publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Mobilités > Comment ne pas se faire voler son vélo en cinq leçons
11-05-2012
Mots clés
Transports
Consommation
France

Comment ne pas se faire voler son vélo en cinq leçons

Taille texte
Comment ne pas se faire voler son vélo en cinq leçons
(Crédit photo : Risager - flickr)
 
Le nombre de vols de vélos augmente ? « Terra eco » rappelle les fondamentaux pour éviter de se faire dérober son biclar.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Article mis à jour le 25 novembre 2013, pour ceux qui se feront tout de même voler leur vélo. Le site Voldevelo.com recense les annonces de vol dans toute la France et relaye les photos et signes distinctif des disparus notamment sur les réseaux sociaux. Et ça marche : de nombreux bolides ont ainsi été retrouvés.


Un seul cycle vous manque et vous rentrez à pied. Manque de bol, c’est ce qui est arrivé à près de 6 000 cyclistes l’an dernier à Paris, soit une hausse de 37,41% en un an, nous apprend le Figaro. Pas de panique, cette augmentation s’explique en partie par une autre progression : celle de la pratique du vélo en France, notamment via les systèmes de vélos partagés. Le pourcentage de cyclistes urbains victimes de vol chaque année stagne lui à environ 6%. Surtout : « le nombre de vols par personne et par an baisse très fortement selon l’ancienneté de la pratique du vélo », rappelle le ministère du Développement durable. La preuve qu’il est bon de rappeler quelques trucs et astuces pour ne pas se faire piquer sa bécane. Terra eco s’en charge :

- 1) Le conseil de base

Première règle des dix commandements du cycliste : tu attacheras toujours ton vélo. Encore faut-il bien le faire. Selon le ministère du Développement durable, « un tiers des cyclistes n’attachent pas leur vélo à un point fixe ». Rappelons donc les fondamentaux : il faut attacher le vélo à un point fixe et solide (si possible un rack prévu à cet effet ou alors un poteau, une clôture...). Veillez à attacher à la fois le cadre de votre monture et la roue avant, qui est la plus facilement démontable, à ce point. Article mis à jour le lundi 14 mai : Merci à « pad », lecteur de Terra eco, qui nous signale ce lien où l’on trouve (pour 5,50 euros) un moyen de protéger sa selle contre les vols.

- 2) Le dilemme de l’antivol

C’est le choix cornélien auquel est confrontée toute personne qui enfourche une bicyclette : alourdir son vélo de 10 kilos d’antivols mais rouler l’esprit léger, ou prendre une attache légère et craindre le vol à chaque arrêt. Apparemment, trop de gens choisissent la seconde option : « 95 % des cyclistes utilisent un antivol de mauvaise qualité », regrette le ministère du Développement durable.

Pour trouver le juste milieu, nous vous conseillons l’excellent test des meilleurs antivols vendus sur le marché réalisé par l’association Fub (Fédération française des usagers de la bicyclette). Résultat de ce test : les antivols en « U » sont quasiment toujours meilleurs que les autres. Reste l’arme fatale : le python en total métal à serrure sécurisée. Une arme aussi chère qu’efficace. Les plus bricoleurs choisiront donc la version « fait maison », expliquée sur ce blog canadien.

- 3) Le dilemme de l’emplacement

Là encore, il y a deux écoles. Beaucoup vous diront qu’il vaut mieux attacher son vélo dans un lieu fréquenté et illuminé. En effet, on imagine mal quelqu’un sortir sa pince à la vue de tous. Attention, pourtant. Le Figaro assure en effet que « la concentration de vélos, loin d’agir comme une protection, exercerait plutôt une forte attraction sur les voleurs de bicyclettes », et prend l’exemple de la ville d’Antony« la majorité des vols commis l’ont été sur les parkings situés à la sortie des deux gares RER ».

- 4) L’astuce en plus

Reste un bon moyen de décourager les voleurs : le marquage Bicycode. L’association Fub propose aux cyclistes de graver, pour une somme modique, un numéro sur le cadre de leur vélo. Ainsi, votre bécane pourra si elle est retrouvée vous être restituée. Surtout le marquage, indélébile, semble décourager les voleurs : seuls 3% des marqués en France sont dérobés au cours de leur vie, alors que le vol touche entre 13% et 23% du parc de vélos classiques selon la Fub, qui propose une carte des sites où l’on peut faire marquer sa bicyclette :


Afficher Réseau opérateurs Bicycode sur une carte plus grande

Plus de 115 000 biclous sont ainsi marqués en France.

- 5) Pour aller (beaucoup) plus loin

Vous n’êtes pas convaincus par ces propositions ? Vous estimez qu’aucun moyen n’est infaillible ? Conrad, une entreprise allemande a trouvé la solution ultime. La voilà :

Le modèle a été uniquement développé pour cette publicité et n’a pas été homologué. Il n’est donc pas commercialisé. Conrad a toutefois mis en ligne un mode d’emploi (rapide et dans la langue de Goethe) de cette invention. Libre à vous de la reproduire. Chiche ?

  • Vous avez d’autres astuces ? N’hésitez-pas à les partager ci-dessous.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

15 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Pour ne pas se faire voler son vélo, il n’y a pas dix milles solutions, soit le laisser chez soi soit mettre un cadenas incassable. C’est ce que mon frère de depannage-nice.fr, a fait après d’être fait voler son vélo deux fois ! Et oui, c’est ça d’habiter dans un quartier chaud, on est encore plus soumis à la délinquance !

    18.09 à 12h22 - Répondre - Alerter
  • La meilleure façon selon moi pour éviter de se faire voler son vélo , c’est simplement de faire attention ou on le laisse. Et si on veux VRAIMENT être sure il faut acheter un cadenas avec une serrure de qualité. Mais sur Paris c’est compliqué car il y a énormément de vole.

    6.03 à 15h43 - Répondre - Alerter
  • J’ai un U kryptonite evolution, on ne m’a pour l’instant jamais piqué de vélo, mais on a forcé tellement fort pour tenter de faire céder l’antivol qu’une roue à jante haute s’est retrouvée complètement enfoncée et que mon cadre est bien marqué.

    Ça a tenu sans problème, l’antivol n’a rien, mais ça m’a coûté une roue et une belle balafre sur le cadre...

    25.11 à 21h24 - Répondre - Alerter
  • Utiliser les vélos en libre service,( dans les villes équipées ) est une solution radicale pour ne pas se faire voler son vélo mais c’est contraignant et payant .

    29.08 à 13h49 - Répondre - Alerter
  • De moins 20m de profondeur e0 0 metre en sufrace e0 10% de pente il faut 200 m de voies, sachant que sur la moitie9, il n’est plus possibnle de rester en souterrain a cause des infrastructures du sol (e9gouts fondtions) : re9sultat : le terminus en sufrace au port verait la rue antoine gautier transforme9e dans toute sa longuur en une rampe de sortie neutralisant toute possibilite9 de circulation depuis la rue Se9gurane. Stop aux utopies des politiques qui ne comprennet rien. Le terminus a Riquier via Garibaldi est a mon avis la seule solution valable.

    6.08 à 11h23 - Répondre - Alerter
  • Penser aussi à l’assurance vélo et aux bonnes pratiques au moment de l’achat d’occasion : en ne favorisant pas les circuits de revente de vélos volés on limite aussi les risques de vol. Voir par exemple ici : http://cergyvelo.xooit.fr/t35-Se-proteger-contre-le-vol-de-velo-c-est-facile.htm
    Les tests de la FUB constituent une bonne base mais mériteraient d’être affinés : l’Abus Sinus et le Bordo Granit X Plus obtiennent 2 roues alors qu’ils n’offrent pas une garantie suffisante (pas mal de témoignages d’antivols fracturés pour ces deux modèles, y compris le Bordo auto-estampillé « grade 15 ») comparés à d’autres modèles (ABUS U Granit X Plus, Kryptonite New York Lock, etc).

    12.05 à 15h39 - Répondre - Alerter
  • Le coup du vélo pourri ne sert à rien. Je connais un ancien collègue dont la spécialité était de voler des vélos le soir en rentrant de boite (parce qu’il n’y avait plus de trams et qu’il n’avait plus assez de tunes pour le taxi - dixit). EN 15 secondes il arrivait à casser un cadenas "boa" dont la serrure est le point faible. Comme c’était strictement utilitaire, il ne faisait pas attention à l’état du vélo. Le vol de vélo pour recel n’est pas le souci principal, et c’est vrai que là, le marquage peut être efficace, à condition de suivre tous les conseils de bon sens !
    Un de mes collègues s’est fait piquer son vélo qu’il avait laissé imprudemment non attaché le temps d’aller acheter son pain.

    Sinon, la FUBicy a changé son nom en FUB, tout court, depuis 2 ans, même si l’interface du site Bicycode n’a pas encore été rafraichie.

    12.05 à 12h33 - Répondre - Alerter
  • il existe aussi des systèmes pour éviter de se faire piquer selle et tige de selle http://www.leportailducycle.com/vel... interessant.

    11.05 à 19h24 - Répondre - Alerter
  • La meilleure astuce serait encore d’avoir un vélo tout pourri, couvert de rouille ou à la peinture toute personnelle.
    J’ai préféré acheter un Brompton qui reste avec moi.
    Si l’on ne peut faire autrement que le garer dehors, il faut vraiment un antivol costaud (j’ai un Abus Futura en U) et ne pas le laisser longtemps.
    Les U sont bien meilleurs que les autres. L’Abus Bordo pliable est trop faible.
    Beaucoup de Bromptons qui portaient le Bordo ont disparu ces derniers temps à Bruxelles.

    11.05 à 15h07 - Répondre - Alerter
  • Il y a le vol, mais aussi le vandalisme.
    Mon vélo neuf a dormi pendant plus de cinq ans dehors dans de petites rues calmes sans le moindre problème.
    A deux reprises, j’avais été contraint de le laisser (attaché avec un U) plusieurs nuits consécutives dans des lieux très passants (place centrale animée la nuit, station de métro) : les deux fois, il en a fait les frais : phares pétés, rayons tordus, capots de poignées de freins arrachés...
    Attention, passage de viande saoûle !
    Sinon, le U reste tout à fait efficace.

    11.05 à 13h48 - Répondre - Alerter
  • Vos solutions sont pertinentes.
    Cependant ayant été rendu parano par un vol de vélo qui m’a traumatisé à l’adolescence, j’ai adopté une solution plus radicale : j’ai acheté un Brompton, vélo pliant très compact dont je ne me sépare jamais.

    11.05 à 12h31 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité