publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Marée noire : on (re)fait le bilan ?
11-06-2010
Mots clés
Energies
Pollution
Etats-Unis

Marée noire : on (re)fait le bilan ?

Taille texte
Marée noire : on (re)fait le bilan ?
(Crédit photo : Greenpeace France (Flickr))
 
Quelle quantité de pétrole flotte au large de la Louisiane ? A combien s'élèvera la facture ? Près de deux mois après la catastrophe, les chiffres continuent d'augmenter. Et « Terra eco » ressort sa calculette.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

En tonnes, en barils, en litres, en gallons de pétrole… Les chiffres ne manquent pas sur l’état de la marée noire depuis l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon. BP a d’abord évoqué une fuite de 1 000 barils par jour. Une semaine après l’explosion, elle devait reconnaître que le chiffre dépasse les 5 000 barils. Au 2 juin dernier, les estimations allaient de 12 000 à 19 000 barils quotidiens. Aujourd’hui, nouveau rebondissement, l’Institut de géophysique américain avance une estimation basse de 20 000 barils, et « une haute un peu supérieure à 40 000 ». Après avoir publié les dix dates clés de la marée noire, Terra eco fait le bilan de la plus grande catastrophe écologique de l’histoire des Etats-Unis.

La fuite :

Avant de sortir la calculette pour mesurer le coût d’un tel déversement, quelques précisions s’imposent. Le baril de pétrole, unité de référence internationale, contient 159 litres. Un flux de 20 000 à 40 000 barils revient donc à 3,18 millions à 6,36 millions de litres chaque jour ou encore à 2 800 à 5 600 tonnes. 52 jours après l’explosion, il y aurait donc au total entre 145 600 et 291 200 tonnes de brut en perdition dans les eaux du Golfe, auxquelles il faut ajouter les 32 000 tonnes qui se seraient déversées lors de l’explosion même de la plateforme de forage.

Pour comparaison, l’Exxon Valdez, plus grande marée noire de l’histoire des États-Unis, avait déversé 38 800 tonnes dans l’océan. Si l’estimation haute s’avère être la bonne, le bilan de la marée noire en Louisiane pourrait se résumer à un Exxon Valdez par semaine. Sachant qu’un baril peut remplir le réservoir de deux citadines de type Fiat 500, on aboutit à un total de 40 000 à 80 000 pleins perdus chaque jour.

Poussons le vice jusqu’à calculer le nombre de kilomètres que l’on aurait pu parcourir (sur autoroute) avec cette Fiat 500. Le résultat donne la nausée : entre 28 millions et 56 millions de kilomètres sont perdus chaque jour. Soit entre 70 et 140 fois le tour de la Terre en Fiat 500. Et peut-être même plus si BP continue de ramer ou si les estimations de la fuite continuent d’être revues à la hausse. Seul début de consolation, grâce à la pose d’un entonnoir, 15 000 barils sont récupérés chaque jour depuis le 6 juin.

Le coût :

Écologique : L’État de Louisiane liste 600 espèces menacées dont 445 espèces de poissons et 134 d’oiseaux. Difficile pour autant de chiffrer le coût infligé à la biodiversité.

Économique : La pêche et le tourisme, principales activités de la Louisiane, sont sévèrement touchées. Le tourisme emploie a lui seul plus de 87 000 personnes et rapporte à l’Etat 5,2 milliards de dollars (4,2 milliards d’euros).. L’industrie de la pêche représente elle 3 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros) de revenus par an et fournit un tiers de la consommation de fruits de mer des Etats-Unis.

La facture :

BP a annonce ce jeudi avoir déboursé 1,43 milliards de dollars (1,19 milliard d’euros) mais la somme sera probablement bien plus élevée. Le Crédit Suisse évoquait un total de 18 milliards (14,7 milliards d’euros) potentiels en additionnant 4 à 9,8 milliards de dollars (3,3 à 8 milliards d’euros) pour le nettoyage des zones souillées et 8,6 milliards (7 milliards d’euros) pour les frais de justice. Sans compter la perte de la plateforme, le pétrole perdu, les amendes et les dépenses pendant la fuite. Et il faut ajouter à cela la baisse du cours de bourse de BP. L’action vit un véritable naufrage et a quasiment fondu de 50% depuis le 19 avril.

Sources de cet article

- La méthode de calcul du comité d’experts indépendant mis en place par Washington

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le 11 juin les autorités américaines parlaient officiellement d’une fuite de 40 000 barils par jour, soit quasiment 6 millions et demi de litres. Il s’agit par conséquent de la fourchette haute des précédentes estimations. Chaque semaine, de nouvelles annonces viennent gonfler les chiffres. Plus impressionnant encore, la marée noire a déjà coûté près d’un milliard et demi de dollars à BP. Si seulement cet argent avait pu être investi, par exemple, dans le secteur des énergies renouvelables et écolo ... Qui plus est, pour se racheter une image sur internet, BP achète à présent des mots clés sur le web pour soigner son e-reputation... Tout s’achète, même la réputation.

    12.06 à 16h27 - Répondre - Alerter
  • Thibaut Schepman : Coquille

    Il s’agit bien d’une quantité estimée entre "69 000 et 107 000 de tonnes de brut en perdition dans les eaux du Golfe" et non pas de millions de tonnes. La coquille a été corrigée. Merci pour votre réactivité et votre commentaire.
    Thibaut Schepman

    3.06 à 12h14 - Répondre - Alerter
  • "(...) 69 000 et 107 000 millions de tonnes de brut en perdition dans les eaux du Golfe(...)".

    Effectivement la facture risque d’être salée. Comme quoi il faut toujours vérifier son ticket de caisse !

    3.06 à 11h06 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité