publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fukushima > Quels risques pour les travailleurs du nucléaire en France ?
18-03-2011
Mots clés
Santé
Energies
Sécurité
France
Japon

Quels risques pour les travailleurs du nucléaire en France ?

Taille texte
Quels risques pour les travailleurs du nucléaire en France ?
(Photo : piscine d'un réacteur nucléaire)
 
Entretien avec Michel Lallier, représentant de la CGT au Haut Comité à la transparence et à l’information sur la sécurité nucléaire qui pourrait être chargé de l’audit du parc nucléaire français qu’annonce le gouvernement.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Quelle est la procédure en France en cas d’accident ?

Après Tchernobyl, EDF a dressé des listes des agents volontaires en cas d’accident. À Chinon (où Michel Lallier était secrétaire du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, ndlr), sur 800 agents habilités à travailler en zone à risque, il y a eu 700 volontaires. Ça s’est fait en accord avec la médecine du travail. Et, le moment venu, il leur sera demandé à nouveau s’ils sont toujours volontaires.

Quelles sont les doses auxquelles les salariés du nucléaire sont exposés ?

La dose annuelle maximale est de 20 millisieverts. En cas de problème, elle peut passer à 100 et, exceptionnellement, à 300. Les procédures sont apparemment les mêmes à Fukushima. Le ministère de la santé a augmenté la dose à 250 millisieverts.

Quels sont les risques avec de telles doses ?

À 20 millisieverts, nous avons 4 à 5% de probabilité de développer des maladies mortelles, et cela augmente de manière linéaire : 40-50% à 200 millisieverts, etc.

En dessous de 100 millisieverts, les effets sont retardés, comme ceux de l’amiante. Au-dessus, ils peuvent être immédiats : modification de la formule sanguine, atteintes digestives, neurologiques…

Quels sont les risques pour les travailleurs du nucléaire en France ?

En France, il y a entre 300 et 400 salariés qui marchent à 10, 12, 15 20 millisieverts par an. Ils ont 3% de risques de développer des cancers dans les 30-40 ans : des poumons, de l’appareil digestif, de la thyroïde. Pour la plupart, ce sont des intérimaires. Ce sont eux qui travaillent sur les machines, au cœur des centrales.

Le problème, c’est qu’il n’existe pas de registre des cancers dans les départements. Et les salariés ne les déclarent pas toujours comme maladies professionnelles : seuls les cancers des poumons et de la thyroïde entrent dans les maladies reconnues dans ces cas-là. Pour les autres cancers, il faut passer de commission en commission, ce que les agents EDF peuvent faire, pas les intérimaires.

Cette sous-traitance est-elle en train de se développer ?

Elle a démarré au début des années 90. Et, aujourd’hui, EDF annonce la ré-internalisation des travailleurs extérieurs. Pas pour préserver leur santé, mais parce qu’EDF s’aperçoit que ce sont eux qui conservent le savoir-faire. Les agents d’EDF partent en retraite vers 55-57 ans, alors que les intérimaires partent plus tard. Aujourd’hui, ce sont eux qui ont les connaissances des machines. Certains intérimaires de plus de 50 ans ont d’ailleurs été recrutés récemment par EDF. D’autres ont refusé la proposition…

Y a-t-il des risques en termes de sécurité nationale à faire travailler autant de sous-traitants dans les centrales ?

Bien sûr, car la transmission sur les caractéristiques réelles d’un chantier ont du mal à se transmettre. Une entreprise sous-traitante reste 3 ans sur une centrale, puis un nouvel appel d’offres est lancé. Et une nouvelle entreprise sous-traitante débarque, qui ne connaît pas forcément la centrale, ses particularités.

Par exemple, à Chinon, quand les vieilles centrales ont été démantelées, des sous-traitants qui ne connaissaient pas du tout les lieux sont intervenus et plus personne ne savait où passait les tuyaux, ce que les murs contenaient, plus rien. Il y a eu des accidents du travail à cause de ça. Et, quand ça arrive sur une centrale en activité, ça peut poser des problèmes de sécurité qui ne concernent pas seulement les travailleurs du nucléaire.

Cela signifie que notre sécurité dépend des travailleurs extérieurs aux centrales ?

Tout à fait. Ce sont les travailleurs extérieurs qui nettoient, par exemple, les zones dangereuses. Je me souviens d’un gars qui nettoyait un fond de piscine, pendant que la zone était à l’arrêt. Il a vu un bout de ferraille qui traînait. Il fallait à tout prix l’enlever, sinon ça pouvait partir dans les circuits au démarrage. Mais le morceau de ferraille crachait très fort. Le gars l’a ramassé quand même, dans un seau. Il a pris plus de dose que prévu. Et, en remontant, il s’est fait engueulé comme du poisson pourri.

C’est selon la conscience de chacun.

Avant, il y a 10-15 ans, les intérimaires « oubliaient » de mettre leur dosimètre en marche quand ils prenaient ce genre de risque, comme ça ils ne se faisaient pas engueuler, ils ne se prenaient pas d’avertissements, et ils ne risquaient pas le chômage technique, quand la dose maximale était atteinte. C’est aujourd’hui que les maladies se déclarent pour eux.

Propos recueillis par Elsa Fayner, initialement publié sur le blog « Et voilà le travail »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Elsa Fayner est journaliste à Rue89 spécialisée sur les questions relatives au monde du travail. En 2008, elle a publié « Et pourtant, je me suis levée tôt… Une immersion dans le quotidien des travailleurs précaires ». Elle est l’auteure du blog « Et voilà le travail ».

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    Je suis en pleine création sur un projet concernant les accidents nucéaires. J’ai été très interessée par rapport à votre paragraphe et je voudrais vous demandez plusieurs questions :
    - En cas d’accidents nucléaires, les travailleurs ont-ils des indémnitées financières concernant leur santé ?
    - Y a t-il un risque majeur de travailler dans une centrale nucléaire ?
    Merci d’avance

    5.05 à 22h29 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité