publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Double sens à vélo : est-ce dangereux ?
22-07-2010
Mots clés
Transports
France

Double sens à vélo : est-ce dangereux ?

Taille texte
Double sens à vélo : est-ce dangereux ?
(Crédit photo : Fubicy)
 
Depuis le 1er juillet, toutes les villes de France sont tenues d'autoriser le double sens cyclable dans leurs rues à sens unique limitée à 30 km/h. Un moyen radical pour rayer de la carte tous les cyclistes ? Non. Bien au contraire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Coincé(e) entre une voiture garée et un camion-poubelle, vous tentez, à vélo, de vous faufiler en sens inverse. Un passant vous hurle : « Eh, c’est sens interdit ! ». Et bien non justement. Depuis le 1er juillet 2010, toutes les rues à sens unique de France et de Navarre doivent autoriser les cyclistes à pédaler dans le sens de leur choix. En tout cas, celles où la vitesse est limitée à 30 km/h (dans les autres, c’est optionnel). Mais les double sens cyclables - c’est leur nom officiel -, piétons et automobilistes s’en méfient comme de la peste. Sur 8 090 lecteurs interrogés le 15 juillet par Le Figaro : 80,73 % les jugent dangereux. Passage en revue des idées reçues.

- Les voitures, je vais me les prendre en pleine face  Détrompez-vous, le nez à nez permet aux automobilistes de mieux voir leurs cousins cyclistes. Mieux, il les incite à lever le pied. « La première cause d’accident ? C’est lorsqu’une voiture longe un vélo et le dépasse. Le conducteur évalue mal la distance et le cycliste se retrouve sur le capot. Ça n’arrive jamais quand ils sont face à face », souligne Geneviève Laferrère, vice-présidente de la Fédération française des usagers de la bicyclette (Fubicy). En effet, le cycliste croise la voiture du côté conducteur. Celui-ci évalue ainsi mieux la distance de dépassement.

- Je risque de mourir aux carrefours : C’est le grand hic de cet aménagement. Car lorsqu’elle tourne dans une rue à sens unique, une voiture a tendance à prendre toute la largeur de la chaussée, quitte à couper la route aux bicyclettes. « Mais si les double sens cyclables sont généralisés, les automobilistes ne seront plus surpris dans les intersections », précise le site de Fubicy. « En zone 30, à une intersection, les véhicules ne vont pas vite, le risque est limité », ajoute encore Mme Laferrère. Et si la rue est assez large : « on peut marquer l’entrée par un îlot de sécurité que l’automobiliste devra contourner avant de s’engager », imagine-t-elle.

- Les gens qui sortent de leur parking ne me verront pas : Inquiétude notamment partagée par Patrick Trémège, conseiller municipal dans le XIIIe arrondissement de Paris. « Le gars qui sort tous les jours de son parking ne va pas faire attention. Il faut un marquage au sol sur toute la longueur de la rue [optionnel aujourd’hui] ». Réponse de Mme Laferrère : « quelqu’un qui habite là sait que sa rue a été transformée. De toute façon un automobiliste qui sort de son parking n’a pas la priorité et il commence par regarder à droite et à gauche pour éviter les piétons ».

- Ça ne va pas m’empêcher de me prendre une portière : Certes. Un bonus néanmoins : le risque de manger de la tôle est plus réduit à contresens puisque le vélo ne disparaît plus dans l’angle mort d’un véhicule. Reste qu’un énergumène distrait ne regardera pas dans son rétro avant de saisir la poignée. Et là, mieux vaut être en sens inverse, selon la Fubicy : « même si une portière s’ouvrait au mauvais moment, le cycliste heurterait le plat de la portière qui se refermerait sans causer de blessures sérieuses. »

- Plus on sera de cyclistes dans tous les sens, plus y aura d’accidents : Raté. Les statistiques montrent l’inverse. Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, la pratique de la bicyclette a « notablement augmenté » entre 1998 et 2008. Et pourtant, le nombre de tués à vélo a stagné. S’ils représentaient 3,57% des décès tous modes de déplacement confondus en 1998, ils étaient 3,58% en 2008. Car plus il y a de cyclistes ou de piétons, plus l’automobiliste est attentif et roule lentement. « Il faut que la voiture ne se sente plus comme le véhicule absolu, opine Patrick Trémège. Aujourd’hui c’est parce que les vélos sont encore isolés que le conducteur est parfois surpris. »


Les chiffres

Vous avez toujours peur ? Rien ne vaut quelques chiffres pour enfourcher à nouveau votre bicyclette. En 2000, l’Institut fédéral sur la recherche routière allemande a examiné les installations à contre-sens dans ses villes. Résultat : les rues à sens unique autorisant la circulation cycliste en double sens ont eu le même nombre d’accidents que les autres. Ni plus, ni moins. Et en France ? Une étude menée en 2008 par le Centre d’études sur les réseaux de transport et l’urbanisme (Certu) dans plusieurs villes est arrivée aux mêmes conclusions. Grenoble a par exemple comptabilisé 6 accidents dans des voies cyclables à double sens sur 257 accidents répertoriés en cinq ans. A Lyon, 6 accidents aussi sur 158 cas. C’est minime ! A chaque fois, les accrochages ont eu lieu à des intersections.
Sources de cet article

- Le décret de 2008->http://www.mdb-idf.org/spip/spip.ph...
- Le sondage du Figaro
- Les double sens cyclables sur le blog d’Annick Lepetit
- Les doubles sens cyclables. Une fiche de Fubicy
- Etude de la Certu à Illkirch-Graffenstaden
- L’étude de la Fubicy dans 5 villes françaises
- L’étude allemande (résumé en anglais)
- L’accidentologie

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Contrairement à ce qui est écrit dans certains commentaires, historiquement la raison principale pour laquelle une majorité des rues a été mise en sens unique n’est pas liée à la sécurité mais afin de permettre la création d’un stationnement automobile bilatérale.
    Certaines rues sont déjà à doublesens alors qu’elles sont trop étroites pour permettre le croisement de deux voitures, sans que cela ne choque personne, alors pourquoi ne pourrait-on pas croiser un cycliste dans les mêmes conditions ?
    Le code de la route prévoit une distance minimale pour doubler un cycliste (1m en ville et 1,5m hors agglo) mais pas pour se croiser car le danger n’est pas le même : quand on se croise, on se voit, on ralentie. Parfois on se fait même un petit signe convivial. Au besoin on cède le passage pour permettre le croisement (ex des routes de montagne, systême des écluses). Le doublesens cyclable est déjà quasi-systématique dans les z30 en Allemagne, en Hollande.

    19.08 à 02h14 - Répondre - Alerter
  • Cette avancée pour les vélos, qui va dans le sens du code de la rue, n’est toutefois pas prise à sa juste valeur par beaucoup de collectivités.
    Rappellons que désormais en France, les zones 30 et de rencontre sont par défaut à double sens cyclable. Tous les usagers de la route devraient en être informés. Si les auto-écoles doivent l’enseigner (et j’en doute...),aucune campagne de de com n’est réalisée par l’Etat ou les collectivités.

    A Toulouse en tout cas, la mairie n’a pas mis en conformité ses zones 30 et a interdit le double sens cyclable pour un an de plus...

    Plus d’infos sur Toulouse ici : http://toulousevelo.free.fr/spip.ph...

    18.08 à 15h31 - Répondre - Alerter
  • Pour pratiquer le vélo dans un pays où le double sens existe depuis des années, il n’y a pas de risque majeur, Au contraire notre sécurité s’est trouvée améliorée. Sauf tueur, mais cela de toute façon c’est sans espoir pour le moment.

    Comme souvent avec dix ans de retard, la France prend une bonne décision.

    27.07 à 19h24 - Répondre - Alerter
  • greenvincent : attendons la rentrée

    je trouve l’initiative très bonne et logique, cependant, nous ne pourrons avoir plus de résultats concrets qu’à la rentrée (septembre) car une grande partie des parisiens sont partis en vacances et il y a beaucoup moins de voitures qui circulent dans la ville ... cependant c’est une période où il faut faire d’autant plus attention lorsque l’on est cycliste.

    26.07 à 11h57 - Répondre - Alerter
  • Cette mesure suppose plusieurs conditions : d’une part que les automobilistes soient hypervigilants car ce seront toujours eux qui seront responsables des accidents quel que soit le réel responsable.
    La seconde condition c’est que les cyclistes se comportent correctement, ce qui est loin d’être le cas. Chaque jour je vois des cyclistes rouler sur une roue, sans tenir leur guidon, au milieu de la chaussée, traverser brutalement la rue sans se préoccuper des autres usagers... alors j’ai plus que des doutes sur la non dangerosité des rues à double sens

    En outre si une rue est à sens unique c’est le plus souvent parce qu’elle est étroite. Le code de la route prévoit qu’un automobiliste doit s’écarter fortement d’un cycliste qu’il double parce que celui-ci est susceptible de faire un écart, mais s’il vient en face dans une rue étroite on fait comment ? J’ai un exemple précis d’une telle rue à Amiens où les cyclistes ont tous les droits et récemment je suivais un camion dans cette rue, eh bien il était impossible au poids lourd de croiser sans danger un cycliste ? Devra t-on en plus interdire les livraisons dans cette rue ?

    23.07 à 12h13 - Répondre - Alerter
  • Automobiliste : Largeur des voies

    Les voies à sens unique n’ont pas toujours la largeur nécessaire pour permettre de faire se croiser un vélo et une voiture (en particulier celles limitées à 30 km/h).

    23.07 à 11h25 - Répondre - Alerter
  • laurane17 : par expérience

    Habitante de La Rochelle, j’ai déjà expérimenté depuis un moment ce double sens dans une des rues principales. Le problème majeur réside dans le croisement de cette rue : d’habitude, la voiture qui traverse cette rue en sens unique (arrive d’une rue perpendiculaire au sens unique pour aller en face) ne va regarder que du côté où est censé arriver une autre voiture mais zappe complètement de regarder de l’autre côté pour voir si un vélo arrive. C’est vraiment au vélo de faire attention car ça arrive très souvent.

    23.07 à 11h24 - Répondre - Alerter
  • Grozelan : Du bon sens !!

    C’est le cas de le dire !
    Mais oui, le double sens cyclable est une mesure logique. Pourquoi a t-on mis des rues en sens uniques ? Le plus souvent parce que deux voitures ne pouvaient passer de front. Ce qui ne vaut évidemment pas pour les vélos.
    Bémol : certaines rues restent à sens unique et interdisent le double sens en raison de leur étroitesse . A Strasbourg, nous avons ainsi la rue des Juifs, dans l’hyper-centre.

    Pourquoi cette méfiance ? Parce que tout a été fait jusqu’à présent pour l’automobile (y compris les fameux "drive") , les autres moyens de transports (y compris la marche à pied) devant se partager les miettes de l’espace laissé par la bagnole.

    L’expérience montre que plus il y a de cyclistes en circulation, moins il y a d’accidents, car les automobilistes ont appris (contre leur gré, mais ca leur fait pas de mal) à partager cet espace.
    Précision : je suis à la fois marcheur, cycliste et... automobiliste ! Mais j’ai définitivement abandonné la voiture en ville.

    23.07 à 11h21 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité