publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Sortez couverts, sauvez les ours polaires !
4-11-2011
Mots clés
Biodiversité
Etats-Unis

Sortez couverts, sauvez les ours polaires !

Taille texte
Sortez couverts, sauvez les ours polaires !
(Crédit photo : bnilsen)
 
Une ONG américaine lance une campagne pour inciter à faire moins d'enfants. Au menu : vidéo sur Times square et préservatifs à l'effigie des animaux en voie de disparition.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N°31 - décembre 2011

Made in France : la solution à la crise ?

Nous sommes désormais 7 milliards. Et 7 milliards, c’est bien trop, selon le Centre américain pour la diversité biologique, qui voit dans la croissance de la population une menace pour l’environnement. Aussi l’ONG a-t-elle décidé de s’adresser directement aux consciences de ses concitoyens. Au détour d’une nouvelle campagne, elle va distribuer 100 000 préservatifs figurant des espèces en danger, rapporte le New York Times « Wrap with care, save the polar bear » (« Sortez couvert, sauvez les ours polaires ») ou « Wear a condom now, save the spotted owl » (« Un préservatif enfilé pour sauver la chouette tachetée ») peut-on trouver sur leurs drôles de capotes… L’ONG s’est aussi offert une publicité vidéo sur Times Square à New York.

Car le moment est critique. « Toutes les espèces que nous sauvons de l’extinction vont finir par disparaître si la population humaine continue de grossir », a déclaré Kierán Sucklin, le directeur du Centre. Menacés notamment : la panthère de Floride, le thon rouge de l’Atlantique ou encore l’ours polaire. Certes aux Etats-Unis, le taux de fécondité s’est écroulé depuis le baby-boom, passant à 2 enfants par femme. Malgré cela, les Etats-Unis devraient compter 478 millions d’individus à la fin du siècle, estiment les démographes, et ce notamment à cause de l’immigration. Or, les Américains aiment leur confort. La preuve ? La quantité de CO2 émis par habitant est l’une des plus fortes du monde après l’Australie. Selon une étude publiée en 2009 par l’université de l’Oregon, chaque enfant américain émet par exemple 7 fois plus de CO2 que son cousin chinois et 169 plus qu’un petit du Bangladesh.

La solution ? Consommer moins mais surtout être moins. Selon une étude publiée l’an passé, un taux de fécondité à 1,5 enfant par femme pourrait permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 10% d’ici à 2050 et de 33% d’ici à la fin du siècle.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

11 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • on culpabilise de plus en plus le genre humain, dans tellement de domaines que l’on ne sait plus où donner de la tête : pour les ours j’ai cru comprendre qu’on voulait les implanter en Artique pour les sauver du réchauffement climatique qui fait fondre le pôle Nord et menace de les éteindre, ou alors ils migrent plus au Sud et se croisent avec l’ours brun. ici, l’homme "aide" l’animal.

    Chlore piscinenettoyage et désinfection pour piscine

    26.03 à 15h55 - Répondre - Alerter
  • Cette campagne est une excellente initiative. Nous devons absolument réduire la population humaine au risque de faire "imploser" notre planète. Et cela choquera certains d’entre vous mais si l’on se place d’un point vue Mère Nature, un enfant n’a pas plus de valeur qu’une chouette ou un arbre. C’est un être vivant au même titre que les autres. L’Homme n’est pas prioritaire sur Terre ! De quel droit ?? Nous sommes le seul animal à prélever sur Terre beaucoup plus que ce dont nous avons besoin pour vivre : nous sommes dangereux car nous bouleversons l’équilibre de notre planète. Quant aux pays émergents, nous serions bien inspirés de leur fournir gratuitement des contraceptifs puisque leur dirigeants sont incapables de mesurer l’ampleur du problème de leur surnatalité. Comment peut-on faire autant d’enfants lorsque l’on est incapable de les nourrir et de les éduquer : car c’est bien l’ignorance dans laquelle les laisse leurs dirigeants qui est LE problème.

    9.11 à 11h32 - Répondre - Alerter
  • L’augmentation exponentielle que connaît la population humaine serait qualifiée d’ infestation pour toute autre espèce animale ou végétale.

    L’humain est une sorte de "mutant raté" :
    - l’intelligence analytique dont il a hérité, c’est un peu comme donner les clefs du laboratoire à un être par ailleurs déficient dans d’autres domaines importants.
    - en effet, l’humain est globalement incapable d’agir en fonction du long terme : il reste prisonnier du court terme, comme l’est le Bonobo ou la Corneille de Nouvelle Calédonie.

    Et les Croyances dudit mutant sont bien entendu cohérente avec lui-même !!!
    Les Valeurs qui sous-tendent ses Actions sont un sous-produit de ces croyances.

    Pendant 2 millions d’années, les humains (de Homo habilis à H. erectus à H. sapiens) l’homme a fait autant d’enfants que possible. L’énorme mortalité infantile faisait que la population globale était maintenue basse.

    Grâce à son intelligence analytique, H. sapiens a réduit cette mortalité.
    Mais du point de vue zoologique, son atavisme reproductif est resté.

    Ces Valeurs reproductives archaïques de H. sapiens ont été validées et formalisées dans différents codes moraux, qui ont aussi dégouliné aussi dans les codes du Droit.

    Aussi, cette campagne est formidable, car elle passe par-dessus les divers codes qui vérouillent habituellement nos actions, pour s’adresser directement à notre bon sens de base, à notre sensibilité.
    L’impact immédiat sur la population sera faible, mais la campagne aide à sortir de nos ornières mentales. Bravo !

    8.11 à 23h23 - Répondre - Alerter
  • vous ne savez pas comment faire moins d’enfants ? Y a qu’a demander aux chinois !!!!

    6.11 à 20h25 - Répondre - Alerter
  • Cette campagne est d’une bêtise à peine croyable :
    1 - La transition démographique est achevée aux USA (tout comme dans de nombreuses régions du monde)
    2 - Les populations des pays pauvres, où le taux de fécondité est relativement élevé, n’ont pas les moyens financiers de prendre l’avion vers les villes américaines pour voir ces pubs et se la jouer "moi je suis écolo-frugal" (délire d’occidental gâté).
    3 - Plus le PIB par habitant est élevé, plus le taux de fécondité baisse : comme le souligne Hans Rosling, le meilleur moyen de stabiliser la population des pays pauvres est de stimuler la croissance économique dans ces pays.
    Conférence d’Hans Rosling traduite en français :
    http://www.ted.com/talks/lang/fre_f...
    4 - Un enfant a beaucoup plus de valeur qu’une chouette, effectuer ce genre de comparaison est d’ailleurs complètement indécent.

    5.11 à 15h31 - Répondre - Alerter
  • je suis scandalisé.

    4.11 à 18h39 - Répondre - Alerter
  • Je suis bien d’accord avec les conclusions de cet article...
    Le hic, c’est que la maîtrise de la démographie reste un sujet tabou.
    Pire, dans nos sociétés occidentales, tout est fait pour que la natalité augmente : dons de sperme ou d’ovocytes, congélation d’embryons, lutte contre l’infertilité, etc... Et pourtant si des couples n’arrivent pas à procréer, c’est que, peut-être, la Nature, toute puissante, ne le souhaite pas pour des raisons qui nous échappent.
    Dans les pays émergents, le problème est encore plus insoluble, car je vois mal comment les populations concernées pourraient envisager le contrôle de leur démographie, alors qu’elles ont très peu accès à l’information et que, de toute façon, elles ont bien d’autres soucis à gérer, à commencer par comment se nourrir ou trouver de l’eau..

    4.11 à 18h17 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité