publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Nicolas Hulot : « Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux (...)
Article Abonné
30-03-2009

Nicolas Hulot : « Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux »

Taille texte
 
Nicolas Hulot s’apprête à revenir au devant de la scène médiatique. Son long métrage « Le Syndrome du Titanic », annoncé comme un « cri d’alarme et un cri d’espoir », pourrait être projeté au Festival de Cannes. L’animateur et patron de la fondation qui porte son nom lève, pour « Terra eco », un coin de voile sur ce film. Et appelle à un changement radical et immédiat de notre consommation.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°2 - avril 2009

Sommes-nous prêts à consommer mieux ?

La crise économique se propage. Faut-il relancer la machine par la consommation ? Est-ce compatible avec une démarche de développement durable ?

Nicolas Hulot : Il faut investir pour que l’économie tourne. Mais nous devons désormais le faire sur la base de critères drastiques, en privilégiant l’économie immatérielle. Il va falloir réguler, voire tarir, certaines consommations, comme celle du poisson ou celle des automobiles polluantes. On y parviendra en interdisant par exemple les voitures dont les émissions de CO2 dépassent 50 ou 80 grammes par kilomètre (1). Parallèlement, certaines consommations élémentaires doivent être encouragées. C’est le cas de l’alimentation biologique, qui doit atteindre un seuil critique. Pour réguler certaines consommations et tarir les autres, il va falloir de nouvelles normes et de la fiscalité.

Pourtant le débat sur la taxe écologique – qui privilégierait les produits verts et pénaliserait les autres – n’avance pas.

N.H. : Au contraire. Il y a quelque temps, cette solution était inenvisageable. A l’heure où nous parlons, des décideurs réfléchissent à basculer notre fiscalité, en taxant davantage les consommations impactant les ressources énergétiques ou naturelles et moins le travail. L’idée de cette taxe n’est pas encore admise, c’est vrai. Mais elle n’est plus écartée. En fait, la crise économique a pris tout le monde de court et c’est finalement sa seule vertu : elle nous fait douter de tout. Du coup, en France comme ailleurs, les esprits s’ouvrent à des idées nouvelles. Sur le sujet de la taxe écologique, je peux vous dire que nous avons des réunions au sommet de l’Etat.

Comme chaque année, avril est marqué par la semaine du développement durable. Qu’en pensez-vous ?

N.H. : Tout cela est sympathique et nécessaire, mais insuffisant. Des responsables politiques ne pourraient pas dire cela. Mais c’est le rôle d’une ONG comme la nôtre. Par exemple, je déplore l’abus que l’on fait du terme « développement durable  ». J’ai parfois l’impression qu’il ne s’agit plus que d’une camomille mielleuse destinée à nous faire ingérer nos excès. Quand j’entends qu’on veut installer un circuit de Formule 1 « durable » à proximité de Paris, j’ai un peu la nausée.

Comment conserver notre niveau de confort tout en réduisant nos consommations de matière et d’énergie ?

N.H. : Le bien-être n’est pas proportionnel à notre consommation matérielle. Il faut redéfinir ce que nous appelons le confort. La débauche de choix dans les supermarchés est-elle le signe de notre liberté ou le témoin de notre accoutumance ? Je rappelle que si nous continuons au rythme de consommation actuel, l’humanité n’aura plus à sa disposition à la fin du siècle que deux métaux, dont l’aluminium. L’inconfort, ce serait de ne rien faire. Le bien-être consiste à trier dans les possibles et à se priver de certains choix. Et derrière cela, il doit y avoir des décisions politiques.

Nous sommes passés en quelques mois d’une crise écologique à une crise économique et sociale. Comme si ces deux extrêmes étaient nos seules alternatives…

N.H. : Nos actions dépassent nos intentions. Notre système nous met dans l’obligation d’une croissance économique, financière et matérielle qui n’est pas tenable dans un monde physiquement clos et limité. On ne peut pas passer son temps à s’endetter pour rembourser la dette, au détriment des enjeux écologiques et sociaux. Il faut revoir le fonctionnement du système financier.

C’est-à-dire ?

N.H. : Le crédit doit devenir une forme de service public. Je ne suis pas contre le crédit mais je suis contre le fait que le dépôt d’argent profite toujours aux mêmes et jamais au plus grand nombre. Nous sommes ici dans une crise de la démocratie : le pouvoir est entre les mains d’intérêts financiers privés. Il ne s’agit pas de faire le procès du passé mais de changer les choses. Le crédit pourrait tout à fait relever des Etats et non plus d’entreprises privées. Bien sûr, la société a son temps d’évolution. Et aucun homme politique ne dirait qu’il faut remettre en cause le système monétaire international – c’est de cela dont il s’agit – car il serait moqué. Mais nous les ONG, qui avons notre liberté de parole, avons le devoir de brûler les étapes.

« Brûler les étapes » : est-ce le but de votre long-métrage Le Syndrome du Titanic ?

N.H. : Ce film sans concession est ma façon de franchir un cap. Le temps des écogestes est révolu. Il faut fermer le ban et précipiter l’étape suivante. Le film part de ma conviction que les crises écologique, alimentaire, énergétique et financière, qui se combinent pour former une crise systémique, ont une seule et même origine : une profonde crise culturelle. Le plus petit dénominateur commun de ces crises est notre incapacité chronique à nous fixer des limites, c’est-à-dire notre goût absolu pour la démesure. Il n’y a pas besoin d’être prix Nobel d’économie pour le comprendre. Par ailleurs, les changements que nous faisons dans nos modes de vie relèvent de l’épaisseur du trait. Ils ne sont pas à l’échelle des enjeux. Ce qui est en cause, c’est bel et bien notre système économique. Les recettes du passé ne fonctionnent plus. Pire, elles sont les poisons d’aujourd’hui.

Le propos de votre film semble donc bien davantage économique et sociétal qu’écologique…

N.H. : La crise écologique est là. On ne peut plus le nier et ceux qui ne veulent pas recevoir cet argument-là aujourd’hui ne le recevront pas plus demain. Partant de là, mon propos n’est pas de faire le énième film environnemental. Ce qui m’intéresse c’est la suite : ce qui est en cause, de façon positive et négative, ce sont nos modes de production et de consommation individuels. Nous assistons à une forme de déni, car l’évidence nous gêne : soit on subit les changements, parce que la nature ne nous demandera pas notre avis et parce qu’elle a déjà entamé une forme de « régulation » ; soit on décide de prendre la main et on anticipe les problèmes. Mais alors, nous devons changer radicalement. Cela ne compromettra ni le fonctionnement de notre monde ni notre bien-être. Mais nous devons agir dans un délai très court. Il faut faire sauter les verrous culturels du nationalisme, du positivisme et de la confiance absolue dans la science et les technologies.

Pensez-vous que nous soyons prêts à entendre un tel discours ?

N.H. : Je cite souvent cette pensée d’Einstein : « Notre époque se caractérise par la profusion des moyens et la confusion des intentions. » Nous ne manquons pas de moyens mais il nous faut préciser nos intentions, exercer notre choix. Or, choisir c’est renoncer : nous ne pourrons pas être sur tous les fronts. Pouvons-nous, par exemple, continuer de mettre chaque année dans les budgets militaires des sommes 30 fois supérieures à ce qui permettrait de sortir l’humanité de la misère ?

Ces propos ont déjà été entendus maintes fois depuis les années 1970.

N.H. : Oui. Mais s’ils avaient été écoutés, nous n’en serions pas là. Même les esprits chagrins reconnaissent que notre système économique et social s’effondre. Dès les années 1970, des penseurs du Club de Rome soulignaient qu’il n’était pas tenable à long terme. Si on les avait écoutés, la résolution de nos problèmes serait moins compliquée.

Qui sont les hommes et les femmes capables d’inventer la nouvelle civilisation que vous appelez de vos vœux ?

N.H. : Les solutions ne sortiront pas des moules habituels. Elles ne viendront pas de ceux qui sont obsédés par une croissance économique qui ne vaut que pour elle-même. Il faut chercher ailleurs. C’est cette curiosité qui doit animer nos décideurs. Les personnes qui réfléchissent et qui vont loin ne manquent pas. Tenez, je vois sur mon bureau quelques auteurs qui m’ont inspiré récemment : Richard Heinberg, Thomas d’Ansembourg, François Flahaut, Patrick Viveret, Bernard Lietaer, Hervé Kempf…

Quel regard portez-vous sur le Grenelle de l’environnement ?

N.H. : Je suis heureux de voir ce qui se passe dans notre pays. Mais il va falloir brûler les étapes suivantes car si nous n’avons pas de réponse à la hauteur de l’emballement, je crains que cela ne suffise pas. L’élection de Barack Obama me donne un grand espoir. Mais notre rôle, en tant qu’ONG, à quelques mois de la conférence sur le climat de Copenhague, ne se limitera certainement pas à faire des propositions gentillettes.

N’est-il pas contradictoire de prôner d’une part un changement de modèle, comme vous le faites, et d’autre part de travailler pour une chaîne de télévision pas uniquement réputée pour ses programmes éducatifs ?

N.H. : Est-ce que le fait de produire les émissions Ushaïa pour TF1 contraint ma parole ? Non. Dans ce film, auquel TF1 participe, je n’ai pas changé un mot, pas une image. J’essaie d’appliquer la théorie du cheval de Troie. On doit combattre le système de l’intérieur, comme de l’éxtérieur. Quand une entreprise comme TF1 donne des millions d’euros d’espaces publicitaires à une fondation comme la mienne, je suis ravi. Je pense que vous pouvez nous être gré d’avoir, avec la Fondation, fait bouger les lignes. Si le fait de travailler pour TF1 m’empêchait de m’exprimer, je reverrais ma position. Ma liberté de parole n’est pas inféodée. Dans mon long-métrage, je remets en cause une certaine forme de télévision. J’essaie d’utiliser ce qui peut apparaître comme une forme de handicap. A TF1 il y a la logique d’un système dont je ne suis pas ignorant, mais il y a aussi des hommes et des femmes sur lesquels on peut compter. C’est ma stratégie. Elle a ses limites. Mais je n’ai qu’une règle : jamais ma liberté de parole ne peut être limitée. J’ai cete chance – et je n’en tire d’ailleurs aucun orgueil – de ne pas avoir besoin de TF1 ni pour vivre, ni pour exister.

Regrettez-vous de ne pas avoir franchi le Rubicon et de ne pas vous être présenté à l’élection présidentielle 2007 ?

N.H. : Pas une seule seconde. Les gens voient la partie visible de l’iceberg. Mais ma décision m’a permis de faire un travail de fond avec bien des personnes capables de porter des solutions. Et ma position me permet aujourd’hui de parler à tous sans être soupçonné de quelque intention politicienne que ce soit. Si je peux discuter aussi bien avec Joseph Stiglitz que Bernard Thibault, José Manuel Barroso que Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy que Jean-Michel Lemétayer de la FNSEA, c’est grâce à cela. Certes, ce rôle a ses limites. Mais c’est dans celui-ci que je me sens le plus utile aujourd’hui.

(1) 149 g/km en moyenne, en France.

A LIRE SUR LE MEME THEME

- Sommes-nous prêts à consommer mieux ?
- Un tour du monde en Caddie vert
- Comment consommer mieux
- Le consommateur citoyen vu de profil
- Ces ressorts qui font bondir nos achats
- Exclusif : 92% des Français se disent prêts à réduire leur consommation
- Quiz. Quel genre de consommateur êtes-vous ?
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

17 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • “l’association Riposte Verte mène une campagne de mobilisation qui s’appelle "Tous les gestes comptent !".

    Le but ? apprendre les ecogestes aux collaborateurs travaillant dans les bureaux et aider la direction à la mise en place d’une politique environnementale adaptée.

    www.riposteverte.com

    durablement,

    Cyril Hergott”

    9.08 à 16h36 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à tous,

    je ne suis pas un obsédé de l’écologie, mais ma famille et moi-même sommes très attentifs à l’environnement ; en Mars 2010, pour agir concrètement, nous achèterons un véhicule électrique en échange de nos deux véhicules thermiques(que nous utilisons très peu, puisque nous marchons et prenons le tramway) ; j’attends les constructeurs au tournant avec leurs propositions ainsi que notre gouvernement !

    JPGASCHET
    Le Mans

    31.07 à 19h27 - Répondre - Alerter
  • Les limites du discours de Nicolas se trouvent là : "Il faut faire sauter les verrous culturels du nationalisme, du positivisme et de la confiance absolue dans la science et les technologies." Tout le reste, c’est très bien, mais là, GROS DANGER. C’est involontaire de sa part.
    C’est évidemment ce que veulent les financiers : un gouvernement mondial. Les crises, les pollutions, sont suffisamment orchestrées pour susciter précisément ce type de demande qui s’étend de manière universelle. N’oubliez pas la manière dont certaines associations ont été liquidées dans les années 90 et jusqu’à aujourd’hui : en laissant proliférer des sectes dangereuses. Au bout d’un délai, c’est le couperet, le grand nettoyage, et on fait disparaître quelques éléments gênants. Regardez ce que vit Kokopelli, face au monopole des semenciers américains, cela vous donnera une idée. Attention donc à ne pas laisser passer le gros train du mondialisme entre quelques mains écolo-socio-humanistes, derrière c’est toujours les mêmes dynasties de financiers qui contrôlent le monde. Relisez Coston !

    16.04 à 12h25 - Répondre - Alerter
  • Nicolas Hulot semble se réveiller un peu et enfin découvrir la décroissance...
    Mais sans doute s’agit-il encore de belles paroles qui ne seront pas suivi d’actes forts de sa part ! Faites ce que je dit pas ce que je fait...
    Ce mr vient sans doute faire l’intéressant pour faire la promo de son dernier film "écologique" !
    Le cinéma c’est fini maintenant il faut agir mr Hulot !!!
    Mais je doute profondément que vous changiez votre mode de vie destructeur pour l’environnement, continuez à flatter les puissants et à leurs donner des alibis écologistes, c’est la seul chose dont vous soyez capable...

    3.04 à 12h04 - Répondre - Alerter
  • Après la rafale des comédies américaines pour pré pubères, nous voilà inondés de films sur des pingouins désorientés, des
    oursons blancs noyés, des poulets asphyxiés, l’amazonie dévastée, l’atmosphère polluée. Sommes-nous victimes du Green
    Washing ?
    Non ! Nous sommes victimes d’un Brain Washing.qui a duré 160 ans. 160 ans que nous nous croyons tout-puissants,
    puissant d’un progrès technologique censé maitriser la Nature, et dont nous nous sommes rendus esclaves…Devenez
    spect’acteurs et LIBEREZ vous dans les salles obscures le 8 Avril 2009.
    Et si vous en avez marre de transférer, c’est pas grave, buzzez !

    http://www.youtube.com/watch?v=C2UF...
    http://www.dailymotion.com/relevanc...

    2.04 à 12h17 - Répondre - Alerter
  • TVA à 5,5 sur les produits bio produits localement !
    Voilà une mesure qui ferait bouger les choses ! Puisqu’il faut parler fiscalité verte !

    1er.04 à 09h11 - Répondre - Alerter
  • "Le plus petit dénominateur commun de ces crises est notre incapacité chronique à nous fixer des limites, c’est-à-dire notre goût absolu pour la démesure"

    Dixit un type qui a passé sa vie à parcourir les plus beaux lieux du monde avec une débauche de moyens hautement polluants tout ça pour la promotion d’une des pires multinationales...

    Bien sur, lui il a le droit, il est au dessus des autres, il ne lui est pas venu à l’esprit qu’il pouvait faire des reportages à pied, à vélo, en pédalo ou à la voile...

    C’est vrai qu’avec un aussi généreux mécène pourquoi se priver ? Le pire c’est que ça ne le choque pas du tout de profiter de cet argent sale !

    31.03 à 23h43 - Répondre - Alerter
    • Nicolas semble évoluer positivement ces derniers temps...Il commence à sortir de la catégorie des "éco-tartuffes".

      1er.04 à 07h18 - Répondre - Alerter
      • les citoyens ne peuvent pas révolutionner l’habitat ni les transports : Nicolas Hulot : « Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux »

        oui très bien dit : .. .. ; "eco-tartuffes" !!

        Pendant la campagne présidentielle , j’ai signé le pacte de nicolas , car j’adhère assez à son message,

        contrairement aux messages de la plupart des politiciens qui me consternent par l’ampleur de leur connerie, de leur autisme ou de leur ignorance des phénomènes scientifiques ou sociologiques...

        mais à l’époque j’étais très septique en lisant les paroles de nicolas.

        En effet, le message en gros disait : " citoyens faites des efforts ; n’utilisez plus vos autos, prenez le bus ; le vélo , marchez ; chauffez moins vos maisons etc..."

        Très bien tout cela ; mais comment fait-on tous les matins pour être à 8h au travail
        quand il pleut et que son travail est situé à plus de 10 km de chez soi ; et que le bus met 50 minutes pour ce trajet ?
        Comment fait-on pour moins se chauffer sans s’enrhumer, quand sa maison a été construite en dépit du bon sens avec des architectes irresponsables ; des lois peu contraignantes en matières d’économie d’energie ; et des matériaux débiles (aluminium) des murs mal isolés (pont thermique etc...) et qu’on n’a pas assez de revenus pour investir 20 000€ dans une isolation ?

        28.04 à 19h14 - Répondre - Alerter
        • les citoyens ne peuvent pas révolutionner l’habitat ni les transports : Nicolas Hulot : « Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux »

          suite par "les citoyens ne peuvent pas révolutionner, habitat, transport, société"

          .... donc maintenant, 2 ans après les présidentielles, j’ai l’heureuse surprise de lire de très très bonnes paroles de Nicolas Hulot, auxquelles j’adhère maintenant disons ...à 98 %

          J’ai lu, dans le télé-loisir de fin avril 2009, l’article sur Nicolas Hulot. Il peut téléphoner à tout moment, sur le portable de l’autre Nicolas (Sarkozy).

          Donc , Nicolas , si tu me lis, merci de bien vouloir transmettre à ton collègue ces quelques suggestions (de ma part)
          - avant que le ciel (chargé de CO2 ) ne nous tombe sur la tête
          et - avant que la révolution n’éclate en france -avant 2012 c’est certain-( car
          1789 n’a servi à rien )

          1° interdire tout salaire, prime , bonus , golden hello, supérieur à 15 000€

          2° interdire la vente de tout véhicule neuf qui dégage plus de 130 g CO2/km
          (à partir de 2011 ?)

          3° interdire la construction de tout batiment qui consommerait plus de 40 ou
          30 kWh / m²/an (à partir de 2011 ? 2012 ? + ?)

          4° réduire les salaires et les primes (au moins de manière symbolique ) des
          députés , des sénateurs ; ministres et haut fonctionnaires (au moins
          pendant 1 an -le temps que la crise s’estompe- et par solidairité avec les
          français et pour désendetter un peu l’état)

          5° Plafonner les allocations familiales à partir du 3ème enfant (pour les enfants
          à naître à partir de 2010 ) car on est trop nombreux sur terre ; en france
          aussi (il n’y a qu’à voir l’état de nos rivières et de nos plages l’été ).
          La chine et l’inde ont montré l’exemple. Maintenant c’est à l’europe , à l’orient et à l’afrique de suivre

          6° Lancer un grand programme industriel de construction de véhicules
          urbains à air comprimé ( les batteries électriques ne sont pas au point -
          - elles tiennent rarement le coup plus de 2 ans- alors qu’ un réservoir d’air
          et un compresseur devraient tenir 15 ans ) Décidément ces politiciens sont
          vraiment des ignares ! et ils ont mis beaucoup trop de temps pour
          comprendre le XXIème siècle . D’ailleurs la plupart n’ont toujours pas
          compris
          On pourrait allonger la liste. Si vous manquez d’idées , contactez moi

          28.04 à 22h33 - Répondre - Alerter
      • Il serait peut être temps d’arrêter de se regarder le nombril en se renvoyant la balle. Eco tartuffe ou pas, le débat ne se situe absolument plus dans cette catégorie de mesquinerie. Nos éco gestes ne suffisent pas ou plus, il aurait déja fallu que tout le monde s’y mette, mais ne soyons pas utopiste : pour que les mentalités changent, il faudrait que tout le reste en soit au même stade de changement ( la pub, les transports en commun, les réseaux de distribution de l’énergie, les agriculteurs, les artisans verts...).
        Trop d’argent est en jeu pour que les priorités soient déplacées sur le terrain de l’écologie. Même si nous savons pertinemment que nous dépendons de la nature pour vivre, il y a encore trop de personne désireuse de nous faire croire que la science nous sauvera ("on trouvera une solution dans peu de temps !") et qui ne pense qu’à court terme.
        Dans mon département (40), la forêt est par terre et ne peut plus retenir l’eau des profondeurs, nous sommes sur une ancienne zone marécageuse réhabilité par Napoléon III. Il n’y a pas assez de personne formée pour l’excavation ou le déblayage des zones, il n’y a pas non plus de machines adaptées et il n’y a pas assez de personnes formées à la construction bio climatique et il n’y a pas de valorisation autour du matériau. Le serpent se mort la queue.

        1er.08 à 11h51 - Répondre - Alerter
    • Piero : en quoi N. HULOT a-t’il un "goût absolu" pour la démesure puisque ce sont ces termes que vous reprenez ?
      Je ne vois pas le rapport entre votre citation et votre argumentation qui suit ?
      Comment effectuer des reportages de l’ensemble de la planète en utilisant les moyens de transports que vous listez ?

      Il est certes loin d’être parfait mais je ne crois qu’il ait dit le contraire : est-ce pour autant qu’il est inapte à mener son combat ?
      Il faut mesure garder : mener son combat requiert des moyens, c’est évident.
      Je dois dire que je trouve usant de lire sur tout sujet des commentaires qui discréditent toute personne qui n’est pas exemplaire ; c’est le meilleur moyen de ne pas agir : "vous n’êtes pas parfait de toute façon, alors ne faites rien de bien et fermez-là !".

      J’espère qu’à la limite c’est personnel contre N. HULOT et que vous ne reprochez pas aux scientifiques qui se rendent en Antarctique de ne pas y aller en voilier :-))

      16.04 à 17h44 - Répondre - Alerter
  • Je suis d’accord avec les propos de Monsieur Hulot.
    Je suis aussi très surprise que peu de gens, y compris la fondation Nhulot ne parle d’un eco geste ifniniment plus puissant que tourner le robinet d’eau en se lavant les dents pour sauvegarder l’eau, les forêts et réduire les emissions de gaz à effet de serre : adopter une alimentation vegetarienne.

    Une grande partie de la deforestation, de l’usage abusif de l’eau, des emissions de gaz à effet de serre, mais aussi des problèmes de faim dans le monde provient de l’alimentation carnée occidentale. Ce mode d’alimentation qui tend à se répandre est nocif pour la santé, et fait peser une charge excessive sur l’environnement.
    Je coupe volontiers l’arrivée d’eau au robinet pendant que je me lave les dents, mais c’est tout à fait dérisoire au regard du gachis de ressource naturelle que l’alimentation carnée constitue.

    Alors, meme pour les ecogestes insuffisants, essayons de mettre de l’ordre dans nos priorités !

    30.03 à 20h32 - Répondre - Alerter
    • Je suis tout à fait d’accord avec le message précédent. Les comportements "écologiques", préconisés par les organisations de protection de l’environnement et véhiculés dans de nombreux médias, me paraissent plutôt dérisoires comparés à la vitesse à laquelle notre environnement est détérioré. Certes, ces recommandations ont le mérite d’insuffler un peu de bon sens dans l’esprit des ultra-consommateurs-gaspilleurs.
      Toutefois, le non sens continue de progresser, comme si la réalité profonde de nos comportements de consommateurs, était étouffée par les groupes industriels de l’agroalimentaire. En effet, loin d’adopter des pratiques vertueuses, ces derniers exploitent la mouvance écologiste, pour vendre abusivement toujours plus de produits obtenus sans éthique ni respect de l’environnement. Par leur lobbying, les sols continuent d’être sur-exploités et pollués, les eaux sont perpétuellement souillées, la biodiversité est progressivement anéantie, la souffrance animale des élevages atteint des limites incommensurables, le travail est inégalement réparti et récompensé ... et tout cela pour quoi ?... Pour ne nourrir qu’une partie de la population mondiale et enrichir toujours plus les responsables de ces dégradations.
      Pourtant, sans détruire ce qui consitue une économie (à savoir l’action de produire et de vendre), il est possible de vivre différemment, dans le respect d’une planète qui a la générosité de nous héberger. En réduisant notre consommation de produits carnés ne serait-ce que de 50%, et en transférant la baisse de cette activité dans la production biologique végétale, nous pourrions réduire significativement notre impact sur l’environnement. Les terres redeviendraient peu à peu un organisme vivant, apte à assurer la pérénité de notre espèce. L’eau, l’air et la biodiversité retrouveraient un équilibre salutaire à la survie sur terre, évitant ainsi la fragilisation de notre système immunitaire, ainsi que les mutations génétiques anormales dont toutes les espèces sont de plus en plus victimes.
      Enfin, si l’enrichissement des uns (tant économique qu’intellectuel) continue de se faire au détriment des autres, alors cela signifie que l’humanité a perdu tout bon sens et qu’elle élabore sa propre mort, en entraînant dans sa perte toute forme de vie. Alors quelle attitude souhaitez-vous adopter pour les générations à venir ?

      31.03 à 12h42 - Répondre - Alerter
    • Au risque de ne pas être originale, je suis également convaincue par cette vision : outre les petits gestes (même si chaque geste compte en matière d’écologie), il y a aussi la possibilité de faire des efforts plus conséquents : le transport, l’habitat... Concernant ce dernier point, le gouvernement essaye de donner un coup de pouce en lançant l’eco-ptz. Pour info : les bâtiments représentent 23% des émissions de C02 (dont 70% pour le résidentiel et 30% pour le tertiaire) et 46% de la consommation d’énergie finale.

      Donc nous avons une belle marge de progression... mais combien d’entre nous on fait auditer et rénover leur habitat de manière à consommer moins ??

      Caro

      Voir en ligne : audit energetique

      16.04 à 18h16 - Répondre - Alerter
    • Oui ; il faut le dire, le répéter et le faire-savoir : Une alimentation végétarienne et encore plus végétalienne (sans aucun produits animaux : lait ; oeufs et miel) est excellente pour la santé et pour l’environnement. Lisez "Le rapport Campbell" traduit de l’américain et publié en 2008 pour bien comprendre pourquoi il est important de réduire au maximum son apport en protéines animales. Les pandémies actuelles de cancer et autres maladies de civilisation riches sont un fléau en augmentation terrible et coûtent aussi trés cher, et cela devient insupportable pour la collectivité. Vous croyez qu’il est triste de ne pas mqnge de viande ? Non, l alimentation végétalienne sait être variée, et délicieuse ! Il est par contre triste et pénible de souffrir de graves pathologies telles que le cancer, le diabète etc ... Alors vivons heureux, en bonne santé et légers le plus longtemps possible. Tout le monde et la planète en profitera.

      15.10 à 21h56 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité