publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Biodiversité : la conférence de Nagoya pour les nuls

Biodiversité : la conférence de Nagoya pour les nuls

Taille texte
Biodiversité : la conférence de Nagoya pour les nuls
(Crédit photo : Dano/Flickr)
 
Point d'orgue de l'année internationale de la biodiversité, ce sommet doit permettre d'enrayer la destruction à marche forcée de la nature. Un objectif que les bonnes résolutions de l'édition 2002 ont à peine effleuré. Mode d'emploi.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Qu’est-ce que la COP10 ?

La Convention sur la diversité biologique (CDB) est, avec les traités internationaux sur le climat et la lutte contre la désertification, l’une des triplées nées au sommet de la Terre de Rio en 1992. Tout comme, pour le climat, COP15 était le petit nom du sommet de Copenhague, COP10 signifie 10e conférence des parties de la CDB, qui a lieu tous les deux ans. Organisée à Nagoya au Japon du 18 au 29 octobre, elle réunira les 193 pays signataires.

A quoi ça sert ?

Le texte signé en 1992 affiche trois objectifs. Le premier est limpide : la « conservation de la biodiversité ». Le deuxième concerne « l’utilisation durable de ses éléments », c’est-à-dire « la mise en place de pratiques durables dans l’exploitation forestière, l’agriculture, l’utilisation des ressources halieutiques… », résume Sébastien Moncorps, directeur du comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Le troisième, plus novateur, prévoit un « partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques ». Par exemple pour l’utilisation – par une entreprise pharmaceutique – d’une molécule issue d’une plante médicinale traditionnelle.

Quels sont les enjeux de la conférence ?

Le troisième pilier, en négociation depuis 2002, est justement « l’un des grands points attendus, surtout par les pays du Sud, insiste Sébastien Moncorps. Ce texte juridique international définira quelles sont les règles à respecter et notamment quelle part revient au pays mais aussi aux communautés autochtones. » Nagoya devrait aussi permettre de faire le point sur l’IPBES, cousin du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) pour la biodiversité avant sa naissance officielle prévue à la fin de l’année à l’ONU.

La conférence de Nagoya a « pour enjeu essentiel l’adoption d’un plan stratégique avec des sous-objectifs, des points d’étape et des indicateurs », complète Christine Sourd, directrice-adjointe des programmes au WWF. « En 2002, on avait adopté un objectif ambitieux (pour 2010, ndlr), mais sans se donner de feuille de route ni expliquer comment on allait le réaliser », rappelle Sébastien Moncorps. Résultat : un ratage complet. « Le taux d’extinction d’espèces animales et végétales est désormais 1 000 fois plus élevé que le taux habituel connu jusqu’à ce jour », déplore Ahmed Djoghlaf, secrétaire exécutif de la CDB. En cas de réussite, « ce plan peut donner une légitimité aux ONG pour demander aux Etats de respecter leurs accords internationaux », espère Christine Sourd.

Où en est-on ?

Comme pour le prochain sommet sur le climat de Cancún, COP10 a déjà fait l’objet de plusieurs sessions de négociation. Résultat : « On a un texte préparé par le secrétariat de la CDB dans lequel plusieurs phrases sont entre crochets, car les pays n’ont pas trouvé de consensus. L’objectif sera de réussir à enlever tous les crochets », décrypte Sébastien Moncorps. Le protocole sur les ressources génétiques – « Access and benefit sharing » (ABS) – concentre l’essentiel des crochets, au point de conditionner le reste des débats. Et les questions sont nombreuses : « Ne va-t-on parler que de la plante et de l’animal ou aussi des dérivés ? Est ce que la haute mer est concernée, est-ce que c’est rétroactif ? », se demande Christine Sourd.

Quant au plan stratégique, il compte pour l’instant 20 objectifs sur la surpêche, l’arrêt des incitations financières perverses, la lutte contre les espèces invasives, le développement du réseau des espaces protégés… Les passages manquants portent sur les niveaux d’ambition : « Est-ce qu’on élimine complètement la surpêche ou est-ce qu’on fait des efforts tendant vers cela ? », détaille Sébastien Moncorps.

Qui pèsera dans les négociations ?

Il y a d’abord les hommes. Contrairement à Copenhague, peu de chefs d’Etat sont attendus. Ahmed Djoghlaf sera chargé d’animer la conférence en tant que secrétaire exécutif, avec à ses côtés pour le pays hôte, Ryu Matsumoto, ministre de l’Environnement japonais. Or le Japon n’est pas chaud pour accueillir un Copenhague bis, autrement dit un fiasco. Et surtout, il« veut redorer son blason et faire oublier l’image qu’il a sur certaines espèces emblématiques et sensibles comme la baleine et le thon rouge », note Christine Sourd. Pour Sébastien Moncorps, « le grand bloc qui mène les négociations est le G77 (composé de 130 pays en voie de développement, ndlr) qui a une grosse coordination pour défendre ses positions, aux côtés de pays moteurs comme l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud… ».

En l’absence notable des Etats-Unis, qui n’ont jamais signé la convention, c’est l’Europe qui mène la danse pour le Nord, avec une position plutôt en pointe sur le fond, « même si l’on n’est pas sûr que les financements suivront pour autant », note Christine Sourd. Mais que veut dire un traité sans les Américains ? « Contrairement au CO2 qui n’a pas de frontière, la dégradation de la biodiversité est plus localisée », rétorque-t-elle. Avant d’ajouter, non sans ironie : « Les Etats-Unis ne rentreront en jeu que lorsque la CDB cadrera avec leur logique économique – comme pour Kyoto et le marché carbone – donc cela ne presse pas ».

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste, collaborateur régulier pour Terra eco.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Manso : @Akoba

    Il est quand même assez paradoxal, voire troublant, de voir la même personne dénoncer les "multinationales, vendeurs d’armes et autres capitalistes cupides" et défendre par ailleurs le modèle de la croissance démographique.
    Savez-vous que ce sont justement ces gens là qui ont toujours prôné la natalité, avec l’aide directe du clergé, de façon à disposer de chair à canon autrefois et aujourd’hui du plus grand nombre de consommateurs possible afin de maximiser leurs profits ?
    Alliance contre nature des extrêmes pour en découdre sur de futurs "champs de bataille" ?

    Le problème des injustices est une chose, mais devant la fin programmée des espèces vivantes et à terme de la nôtre, la lutte écologique est passée au premier plan. Même débarrassés de leurs oppresseurs, 10 milliards d’êtres humains sur une planète dévastée n’auraient d’autre choix que d’attendre leur inéluctable disparition...

    Alors oui, que ce soit pour préserver la biodiversité, pour disposer de suffisamment de terres arables à cultiver proprement (sans intrants chimiques) ou pour utiliser avec parcimonie le peu de ressources fossiles que nous n’avons pas encore gaspillées, et bien il faut impérativement stopper la croissance démographique mondiale.

    19.10 à 16h26 - Répondre - Alerter
  • Le problème de la préservation de la biodiversité dépend de la régulation de la prédation du modèle capitaliste qui dans son idéologie tout pour le profit et rien pour la nature et les faibles (c’est-à-dire les populations pauvres que ce soit d’Afrique, d’Asie, d’Europe ou d’Amérique).

    19.10 à 14h20 - Répondre - Alerter
  • La conférence est un modele du genre, elle est posée dans un massif forestier lui meme riches en especes interessantes qui a été rasé au bénéfice des promoteurs qui récupéreront ensuite les installations, et lancée par feu le président du parti conservateur, sorte d’Eric Woerth local très réputé pour la levée de fonds politiques secrets. Un chef d’oeuvre
    d’aveuglement.
    Ex expat

    18.10 à 16h47 - Répondre - Alerter
  • La cause FONDAMENTALE de la perte de la biodiversité est la croissance exponentielle de l’effectif humain.

    En effet, nous sommes passés de 1 milliard en 1800, à près de 7 milliards aujourd’hui et donc mécaniquement, à peu de choses près, en un peu plus de 2 siècles, l’espace dévolu à la faune et à la flore a été divisé par 7 !
    Bien évidement, si la population passe à 9 milliards, comme c’est prévu en 2050, le phénomène va encore s’accentuer.

    Si nous voulons agir avec un temps soit peu d’efficacité sur le long terme, la sauvegarde de la biodiversité passe donc, en premier lieu, par la modération de la natalité.

    Démographie Responsable

    18.10 à 09h47 - Répondre - Alerter
    • L’Europe ou l’Occident connaît mieux les conséquences de la vieillesse de la population... L’Allemagne cherche à recruter les jeunes des autres nations au lieu de faire des enfants, ils ne veulent pas des nuls, la main d’œuvre qualifiée (Ingénieur et autres et surtout venant de l’Europe de l’Est pas les Turcs ou les Africains...) Pour préserver la biodiversité il faut agir sur la cupidité du modèle capitaliste qui détruit tout sur son passage sans se préoccuper des conséquences. Le modèle capitaliste c’est le gaspillage, le pillage, l’exemple le plus frappant ce sont ces firmes pharmaceutiques qui vont dans les pays du Sud et pillent toutes les recettes de la médecine traditionnelle en les brevetant et rien pour la population locale et c’est la même chose pour l’exploitation des matières premières du continent africain sans aucun respect des normes environnementales dans leur pays d’origine à croire que les personnes et avec la biodiversité qui se trouvent sur ce continent ne représentent rien par rapport à leur profit. Le vrai danger pour la biodiversité c’est ça et non une croissance démographique tant qu’il y aura du gaspillage des ressources naturelles pour le bonheur d’une minorité rien n’évoluerait en matière de protection de la biodiversité. La démographie certes a des conséquences sur l’habitat de certaines espèces mais ce n’est pas la population africaine qui détruit la biodiversité de ce continent mais bien les multinationales, les vendeurs d’armes, et autres rapaces qui ne sont attirés que par les ressources de ce contient qu’il faut incriminer. Tout le monde sait que pour faire la guerre il faut être riche mais le paradoxe en Afrique c’est qu’ils sont pauvres et sont champignon dans les conflits l’exemple du Congo démographique qui regorge de matières première pour toute sorte d’industrie surtout en informatique (par exemple le coltran...) tant qu’il y aura de la nourriture pour les charognards se pays ne connaîtra jamais la paix. Le Congo démocratique fabrique des armes ? Où les rebelles trouvent des armes qu’ils utilisent contre les femmes qu’ils violent ou les innocents ? On leur vend les armes contre l’exploitation de leur ressource et tant qu’il y aura le chaos dans ce pays mieux les ressources coûteront moins chers pour les rapaces. Et tout les monde sait que les conflits armés sont un accélérateur de la destruction de la biodiversité. Peut-être que Manso ne le sait pas. Je le lui rappelle c’est trop facile de voire dans la démographie le malheur de la biodiversité...

      19.10 à 14h17 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité