publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fukushima > Le patron d’EDF demande à ses salariés de rassurer les Français
Article Abonné
16-03-2011
Mots clés
Energies
Sécurité
France
Japon

Le patron d’EDF demande à ses salariés de rassurer les Français

Taille texte
Le patron d'EDF demande à ses salariés de rassurer les Français
 
Henri Proglio, le PDG d'EDF, s'inquiète que l'on s'inquiète. Il vient de le faire savoir dans un message adressé à tous les salariés du groupe public, via une lettre de deux pages publiée sur le site FrenchLeaks de Mediapart.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Dans cette lettre (cliquez ici pour afficher le PDF), Henri Proglio veut bien concéder qu’un « accident nucléaire d’ampleur menace » le Japon. Mais le président s’alarme surtout de voir le débat sur la sécurité du nucléaire civil ainsi rouvert. « De multiples voix se font déjà entendre, parmi les politiques et les associations, demandant un moratoire, voire “l’arrêt du nucléaire’” », constate-t-il, sans pour autant faire état du moratoire décidé hier par l’Allemagne sur l’allongement de la « durée de vie » des centrales nucléaires.

Le PDG d’EDF appelle donc ses salariés à se mobiliser et déroule l’argumentaire qu’il conviendra d’exposer aux « amis, voisins » et « familles » qui interrogent.

1. D’abord, une organisation « rigoureuse », à la nippone, pourrait-on dire, de prévention des risques et « des processus de sécurité très stricts » réévalués en permanence. 2. Ensuite, la chance de vivre en France, en quelque sorte, avec des probabilités de catastrophes naturelles « sans commune mesure » avec le Japon. 3. L’application d’un principe de précaution quasi millénariste : « La référence de séisme retenue par EDF pour ses centrales nucléaires est, a minima, deux fois plus importante que le plus grave séisme relevé en mille ans dans les régions où elles sont implantées. » Mille ans nous contemplent, donc, et nous rassurent. 4. Le contrôle vigilant de l’Autorité de sûreté nucléaire avec « plus de 450 visites et contrôles par an ». 5. Des investissements massifs en maintenance et entretien : 2 milliards d’euros par an.

Pour autant, ajoute le président d’EDF, « l’humilité autant que la responsabilité restent de rigueur ». Et l’électricien promet de tirer les leçons de la « tragédie japonaise  ». On s’interroge d’ailleurs, en lisant le président, sur l’extraordinaire incompétence des Japonais qui ignoreraient, croit-on comprendre, tout ou presque des principes évoqués ci-dessus...

Muni de ce petit viatique, les salariés d’EDF seront-ils convaincus ? Ceux qui travaillent sur les sites nucléaires n’ont cessé depuis deux ans de tirer la sonnette d’alarme sur la baisse des investissements, le relâchement de la sécurité, les dangers multiples auxquels sont confrontés des sous-traitants de plus en plus nombreux et qui assurent près de 80% des travaux sur sites. Notre consœur Martine Orange avait publié une enquête éclairante à ce sujet : EDF, les salariés du nucléaire entrent en fusion.

En 2009, la tension monte entre la direction d’EDF et les salariés des centrales nucléaires. Alors que des mouvements de grève désorganisent la production et la maintenance des sites, EDF a décidé de réquisitionner les salariés grévistes. Ce conflit marque une rupture dans la tradition de l’entreprise publique. Au-delà des revendications salariales, les travailleurs du nucléaire sont inquiets sur l’évolution de leur métier, la montée d’une sous-traitance qui assume 80% des tâches dans les sites. Les appétits financiers qui s’expriment autour du parc nucléaire français les angoissent.

Henri Proglio n’évoque pas plus les problèmes de vétusté et de faible disponibilité du parc nucléaire français. Nous avions ainsi publié une enquête sur l’une des plus anciennes centrales, celle de Fessenheim, et ce qu’en disait par exemple Corinne Lepage : « c’est une centrale dont les normes sont complètement dépassées : depuis 1977, aucune de ses autorisations n’a été modifiées. De telle sorte qu’il n’y a aucune limitation pour les rejets chimiques liquides. Et en ce qui concerne les rejets radioactifs liquides et gazeux, les normes qui les contraignent sont totalement dépassées et obsolètes ». Extrait audio de l’interview de Corinne Lepage évoquant « une centrale hors-normes »

L’été 2008 fut également une série noire pour EDF, avec la multiplication d’incidents, comme au Tricastin. Enfin, les compétences et la « combativité » de l’Autorité de sûreté nucléaire sont régulièrement contestées.

Cet article a initialement été publié sur le site de Mediapart.
- A lire aussi : le dossier spécial de Mediapart sur l’énergie nucléaire en France

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Par
Mediapart

Journal d’information en ligne

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,
    Pour ma part, ma décision de choix énergétique est faite : je change de fournisseur et remplace EDF par ENERCOOP qui ne fournit que des énergies renouvelables ; et si un nombre substantiel de clients d’EDF (82,1 % d’énergie nucléaire) en faisait autant, ce serait un signal fort pour les pouvoirs publics, non ? Après tout, on peut se passer d’un référendum !
    Rappel du coût de l’électricité avec ENERCOOP (pour exemple, un compteur basé sur 3 kwh) : abonnement mensuel TTC 7,19 €, et coût du kwh TTC : 0,1461 €. A vos calculettes ! Et même si le coût s’avère un peu supérieur, (ce que j’ai du mal à calculer vu que les factures EDF n’indiquent pas le coût exact du kwh, mais globalisent !) on a quand même la conscience plus tranquille.

    Martine

    17.03 à 10h21 - Répondre - Alerter
    • ENERCOOP (...) ne fournit que des énergies renouvelables

      Non.

      Car comme l’explique le site d’Enercoop :

      Il n’y a pas de traçabilité physique de l’électricité une fois injectée dans le réseau commun de transport et de distribution. Enercoop s’engage à injecter sur le réseau de distribution autant d’électricité d’origine renouvelable que ses clients en consomment.

      18.03 à 13h52 - Répondre - Alerter
      • OK, j’avais bien compris que je ne connais pas l’origine de l’électricité qui arrive à mon domicile, mais tout au moins mon précédent message était clair : plus il y aura de clients "ENERCOOP", et plus la demande en énergies renouvelables sera forte, et donc incitera les pouvoirs publics à produire plus d’énergies renouvelables (suis-je claire ?)⋅ C’est dans ce sens que je viens de changer mon fournisseur d’électricité.
        Martine (pas moyen d’indiquer mon adresse-mail et mon pseudo, le site ne me le permet plus !, c’est bête, je vais encore figurer comme "anonyme" !)

        18.03 à 16h33 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité