publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Vise le green > Le paradoxe finlandais

Vise le green

Par Benjamin Cliquet
24-10-2010

Le paradoxe finlandais

Le paradoxe finlandais
Cela va bientôt faire deux semaines que j’ai posé mes valises dans la capitale finlandaise et la perspective d’y rester huit de plus me réjouit plutôt. Premières impressions et premières explications du paradoxe finlandais.

D’abord, ne vous étonnez pas si je suis un peu lèche-bottes envers les Finlandais : je suis lu (observé, épié !) par les personnes qui m’hébergent chez eux, ici, à Helsinki. Joël, Tarja et leurs trois enfants m’ont, plus sérieusement, extrêmement bien accueilli (et je ne parle pas de Caramel, le chien, pour qui je fais déjà partie de la famille…). Merci à eux. L’adaptation au mode de vie se fait en douceur et j’ai quand-même quelques repères : la passion du foot, la pluie (celle de l’ouest, que j’ai importée de Nantes et de Caen…) et la bière (je n’ai pas encore touché à la vodka, qui a beaucoup de succès ici). Mais tout ne ressemble pas à la France :

-  Le rythme des repas est bien différent puisqu’ils mangent plus tôt mais peu le midi (parfois dès 10h30 pour les écoliers), puis remangent une à deux fois avant le dîner ;
-  Dans ce pays d’à peine plus de 5 millions d’habitants, la religion est bien plus présente. Je ne rentrerai pas dans les détails car je n’ai pas étudié le sujet, mais je me permets d’évoquer un évènement qui dérange beaucoup : à plusieurs reprises et à la télévision (et encore ce matin à la radio), des pasteurs et évêques finlandais ont tenu des propos homophobes. Conséquences, plusieurs dizaines de milliers de croyants ont déjà quitté l’Eglise protestante. Dommage, car ces personnes médiatisées ne représentent que la partie extrémiste de l’Eglise ;
-  Le climat froid de la Finlande empêche de cultiver certains fruits et légumes. Seuls les fruits ou légumes poussant sous terre peuvent pousser en période hivernal. La solution pour faire pousser des tomates ou de la salade au mois d’octobre est donc les serres, solution qui coûte cher à l’environnement. Alors si l’on veut consommer local (donc « responsable »), il ne faut pas manger de tomate en hiver (vous connaissez la chanson…) ;
-  Par ailleurs, on trouve beaucoup plus de labels Commerce Equitable. Ainsi, les bananes ne viennent pas de Martinique mais sont très souvent labellisées Fairtrade. Les labels « bio » sont également plus présents ;
-  Enfin, la nature est omniprésente. Je loge à moins de 10km du centre-ville et je vois la forêt depuis ma fenêtre. L’urbanisation s’est faite ici dans le respect total de la nature, ce qui permet à la ville de rester un site exceptionnel.

Après ces généralités, je tenais à parler d’un phénomène particulier vis-à-vis de l’environnement : si la Finlande est un des pays avant-gardistes en matière de lutte contre le réchauffement climatique, les habitants ont des habitudes peu économes en énergie. En effet, la Finlande n’est pas les Iles Tuvalu, le dérèglement climatique n’est que peu visible, les hivers restent très froids et, comme je l’ai dit plus haut, la nature est préservée en excellente santé. Dès lors, il n’est pas simple de convaincre les Finlandais de changer leurs habitudes pour lutter contre un phénomène invisible (ou presque). C’est donc notamment parce que le pays gère bien la crise environnementale que les gens ont des pratiques souvent peu économes en énergie. Paradoxe. De quelles pratiques parle-je ? Des maisons chauffées à 22°, 23° et parfois plus. Une utilisation de l’eau (notamment de l’eau chaude, en abondance grâce à l’excellent réseau de chaleur) comme si le monde n’en manquait pas. Ou encore, des trottoirs d’une grande rue commerçante chauffés (tuyaux d’eau chaude enterrés) pour éviter que ça ne gèle et importune les piétons venus faire leurs courses.

Pour autant, ne croyez pas trop vite que les Finlandais sont des cancres (en ne parlant, bien sûr, que des habitudes de consommation, du confort auquel ils sont habitués…). En effet, je m’apprêtais à vous raconter avec une très grande fierté que je vais en ce moment au travail en vélo, malgré la pluie continue de jeudi et les 2° de vendredi. Mais ici, aller au travail en vélo n’est pas récompensé de la Légion d’Honneur du Développement Durable, c’est extrêmement fréquent, même en hiver. Sur les 9.3km qui me séparent du centre où je travaille, au moins 8.5km se font sur piste cyclable. Et on voit que c’est une habitude ancienne car les pistes cyclables font souvent partie des très larges trottoirs, les rues et les villes en général se sont construites en prenant en compte ce moyen de transport. En outre, si l’on a trop froid pour le vélo, ce sera le train que l’on empruntera (et très peu la voiture), dont le réseau n’est pas sans cesse perturbé par des grèves ou des problèmes techniques.

Je ne peux pas conclure ce premier post sur Helsinki sans parler du sauna. Une petite pièce chauffée à environ 80° et de l’eau régulièrement jetée sur les pierres qui créé une énorme vague de chaleur (sous forme de vapeur). Un sauna dans chaque maison, des saunas publics (notamment à la piscine), des saunas au bord des rivières (l’hiver, un trou est fait dans la glace et ils vont se rafraîchir dans l’eau plutôt que sous la douche !)… Et, en tant que Normand, je me sens davantage prêt à survivre aux vagues de froid qu’à la pratique intensive du sauna.

Pour la suite des réjouissances, je vous donne rendez-vous le week-end prochain pour un compte-rendu de mes deux semaines de bénévolat au centre de recyclage de Vantaa (banlieue d’Helsinki). Mon enquête va s’orienter, en plus de la gestion des déchets, vers la compréhension du réseau de chaleur et des énergies utilisées. Je visiterai jeudi 28 une partie des installations du réseau de chaleur qui, d’après mes lectures, est un des plus efficaces au monde. Comprenez mon impatience…

A bientôt, Visez l’green, Ben

PS : le logo de l’article est une photo de la magnifique cathédrale protestante d’Helsinki, dans laquelle j’ai eu l’honneur de suivre une messe ce matin

JPEG - 65.9 ko

Piste cyclable devant la maison et le long de la voie ferrée

JPEG - 71.4 ko

Vue d’un petit pont sur lequel je passe en vélo, à 5 minutes de la maison

JPEG - 65.2 ko

Depuis un observatoire un oiseaux, étendue située à moins de 10km du centre ville qui abritait il y a peu encore des troupeaux de moutons et de vaches

JPEG - 82.6 ko

Chemin pour atteindre l’observatoire

COMMENTAIRES ( 13 )
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je découvre ces échanges et je me dis que nous sommes bien français dans ce peu de courtoisie qui nous anime et ce peu d’empathie . Notre ami nous fait partager son ressenti . Bravo ! Qu’on puisse lui reprocher inexactitude et évocations personnelles me fait peur . Quelle insolence ! Comme on dit chez moi ce garçon est un faiseux et non un diseux et qu’il le reste et en soit remercié .Gilles

    17.06 à 09h58 - Répondre - Alerter
  • y’aura toujours des grincheux..... c’est bien de leur répondre comme tu fais... De mon côté, je trouve sympa que quelqu’un partage ses découvertes et impressions comme il les ressent, on prend ou on prend pas. C’est tout. Pour ma part, j’essaie d’imaginer la personne dans son voyage et je prends les impressions comme elles viennent. Il faut de tout pour faire un monde et c’est déjà beau de partager. Merci, voir un peu de Finlande comme çà, çà me fait déjà voyager et j’imagine y être.. Merci et Bonne continuation.

    9.05 à 12h02 - Répondre - Alerter
  • Bravo benjamin pour tes articles !
    C’est bien sympa à lire et cela donne envie d’aller d’écouvrir la
    finlande.
    J’aurai bien des choses à dire mais je dois partir au boulot ce sera pour une fois.

    6.12 à 07h40 - Répondre - Alerter
  • StefBrodu : C’est drôle...

    Concernant les habitudes peu "économes" en énergie...
    On retrouve les mêmes, ici, au Québec : maisons surchauffées, utilisation de l’eau sans considération (ici aussi en abondance), électricité reine (routes éclairées même en campagne, lumières allumées à toutes les portes, etc.)

    Je pense que votre réaction est celle d’une personne ayant grandie dans un pays frappé d’une crise énergétique dans les années 75-80. Des habitudes de chauffage à 18degrés, d’éteindre toutes les lumières et de rationner douches et bains ont été prises à ce moment là.
    Les pays qui n’ont pas connu cette crise pétrolière parce qu’ils disposaient de ressources énergétiques à profusion (hydroélectricité, charbons, pétrole...) ne se sont pas habitués à de telles restrictions...

    29.10 à 04h57 - Répondre - Alerter
    • Urben traveler : Tout à fait

      C’est exactement ce que m’a dit Joël, le père de famille français qui m’accueille à Helsinki, quand je m’étonnai du robinet qui coule ou de la lumière non éteinte. Et c’est très probablement vrai, cette crise énergétique a provoqué une importante prise de conscience (je dis très probablement parce que je ne l’ai, moi, pas connue).
      Cependant, je pense que cette prise de conscience est une bonne chose. Sans cette prise de conscience, la France devrait sûrement produire davantage d’électricité donc polluer un peu plus (en gros, malgré le nucléaire). Et la Finlande, même si elle développe notamment des procédés de production de chaleur qui permettent de réaliser des économies d’énergie (cogénération à Helsinki) et restera a priori un pays exemplaire en terme d’installations, organisations publiques..., pourrait réaliser d’importantes économies d’énergie (bien sûr les habitudes sont extrêmement compliquées à changer). C’est vrai qu’ils ne manquent pas d’énergie dans le pays, mais ça reste du gaspillage et un certain surcoût (même si l’électricité semble être bien moins cher ici, logique au vue de l’abondance).

      29.10 à 14h42 - Répondre - Alerter
  • cette phrase bien dans l’air du temps médiatique n’a aucun sens

    comment comparer l’organisation et la gestion des transports en commun dans un pays de 4 millions d’habitants à son organisation et à se gestion dans un pays de 60
    dans deux pays qui ont des Histoires bien différentes

    cliché facile et inutile !

    28.10 à 16h43 - Répondre - Alerter
    • Urben traveler : Il ne faut pas confondre...

      ... blog d’étudiant en voyage et blog professionnel de journaliste.

      Cher M’sieur l’cartésien,

      t’as beau être cartésien, t’es pas très perspicace. Sinon tu aurais remarqué que, comme je disais à ton camarade un peu plus bas, je n’ai pas la prétention d’avoir un style irréprochable et des informations scientifiques vérifiées par le GIEC.

      Trois remarques :
      - d’abord, si tu avais lu la remarque de ton camarade, tu saurais qu’il y a plus de 5 millions d’habitants en Finlande. Tu devrais être au courant que je ne dis que des sottises ;
      - ensuite, mets une vraie ponctuation quand tu écris, là on dirait que c’est écrit par un collégien ;
      - c’était un petit trait d’humour car j’ai de la famille sur Paris qui galère un peu avec les transports en ce moment. Je me voyais mal parler des trains de banlieue et de leur bon fonctionnement sans faire un clin d’oeil à ce qui se passe en ce moment en France.

      Alors je dirai comme à ton pote : ça valait vraiment la peine de faire un commentaire ?
      Merci de répondre, si nécessaire, par mail. Merci.

      Malgré tout, tâche de viser l’green et à bientôt, Ben

      28.10 à 22h01 - Répondre - Alerter
  • mandrake : des photos

    Bonjour,

    J’aimerai voir des photos... le récit permet d’imaginer ce qui est décrit, des photos aideraient à construire le film que l’on se fait en lisant, et avoird ’autres références que ce que l’on connait.

    merci

    28.10 à 11h38 - Répondre - Alerter
    • Urben traveler : C’est mieux ?

      Bonjour,

      j’ai rajouté quelques photos montrant la nature au bord de la ville.
      Je ne vois pas quel autre aspect j’aurais pu illustrer, ou alors il me manque des photos. N’hésitez pas à m’en demander davantage par mail (benjamin.cliquet@gmail.com)

      A bientôt

      28.10 à 15h51 - Répondre - Alerter
  • Je comprends bien de la découverte d’un pays comme la Finlande fasse oublier le thème de l’article (le paradoxe Finlandais). Je trouve que les informations sur le pays ne sont pas toujours exactes par exemple il y à plus de 5 millions d’habitants sur l’équivalent des ¾ de la superficie de la France. Le fait d’aller à la messe n’a pas beaucoup d’intérêt non plus.
    Quand je pense à tout ce que l’on pourrait dire sur ce pays en matière d’environnement !

    28.10 à 09h28 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Mr Karhu,

      je suis ravi de découvrir que je suis lu (je n’ai pas installé le système de comptage donc je ne peux pas savoir s’il y a d’autres personnes que mon chat et mon poisson rouge qui me lisent). Et j’accepte tout type de lecteurs : un lecteur aigri est un lecteur quand-même. Merci à vous.

      D’abord je ne comprends pas bien l’utilité d’employer un ton aussi offensif. Ce blog n’a aucune prétention d’exactitude totale, je ne suis ni spécialiste ni journaliste. Je suis un étudiant passionné du sujet. C’est un blog amateur si vous voulez, qui ne fait que relater une expérience de plusieurs mois et qui peut intéresser par son originalité.
      Voilà pour les explications générales.

      Mais maintenant, puisque vous êtes venu sur cette petite place publique vous exprimer, je me dois de répondre aussi en public à vos petites critiques. Permettez-moi également de rester aimable pour vous dire que votre commentaire est déplacé. Je vous apprendrai que le titre ne dit jamais tout d’un article. Et puis, quelle importance que je parle d’autre chose ? Ca vous dérange ? Moi, non. Et il parait que c’est moi qui écris...
      Ensuite, je m’excuse platement pour l’erreur sur le nombre de Finlandais, m’enfin ça change pas franchement le sens de mes propos. Et c’est vraiment la peine de faire un commentaire pour ça ? A vous de voir.
      Ah oui, j’aime beaucoup votre remarque sur la messe. Si ça vous intéresse pas, faut pas me lire. Vous lisez TerraEco ? TerraEco ne parle pas que d’environnement. Vous sortez de votre ordinateur ? Dehors, d’autres sujets que l’environnement sont intéressants. Mon blog est ouvert d’esprit. Et comme je vous l’ai dit, je relate une expérience, je ne fais pas des remarques indépendantes les unes des autres uniquement à propos des déchets ou de la nature. Le récit est un tout.
      Et pour votre dernière phrase, je vous invite à ouvrir un blog sur l’environnement finlandais, je me ferai un plaisir de vous lire.

      Je vous invite enfin à, si vous en voyez la nécessité, me répondre par mail et non ici.
      Merci à toi, et tâche malgré tout de viser l’green, Ben

      28.10 à 21h33 - Répondre - Alerter
  • Guillaume Doz’ : Tu me donnes envie !

    Sincerement, ca fait rever ! Decouvrir cette culture a la fois proche et lointaine doit etre vraiment formidable ! profites en bien, bon courage pour ta semaine tri (il est loin le temps du rally tri n’est-ce pas ? :) ), ici on pense a toi !

    25.10 à 19h36 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité