publicité
Accueil du site > Actu > Santé > Alsace : Pollution chimique dans un village
1-12-2011
Mots clés
Pollution
France
Suisse

Alsace : Pollution chimique dans un village

Taille texte
Alsace : Pollution chimique dans un village
(Crédit photo : Pingwin planet)
 
Une substance très toxique, déchets d'une ancienne usine, vient d'être décelée dans du béton, dans un petit village alsacien. Elle contaminerait les poissons et pourrait provoquer des cancers.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Décidément, l’industrie chimique (et ses conséquences) fait bien des dégâts en Alsace. A Hagenthal-le-Bas, (Haut-Rhin), à quelques pas de la frontière suisse, une substance hautement toxique vient d’être découverte dans des chemins ruraux, apprend-t-on dans les Dernières Nouvelles d’Alsace. C’est un jeune du village, Felicien Filleul, sentant des odeurs bizarres près de chez lui, qui a décidé au printemps dernier d’alerter les associations environnementales, notamment Pingwin Planet.

Cette structure zurichoise vient de publier des analyses (à lire ici, seulement en allemand) et indique, dans un communiqué de presse, que « le béton et les graviers contiennent de l’hexachlorocyclohexane (HCH), une substance très toxique, dans des concentrations allant jusqu’à 750 g par kilo ». « Cette substance aujourd’hui interdite est très dangereuse. Elle est cancérigène et peut être un perturbateur endocrinien. Depuis des années, l’eau de pluie lessive le HCH, contaminant les prés voisins et la rivière, le Lertzbach, dans laquelle des poissons sont pêchés », commente Martin Forter, de Pingwin Planet, spécialiste des pollutions chimiques.

« Pourquoi les autorités n’ont pas agi plus tôt ? »

Le HCH ne s’est pas retrouvé là par hasard. Il est issu de la production de lindane - un insecticide aujourd’hui interdit - de l’usine Ugine Kuhlmann, qui était basée à l’époque à Huningue, petit village français situé à une dizaine de kilomètres de Hagenthal. Aujourd’hui, cette société n’existe plus et appartient au groupe Rio Tinto, dont le siège social est à Londres et à Melbourne.

Pour Martin Forter, c’est donc ce groupe qui est responsable moralement - mais pas juridiquement - et qui doit donc immédiatement commencer la dépollution. « Ce n’est pas spécialement à l’État Français d’organiser l’assainissement, mais je me demande quand même pourquoi les autorités n’ont pas agi plus tôt. » Le spécialiste, qui a réalisé en 1995 un documentaire sur les déchets de l’Ugine Kulhmann, est persuadé que les pouvoirs publics sont au courant de cette pollution, qui durerait depuis près de quarante ans. Le groupe Rio Tinto répond que « le dossier est entre les mains des autorités françaises et qu’il n’est pas responsable légalement ».

Ses « accusations » font bondir François Gasser, le maire d’Hagenthal-le-Bas : « Ces analyses ont été faites derrière mon dos ! J’ai été prévenu quinze minutes seulement avant la parution du communiqué de presse. » Il paraît sceptique, que « d’un coup, les gens aient mal à la tête en passant à côté des chemins ruraux ». Le maire attend les « vraies expertises », qu’il a demandées à la sous-préfecture de Mulhouse (celle-ci n’a pas donné suite à notre demande d’interview). « De toute façon, la commune n’a pas les moyens de faire enlever quoi que ce soit, c’est au pollueur de payer. »

Le non-dit est la règle

Avec ces nouvelles craintes, l’histoire semble tristement se répéter dans cette partie de l’Alsace. Car ces dernières années, les affaires de pollutions industrielles s’y sont multipliées. Il y a à peine quelques mois dans ce même village d’Hagenthal ainsi que dans le voisin, Neuwiller, un groupement de « pollueurs » mettaient sur la table, pour redorer leur blason, 25 millions d’euros pour excaver ses déchets. Les grands de la chimie suisse - BASF, Syngenta, Novartis - dépolluaient des sites où, cinquante ans plus tôt, ils avaient enfoui leurs déchets de laboratoire.

Mais dans ces petits villages alsaciens, le non-dit est la règle. La plupart des habitants avouent, à demi-mot, que le nombre de cancers est impressionnant, mais ils sont peu nombreux à accuser directement la chimie. Et puis, difficile de savoir précisément l’importance de ces maladies. En effet, le registre des cancers du Haut-Rhin n’a pas réalisé d’enquête sur ce territoire constitué de quelques villages, « trop petit ». Mais, en avril dernier, un médecin d’Hagenthal, reconnaissait que « beaucoup de gens (avaient) un cancer » tout en relativisant : « il ne faut pas tirer de conclusions sur des cas individuels ». Le généraliste, « interpellé » par ces questions, compte mener une étude pour savoir si effectivement les cancers sont plus importants.

« La population ne veut pas voir la vérité en face, elle reste passive », confie Dominique Hohler, habitant de Neuwiller. « Une chose est sûre, avec cette nouvelle pollution, l’Alsace a, une fois de plus, servi de dépotoirs aux grands groupes industriels... »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
9 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Une fois encore ..
    ça commence à bien faire !
    Ce genre de pollution est l’inconséquence évidente d’un modèle économique fou.
    D’une politique d’irresponsabilité des entreprises, validée par nos dirigeants.
    Il se passera exactement la même chose avec le nucléaire et ses déchets.
    il n’y a aucune raison pour qu’il en soit autrement.

    Le mercantilisme qu’on nous impose est de fait criminogène.
    Et que dire de ce qui se passe dans le tiers- monde ?
    c’est mille fois pire !

    Il est grand temps de xxxx les responsables haut et court,
    Seule manière efficace pour arrêter les crimes contre la population, les crime contre la démocratie.
    Exemple aux USA, après une marée noire (peut-être un conflit assuranciel ?) le pollueur est devenu payeur - fin des marées noires.

    En France le pollueur est encore et toujours le profiteur et la population ne peut que subir et tomber malade et payer.

    C’est récurent c’est facteur de révolte, c’est facteur de violence et de déstabilisation.
    Tout le monde le sait - il y a donc pour une classe dominante un gain manifeste à générer cette violence - ce gain ne favorise que les riches pour promouvoir le fascisme.

    Quelle société est la notre qui admet tant de saloperies quotidiennes et surtout répétées ?

    Faire des lois compulsivement ne sert à rien sinon faire plus de propagande.

    Jusqu’à quand la population supportera-t-elle cette dictature de fait ?

    8.12 à 22h57 - Répondre - Alerter
  • Exactement Anonyme, déplacer le problème n’est pas la solution. Il faut boycotter les articles de consommations diverses, dont la production est nuisible. Coluche disait si justement qu’il suffit de ne plus en acheter, pour qu’"ils" n’en vendent plus...Il suffit de ne pas polluer, pour ne plus devoir dépolluer. Logique, cher Watson ! Mais omnibulés par les illusions de grandes civilisations, les gens finissent aveugles. "Vaut mieux mourir con, qu’éveillé", tel est l’adage de Mr et Mme tout le monde ?

    6.12 à 09h14 - Répondre - Alerter
  • Dépolluer est vraiment une excellente solution...mais où donc est stockée la terrre polluée ?
    Déplacer la terre, c’est déplacer le problème.

    5.12 à 09h35 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      Pour vous répondre, les déchets chimiques excavés début 2011 ont été transportés (via des conteneurs ferrés) en Allemagne, où ils ont été incinérés.

      Cordialement,

      Claire Baudiffier

      5.12 à 09h42 - Répondre - Alerter
  • Dès lors que vous le savez, que faites vous pour en informer les locaux et multiplier les dynamiques de soutien pour sanctionner les industriels véreux ?

    4.12 à 09h49 - Répondre - Alerter
  • « le béton et les graviers contiennent de l’hexachlorocyclohexane (HCH), une substance très toxique, dans des concentrations allant jusqu’à 750 g par kilo »

    A une telle concentration ce n’est plus un déchet mais une matière première hautement concentrée !!!

    3.12 à 16h18 - Répondre - Alerter
    • Effectivement, comment peut-on faire confiance à un labo qui indique des concentrations en polluant de 750 g/kg ?
      750 mg/kg serait déjà une forte pollution pour un produit très toxique. C’est bien de poser le problème, mais je crois qu’il faut attendre d’autres analyses pour conclure.
      A suivre, donc

      5.12 à 13h46 - Répondre - Alerter
  • Article très intéressant.
    Pour avoir travaillé 25 ans dans l’industrie chimique, ces procédés étaient à une époque (que j’espère terminée) malheureusement courants. Les DRIRE étaient à mon avis au courant.
    Beaucoup de Maladies Professionnelles contractées, un drame pour beaucoup de familles (qui doivent en ignorer l’origine).

    2.12 à 17h56 - Répondre - Alerter
  • Que les gens meurent par passivité, c’est leur problème, mais qu’ils y entrainent la destruction de la faune et de flore, ainsi que celle de la santé de leurs propres enfants, est 1 acte criminel qui ne profite qu’aux empoisonneurs, dont ils sont par ailleurs, clients. La lâcheté est le support de base pour les bourreaux.

    2.12 à 08h16 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité