publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Mobilités > Les avions survolent-ils Nantes exprès ?
14-12-2012
Mots clés
Transports
France

Les avions survolent-ils Nantes exprès ?

Taille texte
Les avions survolent-ils Nantes exprès ?
(Crédit photo : Mypouss - flickr)
 
Documents à l'appui, des opposants à Notre-Dame-des-Landes montrent que trop d'avions survolent Nantes. Certains y voient même la preuve d'un complot pour la construction d'un nouvel aéroport. Terra eco a vérifié.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Les avions qui partent et atterrissent à Nantes polluent le paysage, cassent les oreilles et risquent de s’écraser en plein centre-ville. Boutons donc l’aéroport actuel – situé à Bouguenais, juste au sud de la ville – pour en construire un, bien plus loin, à Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Voilà les arguments (entre autres) des défenseurs du projet de nouvel aéroport.


Agrandir le plan

Dans le camp des opposants, on se gratte la tête. Comment se fait-il que Nantes soit survolé si fréquemment par les avions ? Les contrôleurs aériens ne le feraient-ils pas exprès, pour agacer les Nantais et gagner les habitants à la cause du nouvel aéroport ?

Commençons par quelques données de base. Sachez d’abord qu’un avion doit toujours se poser ou décoller face au vent. C’est la règle. Sachez ensuite que la piste utilisée à Nantes est orientée sud-ouest - nord-est (dans le milieu, on dit 30°-210°C), comme le montre le schéma ci-dessous. Les avions peuvent donc se poser dans les deux sens : du sud vers le nord (QFU 03 sur le schéma), ou du nord vers le sud (QFU 21) :

(Ne vous fiez pas à la position du texte sur le schéma mais aux couleurs).

Pour éviter un survol excessif de l’agglomération, un document du service de l’information aéronautique (à lire ci-dessous) précise que pour les « Avions de tous types », « le QFU 03 (du sud vers le nord, ndlr) est obligatoire jusqu’à un vent arrière de 8 kt (l’équivalent de 8 nœuds, ou 14,8 km/h, ndlr), sauf si l’état de la piste rend son utilisation impossible ».

LFRS

Oui, les avions passent trop au-dessus de Nantes

Dans le camp des opposants à Notre-Dame-des-Landes, le pilote Thierry Masson est persuadé qu’on lui demande de passer trop souvent par le nord (donc au-dessus de Nantes). Il a collectionné patiemment les relevés Metar – soit les données météo essentielles à une bonne navigation – de certains jours où les avions étaient appelés à se poser systématiquement ou presque face au sud. Résultat : alors que le temps était beau (ciel et visibilité bonne, soit CAVOK sur le document ci-dessous) ou légèrement nuageux (FEW) et le vent faible - entre 3 et 8 noeuds (sauf une pointe au-dessus entre 16 et 18h) - les avions ont tous atterris sur la piste 21 pendant la journée du 27 mai 2012, c’est-à-dire qu’ils ont tous survolé Nantes. Idem les 25 et 26 juin (document 2) avec un vent à 8 kt maximum. Le 4 décembre 2012, les vents relativement forts (jusqu’à 15 kt à 13h) ont faibli vers 17h. Et pourtant « la QFU 21 a été utilisée toute la journée », précise Thierry Masson en tête de son document.

Metar Doc2

Pour comprendre plus précisément comment décrypter un Metar, rendez-vous ici.

« Un tiers du temps, le vent vient du sud, un tiers du temps, il vient du nord et le reste du temps, il n’y a pas de vent du tout. Donc deux tiers des avions devraient se poser par le sud. Or plus de 50% passe par le nord », souligne le pilote amateur Michel Tarin, par ailleurs membre de Solidarité Ecologie opposée au projet de nouvel aéroport. « Sur les 44 000 mouvements commerciaux annuels. Il y en a 20 000 par le Nord, 22 à 24 000 par le Sud », abonde Thierry Masson. Légère nuance pour Philippe Guigon, contrôleur aérien rennais depuis peu à la retraite. Pour lui, on aurait à Nantes : « 40% des arrivées par le nord et 60% par le sud. Comme les vents dominant viennent du sud-ouest, quand il y a trop de vent en vent arrière on ne peut pas se poser par le sud », souligne-t-il. Quoi qu’il en soit, pour Thierry Masson, de telles statistiques sont embêtantes dans la pratique de son métier : « La plupart des lignes commerciales partent ou arrivent du sud-est de la France. Les avions ne devraient donc pas à avoir à faire le grand tour par le nord, et donc pas à survoler Nantes. C’est une rallonge de 5-7 minutes en temps de vol, une rallonge de carburants, de pollution et d’argent. »

Un complot des contrôleurs ?

Mais alors que se passe-t-il ? Y a-t-il vraiment un complot pour inciter les avions à passer sur la ville ? Pour Thierry Masson, « la DGAC (Direction générale de l’aviation civile, ndlr) est pleine de bonne volonté mais ce sont les services qui ne jouent pas le jeu. Les contrôleurs aériens s’obstinent. » A croire que ces derniers auraient envie de changer de lieu de travail. « Pour eux, Notre-Dame-des-Landes a l’attrait d’un nouvel outil de travail, différent », poursuit-il. Philippe Guigon – pourtant opposé au nouveau projet de Notre-Dame-des-Landes – avoue avoir « rit jaune » quand il a entendu ce « mauvais bruit ». « Soit disant mes collègues de Nantes ne favoriseraient pas l’atterrissage prévu par le nord ? Mais vous savez, il y a des manuels d’exploitation qui respectent les normes internationales. Après, c’est comme dans tous les métiers, il y a des schémas mentaux. Mettons que le vent se mette à faiblir et que la 21 est en service. Je continue. Parce qu’il y a cinq avions en file indienne qui attendent. Ce n’est pas de la mauvaise foi délibérée. Ça peut arriver dans tous les terrains du monde. Et n’y voyez pas une défense solidaire corporatiste ! » Pour lui, les contrôleurs n’auraient pas même intérêt à un tel soutien : « La plupart des collègues quand ils sont arrivés à Nantes ont pris une habitation pas très loin de l’aéroport. Si on leur colle un nouvel aéroport au nord de la ville, ils auront plus de trajet. »

Au-delà de respecter le simple code de bonne conduite, d’autres choses pourraient être aménagées pour limiter les nuisances dans la ville. « On pourrait instaurer des descentes en continu et non en palier », suggère Michel Tarin. Cette descente en continu permet de : « consommer moins, polluer moins, créer moins de bruit et il n’y a pratiquement pas de risque de décrochage », poursuit-il. Or, la descente en continu n’aurait pas été mise, pour l’instant, en place sur Nantes Atlantique selon lui. Faux pour Philippe Guigon : « On essaye de le faire. » L’ex-aiguilleur du ciel souligne néanmoins qu’il faudrait « augmenter la pente d’atterrissage à Nantes Atlantique. Ainsi on passerait moins bas au-dessus de l’île de Nantes qui a été joyeusement lotie par Jean-Marc Ayrault. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

34 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • cheapsportstickets.org : cheapsportstickets.org

    You may also ask a friend who is a season ticket holder if he has access to additional pre-sale tickets, usually available at the home stadium. If he is, he might also be eligible to pre-sale tickets to other sport and non-sport events, which you might want take advantage of too. cheapsportstickets.org

    20.03 à 12h37 - Répondre - Alerter
  • creditcardforstudents101.com : creditcardforstudents101.com

    One of the things you should take into consideration is that sometimes, it is difficult to get your first plastic slice when you don’t have a credit history. In cases like these, you may want to apply for a secured credit card, because of its very nature this type of card is a kind of student card help creditcardforstudents101.com

    20.03 à 12h36 - Répondre - Alerter
  • comparelaptopsbrand.com : comparelaptopsbrand.com

    Everybody knows this brand because of its popularity. Some claim that Apple products are the best even though it requires a lot of money from your pocket. Expensive for Apple is equal to best quality. Laptop computers from Apple Inc. is known for their durable comparelaptopsbrand.com

    20.03 à 12h36 - Répondre - Alerter
  • Info : si vous voulez passer un bon moment et participer à la lutte contre cet aéroport, venez nombreux à la Trocardière à REZE (44) à un concert donné par Gilles SERVAT (ouverture des portes à 10 heures, et concert à 20 heures) le 11 janvier 2013. Prix : 5 € minimum (et plus si vous voulez aider ce légitime combat).
    Pour ceux qui sont contre l’aéroport, on ne doit pas baisser les bras !

    29.12 à 10h31 - Répondre - Alerter
  • On oublie un peu vite un truc : en ayant un maximum d’atterrissages passant au-dessus du centre-ville de Nantes, on évite au maximum les décollages au-dessus de la banlieue sud de Nantes !

    19.12 à 13h23 - Répondre - Alerter
  • Ce que M. Masson oublie de dire, c’est que ce sont aussi ses collègues pilotes qui réclament de se poser par le nord quand ils arrivent de Lille, Düsseldorf, Bruxelles etc alors que c’est la 03 en service (d’où ce qu’on appelle des "contre-QFU" en grande quantité)... Il oublie aussi de dire qu’à Nantes-Atlantique, la proximité de l’eau (Lac de Grand Lieu et Loire, effet de brise thermique) fait que le vent au sol est différent du vent en l’air et, souvent, en finale 03 les pilotes se plaignent d’avoir trop de vent arrière : parfois 20 noeuds ou plus à 1500 ft alors qu’il y a à peine 8 noeuds au sol et demandent donc implicitament que les contrôleurs passent en 21 pour les suivants. Un pilote, fut-il Commandant de Bord depuis x années, ne peut pas connaître le fonctionnement du contrôle aérien sans mettre les pieds dans une tour de contrôle. Qu’il vienne, on saura lui expliquer pourquoi il se trompe !
    Comme l’a déclaré le SNA/O, les accusations du collectifs des pilotes sont fantaisistes. Elles sont de plus complètement partisanes. Un autre pilote a déclaré précisément l’inverse de ce collectif dans un article de 2010 sur maville.com !

    16.12 à 23h11 - Répondre - Alerter
    • La bonne blague.
      Ne t’es tu pas fait réguler en 21 alors que toutes les conditions étaient réunies pour une 03 ?
      Combien de terrains (AD) n’aurais tu pas fréquenté en réclamant une approche à vue, approche refusée cause gêne environnementale avec pour meilleur exemple local BORDEAUX (on ne parle pas des terrains allemands...) ?
      Combien de controleurs avisés et sensibilisés à l’environnement dans son ensemble gère au mieux selon des contraintes opérationnelles et sécuritaire les flux arrivées/départs sur cet aéroport Nantais ? Il y a des équipes qui sont super efficaces à NA assurément, c’est BIEN. D’autres nettement moins, c’est DOMMAGE pour tout le monde ! Mais ça ne justifie en rien le déplacement d’un aéroport que nous serions bien les seuls à imaginer en Europe sous mille et un prétextes frelatés (sécu, croissance, désenclavement régional, optimisation temps de roulage, saturation, etc...) !
      Enfin, OUI, ça a toujours été acté que les équipages réclament des approches directes pour raccourcir trajectoires et vols (contraintes économies, timing, raccourcis, etc...) Un contrôle efficace et opérationnel, avec une gestion du flux de trafic optimisée, des approches régulées ’’au plus court’’ ne nous conduirait pas à ces excès (combien de fois entendons nous que les équipages préfèrent une gestion autonome de leurs trajectoires à un guidage radar disons... perfectible ?!) !
      Les effets thermiques n’ont pas d’incidence tous les jours, matin midi et soir... C’est d’être bien à court d’arguments pour tenter de défendre l’indéfendable !
      J’arrête ici l’échange, on ne va pas recommencer ce type d’invective déjà vu sur un autre site, un autre forum, car ça tient du (mono)dialogue impossible !!!

      17.12 à 09h37 - Répondre - Alerter
      • Ce que je veux dire c’est que ce n’est pas la peine de jeter l’opprobre sur une profession (qui n’a pas été sondée pour savoir qui est pour, qui est contre) pour justifier de manière fallacieuse votre point de vue politique ! Assurément ce sont des hommes et des femmes qui assurent le contrôle et ont une sensibilité, un passé professionnel. Il y a aussi des pilotes, hommes et femmes, qui ne savent pas intercepter un axe, pas réduire quand cela est prévu et d’autres qui atterrissent en-dessous des minima, ne s’arrêtent pas au point d’arrêt, qui veulent passer à tout prix devant les autres, etc. Il y a même des pilotes étrangers pas habitués à la plateforme et autre chose que des E145 de Regional qui viennent à Nantes. Incroyable, non ? Les pilotes ignorent superbement les contraintes de la navigation aérienne et considèrent juste leur confort et leur objectif. Une vraie cour de récré... Si les pilotes avaient depuis leur avion une vision globale à même de leur faire gérer le trafic entre eux, le contrôle aérien n’existerait pas ! Mais il semble bien que ce n’est pas près d’arriver... Je ne comprends pas cette histoire d’approche à vue, elle n’existe pas en 21 à Nantes, il n’y a que la GNSS ou la VOR/DME. Quand il y a un flux de départs vers le sud avec un vent compatible pour la 21 alors les départs sont en 21 pour éviter la zone urbaine. Si une arrivée survient au milieu, soit elle se pose en 21 parmi eux, ou alors elle attend en l’air le temps nécessaire à faire passer les départs. C’est tout. Devinez quelle solution choisit le pilote ? Et Nantes doit séparer les avions à 8NM en latéral, ce qui n’est pas le cas ailleurs donc les comparaisons sont biaisées.
        La 03, avec l’ILS ou l’approche à vue, est beaucoup plus confortable pour les contrôleurs donc la 21 n’est pas un choix de facilité.

        17.12 à 13h46 - Répondre - Alerter
  • Bonjour

    Seuls les contrôleurs aériens (ICNA) de Nantes peuvent influer sur la fréquence de survol de telle ou telle partie dans l’espace qu’ils contrôlent. Ils sont sous l’autorité (en principe) de la direction générale de l’aviation civile, ministère des transports. Mais la seule autorité connue pour les ICNA est le SNCTA, syndicat corporatiste. La puissance des ICNA est proportionnelle à leur capacité de nuisances en cas de conflit social...Autant vous dire que le SNCTA ne dialogue même pas avec sa direction, mais impose plutôt ses vues au ministère...

    bref, pour être informé de la situation, demandez les deux avis, celui du ministère, et celui du SNCTA. Ensuite, essayez d’avoir l’avis d’un contrôleur auquel vous pourrez garantir l’anonymat. On sera alors renseigné.

    16.12 à 16h31 - Répondre - Alerter
    • Le SNCTA n’est plus majoritaire chez les contrôleurs depuis 2011 et il ne l’est en particulier pas du tout à Nantes. La DSNA, branche opérationnelle de la DGAC est en outre composée de bien d’autres corps de métiers tout aussi utiles au fonctionnement de la navigation aérienne.
      Et pour mémoire, "le Commandant de Bord est seul maître à bord après Dieu" donc quoi que dise le contrôleur, le pilote peut dire non s’il le souhaite, à condition d’en supporter les conséquences...

      16.12 à 23h18 - Répondre - Alerter
  • C’est évident ! Malheureusement, le proverbe bien connu sera appliqué : "la caravane passe et les chiens aboient". Nous pouvons aboyer autant que l’on veut, l’aéroport sera construit, même s’il n’est pas rentable, même si l’argent pourrait servir à des choses plus urgentes et vitales pour le pays et les citoyens (si argent il y a d’ailleurs), même si la nature en prend un sacré coup, même si même si...... C’est comme ça, ils font ce qu’ils veulent car ça rapporte à quelques-uns.... Il n’empêche qu’il faut continuer à lutter.

    15.12 à 13h20 - Répondre - Alerter
  • J’ai lu que dans l’étude de cout/bénéfice de 2006, sur laquelle repose la "DUP NDDL" de 2008, (Déclaration d’Utilité Publique), on a estimé le revenu moyen des passagers de 2025 à... 150 000 E / an  ?
    Autrement dit, si on prenait un chiffre plus réaliste, c. à d. 3 ou 4 fois plus faible, il n’y aurait plus de bénéfice ! Et plus D’Utilité Publique ? (Plus de "DUP",. mais... beaucoup de DUPES ? !)

    Donc... ceux qui, de droite ou "de gauche caviar & Sofitel"... étranglent depuis 10 ans les services publics pour faire advenir la croissance sans déficit public (ce qui est mathématiquement impossible [*] ), savent parfaitement se satisfaire de chiffres bidon... lorsqu’il s’agit de déroger au mot d’ordre de l’austérité, c à d. creuser les déficits futurs a coup de PPP (Partenariats Public Privé), que les exigences des marchés financiers rendent obligatoires !

    Faute pour nos dirigeants, de ré-ouvrir la question de l’équilibre économique (en vérifiant cette étude cout-bénéfice), comment ne pas songer que leur attitude ne laisse hélas guère de choix entre ignorance, incompétence... ou cynisme ?


    [*] La croissance sans déficit est impossible, sauf en cas d’excédent commercial... cf. le fameux modèle allemand, celui des passagers clandestins de l’Euro, car non transposable à 27 pays. (En effet, les excédents des uns, au Nord par exemple, ne peuvent exister qu’à raison des déficits des autres... au Sud par exemple !)
    Plus de détails sur http://www.france-alter.info

    15.12 à 11h55 - Répondre - Alerter
  • pour dilapider 3 milliards d argent public ayrault et cie sont bien capable de tout ...
    par pure décence nous ne rappellerons pas le nom du haut fonctionnaire en charge de ce dossier bancale qui bafoue entre autre les lois sur l eau ,se retrouve comme par "hasard " collaborateur chez Vinci...à ce jour...
    si vous voulez en savoir plus n hésitez pas à vous rendre sur le site de l acipa pour comprendre que notre dame des landes est une ineptie sans nom...

    http://acipa.free.fr/index.htm

    14.12 à 23h33 - Répondre - Alerter
    • L’exagération et le mensonge ridiculisent votre cause.

      Vous vous êtes grillés partout, plus personne ne considère l’ACIPA crédible.

      Il ne vous reste que la presse.

      17.12 à 11h40 - Répondre - Alerter
      • Comme quoi l’ACIPA est légitime pour discuter avec les politicien-ne-s et AGO (Vinci). En effet, dans l’exagération et le mensonge l’ACIPA part de très loin et ne fait toujours pas le poids face aux professionnels du monde politico-financier. Cette aristocratie bourgeoise ment depuis son arrivée au pouvoir en 1789, afin de maintenir ses profits. Même le premier Empire avait gardé le nom de "République française" pendant 4 ans, pour tromper le peuple. Malheureusement, les "honnêtes gens" continuent aujourd’hui de détourner à leur profit les mots "démocratie", "justice", "droit" et nous traitent d’"ultra-gauche", d’"anarco-terroriste", de "kyste"... Vieille tactique de descréditation avant de faire donner la troupe, qui encore aujourd’hui a le droit de mutiler, d’emprisonner et de tuer délibéremment (ce qu’on appelle aujourd’hui une bavure) la canaille, comme au bon vieux temps.
        Signé : un membre du premier parti de France (44,4 aux législatives), l’abstention.

        17.12 à 14h09 - Répondre - Alerter
        • La démocratie, la justice et le droit, tout ce que vous mettez entre guillemets, c’est ce qui vous permet de vous exprimer ici. Je comprends bien que notre système n’est pas véritablement démocratique, qu’il n’est pas exempt de défauts, mais par quoi proposez-vous de le remplacer ?

          Par la violence du fait accompli et de l’occupation de terres qui ne vous appartiennent pas ?

          La violence politique revient à la mode, à gauche comme à droite, mais puisque vous semblez féru d’histoire, vous conviendrez qu’historiquement, cette violence abouti immanquablement à la dictature, au fachisme, au stalinisme.

          Et puisque vous vous vantez de représenter 44% des Français, allez au charbon, et proposez votre nouveau système !

          Et si vous n’avez pas ce courage, continuez à cracher.

          Mais sachez qu’à cracher contre le vent, on risque quelques déconvenues.

          17.12 à 15h30 - Répondre - Alerter
          • "cette violence abouti immanquablement à la dictature" : je suis d’accord avec vous. La République française est un bon exemple. Les anti-Républicains (monarchistes, bonapartistes, nationalistes et en général les possédants... en bref les courants qui ont donné naissance à la droite actuelle) ont fait tirer sur le peuple à chaque révolution. A chaque fois les massacres sont causés par les dirigeants, non par le peuple. Celui-ci subit ou répond tant bien que mal face à l’armée (17 juillet 1791, juin 1848, 21 au 28 mai 1871...). Pour finir, les dirigeants ont fini par appeler République, le régime imposé au peuple, pour lui faire plaisir. Alors que se sont bien les monarchistes, les bonapartistes et la bourgeoisie (alliance goupillon, glaive et argent) qui ont établie dans le sang la III République, après avoir écrasé la Commune de Paris, qui elle avait été élue et avait mis en place l’autogestion, donc une véritable démocratie. Après, je sais faire la différence entre une dictature politique et une dictature financière et nous sommes dans la seconde. Il nous est interdit de vivre en-dehors du monde marchand, ne serait-ce qu’avec les "normes", les "brevets"... que seules les entreprises peuvent se payer. La propagande politique est remplacée par la propagande publicitaire. La croissance économique doit être notre seul et unique mot d’ordre. Au lieu d’être des bons soldats, nous devons être des bons consommateurs de produits manufacturés.
            Sinon pour le coup de l’"occupation de terres qui ne vous appartiennent pas". D’une, les terres n’appartiennent à personne et se sont les paysans qui les cultivaient qui ont proposé l’occupation. Sinon, on se serait pris des coups de fusils. Après, c’est vrai que "légalement" l’Etat a le droit de chasser quelqu’un de ses terres (car là elle sont à lui : usage + propriété), qu’il le veuille ou non et de déclarer haut et fort : "je prends possession de ces terres au nom du Roi... heu non, de l’Etat, pour le (Duc) de Vinci". L’aristocratie a changé (un peu), mais elle est toujours là.

            17.12 à 19h24 - Répondre - Alerter
            • J’espère que vous n’aurez jamais besoin de l’hôpital, des pompiers, d’une gare ou d’un aéroport : institutions bourgeoises établies sans aucun droit sur des terres qui ne lui appartiennent pas, en vertu d’un concept tellement dépassé : l’intérêt général…

              17.12 à 20h50 - Répondre - Alerter
              • La santé et les pompiers sont des institutions bourgeoises ??? Depuis quand un hôpital dégage une plus-value pour verser des dividendes à ses actionnaires. L’hôpital est encore un petit peu, malgré les attaques de la classe dominante, public, grâce aux luttes menées par le prolétariat (merci à nos ancêtres mort pour cela). Ce sont les impôts (que la bourgeoisie combat depuis le XIXème) et le salaire socialisé (ce que les bourgeois appellent une CHARGE salariale) qui paye les services de santé et de secours, qui sont en effet d’intérêt général. Après, je ne vois pas l’intérêt général dans une gare et encore moins dans un aéroport. La SECU ne rembourse pas encore les billets de trains ou d’avions. Seul une infime partie de la population peut profiter de ces services, alors qu’ils sont financés en grande partie par de l’argent public. En gros, on fait payer au plus grand nombre, un service pour des privilégiers. Après, il y a le "Low-Cost", qui l’est grâce aux subventions que versent les collectivités territoriales. C’est donc encore l’ensemble de la population qui paye des compagnies aériennes qui font des profits et bafouent le droit du travail (EasyJet et Ryanair ont été condamnés). De plus, l’autogestion ne veut pas dire que ces services s’arrêteront : un médecin aime soigner, un pompier aime sauver, un pilote aime voler... Tout le monde n’est pas motivé que par l’argent, je vous l’assure. Nous aurons toujours besoin des autres, quel que soit le système en place, même si le système capitaliste tente de nous le faire oublier. Personnellement j’échange déjà ma force de travail contre des biens et des services et cela sans argent, en tout cas sans monnaie capitalisable. De plus, je n’ai pas besoin de "m’évader" (comme quoi nous devons être en prison) car je me sens bien où je suis.

                18.12 à 13h03 - Répondre - Alerter
      • en quoi lAcipa n est pas crédible ?...par les lobbys et valets de vinci ..certainement . par un 1 er ministre qui utilise la violence pour dilapider 3 milliards d euros pour un projet inutile ..combien de logement sociaux pourrions nous construire avec une telle somme..il ne vous a pas échapper qu en la matière il y a un vrai besoin...
        vous évoquez la République vous avez raison ..il serait grand temps que les représentants du peuple oeuvre pour le bien publik et non se serve de l argent publik pour servir quelques amis...
        Républikement vôtre...- ;)

        18.12 à 10h12 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Pourquoi les avions ont ils consigne d’atterrir par le Nord, et donc de survoler Nantes.

    Pour une raisons écologique simple.

    Si les avions arrive par le sud ils survole un lac (Lac de Grand-Lieu) qui est la plus grande étendue d’eau douce de France, et abrite une réserve ornithologique et piscicole classée Natura 2000.

    Voila je n’est pas d’avis, si ce n’est de dire que la piste de l’aéroport actuel est mal orienté...
    Dommage pour les Nantais et les oiseaux.

    14.12 à 18h56 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Voir aussi l’article consacré au même sujet en décembre 2011 dans La Lettre à Lulu : http://www.lalettrealulu.com/Parado...

    Bonne journée !
    L’équipalulu

    14.12 à 12h51 - Répondre - Alerter
  • Il manque une expression officielle de la DGAC dans cet article. Chez vos confrères de Ouest-France, il y a quelques mois, elle n’a pas hésité à qualifier de "fantaisistes" les accusations de M. Masson (qui est toujours le seul et même pilote à s’exprimer contre l’aéroport).

    14.12 à 10h48 - Répondre - Alerter
    • Normal, c’est le rôle d’un porte-parole, de parler au nom de plus de 200 pilotes opposé-e-s à l’aéroport. Je rappelle que l’aéroport de Nantes Atlantique a été élu meilleur aéroport européen en 2011, par le compagnies aériennes.

      14.12 à 14h20 - Répondre - Alerter
    • Cher lecteur,
      Le fait de pointer du doigt ces errements ou dysfonctionnement ne semble pas vous interpeller objectivement ?! Plusieurs plaintes ont été déposé auprès de la DGAC par des compagnies aériennes concernant ces survols du centre ville exagèrés, en particulier quand ceux ci généraient des rallongements de trajectoire, et de manière induite et pragmatique des surcoûts.
      La viscosité mentale chère à quelques uns ne devrait vous limiter à faire ce type de commentaire, surtout, comme il le semble, sans avoir pris le soin d’aller lire ce code de bonne conduite et sa charte environnementale signée par une quasi-totalité d’intervenants au départ comme à l’arrivée de l’aéroport nantais actuel, ceux qu’on dénomme les opérateurs.
      Au passage, cette démarche « environnementale » existe ailleurs, elle n’est pas uniquement nanto-nantaise...depuis plusieurs années une des nombreuses problématiques du transport aérien dans son ensemble, localement (Europe) et plus globalement sur la planète entière (source OACI et IATA).
      A Nantes, il reste presque tout... à faire.
      Informez vous avant de dénoncer gratuitement, vous vous rendrez compte que trop souvent, lorsque les conditions météorologiques le permettent, beaucoup d’avions ne devraient plus obscurcir le ciel du centre ville de Nantes en glissant au dessus de votre tête. Si tel était pourtant le cas, archivez, écrivez le sur ce site, une fine analyse que d’aucun se chargera de faire dans les meilleurs délais vaudra mieux qu’une affirmation sans contre vérification, à l’image de la rédaction de cet article globalement réussi !

      16.12 à 16h58 - Répondre - Alerter
  • Bonjour ,

    Très instructif votre article . Je pense qu’il serait utile de le faire connaitre auprès des différents opossants à savoir "le Blog du collectif de lutte contre l’aeroport Notre Dame des Landes ",l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes),la confederation paysane et Europe Ecologie Les Verts.

    14.12 à 10h44 - Répondre - Alerter
    • Je vous rassure, les opposant-e-s savent lire. Par contre, je doute que vous ayez lu l’expertise du cabinet CE-Delft, qui montre que les chiffres présentés par les promoteurs de l’aéroport sont bien trop optimistes, ou sont carrément des mensonges.

      14.12 à 14h26 - Répondre - Alerter
      • Le problème, c’est que les données économiques de cette étude sont tout aussi mensongers. Les rédacteurs néerlandais (je les ai rencontré), ne connaissent rien à l’aéronautique (ils ignoraient ce qu’est un ILS, par exemple !). C’est ennuyeux pour une étude sur un système complexe qu’est un aéroport. Leur scénario économique de piste transversale à Nantes-Atlantique ne tient pas la route. Ils ont fortement sous-estimé le coût des équipements de navigation aérienne, des interruptions d’exploitation pendant les travaux (fermeture de la piste en exploitation commerciale dès qu’un engin travaille à moins de 90 m de la piste) et de l’indemnisation de propriétaire touchés par cette implantation non planifiée.

        19.12 à 13h25 - Répondre - Alerter
  • Bon travail, bien fouillé et documenté !
    Un vrai plaisir que celui de vous lire !

    14.12 à 10h26 - Répondre - Alerter
  • Quand on commence à invoquer le complot…

    14.12 à 10h07 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité