publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > Le bilan carbone... d’un vol à bord d’une navette spatiale
2-02-2011
Mots clés
Climat
Monde

Le bilan carbone... d’un vol à bord d’une navette spatiale

Taille texte
Le bilan carbone... d'un vol à bord d'une navette spatiale
(Légende photo : la navette spatiale Atlantis - Crédit photo : Tom Tschida/Nasa)
 
Pour émettre encore plus qu'en train, en voiture ou même en avion, une seule solution : grimper à bord de la navette spatiale de la Nasa.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

-  Au moins 4 600 tonnes de CO2eq (1)

Soit l’équivalent d’une demi-feuille de papier toilette recyclé pour chaque habitant du globe.

Le réservoir extérieur de la navette spatiale de la Nasa (celui qui se détache après quelques minutes de vol et se désintégre avant de toucher le sol) consomme 106 tonnes d’hydrogène. Quant aux deux propulseurs d’appoint, ils consomment 527 tonnes de carburant solide (2).

Mon estimation du bilan carbone d’un vol spatial est a minima et ce, pour plusieurs raisons. Je suis parti de l’hypothèse que la production d’hydrogène et de combustible fossile à partir d’énergies fossiles était efficace à 80% (soit une déperdition d’énergie limitée à 20%). En d’autres termes, j’ai considéré que 4/5e de l’énergie du combustible fossile se retrouvent dans le carburant de la navette. C’est ce que l’on peut espérer de mieux en matière de production d’hydrogène et honnêtement, je serais surpris que l’efficacité énergétique soit la priorité de la Nasa. Je serais encore plus surpris d’apprendre que la production de carburant solide atteigne ce même niveau d’efficacité.

Pour être vraiment rigoureux, il aurait fallu intégrer dans le calcul une bonne part du bilan carbone imputable à la Nasa elle-même. Richard Feynman, prix Nobel de mathématiques, qui a participé à l’enquête sur l’accident de Challenger, parle du chantier de la navette comme d’une « raison d’être » de la Nasa, injustifiable après la conquête de la Lune (3).

J’ai fait une troisième grosse omission dans mon calcul : je n’ai introduit aucun facteur de pondération pour prendre en compte l’altitude à laquelle les émissions ont lieu. Quand elle est dans l’espace, la navette n’utilise pas le même carburant qu’un avion classique et rejette des gaz différents. On ne peut donc pas la comparer à un avion classique en raison de la différence d’altitude et des gaz rejetés. Il est probable que l’eau provenant de la combustion de l’hydrogène génère des traînées de condensation mais c’est tout ce que je peux en dire. Peut-être quelqu’un de plus connaisseur pourrait-il m’éclairer ?

Enfin, je n’ai pas intégré la dépense énergétique résultant de la construction même de la navette. Dans la mesure où chaque navette (sauf Challenger qui s’est écrasée après 10 voyages) a été utilisée une trentaine de fois, il me semble que les émissions imputables au processus de fabrication sont peu importantes en comparaison de celles dues à la combustion de carburant.

Une chose est sûre, le tourisme dans l’espace n’est pas franchement une option verte.


(1) Comme la fabrication d’un objet ou la pratique d’une activité peut entraîner l’émission de plusieurs gaz à effet de serre à la fois, et chacun dans des quantités différentes, le bilan carbone, s’il est calculé en détails, peut devenir vite très complexe. L’usage veut ainsi que l’on exprime le bilan carbone en équivalent carbone ou CO2eq. L’impact total sur le changement climatique de tous les gaz à effet de serre est alors transformé et exprimé en quantité de dioxyde de carbone.
- En savoir plus sur le bilan carbone.

(2) Les données relatives à la navette américaine sont tirées de Wikipedia. Les autres données utilisées dans mon calcul sont : 31 MJ par kg pour le carburant solide – 143 MJ pour l’hydrogène. J’ai utilisé le chiffre de 0,07 kg de CO2eq par MJ pour les émissions relatives à la combustion des énergies fossiles et j’ai ajouté 10% pour la chaîne d’approvisionnement jusqu’à la combustion.

(3) « What do you care what other people think » (« Ne t’occupe pas de l’opinion des autres »), 1989. L’ouvrage de Richard Feynman est un récit fascinant des erreurs techniques et de management à l’origine de la catastrophe.

Cet article, tiré du livre « How bad are bananas ? The carbon footprint of everything », de Mike Berners-Lee (éd. Profile Books, 2010), est traduit et republié avec l’autorisation de l’auteur.

Traduit par Alice Boussicaut et Françoise Marceau, « lectrices responsables » de Terra eco ayant répondu positivement – et nous les remercions – à notre appel. Si vous voulez les rejoindre :
cliquez ici et remplissez le formulaire de contact qui s’affichera
ou écrivez à agir [at] terraeco.net

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Directeur du cabinet Small World Consulting spécialisé en bilans carbone, Mike Berners-Lee est l’auteur de « How bad are bananas ? »

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • complètement stupide. _La navette brûlait de l’hydrogène et de l’oxygène liquide. Si vous n’aviez pas dormi pendant les cours de chimie, vous sauriez que l’oxydation de l’hydrogène donne... de la vapeur d’eau et de l’oxygène !!
    Coluche disait "Quand on en sait pas plus que ça, on devrait être autorisé à fermer sa gueule"
    Je ne saurais trop vous conseiller d’appliquer cette maxime...
    Vos estimations, vous pouvez vous les mettre là ou la bienséance m’interdit de vous le suggèrer ...

    27.05 à 19h02 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : équivalences

    Nous apprenons donc qu’un vol de navette spatiale = 3 milliards de feuilles de papier toilette recyclé.
    Ca fait combien en prouts de vache ?
    Et en baleines ?

    Faire des comparaisons c’est bien, mais des fois les unités n’ont vraiment aucun sens...

    18.02 à 11h40 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : Bof

    je serais surpris que l’efficacité énergétique soit la priorité de la Nasa

    Drôle de supposition. De l’efficacité énergétique dépend la masse du carburant emportée, paramètre critique quand on veut se soustraire à l’attraction terrestre.

    6.02 à 01h53 - Répondre - Alerter
  • je suis vraiment surpris que terra eco publie un tel article, non pas pour le sujet, mais pour le contenu. En effet, cet article est plein d’incertitudes et d’ommissions, présentées par l’auteur comme négligeables, mais qui dans les faits ne le sont pas.
    les ommissions sont, de l’auteur lui même : "Pour être vraiment rigoureux, il aurait fallu intégrer dans le calcul une bonne part du bilan carbone imputable à la Nasa elle-même."..."...je n’ai introduit aucun facteur de pondération pour prendre en compte l’altitude à laquelle les émissions ont lieu..." et d’autres repérables en lisant l’article.
    quel manque de rigueur ! imaginons un instant de faire le bilan carbonne d’un convoi ferroviaire, et ne retenir que les émisions corbonne produites par ce train : s’il est électrique, il n’y aurait aucune émission de carbonne, ce qui est totalement faux. Si l’auteur a pris en compte le carbonne généré par la production d’hydrogène et la fabrication du carburant solide des propulseurs additionnels, il n’est pas possible de négliger les émissions carbonne des installations (et tout ce qui gravite autour) ayant permis à cette navette de sortir de l’attraction terrestre.. ce qui alourdira très sensiblement un bilan déjà certainement pas très léger d’un point de vue ratio Kg co2 par passager, et quelle référence prendre pour porter un jugement sur un tel bilan carbonne. Je n’ai pas retenu à la lecture de l’article, que l’auteur porte un jugement sur ce bilan carbonne, mais tout lecteur se fera inconsciamment un jugement.

    Concernant la prise en compte de l’altitude, le carburant servant à propulser la navette hors atmosphère a bien été produit sur terre, et les émissions carbonne ont bien été rejetées dans l’atmosphère, le paramètre altitude intervient donc très peu sur ce point, mais peut être un facteur aggravant concernant les réactions chimiques qui se passent au milieu des gaz présents en haute altitude...

    Et enfin, quelle est la finalité d’un bilan carbonne pour une machine à l’état de prototype (même s’il y en a eu plusieurs de construites), qui ne sera jamais construite en vue d’une production de masse...
    enfin, l’auteur parle de tourisme spatial : ce dernier n’est pas opérationnel actuellement, et les projets sérieux de ce type sont basés, à ma connaissance, sur le principe d’un avion mère emportant une fusée qui serait lachée à haute altitude, donc bien différent de la navette, et qu’il conviendra de lui faire prendre part à l’effort global de réduction des émissions de co2.
    Je retiens de cet article un esprit "discussion de comptoir" très approximatif, n’apportant rien d’exact ni de constructif, car l’auteur n’a pas pris la peine de se renseigner sur des paramètres facilement quantifiables.

    3.02 à 10h42 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité