publicité
Accueil du site > Actu > Nature > La vivisection sur le gril
26-04-2010
Mots clés
Sciences
Biodiversité
Monde

La vivisection sur le gril

Taille texte
La vivisection sur le gril
 
A l'occasion de la Journée mondiale des animaux de laboratoire, le collectif International Campaigns dénonce l'augmentation des expérimentations. La France utiliserait ainsi plus de 7 000 animaux chaque jour.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Images-chocs, scandales et polémiques sur son utilité scientifique. Ce week-end, la vivisection était au cœur des débats à l’occasion de la Journée mondiale des animaux de laboratoire. De nombreux blogs, comme celui de Shige Pékin, se font le relais de cette campagne avec des photographies à ne pas mettre sous tous les yeux.

Selon le collectif militant International Campaigns, les expérimentations pratiquées sur les animaux vivants – que l’on appelle communément vivisection – augmenteraient au fil des années. Et ce malgré la règle des 3R – « Réduire le nombre d’animaux utilisés », « Remplacer l’expérimentation sur les animaux par des méthodes substitutives » et « Raffiner l’expérimentation en réduisant au minimum les traumatismes et la douleur » – élaborée en 1959 et fondement de la démarche éthique appliquée à l’expérimentation animale en Europe et en Amérique du Nord

Le retentissant raté de la thalidomide

Utilisée pour étudier l’effet de pathologies sur l’organisme, la vivisection sert aussi à l’industrie des cosmétiques, la recherche spatiale et militaire ainsi que pour la mise sur le marché de produits chimiques. Elle est encadrée et même exigée par la loi pour toute substance potentiellement dangereuse et pour les dossiers de mise sur le marché de nouveaux médicaments. En France, plus de 80% des animaux concernés sont des rongeurs, le reste étant des lapins, des poissons, des cochons et des ovins. Selon International Campaigns, l’Hexagone utiliserait chaque jour plus de 7 000 animaux pour des besoins expérimentaux, soit près de 3 millions chaque année. Dans le monde, l’organisation évalue entre 800 millions et 1 milliard le nombre d’animaux qui seraient utilisés dans les laboratoires.

L’efficacité de la vivisection fait pourtant débat, y compris dans le milieu scientifique dans la mesure où les tests sur l’animal ne permettent pas de qualifier les substances médicamenteuses avant d’avoir effectué des essais comparatifs sur l’homme. L’exemple le plus cité est le retentissant raté de la thalidomide, ce médicament vendu aux femmes enceintes dans les années 1950 à l’origine de malformations chez le fœtus, et ce malgré des expérimentations menées sur des rongeurs.

Les réticences de l’Académie vétérinaire de France

International Campaigns milite pour le développement de méthodes scientifiques de substitution, notamment les tests in vitro sans matières animales, ainsi que la sensibilisation du public aux souffrances et aux sacrifices d’animaux. Répondant, en 2007, à une proposition de loi visant à interdire les l’expérimentation sur animaux vivants, l’Académie vétérinaire de France relevait néanmoins que des difficultés théoriques et pratiques limitaient encore la généralisation de méthodes faisant appel à des modèles informatiques ou à des cultures de cellules ou de tissus. Selon elle, une interdiction pure et simple pourrait provoquer « une élévation importante des risques sanitaires, notamment dans les domaines alimentaire ou environnemental ».

Pour le moment, le projet de révision de la directive européenne 86/609/CEE sur l’encadrement de l’expérimentation animale n’interdit pas la pratique et prévoit toujours de nombreuses exemptions, contrairement à la 1ère version proposée en 2008. L’utilisation de primates pour la recherche fondamentale a été autorisée. Elle exclut la recherche sur les grands singes ou celle susceptible de provoquer une « douleur extrême et prolongée », même si des exceptions existent. Les animaux ne pourront plus être « éliminés » après des recherches causant des « dommages modérés » mais pourront être réutilisés. Tenant compte de la question du bien-être animal, le projet de directive augmente par ailleurs… la taille minimale des cages desdits primates.

A lire aussi sur terraeco.net :
- Chang Jiwen, le chinois qui défend la cause animale

Sources de cet article

- Semaine Mondiale pour la libération des Animaux de Laboratoire
- La plate-forme des militants anti-vivisection International Campaigns
- L’article de Nature sur la révision de la directive européenne
- Photo : Janet Stephens

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • On nous répète toujours ce chiffre de 3 millions d’animaux utilisés en France pour l’expérimentation animale ; il est déjà énorme mais il ne faut pas oublier qu’il est extraordinairement sous-évalué, puisqu’il repose sur les déclarations (facultatives) des laboratoires (des lieux d’expérimentation en général) eux-mêmes. Je ne sais pas hélas par combien il faut le multiplier (mais voir à ce sujet le livre de Samir Mejri).

    D’autre part, pour que ça soit parfaitement admis par le grand public on nous dit et redit que les souris et autres petits mammifères en sont les victimes majoritaires ; je ne trouve pas que ce soit un chouïa plus acceptable pour autant, ces animaux souffrent au moins autant que nous (probablement plus d’ailleurs, pour les lapins).

    La liste des animaux expérimentés est du reste bien plus longue que celle que vous citez, elle s’étend presque à l’infini (tout animal non humain est susceptible de devenir objet d’expérimentation pour nos amis « scientifiques ») : bovins (à l’Inra, par exemple, on ne s’ennuie pas avec les vaches à hublot — et, j’y pense, quid du nouveau centre d’expérimentation sur bovins qui devait ouvrir en France ??), chats, chiens, etc. même si le grand public est un peu plus tiède quand il s’agit d’expérimenter sur ces derniers (comme il est plus tiède quand il s’agit de manger du chien, par exemple, alors que manger de la vache ou du cochon ou de la poule ne lui pose aucun problème éthique, allez comprendre… ).

    Bref la torture et le meurtre des animaux sont non seulement légaux, mais parfaitement tolérés et institutionnalisés, alors c’est tout le fonctionnement de notre société qu’il faut revoir, la vivisection n’est qu’une manifestation de notre dégénérescence parmi tant d’autres (élevages, abattoirs, cirques avec animaux, chasse, etc.).

    27.04 à 08h38 - Répondre - Alerter
    • Bien que je sois assez d’accord avec vous, les polémiques à ce sujet ne servent pas vraiment les animaux.
      Je pense qu’il faut faire circuler les pétitions, écrire aux gouvernements, dénoncer, accuser ces cruautés en pleine lumière et pour cela motiver les médias(souvent plus friants de frivolités et de programmes pré-digérés que de faire évoluer la conscience humaine).
      Je vais immédiatement envoyer ce lien à tous mes contacts emails (amis, médias, partis politiques, associations, religieux,divers organismes) et l’afficher sur un maximum de sites accompagné d’adresses d’associations.
      Et je recommencerais tous les trois jours pendant quelques semaines.
      Les asso de protection ont besoin de notre soutien à tous.
      La cause est très difficile et contre toutes ces grosses machines à fric qui utilisent les animaux, chacun de nous est absolument indispensable.
      Alors n’hésitez pas et agissez dès maintenant, un peu ou beaucoup, chaque jour.
      "On estime une personne à ce qu’elle fait, pas à ce qu’elle pense ou dit seulement"
      "Tout ce qui vit est mon prochain" Gandhi
      Merci

      30.04 à 02h56 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité