publicité
Accueil du site > Actu > Le chiffre > 3,3 milliards d’euros
7-10-2011
Mots clés
Transports
Grande-Bretagne

3,3 milliards d’euros

Taille texte
3,3 milliards d'euros
(Crédit photo : Stephen Craven)
 
C'est le « produit intérieur cyclisme », c'est-à-dire la contribution du vélo à l'économie britannique.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 30 - novembre 2011

Ralentir… vite !

La très prestigieuse London School of Economics a compté les deux-roues du royaume et couché, dans un rapport, la richesse générée par les pédaliers de tout le pays.

Résultat : 2,9 milliards de livres (3,3 milliards d’euros) auraient ainsi été engrangées par le pays grâce à la petite reine. D’abord parce que pour devenir cycliste, il faut acheter une bécane. L’année 2010 a ainsi vu une augmentation de 28% du nombre de transactions par rapport à l’année précédente et rapporté au secteur 1,62 milliard de livres (1,87 milliard d’euros). Et puis un vélo, ça vient rarement seul. Avec son deux-roues flambant neuf, on s’achète souvent un casque, une pompe, un antivol, un gilet fluo… On retourne au magasin pour le faire réparer aussi. Les accessoires et la maintenance ? 853 millions de livres (986 millions d’euros).

Pour informer les néophytes, vendre et réparer toute cette nouvelle flotte de machines, il faut aussi du personnel : 23 000 employés, estime le rapport. 500 millions de livres (578 millions d’euros) ont été engagées pour payer tout ce beau monde et, au passage, 100 millions de taxes (115 millions d’euros) sont venus renflouer les caisses de l’Etat. Enfin, le vélo ça maintient en forme. Selon l’auteur du rapport, 128 millions de livres (148 millions d’euros) auraient ainsi été économisées grâce à la réduction de l’absentéisme en entreprise.

Et si les Britanniques continuent de pédaler, le tableau pourrait encore s’améliorer. En reculant davantage, l’absentéisme pourrait faire économiser 2 milliards de livres (2,3 milliards d’euros) à l’économie britannique d’ici à dix ans tandis qu’une augmentation de 20% du trafic des vélos d’ici à 2015 pourrait réduire les embouteillages et la pollution. Résultat : 207 millions et 71 millions de livres (239 et 82 millions d’euros) respectivement économisées.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • L’écologie comme outil de relocalisation ? Après les délocalisations de l’industrie automobile, cela semble une reconversion intéressante. Si, en plus, la santé s’améliore c’est que du bonheur !!

    10.10 à 09h36 - Répondre - Alerter
    • La relocalisation est plutôt incomplète, du moins pour la France. Il n’y plus, chez nous, de fabrication de vélos que sur le trés haut de gamme. Tous le reste vient de Chine, soit en entier soit par pièces pour être assemblé localement. On ne sait plus, en France souder un cadre en Aluminium !

      Il n’empêche que le vélo est un moyen de déplacement irremplaçable en ville pour les trajets inférieurs à 2 km pour Mme ou M. Toutlemeonde, voire plus pour qui serait un peu sportif...

      The bicycle is the most civilized conveyance known to man. Other forms of transport grow daily more nightmarish. Only the bicycle remains pure in heart.
      (Iris MURDOCH)

      10.10 à 10h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité