publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > A classer depuis V4 > Le Blog de Terra Economica > Quand le ciel nous tombera sur la tête (4e épisode)
16-11-2006

Quand le ciel nous tombera sur la tête (4e épisode)

Taille texte
 
Merci Al Gore : les enjeux du changement climatique sont enfin dans tous les esprits. Pour enfoncer le clou, Terra Economica a composé à votre attention une fiction sociétale sur l'impact du réchauffement de la planète. Bien plus que les palmiers à Lille ou la plage à Paris, nos vies menacent d'être bouleversées en profondeur. 4e épisode.
SUR LE MÊME SUJET
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • (Revenir au début de l’article)

    En cette fin d’année 2043, le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recense près de 100 millions de réfugiés dans les camps disséminés sur la planète. Au nord du continent africain, ils recueillent les exilés d’Afrique subsaharienne fuyant la fournaise, et les riverains du Nil chassés par les inondations. En Asie, la famine qui frappe ce qu’il reste des terres du Bangladesh, empoisonnées par les incursions salines de l’Océan indien, a elle aussi jeté sur les routes des millions de réfugiés.

    Plus au nord, ce sont les Chinois qui fuient le désert de Gobi, en quête d’une nouvelle vie en Russie. Un leurre en fait : la prolifération des parasites y ruine les cultures et entraîne la multiplication des épidémies. Si bien que les Russes eux aussi prennent la tangente vers l’Ouest. Mais quand on est russe, on n’entre plus en Europe. On s’arrête au croisement de la Biélorussie, de la Pologne et de la Lituanie. Et l’on s’entasse, là encore, à Hrodna, dans un camp de 500.000 âmes planté à une vingtaine de kilomètres du rideau de fer et de ses miradors.

    Saison fraiche

    Reynald connaît bien Hrodna. Il y a accompli son service civil obligatoire. Une année de naufrage au contact des damnés du climat, c’était en 2030. C’était aussi son dernier "grand voyage". Aujourd’hui il coule des jours ordinaires sur le bassin d’Arcachon, où lui et Anne tiennent une baraque à frites, ouverte de février à juin et de septembre à décembre, pour coller au calendrier des vacances scolaires, désormais calé sur la "saison fraîche". Les touristes - essentiellement des régionaux - débarquent à rythme régulier. La plupart loue pour quelques jours un véhicule à air comprimé construit localement à partir de matériaux recyclés. Leur fabrication nécessite beaucoup moins d’énergie que les antédiluviennes autos à essence ou à hydrogène, le prix est "un peu moins" taxé et leur utilisation se démocratise. (A suivre)

    * Walter Bouvais est directeur de la publication du magazine Terra Economica

    15.11 à 17h00 - Répondre - Alerter
  • Beau talent d’anticipation, certes et hélas, soutenu par des données chiffrées. Dommage que nos politiques et industriels n’aient pas le même, perdus dans des intérêts personnels à très court terme.
    Difficile de ne pas en arriver-là si chacun d’entre nous ne fait pas d’effort pour modifier ses habitudes de consommation comme une véritable discipline de survie, en plus de directives gouvernementales sans appel.
    J’attend la suite avec impatience !

    2.11 à 13h36 - Répondre - Alerter
    • Richard le Batdecat : A suivre le jeudi 16 novembre

      Adopter une attitude pessimiste et defaitiste, relève souvent d’un manque de confiance et d’informations. Je me souviens que le club de Rome prédisait la fin du pétrole à l’aube du 21ème siècle. Prenons pour habitude de faire confiance à l’intelligence des hommes et des femmes et arretons d’être les contempteurs des efforts entrepris.
      Je reste profondement optimiste sur la reflexion de chacun et je suis plus sensible aux reportages de Y.A Bertrand qu’aux scènes de la vie en 2024 de C.Saint Etienne

      10.11 à 11h09 - Répondre - Alerter
      • Même si je suis une optimiste de nature, je ne peux m’empêcher de repenser aux paroles de Hubert Reeves au début de "La Belle Histoire" de Lelouch (que je cite pour mémoire, pas spécialement pour contester le post précédent)

        En résumé, il dit : C’est dangereux de dire que l’homme s’en est toujours sorti de ses problèmes car d’une part, nous n’avons jamais fait face à des problèmes d’une telle ampleur, et d’autre part, l’homme est spécialement mauvais pour résoudre ses problèmes les plus graves : la pauvreté, la guerre qui existent depuis des milliers d’années ne sont toujours pas résolus !
        Maintenant il faut rester optimiste sinon on n’a plus qu’à tout laisser tomber !

        17.11 à 12h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité