publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Le maïs OGM Monsanto à nouveau autorisé en France
28-11-2011
Mots clés
Alimentation
Biodiversité
France

Le maïs OGM Monsanto à nouveau autorisé en France

Taille texte
Le maïs OGM Monsanto à nouveau autorisé en France
(Crédit photo : Photo-libre.fr)
 
Le Conseil d'Etat a annulé ce lundi la clause de sauvegarde imposée par le gouvernement sur cette culture depuis 2008.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Il n’est plus interdit de cultiver du maïs OGM Monsanto en France. Le Conseil d’Etat vient d’annuler la clause de sauvegarde qui empêchait la culture et la vente de semences depuis février 2008, révèle lundi l’AFP.

La décision fait suite à la remise en cause de cette même clause de sauvegarde par la Cour de justice européenne, début septembre. « Tirant les conséquences de l’arrêt de la Cour de justice européenne, le Conseil d’État relève que le ministre de l’Agriculture n’a pu justifier de sa compétence pour prendre les arrêtés, faute d’avoir apporté la preuve de l’existence d’un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l’environnement », explique le Conseil dans un communiqué.

« Des OGM dans nos champs au printemps prochain »

Dès septembre, le gouvernement s’était engagé à prendre une nouvelle clause de sauvegarde en cas d’annulation par le Conseil d’État. Car l’OGM Monsanto n’a fait l’objet d’aucune étude sérieuse depuis la clause de sauvegarde il y a trois ans, et les doutes sur ses effets sanitaires et environnementaux subsistent. « La balle est dans le camp du gouvernement », estime donc l’ONG Greenpeace qui alerte dans un communiqué : « Si le gouvernement ne fait pas le nécessaire, en mettant en place une nouvelle interdiction, on risque donc de voir réapparaître les OGM dans nos champs dès le printemps prochain. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

37 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • il semblerait que le parti des verts ne reagisse pas tellement à cette nouvelle concernant Monsanto, ils sont preoccupés par leur campagne electorale, alors que c’est le domaine qui devrait être prioritaire avec la securité du nucleaire... Serait-ce un parti autiste ?

    10.12 à 17h31 - Répondre - Alerter
  • Dire que Monsanto n’a pas apporté les preuves de l’innocuité de son produit est un pur mensonge, puisque 30 dossiers en 15 ans ont été développés et de plus ce maïs est cultivé dans beaucoup de pays dont l’Espagne.Il suffit de juger in vivo de l’impact sur l’humain et sur l’environnement.Le principe de précaution ne peut pas s’appliquer sur une variété cultivée depuis 15 ans sur des millions d’ha.En plus, il faudra choisir entre utiliser des insecticides pour lutter contre la pyrale et cultiver un maïs resistant avec un insecticide bio qui est le bacillus thurigiencis.Contrairement à ce beaucoup pensent ce n’est pas une variété resistante au glyphosate.Etre contre cette culture est purement dogmatique et ne repose sur aucune donnée scientifique.

    30.11 à 17h30 - Répondre - Alerter
    • A mon avis, on ne peut pas être à la fois juge et partie sur le sujet... On sait très bien ce que valent les "investigations" de MONSANTO ! Si vous ne savez pas, je vous invite à lire le fameux livre "LE MONDE SELON MONSANTO", écrit par Marie-Monique ROBIN, journaliste indépendante et pugnace. Edifiant... et effrayant en même temps. Pour ma part, j’assimile le nom de MONSANTO à MEPHISTOPHELES... Mais si vous trouvez ces gens bien, peut-être en faîtes-vous partie ?
      Martine 44

      2.12 à 11h21 - Répondre - Alerter
      • Vous devriez contacter Noël Mamère qui a suggéré que c’est à Monsanto d’apporter les preuves de l’absence d’impact sur l’environnement.La situation est compliquée : quand Monsanto apporte les preuves vous dites lisez le livre de md Robin, quand le conseil d’Etat oblige à remettre la culture en plce, vous dites il faut continuer les mesures de sauvegarde....Quand aux Usa, le problème n’est pas le même.Si nous devions ar^ter tout ce qui cause des dég^ts, arr^tons l’automobile:4000morts/an rien qu’n France et elle pollue.

        9.12 à 18h14 - Répondre - Alerter
        • D’abord, j’ignorais que Noël MAMERE avait demandé à MONSANTO de justifier de l’inocuïté de son maïs, je ne m’appelle pas Noël MAMERE et je ne suis pas obligée de penser comme lui ! Ensuite, pour info, la culture d’O.G.M., une fois qu’on l’a commencée, est nuisible pour tout l’environnement car les abeilles butinent ces plantes et diffusent aux autres cultures à des kilomètres à la ronde le pollen O.G.M. Quand on aura autorisé ces cultures, il n’y aura pas de retour possible ! Rien que pour ça, je ne souhaite pas qu’on l’autorise, pour garder un environnement "sain", pour moi et les générations à venir auquel on va imposer vos façons de voir, Monsieur CARZOUNET.

          9.12 à 19h01 - Répondre - Alerter
          • Petit rappel:le maïs n’a pas d’espèce du même type en Europe.Seul le maïs bio peut être contaminé par le maïs Ogm.Compte tenu de la faible superficie en Bio,il semble facile de protéger ces cultures en interdisant l’Ogm à proximité.Ceci est donc bien différent du colza dont des espèces voisines telles que la moutarde pourraient être contaminées par l’ogm.Et donc l’interdire est de bon sens.Je ne suis pas un dogmatique de l’Ogm.Ne soyez donc pas virulente envers les personnes qui ne pensent pas comme vous.Peiut-être que demain vos enfants vous reprocheront d’avoir voulu préserver une certaine forme d’agriculture consommatrice de pesticides et d’eau et d’avoir rejeter des variétés resistantes ou moins consommatrices d’eau ou d’engrais.

            9.12 à 22h09 - Répondre - Alerter
            • Dites-nous carzounet ? Vous êtes travailleur dans la filière OGM ou actionnaire ? Vous êtes très fort en insinuant que la culture OGM est l’avenir de nos enfants et qu’ils risquent de nous reprocher de nous être inquiétés pour les formes issues de la sélection naturelle. Etant la génération d’après la généralisation du plastique, j’aurais aimé que nos parents soient plus vigilants vis à vis de cette matière ! Comment peut-on se dire ouvert à la discussion et ne rappeller qu’une partie du dossier !

              10.12 à 22h31 - Répondre - Alerter
              • Le refus de la culture Ogm en france est politique et dogmatique.Les politiques agitent le principe de précaution, conséquence du sang contaminé et de la vache folle.Dogmatique parce qu’il ya refus obstiné de faire des essais : destruction d’essais sous serre par Bové à Montpellier et arrachage de plants Ogm pour essais contre le court noué de la vigne à l’Inra de Colmar.N’évoquons pas les arrachages de champs de maïs Ogm à l’époque ou cette culture était autorisée en France sous l’oeil quasi bienveillant des autorités.Actions illégales pour lesquels les fauteurs n’ont été condamnés que pour des peines de principe.Ce qui est critiquable est le refus d’ue technique pour des raisons idéologiques qui n’ont rien à voir avec la technique.Les politiques qui en causent ne connaissent rien et les bobos écolos non plus.Tous les emnciers mondiaux déveoppent cette technique pour des raisons diverses : resistance aux pesticides, plus de rendement, resistance aux maladies, adaptation aux conditions difficiles...Certaines peuvent critiquables, mais de toute façon en France c’est non par principe....Demain les agriculteurs français paieront ce refus car les pesticides ne seront plus utilisés et il faudra bien réagir.Ce sera trop tard, les autres pays auront pris une avance considérable.

                11.12 à 18h19 - Répondre - Alerter
                • C’est curieux, Monsieur CARZOUNET, mais je trouve moi aussi que vous raisonnez comme quelqu’un qui vit des O.G.M. ! Arrêtez de nous "gonfler" avec vos raisonnements lobbyistes, vous ne pourrez pas convaincre des lecteurs d’un magazine qui s’adresse plutôt à des écologistes, dont manifestement vous ne faîtes pas partie ! Nos idées ne sont pas les vôtres...

                  11.12 à 19h07 - Répondre - Alerter
                  • votre réponse confirme ce que je pense : vous pensez avoir la vérité et vous refusez de discuter sous prétexte que nous ne sommes pas du même avis que vous.Curieuse idée de la Démocratie de refuser aux contredisants de participer à un débât.Seriez vous à court d’arguments pour agir d’une façon si dictatioriale ?L’écologie rimerait-elle avec absence de progrès technologique ?les anciennes méthodes sont-elles les seules valables por l’avenir ?La bouillie bordelaise est elle un produit bio ?L’agriculture "productiviste" at-elle permis de nourrir le plus grand nombre d’individus en quantité et sur le long terme ????( vous devriez lire le plan écophyto 2008-2018)Ou préférez-vous revenir aux techniques ancestrales ?L’Ecologie est -elle incompatible avec le progrès scientique si celui-ci apporte un plusou vous refugiez-vous sur le ni ni ?

                    11.12 à 20h03 - Répondre - Alerter
                    • Tout d’abord, Monsieur, en ce qui me concerne je n’achète que du bio et suis contre la culture "productiviste" ; j’ai un jardin potager que je cultive de manière écologique sans aucun pesticide ni engrais, si ce n’est des purins d’orties, de fougères, etc... et mes légumes s’en trouvent très bien ! alors vos O.G.M., mangez-les vous-même !

                      11.12 à 23h21 - Répondre - Alerter
                      • Des ogm, vous en mangez tous les jours.Si vous avez la chance d’avoir un jardin, tant mieux pour vous.Personne a apporté la preuve que le bio est plus sain que le conventionnel, au contraire.Le bio est réservé à une élite capable d’acheter ses légumes 30 à 50% , même le double,plus cher que le "productiviste qui doit assurer l’alimentation d’une population aux prix les plus bas, en quantité suffisante et sur du long terme.Et celà le vrai bio est incapable de l’assurer.

                        12.12 à 07h35 - Répondre - Alerter
            • Seul but de Monsanto, vendre ses semences dangereuses pour la biodiversité à tout prix, quelles qu’en soient les conséquences ; la preuve en est la manière dont elle discrédite ses adversaires ou achète les politiciens de bas étage pour passer en force dans les législations qui lui sont défavorables. Monsanto est une entreprise scélérate et/ou mafieuse, ses actes le prouvent !

              La qualité de la biodiversité en France subit aussi la politique désastreuse de la FNSEA qui, en favorisant le productivisme à tout prix, n’agit en aucun cas pour une production agricole de qualité. Sa doctrine ne vise que l’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage, tout en faisant porter le poids de ses erreurs sur les épaules des paysans : diminution du nombre des producteurs agricoles, paupérisation par le crédit de ces mêmes nouveaux esclaves du productivisme, et bientôt asservissement aux barons de la semence trafiquée...

              Alors d’accord, opérons ouvertement un virage vers une production biologique "made in France", et interdisons toute culture OGM dans un rayon de 15 kilomètres autour de productions BIO pour éviter la contamination ; imposons un transport des produits OGM sous le régime des produits dangereux avec les frais que cela impose ; et surtout, rendons obligatoire un affichage "Contient des OGM, consommation placée sous votre entière responsabilité" sur tout produit final contenant même moins de 1% d’OGM, si ces produits sont si propres d’après leurs fabricants, cela ne devrait pas leur poser de problème, non ?

              En tous les cas, dans un procès pour fauchage d’OGM, je ne pourrais jamais comme juré considérer un accusé comme coupable de quoi que ce soit !

              12.12 à 10h06 - Répondre - Alerter
              • Pensez-vous vraiment que le bio peut nourrir une population en quantité, qualité et sur du long terme ?Pensez-vous que le bio est plus sain que le conventionnel ?Pensez-vous que la bouillie bordelaise seul fongicide bio homologué est bon pour l’environnement, les micro organismes du sol et les vers de terre ?Comment expliquez-vous que les vins "bio" blancs et rouges contiennent dessulfites en grande quantité ?le bio est un lobby, une usine à fric destinée aux plus fortunés prêts à acheter cher leur alimentation, cultivé par certains agriculteurs sur une petite partie de leur superficie tout en maintanat l’agriculture traditionnelle ailleurs.celui qui dit cultiver des fraises bio sans pesticide et avoir un rendement normal est un menteur.

                12.12 à 12h23 - Répondre - Alerter
                • Le bio peut-il nourrir une population en quantité, qualité et sur le long terme ? Aujourd’hui, à court et sans doute à moyen terme, non. Mais à long terme, j’en suis convaincu. Pour cela, il faudrait une volonté politique, mais actuellement celle-ci fait défaut, principalement en raison du pouvoir de certains lobbies industriels et d’élus peu intéressés au bien-être du peuple français, pour qui l’introduction de la culture OGM en France est politique et, surtout, dogmatique et juteuse financièrement pour une minorité... Autres problèmes à résoudre : le pouvoir abusif de grossistes dans le domaine agroalimentaire, favorisant les importations au détriment des producteurs français insoumis à leurs diktats ; la calamiteuse gestion du territoire, permettant mises en friches pour satisfaire aux diktats d’une certaine Europe et le déclassement de zones agricoles en terrains à bâtir ; la politique imbécile transformant les agriculteurs et éleveurs en assistés plutôt qu’en leur assurant un juste prix pour leur production ; etc.

                  Le bio est-il plus sain que le conventionnel ? À mon avis, oui. Les producteurs bio sont soumis à des règles bien plus strictes que les producteurs dits conventionnels. Seul filet de sécurité pour le consommateur de ces produits "conventionnels", et à qui l’on veut imposer les "traces" de polluants (désherbants, insecticides, fongicides, et bientôt OGM que l’on imposera par la bande), la fameuse traçabilité qui n’est en vérité pas une garantie de qualité, mais un moyen de limiter la casse lorsque les inévitables problèmes se produisent...

                  La bouillie bordelaise est à mon avis moins nocive pour l’environnement, les micro organismes du sol et les vers de terre, à condition de les utiliser intelligemment et en ne l’utilisant qu’à bon escient. La longévité des produits chimiques ou génétiquement modifiés, dans l’environnement, n’est sûrement pas aussi innocent que vous désirez le faire croire..., même en respectant scrupuleusement les notices d’utilisation de ces poisons d’origine industrielle. Les apiculteurs que je connais ne m’ont jamais fait part des problèmes que les cultures bio leur causaient, bizarre, non ?

                  Une bonne partie de la production viticole en blanc ou en rouge, bio ou non, contient des sulfites, il est vrai. Mais en consommant du vin bio, on évite d’autres produits aussi délicieux que les Fosétyl-Al, le Cymoxanil ou le VALIANT® Flash (3 produits de Bayer pour la vigne), à moins que vous ne préfériez les grands crûs de la firme BASF (34 fongicides, 5 herbicides et 11 insecticides au menu), juste en me limitant à ces deux empoisonneurs publics... ?

                  Enfin, vous prétendez que le bio est un lobby (c’est vrai, mais le soi-disant conventionnel ne l’est pas moins, et les moyens financiers sont autrement plus importants "du côté obscur de la Force"), une usine à fric destinée aux plus fortunés prêts à acheter cher leur alimentation (faux, on peut trouver du bio pas forcément plus cher en évitant les grands distributeurs habituels prenant le train en marche, ou les chaînes qui visent ce marché de bobos, et en privilégiant les AMAP, par exemple ; quant aux firmes agroalimentaires, chimiques et/ou actives dans le marché des OGM, je pense que vous les considérez non pas comme des pompes à fric, mais comme de gentils bénévoles se saignant pour l’avenir de l’humanité ?).

                  Bref, si vous avez de solides arguments, n’hésitez pas à nous en faire part. Mais si votre activité sur ce site se limite à la promotion d’une chaîne industrielle agroalimentaire, basée sur la rentabilité maximale, la production maximale, et l’exploitation à outrance des sols et des agriculteurs qui sont pris au piège, alors le mieux est pour vous de blogger sur les sites de la FNSEA, des entreprises de la chimie et de celles qui cherchent à répandre leurs OGM...

                  12.12 à 15h29 - Répondre - Alerter
                  • Tout mon discours visent à l’utilisation raisonnée des moyens mis à la disposition de l’agriculture moderne pour obtenir des récoltes régulières, en quantité suffisante quelles que soient les conditions climatiques.Je prône l’agriculture raisonnée.Aucune preuve que le bio soit plus sain pour la santé que le conventionnel à cause des mycotoxines.Aucune preuve m’a été apportée qu’un agriculteur exlusivement bio pouvait vivre de sa production marîchère ou fruitière.Quand on parle bio, on "oublie" les interventions répétées, ne serait-ce que pour désherber, et donc des dégagements C02plus importants.Le cuivre étant insoluble à l’eau et lessivable, il suffit de faire des analyses de terre pour comprendre.Avant que les produits modernes pénétrants et systémiques, le viticulteur faisait en Bourgogne 15 traitements à 20Kgs/ha en perdant 50% de sa récolte.Quant aux Ogm, je ne suis pas favorable à ceux "glyphosates", ni à leur généralisation, mais je reproche l’attitude dogmatique qui refuse systématiquement y compris les essais fermés.je pense que plutôt que balancer des insecticides pur lutter contre la pyrale, et donc contaminer l’air, l’homme, la faune et la flore, mieux vaut utiliser le Mon810.Quand vous parler des contrôles sur le bio, chacun connait des agriculteurs bio qui utilisent des phytos en catimini.Mais pour le bien de la profession,il faut contrôler davantage, sanctionner sévèrement ceux qui ne respectent pas les délais avant récolte et qui importent des phytos interdits d’Espagne ou d’Italie sous l’oeil bienveillant des instances qui voient là le moyen de baisser les coûts de production.

                    12.12 à 17h00 - Répondre - Alerter
  • C’est honteux d’autoriser la culture d’OGM quand on voit les dégats causés aux USA.

    30.11 à 14h08 - Répondre - Alerter
  • @ Gaia : le soucis c’est que le principe de précaution est inscrit dans le droit européen mais est en désaccord avec les principes de l’OMC ( organisation mondiale du commerce) à laquelle tous les pays européens adhèrent. En effet il est interdit de mettre des barrières douanières, d’handicapé un produit, le marché mondial doit être un marché de concurrence libre et non faussé. Nos Etat faisant partis de l’OMC et ayant signé ces accords sont bloqué (ils peuvent toujours quitter l’OMC mais ils n’en pas le courage). Le problème vient de là et du fait que le principe de précaution n’existe pas sur le plan international on a donc en théorie pas le droit d’interdire les OGM. Le dilemme a déja eu lieu à l’époque des steack américains aux hormones et se poursuit encore aujourd’hui.
    Voila en résumé tant qu’on ne quitte pas l’OMC on est un peu bloqué car le droit international c’est arrêté au principe de prévention.

    29.11 à 22h29 - Répondre - Alerter
    • Merci de ces précisions, je comprends mieux maintenant...

      30.11 à 10h51 - Répondre - Alerter
    • Le principe de précaution est bloquant et provoque des aneries:par exemple la destruction de 40 millions de doses de vaccins H1N1.Coût de cette opération 400 millions d’euros.Dans le cas du Mon810, culture existant depuis plus de 15 ans sur des millions d’ha le principe de précaution n’a pas lieu d’être.Vouloir empêcher la culture de cette variété est une décision politique,qui n’a rien à voir avec la technique.C’est du dogmatisme pur.

      9.12 à 22h26 - Répondre - Alerter
  • Declaration de Sarko aujourd’hui :" Le gouvernement maintient et maintiendra son opposition à la culture du (maïs OGM) Monsanto sur notre territoire", ça mérite d’être souligné. Quand le gouvernement est d’accord avec l’écologie on peut aussi l’encourager , non ?

    29.11 à 18h50 - Répondre - Alerter
  • Toute cette histoire me parait bien obscure. Mais il existe normalement un droit de l’environnement européen, dont fait partie le principe de précaution qui s’applique parfaitement au cas des OGM.
    Si l’étude utilisée par le gouvernement pour interdire les OGM en France était issu d’une expérimentation menée par Monsanto elle-même, mais non exploitable car le nombre de rat choisie était trop faible pour rendre l’étude pertinente, pourquoi donc ne se base-t-on pas sur le principe de précaution pour demander de nouvelles études indépendantes et retarder l’autorisation des OGM en France ???
    Sachant que les effets sont à long terme, le principe même de précaution devrait empêcher l’entrée des OGM en Europe pour un moment, non ?
    Ou alors, l’injustice et le lobbying industriel sont vraiment inéluctable et on est pas dans la merde...

    29.11 à 18h32 - Répondre - Alerter
    • Le principe de précaution:doit on continuer à prendre des médicaments efficaces sans savoir quelles seront les répercussions sur la santé dans 10 ou 20 ans.fallait-il soigner si vite avec la pénicilline ou vacciner contre la polio ou la tuberculose sans attendre une ou 2 générations ?Savez vous que si l’aspirine était découverte aujourd’hui elle n’aurait aucune chance d’être homologuée car à fortes doses répétées elle provoque des perforations d’estomac ?On en est là.Mon épouse prend un médicaments très dur aux multiples précautions d’emploi qui la soulage énormémént.Très grande efficacité.Mais nous ne sommes pas certains que ce médicament n’ait pas un effet néfaste à long terme sur sa santé.Nous allons tout de même continuer et si il y a un problème dans 20 ans nous entamerons une procédure contre le laboratoire.

      9.12 à 22h37 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi TERRA ECO ne parle-t-il pas de la loi qui vient de sortir en même temps qui oblige les agriculteurs à acheter leurs semences sans avoir le droit de resemer les graines de leur propre récolte ? Quelle bio-diversité allons-nous avoir dans notre assiette ? N’allons-nous pas nous diriger petit à petit vers une alimentation uniquement O.G.M. ? Beaucoup d’interrogations sur cette loi qui vient d’être votée (en catimini). J’imagine que seuls les semenciers décideront si tel ou tel légume mérite de continuer à être cultivé. Mais où va-t-on ?

    29.11 à 13h58 - Répondre - Alerter
    • @Martine44. On en parle dès demain. L’article sera à lire en fin de journée sur notre site. Merci à vous.

      29.11 à 14h09 - Répondre - Alerter
    • En effet, où allons-nous ? ou plutôt, où nous emmènent-ils ? Encore une fois et plus que d’habitude, il semblerait que seule l’argent dirige le monde.
      Il ne m’intéresse pas ce monde là !... Monde dans lequel on impose aux gens des merdes à bouffer.
      Comment peuvent-ils imposer aux paysans de ne pas ressemer leurs graines ?! C’est fou d’en arriver là (comme Monsanto aux USA), d’imaginer cette loi, de la proposer et qu’elle soit acceptée !!.Sur Angers, il y a une dizaine de jours, il y a eu des mouvements pour contester ce texte (Parsemons), il va falloir continuer et vraiment réagir car ceux qui ne voient que par l’argent sont en train de tout foutre en l’air !!

      29.11 à 14h15 - Répondre - Alerter
      • Et si nous, malheureux consommateurs, nous manifestions dans la rue ? Je crois que le sujet le vaut bien et que c’est à nous de protester et non aux agriculteurs qui, les pauvres, ont déjà bien du mal à survivre !

        29.11 à 14h24 - Répondre - Alerter
      • Le maïs est une culture hybride qui ne peut être ressemée.Ensuite les semences sont brevetées et doivent répondre à des critères qualitatifs.Il est normal que tout producteur veille à ce que son produit soit utilisé dans les meilleures conditions, et qu’il n’y ait pas tromperie sur la marchandise.Comme pour les produits de luxe, les copies venant d’Asie sont détruites.Pourquoi admettre pour les sacs Hermes ce qu’on refuse à un semencier ?

        30.11 à 19h11 - Répondre - Alerter
      • Bonjour,

        La rédaction de Terra eco a pré-selectionné votre commentaire à l’article sur le maïs OGM. Sous quels noms et prénoms souhaiteriez-vous apparaître ?

        Merci de votre réponse à cbaudiffier@terraeco.net

        Cordialement,

        La rédaction de Terra eco
        1,allée Cassard
        44 000 Nantes
        www.terraeco.net

        9.12 à 15h53 - Répondre - Alerter
  • JE NE VEUX PAS d’OGM dans mon assiette, ni dans celle de ma famille. Et il me semble que je ne suis pas la seule.
    Que faut-il faire pour être entendue ? Je n’ai pas l’envergure publique d’un José Bové. Juste une citoyenne CONSCIENTE de l’importance de la nourriture pour la santé.
    Les OGM pour les pauvres, le BIO pour les riches ? Comme Renault avec ses "voitures" à 2000€ sans sécurité et polluantes pour les indiens ? Ah, j’oubliais, ils sont de l’autre côté de la planète et donc leur sort nous importe peu. Belle humanité.
    Devons nous rester des consommateurs otages des marchés et des gouvernements (de et pour les riches) ? Ou des consomma(c)teurs conscients de leur pouvoir. L’union fait la force et nous sommes de plus en plus nombreux.
    Nous en serions donc désormais là pour sauvegarder les fondements de notre pyramide de Maslow...
    Scandale, déni, démocratie... Les mots qui ne servent plus à rien. Il faut AGIR !

    29.11 à 09h55 - Répondre - Alerter
    • Des OGM tu en manges tous les jours sans le savoir tu sais. Un type de mais monsento est interdit mais on retrouve d’autres type d’OGM dans de nombreux produits. Ainsi dés qu’il y a écrit dans la composition "amidon modifié de quelque chose" ce sont des OGM jugé non dangereux alors qu’aucune étude n’a été faite...
      Il faut faire attention mais il y en a dans presque tous les produit alors c’est compliqué de faire sans mais c’est encore possible.
      Amicalement

      29.11 à 11h51 - Répondre - Alerter
  • Encore une preuve du scandaleux déni de démocratie du fonctionnement de l’Union Européenne...qui impose des décisions à travers une commission composée d’un groupuscule de technocrates à la merci et faveur des intérêts lucratifs. Merci.

    28.11 à 22h51 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      La rédaction de Terra eco a pré-selectionné votre commentaire à l’article sur le maïs OGM. Sous quels noms et prénoms souhaiteriez-vous apparaître ?

      Merci de votre réponse à cbaudiffier@terraeco.net

      Cordialement,

      La rédaction de Terra eco
      1,allée Cassard
      44 000 Nantes
      www.terraeco.net

      9.12 à 15h54 - Répondre - Alerter
  • Et les faucheurs qui vont avec ...

    28.11 à 18h57 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité