à des chômeurs de retrouver activité
    Ceux qui font des efforts sont pénalisés par des égoïstes " je m’en foutistes !" je me suis vu répondre " de toute façon au bout du compte tout est mélangé et va à l’incinération" ce qui fait la manne des lobbies ! on voit pourquoi on veut construire de nouveaux incinérateurs !
    On est loin de la revalorisation des déchets !

    9.12 à 10h40 - Répondre - Alerter
  • Honte à la RATP de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! En fait, ils s’en fichent royalement du tri, surtout si ça leur coûte, même juste un peu d’argent. Et la mairie de Paris n’a rien à leur envier ! M. Delanoé ne fait que ce qui se voit : c’est bien pour accrocher les électeurs. Le reste, lui aussi s’en fiche éperdument. Un des lecteurs propose de faire trier à ceux qui produisent ces déchêts : c’est très judicieux et ce serait normal. Il faut les obliger soit à trier, soit à proposer des solutions qui génèrent beaucoup moins de déchets (stop aux gobelets en plastique ou carton : utilisez de vraies tasses ou verres que les voyageurs utiliseront sur place et qui ne finiront pas à la poubelle ! et aux voyageurs également de faire attention à leur consommation. C’est à aux également de changer leurs habitudes qui à leur tout feront changer les producteurs et distributeurs. Si nous, consommateurs, tournont le dos massivement au jetable, les industriels et distributeurs devront s"adapter...

    5.12 à 16h42 - Répondre - Alerter
  • a propos de déchets si vous êtes intéressés vous allez sur ARTE et vous pouvez revoir de nombreux reportages sur les déchets... il faudrait les passer dans les collèges. Autre reportage curieux dans l’émission le dessous des cartes à propos de l’ile de déchets platiques dans le pacifique : en faire une ile habitable pour les réfugiés climatiques....sommes nous tombés sur la tête ?

    4.12 à 15h25 - Répondre - Alerter
  • je le savais mais il en est de même pour beaucoup de nos efforts de tri...cependant dans le métro ce n’est pas difficile de ne mettre dans la poubelle jaune que des journaux et recyclables : d’autant plus intéressant que pour ma part, lorsque je ne peux trouver un 20 mn ou un métro... je regarde dans la poubelle s’il y en a un en bon état pour agrémenter mon trajet....donc ainsi les journaux peuvent re-re-servir ...je ne les mets plus sur la banquette car les gens les balancent sur le sol où ils sont encore plus souillés....pour le tri à Paris : Pas de tri dans les bureaux (et administrations, pas dans les fac. (les jeunes ne semblent pas concernés !) et pour ce qui est de la ville : qui a osé croire que Mr Delanoé était écolo et faisait des efforts pour l’écologie...son seul objetctif est la com. pour faire passer ses travaux monstrueux !

    3.12 à 17h30 - Répondre - Alerter
  • Je fais partie de celles et de ceux qui développent des espaces de gratuité et de recyclerie, pour justement et joyeusement amoindrir les déchets non gérés. A part le soutien de quelques élu(e)s vert(e)s locaux, nous ne percevons aucune aide des "autres". Et évoquer le recours à 1 juriste spécialisé, coûte cher et ne révise pas les habitudes de production/consommation des populations. Il n’y a plus de guichets, et les seules présences "humaines" sont des robocops contrôleurs et répressifs, et les distributeurs pour gloutons pressés, répondent aux publicités qui "conseillent" soi-disant, qu’il faut ou ne pas manger comme ceci ou cela...Tant que les racines des problèmes ne sont pas déterrées, ben c’est sûr qu’il faudra noyer la planète de billets de banque, pour sortir de quoi ? Certes, compacter permet de diminuer le volume, mais pas la réalité sur le pillage des ressources naturelles, qu’on remplacerait donc pour enfouir les aberrations des humanoïdes terrestres !

    2.12 à 10h32 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi ne pas compacter les dechets des poubelles recyclables ?

    1er.12 à 12h57 - Répondre - Alerter
    • Les compacter et en faire quoi après ?
      Maintenant qu’ils sont là, il faut les assumer...et avec les impôts de ceux qui les engendrent : les consommateurs qui ont choisi ces produits et qu’ils soient bien jetés ou pas (tri ou pas ou même parterre).

      2.12 à 14h40 - Répondre - Alerter
  • C’est très néfaste pour le tri en général, parce que beaucoup de ceux qui ont vu une fois les deux poubelles se mélanger, voire entendu dire que ça se faisait, utilisent ce prétexte pour ne plus jamais trier.
    Et ça se comprend : on demande un geste en amont, on se fout du monde en aval. C’est très irrespectueux.
    La justification du volume sent le fallacieux : tout est de toutes façons évacué.
    Au contraire, il devrait justifier les moyens ; dans certains cas, c’est le peu de volume qui est évoqué, par exemple pour les plastiques alimentaires.

    1er.12 à 09h03 - Répondre - Alerter
    • Et bien on peut aussi se demander : pourquoi ne pas se prêter au jeu et s’y maintenir, D’AUTANT + que ce n’est pas du tout compliqué ; vraiment pas.

      Fany, (employée dans la gestion des déchets dans une petite ville en région Centre)

      2.12 à 14h44 - Répondre - Alerter
      • Non ce n’est pas compliqué, ni pour vous ni pour moi. Et même personnellement je dois reconnaitre que c’est de ne pas le faire qui m’incommode, n’aimant pas le gâchis.
        Pourtant, si vous travaillez dans ce domaine, vous avez dû remarquer que cela devait l’être pour pas mal de monde, parce que l’on est loin de trier tout ce qui pourrait l’être.
        J’habite dans la région de Montpellier, et il y a ici une tendance caricaturale à refuser ce geste, qui semble être considéré pour beaucoup comme une sorte de soumission voire d’humiliation, enfin c’est ce que j’analyse quand on dégaine le "on va pas s’emmerder" rituel.
        Donc pour une bonne partie tous les prétextes sont bons, déjà ne leur en donnons pas.
        Mais surtout, aussi modeste que soit le geste de tri en amont, à partir du moment où on demande ce geste il est très irrespectueux de ne pas se donner les moyens d’assumer le suivi en aval.
        En plus du mensonge (on fait croire qu’on le fait par devant mais on fait rien par derrière), c’est clairement montrer qu’on n’accorde pas une importance primordiale au fait de trier ou pas.
        Allez expliquer, après ça, que c’est vital, que c’est du civisme...
        Bref ça discrédite toute la filière. Et moi qui fais le geste de tri consciencieusement, craindre que ça ne soit pas suivi par derrière m’agace souverainement. Surtout quand il s’agit de batteries ou de solvants. Alors pour quelqu’un qui doute de l’utilité du geste, je conçois que ça ne l’encourage pas.
        Et dans l’attitude "vous apprenez à trier d’abord, on verra ensuite si on assume", il y a un côté dressage de moutons qui me fait un peu peur.

        2.12 à 22h22 - Répondre - Alerter
  • Les journaux gratuits pourraient déjà être récupérés par les entreprises qui les produisent. La RATP doit sûrement pouvoir négocier ce point.

    30.11 à 13h28 - Répondre - Alerter
    • Et pourtant les solutions existent ! Nous développons une solution de tri et compactage des déchets aluminium et plastique. Cela permet d’avoir un gisement propre et d’autre part de compacter donc de gagner de la place dans un lieu où on en manque terriblement.
      Plus d’informations : contact@acteco-recycling.com

      1er.12 à 08h28 - Répondre - Alerter
    • il faudrait vraiment instituer quelque chose, chaque matin, je dois me frayer un chemin et refuser 3 à 4 distributions rien que dans ma station. je ne le supporte plus. Tout ça pour quoi ? Pour retrouver ces journaux en vrac dans le metro, sur le sol, dans ma boite sans usage ... quels moyens pour se faire entendre auprès de la RATP, metro, 20 mn et autres distributeurs ?? Ils devraient recycler leurs journaux, tant d’arbres coupés pour finir en 15 mn à la poubelle, ça m’horrifie.
      Je me demande si également on diminuait les poubelles dans la RATP mais en mettant à la sortie des metros, ça pourrait aider...

      3.12 à 13h51 - Répondre - Alerter
  • J’avais oui dire par un de mes profs que beaucoup de villes instaurent une collecte sélective bien avant de construire les infrastructures propres à les valoriser (4 à 5 ans en général, parfois plus)... le temps que les gens s’habituent à trier. Cela permet de mieux dimensionner l’usine de tri en sachant plus précisément les quantités et compositions des déchets recyclables qui seront collectés. En attendant, tout part à l’incinérateur ou à la décharge !

    30.11 à 12h19 - Répondre - Alerter
  • Quand je pense que B.Delanoë met en place des voitures électriques sous la même formule que pour le vélib’...et prétend ne pas avoir les moyens de développer + le ramassage du tri sélectif, avec la RATP. Franchement, cela ne vous rappelle pas 1 certain Hollande vendu à EDF ?
    Actuellement à Foix, je réalise depuis 2 ans, que les sacs jaunes sont également menés au tout venant, certes à cause de l’incivilité de certain(e)s qui y mettent leurs déchets sans les trier. 2 ans durant lesquelles je harcèle la Communauté des communes du Pays de Foix et propose des solutions pour initier le public à l’éco-citoyenneté :
    ex. si vous vous inscrivez au concours du meilleur trieur, en acceptant qu’1 agent agréé puisse passer chez vous à l’improviste, pour constater votre gestion de vos déchets, vous pourriez gagner 20 euros, et être nommé sur le bulletin officiel, pour flatter le désir de célébrité, même éphémère. Ainsi sont Mr et Mme "tout le monde"...
    En effet, ayant organisé divers ateliers et événements éco-culturels, et étudié les mentalités, je constate que la plupart est + sensibilisée par l’appât du gain, aussi minime qu’il soit, que par l’évocation d’1 prise de conscience quelconque. Et que participer à 1 concours, peut être 1 initiation ludique et accélérée vers l’éco-citoyenneté. De +, 20e/mois n’est qu’1miette dans l’investissement pour des sacs jaunes mal utilisés, et pour des projets de sites d’accueil du tout venant.
    Mais même si l’on reconnait le bien fondé de ma proposition, l’on ose me rétorquer le manque de moyens ! Alors que je venais de démontrer l’énorme économie budgétaire et énergétique. "On" est Directeur technique, certainement bardé de diplômes et "on" se réfugie derrière la mauvaise volonté des politiques locaux. Il y a 3 semaines, on me sort qu’on va bientôt mettre en place, des bacs à trou pour y insérer les déchets recyclables 1 par 1 ! Je savais les Français conservateurs, mais autant capables de conserver la bêtise...Là chapeau !

    30.11 à 11h05 - Répondre - Alerter
  • Bonjour
    et si la RATP installait comme dans les refuges de montagne un compresseur de canettes metal pour reduire le volume des canettes contre les distributeurs de boisson

    et si les gens dans le metro limitaient leur conso dans les distributeurs afin de le faire sentir à la RATP !!!

    30.11 à 00h38 - Répondre - Alerter
  • La RATP opere des rames de metro. Imaginons.

    Parait-il inconcevable d’ajouter une rame supplementaire apres le dernier metro, qui collecterait toutes les orduress de la journee sur la ligne, pour les emmener dans un centre de stockage en fin de ligne ?
    Cela semble plus simple a contruire/mettre en place que d’augmenter la capacite de stockage dans toutes les stations.
    Le transport est le coeur de metier de la RATP, pourquoi ne pas exploiter ce capital et ces competences pour les dechets ?

    29.11 à 23h35 - Répondre - Alerter
    • Belle idée que je comptais également proposer. Et si la quantité de déchets est trop importante, pourquoi ne pas dédier un compartiment de chaque rame pour le transport des déchets à vider au terminus.

      30.11 à 15h43 - Répondre - Alerter
    • Effectivement,
      A priori c’est faisable mais le diable est dans les détails. Cette solution serait intéressante à étudier pour en évaluer le potentiel.
      Pourquoi ne pas également penser à une rame de service passant la nuit pour récupérer les déchets.
      Pour avoir fait une étude de gisement dans une gare SNCF parisienne, je peux vous dire que la part de déchets valorisables MATIERE dans les réseaux de transports en commun est très importante (aluminium, papier, carton essentiellement). Le tout venant étant minoritaire en masse (le volume est cependant un peu plus important).
      Quant à la justification de l’inaction, elle est quelque peu fantaisiste. "Déchets en trop grande quantité". Les raison du non tri sont bien au contraire lorsque le tonnage est bien trop faible. Plus la part valorisable est importante et homogène, plus c’est rentable.
      Je ne doute pas qu’il puisse exister des difficultés logistiques du coté RATP (la répartition du gisement sur le réseau peut être un frein). Mais balayer d’un revers de la main "C’est pas possible" ou encore mieux "trop de consommation énergétique et de CO2" c’est ce moquer du monde. Où sont diagnostiques à propos des différentes possibilité de gestion et d’élimination ?

      1er.12 à 12h07 - Répondre - Alerter
  • La situation est d’autant plus désespérante que pour se débarrasser de ses déchets, PARIS et son agglomération ont voté le 22 juin 2011 un projet de reconstruction de l’usine de traitement des déchets d’IVRY-PARIS 13, traitement par l’incinération, donc super-polluant, et au mépris de la loi GRENELLE 2 !

    29.11 à 14h13 - Répondre - Alerter
    • Ce qui est important dans ce renouvellement c’est de voir surtout les dimensions, les volumes traités que l’on prévoit pour cette nvelle usine. Le pbm est q’on les surdimensionne justement trop souvent !
      Pour ce qui est de polluer, je suis navrée de rappeler que l’incinération laisse Fumées+cendres de fumées très toxiques à enfouir
      mais que l’enfouissement des OM pause de son côté le pbm des écoulements +d’une terre malsaine qu’on récupère au bout d’une vingtaine d’années de macération.

      2.12 à 14h54 - Répondre - Alerter
  • On est pas loin de la tromperie ou de la publicité mensongère...Il faudrait peut être envisagé avec un juriste le type de recours possible. Ce qui est vraiment navrant, c’est que ce type de comportement sème le doute et le discrédit sur toute la filière de recyclage. Du coup beaucoup de personnes renoncent à trier ou mettent en avant ces scandales comme argument pour ne pas s’y mettre.

    29.11 à 12h53 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
publicité