publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Nature déboussolée : « Au sein de notre laboratoire, personne n’a jamais vu ça (...)
12-01-2016
Mots clés
Climat
France
Interview

Nature déboussolée : « Au sein de notre laboratoire, personne n’a jamais vu ça »

Taille texte
Suiv

Un magnolia aux Lilas (Seine-Saint-Denis), le 17 décembre. Photo envoyée par Laetitia Coryn.

Prec
Suiv

Une anémone prête à fleurir à Poiseul-la-Ville-et-Laperrière (Côte-d’Or), le 5 janvier. Photo envoyée par Florent Chatitat.

Prec
Suiv

Petit pois en fleur à Mas-Thibert (Bouches-du-Rhône), la dernière semaine de décembre. Photo envoyée par Patrick Flambard.

Prec
Suiv

Des primevères en fleurs au Sappey-en-Chartreuse (Isère), le 24 décembre. Photo envoyée par Axelle.

Prec
Suiv

Des primevères en fleurs au Sappey-en-Chartreuse (Isère), le 24 décembre. Photo envoyée par Axelle.

Prec

Un narcisse à Châteaubriant (Loire-Atlantique), entre le 7 et le 10 décembre. Photo envoyée par Dominique Laporte.

 
Framboises, jonquilles et abeilles ont donné aux fêtes de fin d'année un goût printanier. D'où vient ce réveil précoce de la nature ? Pour quelles conséquences ? Réponses d'Isabelle Chuine, directrice de recherches au CNRS.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 75 - mars 2016

Demain, tous végétariens

Floraisons anticipées, bourgeons prêts à éclore, insectes pollinisateurs qui oublient d’hiberner : aux quatre coins de la France, beaucoup ont constaté, et parfois immortalisé, les symptômes d’une nature déboussolée. Isabelle Chuine, directrice de recherches au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), s’intéresse à la phénologie des végétaux, c’est-à-dire au lien entre les événements périodiques qui rythment la vie des espèces et les variations saisonnières du climat. Au sein de l’Observatoire des saisons, dont elle est la responsable scientifique, elle s’apprête à analyser les anomalies de décembre-janvier. Avant que les travaux scientifiques – qui s’appuieront sur les contributions d’observateurs bénévoles, notamment celles des lecteurs de Terra eco – nous livrent toutes les clés, la chercheuse donne un premier éclairage sur les causes et conséquences de ces phénomènes étranges.

Terra eco : Notre étonnement face aux iris en fleurs en décembre est-il partagé par les chercheurs ?

Isabelle Chuine : Oui, au sein de notre laboratoire de recherches, personne n’a jamais vu ça. La situation, marquée par des floraisons extrêmement précoces, est exceptionnelle. Des espèces à floraison hivernale, comme le mimosa et le noisetier, ont fleuri dès novembre. Pour d’autres, dont la floraison est normalement printanière – iris, jonquilles, forsythia et lilas –, cela a commencé en décembre.



Comment expliquer ces anomalies ?

Au début du mois d’octobre, nous avons connu une petite vague de froid qui a duré huit jours, suivie de températures extrêmement douces. Cet épisode a envoyé à certains végétaux le signal que l’hiver était passé. Les espèces dont les besoins en froid sont les plus faibles ont alors levé leur dormance et la croissance cellulaire a débuté.

Quelles conséquences cet éveil précoce aura-t-il sur la suite du cycle de vie des végétaux ?

Les floraisons qui ont déjà eu lieu risquent d’être fatales pour la reproduction des plantes. Celles-ci ne produiront vraisemblablement ni fruits ni graines. Certains pollinisateurs sont certes restés en activité mais, en cette période de l’année, les conditions sont loin d’être idéales pour que les fleurs soient fécondées. Et même si elles l’étaient, les conditions de températures, et notamment le gel qu’on attend pour la fin de cette semaine, feraient probablement avorter le processus en détruisant les fruits fécondés.

Ces plantes pourraient-elles refleurir au printemps ?

Pour beaucoup, notamment les espèces ligneuses, ce ne sera pas possible d’avoir une double floraison. Les bourgeons floraux se forment pendant l’été. Il faudra donc attendre la prochaine période estivale pour que les arbres initient de nouveaux bourgeons qui normalement écloront au printemps 2017. Pour les espèces herbacées, la situation est différente et beaucoup, comme les pâquerettes et les pissenlits, pourront refleurir au printemps. Quoi qu’il en soit, nous sommes unanimes pour dire que cela aura un impact sur la reproduction. Les plantes auront investi dans la reproduction, mobilisé du carbone et des nutriments pour rien. Cela a un coût pour elles. Si le phénomène se répétait chaque année, la végétation pourrait ne pas s’en remettre.

Doit-on craindre des conséquences sur l’agriculture ?

A part les amandiers, dans les vergers, les arbres n’ont pour le moment pas encore commencé à fleurir. Ils devraient donc être préservés. En fait, tout va dépendre des conditions météorologiques des semaines à venir.

Vous attendez-vous à voir le phénomène se répéter dans les années à venir ?

Ces floraisons précoces sont le fruit de la juxtaposition inédite de deux phénomènes : vague de froid précoce à l’automne puis températures anormalement douces. Celles-ci sont la conséquence à la fois d’un épisode d’el Niño qui a débuté en 2014 et que l’on peut associer à la variabilité naturelle du climat, et du réchauffement global qui a débuté il y a environ un siècle. Les conditions climatiques que nous connaissons cette année devraient devenir la norme à partir de 2050. A cette même échéance, on voit apparaître, dans les projections de nos modèles, des problèmes de développement pour les espèces tempérées dans les régions méridionales de France.

Collecter des données sur le phénomène en cours est donc crucial ?

Oui. Nous vivons une expérience grandeur nature inédite, qui pose de nombreuses questions mais peut aussi apporter des réponses. Il y a, par exemple, un débat de longue date au sein de la communauté scientifique autour de l’influence de la photopériode – la durée du jour – sur le déclenchement de la floraison. En ce moment, des espèces fleurissent en plein solstice d’hiver. Cela suggère qu’elles n’y sont pas du tout sensibles. On sait également peu de choses sur les besoins en froid de chaque espèce. Leurs réactions au phénomène météorologique actuel nous permettent d’avancer. C’est pourquoi nous avons besoin de multiplier les observations. Comme nous sommes très peu de chercheurs à travailler sur ces questions, les sciences participatives sont un formidable outil.

Si vous avez constaté des anomalies et voulez contribuer par vos observations aux recherches de l’Observatoire des saisons, n’hésitez pas à envoyer une photographie de la plante, avec la date et le lieu de l’observation à contact@obs-saisons.fr


- A voir aussi notre diaporama participatif

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
13 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ce qui suit, ne sont que de petits constats, mais qui me semblent "anormaux".
    Aujourd’hui (28-01-2016) des grenouilles ou autres batraciens traversent les routes (il fait nuit, difficile de les identifier précisément). Il me semble que c’est un peu tôt pour débuter leur migration, le printemps n’est pas encore arrivé. Il est vrai que les températures sont un peu élevées pour un hiver dans le Limousin. (7° à 22h00 ce jour, il y a eu des nuits à 10°). Beaucoup de ces grenouilles sont écrasées sur la route (comme chaque année mais pas en cette saison).
    Beaucoup de coccinelles se sont agglutinées dans les montants des fenêtres depuis l’automne ainsi que des mouches. Par contre, peu de punaises contrairement aux automnes des années précédentes.
    Depuis environ une semaine, les premières mouches sont déjà présentes, elles n’ont pas disparu bien longtemps. Quelques hérissons sont aussi de sortie, alors qu’en plein hiver, je les pensais aux abris.
    Quant à la végétation, effectivement, des bourgeons trop en avance (Hortensia avec jeunes feuilles, constaté hier). Ce que je crains, c’est que les insectes utiles aux plantes et inversement, ne soient pas au rendez-vous au bon moment. A suivre...

    28.01 à 23h06 - Répondre - Alerter
  • dans le sud ouest , notamment dans les landes, le 28 décembre 2015, les chenilles processionnaires sont en activité . Elles se déplacent et grignotent deja les épines de pin maritimes

    26.01 à 15h39 - Répondre - Alerter
  • Une observation de mon aïeul sur son livre de bord :
    Situation géographique : nord de l’Yonne

    DECEMBRE 1876
    La température est très douce. Toutes les plantes croissent par les champs. Les arbres fruitiers boutonnent. On cueille des fleurs de genets dans les bois. Nous voyons des fleurs sur les péchers dans le jardin
    JANVIER 1877
    Température tres douce. On laboure et on mêne du fumier
    FEVRIER 1877
    Température toujours douce. Tout pousse par les champs. A la mi-février les genets sont en pleine fleurs. Les amandiers, pêchers, pruniers et épines noires sont également en fleurs.
    On voit un pommier de Nez Plat où les pommes sont formées et grosses comme des noisettes

    La mémoire des hommes est courte

    22.01 à 20h14 - Répondre - Alerter
  • Toulouse : prunier (sauvage) en fleurs fin décembre. 2 mois d’avance.
    Plus généralement : le dérèglement climatique serait-il un opportuniste eugénisme malthusien ? Et va-t-il nous dispenser de la Troisième Guerre Mondiale pour réduire la population à 1/7ème ?

    22.01 à 10h22 - Répondre - Alerter
  • la famine, quand même ? le mot est fort, le réchauffement climatique fait partie d’un cycle.
    la cote d’azur deviendra une zone très chaude avec des températures excessives, le nord aura un temps doux, plus de gel et de moins en moins de moineaux lesquels aiment le froid donc ils iront plus au nord (hors de France) .
    Il ne faut pas négliger la planète pour autant, la préservée des excès de pollutions surtout pour ces habitants et sa biodiversité.

    21.01 à 20h16 - Répondre - Alerter
  • J’ai lu , il y a longtemps, qu’ en 1789 , oui année de la révolution , les cerises étaient mûres en avril , cette année là .

    20.01 à 07h35 - Répondre - Alerter
  • Je suis dans le Calvados et je vois les bourgeons floraux des jonquilles sortir de terre depuis 1 semaine . De plus certains arbres sont en effet en train de sortir des bourgeons précocement : c’est le cas notamment de mon pommier astrakan rouge qui est de floraison précoce (mars-avril) . J’ai également des bourgeons floraux sur mes forsythias... Un peu flippant non ?

    16.01 à 15h27 - Répondre - Alerter
  • Magnolia stellata en pleine floraison à Lorient depuis le 1er janvier .Astromères et roses trémières qui continuent de fleurir en ce moment.
    Le gel de cette nuit va probablement arrêté ce processus..

    15.01 à 09h07 - Répondre - Alerter
  • Fraisiers en fleurs dans les Ardennes fin décembre, cerisiers aussi, j’ai jamais vu ça...

    14.01 à 12h07 - Répondre - Alerter
  • On peut donc s’attendre d’ici quelques années à des catastrophes.

    Famines et proliférations. Les régulations naturelles sont lentes à se mettre en place, des déséquilibres mettront du temps à se résoudre.
    Notre extrêmement fragile société (le génial néolibéralisme qui profite si bien à une extrême minorité) entraînera des catastrophes, en commençant par toucher les miséreux qui crèveront, les pauvres qui tomberont dans la misère etc ..

    Le capitalisme (responsable des désastres annoncés) est une plaie.

    14.01 à 11h52 - Répondre - Alerter
  • ici à Angoulême, j’ai vu un magnifique cerisier en fleur la semaine dernière :(

    14.01 à 10h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité