publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Report de l’écotaxe : voici la carte des projets menacés
3-03-2014
Mots clés
Développement Durable
France
Data

Report de l’écotaxe : voici la carte des projets menacés

Taille texte
Report de l'écotaxe : voici la carte des projets menacés
 
Pas d'écotaxe ? Pas de bus, pas de tram, pas de parking à vélo… Faute d'avoir récolté les recettes escomptées, l’Etat a suspendu le financement d'une centaine de projets. Votre ville est-elle concernée ? Réponse en un coup d’œil.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Roulera ou roulera pas ? Des futurs tramways de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, au funiculaire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), quelque 120 projets de transports en commun voient leur sort suspendu à celui de l’écotaxe. Lundi 3 mars, France Info a publié la liste des initiatives menacées : 52 lignes de bus, 16 de trams, deux de métro, mais aussi des funiculaires et des navettes fluviales. Autant de chantiers pour lesquels l’Etat avait promis de verser son obole, s’engageant parfois à régler jusqu’à 20% de la facture.

Sauf que pour honorer sa promesse, prise dans le cadre d’un appel à projets, le ministère des Transports misait sur l’écotaxe. Si tout s’était passé comme prévu, il aurait puisé dans une tirelire de 450 millions d’euros, alimentée par la contribution des transporteurs routiers. Mais, sous la pression des bonnets rouges, l’écotaxe a été une fois encore reportée. La tirelire sonne creux. Une quarantaine de municipalités ou d’agglomérations se retrouvent donc avec un trou dans leur budget. Si elles ne puisent pas sur leur propres deniers pour le combler, les chantiers s’arrêtent ou prennent du retard. De Brest à Toulouse, tour de France des initiatives en sursis.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les Bonnets rouges sont composés de gros exploitants qui ont été privilégiés par la Safer, dans l’acquisition des propriétés,entre autres. Ils contribuent à étouffer les petites productions éco-artisanales de production, de France et de Navarre . Ils ont émis + de violence que les hystériques qui ont contribué à discréditer le Mouvement national de soutien à NDDL, englobant généralement la préservation des ressources naturelles : notre capital commun, au-delà des clivages politiciens. La manifestation des Bonnets rouges n’a pas eu droit aux mêmes représailles musclées que dernièrement...et qui coûtent combien aux contribuables, au fait ?!

    Cette éco-taxe aurait été une aide considérable à l’Economie Sociale et Solidaire...

    5.03 à 09h51 - Répondre - Alerter
  • Renseignez-vous avant de désigner les bonnets rouges un superbe bouc émissaire. C’est de la désinformation, je suis dégoûtée par cet article :

    "Qui va toucher ces 280 millions par an (desquels sont déduits 50 millions de TVA) pour mettre en œuvre le dispositif de recouvrement ? Un consortium d’entreprises baptisé Ecomouv’, mené par le groupe italien Autostrade per l’Italia. "
    http://www.bastamag.net/Les-dessous...

    4.03 à 18h13 - Répondre - Alerter
  • C’est fou ! Et pour l’aéroport de NOTRE DAME DES LANDES on a encore des sous ! Orgueil, quand tu nous tiens...
    Par contre, les malheureux péquins qui voudront prendre l’avion en seront quittes pour appeler un taxi pour sortir de la "cambrousse"... Car pas de sous pour créer une ligne de tram, de bus, de train !
    Il faudrait peut-être réfléchir avant d’aller plus loin, non ? C’est quand même avec nos sous qu’on va vers le fiasco et un aéroport fantôme.

    4.03 à 10h19 - Répondre - Alerter
    • Il n’y a juste plus d’argent dans les caisses et personne ne veut reconnaître qu’il faut cesser de dépenser, au moins un temps. C’est ce que l’on fait en tant que personne. Si on est au chômage, si la crise fait chuter son chiffre d’affaire, on réduit ses achats. Quand il s’agit de l’état, toute décision de réduction des dépenses est instrumentalisée pour défendre sa cause. Dans cette société du chacun pour soi, on ne risque pas d’aller collectivement très loin.

      4.03 à 11h15 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité