publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Ecotaxe : l’idée du Grenelle contestée et repoussée depuis 2007
22-10-2013
Mots clés
Transports
France

Ecotaxe : l’idée du Grenelle contestée et repoussée depuis 2007

Taille texte
Ecotaxe : l'idée du Grenelle contestée et repoussée depuis 2007
(Crédit photo : Vélocia - flickr)
 
La taxe sur les poids lourds n'en finit pas de s'attirer des critiques. Comment fonctionne-t-elle ? Qui dérange-t-elle ? Décryptage.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Ce mardi 29 octobre, à l’issue d’une réunion avec les élus bretons à Matignon, le premier Ministre a suspendu la taxe sur les poids lourds. Un nouveau report pour ce dispositif en discussion depuis 2007.

- En quoi consiste cette écotaxe ?

Son but est de taxer les camions français et étrangers qui transportent des marchandises sur les grandes routes gratuites françaises. A savoir 15 000 km de nationales et de départementales. Elle doit encourager à choisir des circuits de distribution moins longs et à opter davantage pour les trains et les péniches et moins pour les camions. Elle devrait rapporter 1,2 milliard d’euros par an, qui sera reversé aux collectivités locales et à l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) et devra financer des projets de transports alternatifs à la route.

- Qui doit la payer ?

La taxe sera payée par les transporteurs mais sera reportée sur la facture des bénéficiaires de ce transport. En clair, c’est celui qui passe la commande (le fabricant de jambon ou le supermarché, par exemple) qui assumera au final son coût, pas le transporteur par camion frigorifique. La taxe sera calculée en fonction du poids et du trajet des poids-lourds de manière automatique grâce à des boîtiers installés à l’intérieur des camions. Son montant dépendra également de la région traversée et sera fixé annuellement par décret. Ainsi, le coût du transport d’un jambon en Ile-de-France devrait d’abord être majoré de 6%, contre 3,30% en Bretagne ou 0% en Corse, qui échappe pour l’instant à la mesure.

- Quand doit-elle entrer en vigueur ?

Question piège. Au départ, cette taxe a été décidée dans le cadre du Grenelle de l’Environnement en 2007. Elle doit alors entrer en vigueur en janvier 2011. Mais elle est repoussée à 2012, afin de permettre une expérimentation en Alsace. Expérimentation qui n’a pas lieu. A la fin de l’année 2012, le nouveau ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, reprend le dossier. Il fait un pas vers les transporteurs, en acceptant le passage du tonnage autorisé des poids lourds de 40 à 44 tonnes. Il annonce également une simplification de l’éco-taxe et une entrée en vigueur en juillet 2013 – après, là encore, une expérimentation à réaliser en Alsace. Deux mois plus tard, le ministère annonce un nouveau report à octobre 2013 et l’annulation de l’essai alsacien. Avant, en septembre, de repousser une nouvelle fois la taxe au 1er janvier 2014. Officiellement, ce report est dû « au manque de préparation du dispositif et d’anticipation des difficultés sous le précédent gouvernement ». En fait, ce sont surtout les transporteurs qui tardent à s’équiper des boîtiers devant suivre les mouvements des poids lourds. Ce mardi 22 octobre, le ministre devait faire un point avec la presse sur la mise en place du dispositif à 11h30. Un point presse annulé une heure avant l’arrivée du ministre.

- Pourquoi une telle grogne ?

Les transporteurs estiment que cette taxe pourrait faire grimper leurs prix de 4% à 8% en moyenne. Et s’inquiètent d’une baisse de leur activité. Les distributeurs, eux, dénoncent la hausse à venir de leurs charges puisque le montant de la taxe sera reporté sur leur facture. Certaines professions craignent les répercussions pour leur secteur, notamment le monde agricole qui estime que ses produits seront taxés plusieurs fois lors des différents transports entre les exploitations agricoles, les transformateurs agroalimentaires et les distributeurs. En Seine-et-Marne, des agriculteurs qui manifestent ce mardi estiment que cette taxe devrait entraîner une hausse de cinq centimes d’euros sur le prix d’une salade. Le ministère des Transports, qui rappelle que de nombreuses routes locales ne sont pas concernées par la taxe, précise lui que « comme la part moyenne du transport dans les prix aux consommateurs des marchandises est d’environ 10%, une majoration moyenne de 4,1% sur 10% ne sera que très peu perceptible ». N’empêche, les manifestants demandent... un nouveau report de la taxe.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • L’écotaxe était enfin une bonne idée pour éviter le transport abusif de marchandises. Ainsi, pourquoi va t-on fermer l’abattoir GAD ? Parce que l’entreprise trouve plus intéressant financièrement de faire abattre les porcs bretons en Allemagne, car faut-il le rappeler les allemands sont payés beaucoup moins que les travailleurs français (pas de smig, émigration turque surexploitée).
    Il serait donc tout à fait normal de faire payer ce transport vers l’Allemagne, et l’écotaxe deviendrait ainsi un moyen de conserver des emplois locaux !
    Les bretons en manifestant travaillent donc contre leurs propres intérêts et pour le meilleur profit de la grande distribution !
    Pour notre part, nous faisons partie d’une AMAP. Nous ne mangeons que des produits locaux, du porc élevé à l’unité dans des petites exploitations, et je peux vous garantir que lorsque les producteurs viennent une fois par semaine livrer l’amap avec leurs petites camionnettes ils ne sont pas soumis à l’écotaxe !
    Consommons local et chacun y trouvera son intérêt et la planète ne s’en portera que mieux !

    3.11 à 12h25 - Répondre - Alerter
  • Le maire de Carré M.Troidec vient d’etre interviewé sur France Culture. Il menace de soulever toute la Bretagne a l’instar des fameux "bonnets rouges". La Bretagne est ainsi l’exemple type de la fausse loi de l’économie libérale enoincée par Alfred Marshall selon laquelle les pollueurs sont les payeurs. Il y a pollution aux nitrates dans les porcheries : Elles ne payent pas ! Il y a les engrais agricoles qui provoquent les algues vertes : ils ne payent pas non plus. Et enfin il y a les camions qui refusent l’écotaxe. En vérite derrière les transporteurs routiers se pressent en foule toute une quantité d’autres utilisateurs de fuels lourds que sont les agriculteurs et les pêcheurs. Ceux que M.Troidec veut rassembler sont ces les utilisateurs du gaz oil qui avaient déjà traité Sarkozy de pauvre con lors d’une visite a Lorient. Il est incompréhensible qu’une région aussi indépendante que la Bretagne ne possede pas depuis longtemps une coopérative d’achat du fuel qui lui permette de l’acquérir au meilleur prix sur le marché mondial. Leclerc fait cela mais pas les petits producteurs de base. A ce niveau d’achat l’ecotaxe leur paraitrait facile a supporter.

    29.10 à 08h42 - Répondre - Alerter
  • Je ne comprend pas :
    Pourquoi d’un côté créer une éco taxe et de l’autre favoriser le libre échange entre tout les pays d’europe et maintenant aussi le nord de l’Amérique !

    23.10 à 10h40 - Répondre - Alerter
    • pour moi ce n’est pas incompatible, la taxe n’empêche pas le libre échange, elle incite juste à s’orienter vers du transport de marchandise moins polluant et moins émetteur de gaz à effet de serre. Elle ne concerne que le transport routier il me semble donc les camions. Cela ne change donc rien avec l’Amérique du Nord, et pour l’Europe, il y a le train, les voies d’eau... même s’il reste du boulot pour bien les développer.

      23.10 à 13h47 - Répondre - Alerter
      • En attendant que ça se discutaille, des tempêtes de + en + violents et de + en + nombreuses s’abattront sur les côtes. Les magouilleurs de la FNSEA ne veulent que s’engraisser, et surtout pas défendre les petits paysans qui voient leurs terres progressivement empoisonnées ou bradées !
        Multiplier les transports maritimes, pour développer le libre échange qui n’est qu’1 prétexte capitaliste pour continuer les écocides en toute impunité ?! Cette farce qui pousse les éléments naturels à se déchaîner, n’a que trop duré !

        29.10 à 16h18 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité