publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Les nouveaux empires du soleil cuisant

Les nouveaux empires du soleil cuisant

Taille texte
Les nouveaux empires du soleil cuisant
 
Le four solaire gagne à tous les coups : il éloigne les femmes des fourneaux, réduit les factures de gaz et limite les émissions de CO2. Reportage dans les cuisines boliviennes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°12 - Mars 2010

L’écologie à la conquête du pouvoir

« Je ne suis plus esclave de la cuisine. Grâce au cuiseur solaire, je retrouve du temps pour autre chose. Et dans ce pays très machiste, c’est important pour l’estime de soi ! », lance Nancy, en déposant un poulet dans l’une des grandes caisses orange qui trônent dans la cour. Il est 10 heures du matin au centre social San Luis, sur les hauteurs de La Paz, la capitale bolivienne. Autour de cette quinquagénaire énergique, une dizaine de personnes – surtout des femmes – prennent des notes. Retraitées, professeurs de langue quechua ou architectes, toutes sont venues avec un seul objectif : apprendre à construire leur propre cuiseur solaire. Depuis trois ans, Nancy est formatrice pour l’association nantaise Bolivia Inti-Sud Soleil qui finance ces séances d’initiation. La rencontre avec l’engin a changé sa vie. « Et pourtant, quand je suis rentrée pour la première fois à la maison avec mon four, mon mari m’a dit : “Tu ne franchiras pas le seuil de la porte avec cette poubelle !” Aujourd’hui, l’appareil fait partie de la famille », sourit-elle.

Température à 170° C

Autour de Nancy, les questions fusent : « Peut-on l’utiliser quand le temps est couvert ? » « Comment le diriger par rapport au soleil ? » « Jusqu’à combien de degrés le four chauffe-t-il ? » Quand le soleil tape sur La Paz, la température du cuiseur peut grimper jusqu’à 170 degrés. Mais même à l’ombre, la caisse en bois couverte d’un verre incliné peut être utilisée comme une « marmite norvégienne ». En clair, on coupe le feu sous la casserole à mi-cuisson et on la place dans le four qui, grâce à la chaleur emmagasinée et à sa très bonne isolation, termine la cuisson sans nouvel apport d’énergie.

Maria, jeune technicienne de laboratoire, l’utilise tous les jours. Elle habite à quelques encablures du centre San Luis. Dans son salon un peu obscur, elle s’apprête à ouvrir la caisse en bois sous le regard attentif de ses deux enfants. Elle en sort une marmite de soupe fumante. « Lorsque je rentre à midi, le plat que j’ai préparé le matin est cuit sans que j’aie eu à en surveiller la cuisson. Je n’ai plus besoin d’une dame pour m’aider à cuisiner », s’enthousiasme-t-elle. Milviam, sa fille de 14 ans, renchérit : « Et le goût des aliments est meilleur. Les légumes ont plus de saveur. Ça garde les vitamines et c’est plus sain ! » Plus économique aussi : dans le pays le plus pauvre d’Amérique latine – le salaire mensuel moyen tourne autour de 100 euros –, le coût de l’énergie peut absorber jusqu’à un tiers du revenu familial.

Poulets frits à la chaîne

Bonifacia vit seule dans une maisonnette construite à flanc de montagne, sur une ancienne décharge de La Paz en pleine réhabilitation. Elle s’est convertie à la cuisine au four solaire il y a deux ans. Désormais, elle consomme une bonbonne de gaz de 20 litres tous les deux mois au lieu d’un auparavant. Et son four, subventionné en grande partie par Bolivia Inti-Sud Soleil, ne lui a coûté que 36 euros, une somme « rentabilisée » en moins d’un an. L’association a financé dans les Andes, en dix ans, plus de 10 000 cuiseurs, chacun évitant l’émission d’une tonne de CO2 par an. Et pas moins d’un million d’arbres ont été sauvés !

Moins grasse et sans cholestérol, la cuisine solaire cohabite avec le boom des enseignes locales débitant à la chaîne les poulets frits. Mais elle séduit des Boliviens de tous horizons, paysans des hauts plateaux andins comme employés des villes. « Avec la cuisine solaire, on peut tout cuisiner. Il faut juste s’habituer à anticiper, car le temps de cuisson est deux fois plus long. En revanche, on peut laisser ses plats cuire sans s’en soucier, pendant 6 heures au maximum, explique Nancy à ses stagiaires. L’adaptation se fait en douceur. Il faut se l’approprier petit à petit. C’est pour ça qu’il est important de le construire soi-même, de cuisiner ensemble et que les gens y participent financièrement. »

A 13 heures, il est temps pour les stagiaires de goûter à leur premier poulet solaire accompagné de bananes plantains. Le verdict est sans appel : « C’est meilleur, plus économique et écologique, alors pourquoi s’en priver ? », synthétise Sandra, jolie jeune femme de 26 ans. La caisse orange vient de faire une nouvelle adepte. —


BOLIVIA INTI-SUD SOLEIL, LOCOMOTIVE FRANÇAISE

Spécimen à parabole ou version four à panneaux, le cuiseur solaire fonctionne aujourd’hui sur tous les continents, en Europe, en Afrique, en Amérique du Sud et même aux Etats-Unis. On dénombrerait plus de 100 000 cuiseurs en Inde et en Chine, et environ 10 000 dans la cordillère des Andes. Mais la réserve d’utilisateurs est encore importante. Si l’ONG américaine Solar Cookers international est la locomotive mondiale de la cuisson solaire, d’autres lui ont emboîté le pas. En France, les experts en cuisson écologique de Bolivia Inti-Sud Soleil essaiment depuis dix ans dans toutes les Andes (Bolivie, Chili, Pérou, Argentine) et accompagnent d’autres projets dans le reste du monde. « Pour des raisons culturelles notamment, la cuisson solaire s’implante moins bien en Afrique où l’on reste très attaché au bois », explique Rozenn Paris, directrice adjointe de l’association. Une association créée en 1999 par Robert Chiron, ancien professeur de physique, après un voyage en Bolivie. L’homme avait alors été frappé par la pénibilité des corvées de bois imposées aux femmes et par l’hygiène précaire des habitants, faute d’eau chaude.

Photo : Chris De Bode - Panos - Rea

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité