publicité
Accueil du site > Actu > Santé > « La sédentarité tue en silence »
24-01-2014
Mots clés
Sports
Alimentation
France
Entretien

« La sédentarité tue en silence »

Taille texte
« La sédentarité tue en silence »
(Crédit photo : MyBGE - flickr )
 
Selon François Carré, cardiologue et médecin du sport, l'inactivité physique progresse en France et pourrait avoir un effet sur notre espérance de vie.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

François Carré est cardiologue au CHU de Rennes et président de l’Observatoire de la santé.

Terra eco : Marche-t-on vraiment moins que dans le passé ?

François Carré : C’est une évidence. Nos ancêtres – chasseurs-cueilleurs – marchaient en moyenne 16 kilomètres chaque jour. Nos grands-parents, eux, marchaient 8 à 10 kilomètres par jour. Quant à nous, nous en sommes à 2 à 3 kilomètres à la journée. Nous assistons à une chute vertigineuse. D’ailleurs, quand on discute avec quelqu’un qui revient d’un footing et qui nous dit qu’il a couru 10 kilomètres, on est en extase. Ça en dit long...

Est-ce si grave docteur ? Notamment quand on sait que nous vivons de plus en plus vieux ?

Ah bon ? Vous savez cela vous ? Eh bien, c’est faux ! On sait que nos grands-parents, nos parents vivent ou ont vécu plus longtemps. Mais personne ne le sait pour notre génération. Or, les éléments d’étude en notre possession montrent que nous ne sommes pas sur une bonne tendance. L’inactivité physique progresse partout et elle touche inéluctablement notre santé.

N’est-il pas contradictoire de demander davantage d’activité physique aux individus et de construire un modèle de société dans lequel la vitesse est quasi sacralisée ?

C’est un paradoxe, nous sommes d’accord. Maintenant, il faut savoir ce que l’on veut. Quand un patient vient me voir, j’arrive toujours, en consultant son agenda, à lui trouver un trou pour de l’activité physique. Ce n’est pas le progrès en soi qui est problématique, c’est ce que nous en faisons. Je ne suis pas contre les escalators ! Mais à quoi rime de monter un étage en escalier mécanique alors que l’on peut marcher ?

Vous êtes fondateur de l’Observatoire de la sédentarité. A quoi sert l’activité physique ?

Elle sert votre santé. Plus vous bougez, plus vos vaisseaux sanguins s’ouvrent. Moins vous bougez, plus des cellules vont mourir. Nous sommes comme une voiture. Moins vous l’utilisez, plus elle s’encrasse. Nos organes aussi. Il ne faut pas laisser notre corps dans cette inertie. Les anglophones ont une expression très parlante à ce sujet qui dit : « Use it or lose it » (« Soit tu l’utilises, soit tu le perds », ndlr).

Vous avez le sentiment que les pouvoirs publics font suffisamment en matière d’information et de sensibilisation ?

Ils ont commencé par la question de l’alimentation. C’était en 2004. Puis est venue l’activité physique en 2008. Aujourd’hui, nous sommes dans un message qui consiste à encourager à mieux manger et plus bouger. Mais regardez aux Etats-Unis, où la situation est critique notamment en matière d’obésité… Le programme lancé par Michelle Obama montre qu’ils sont déjà passés à la phase d’après. En France, nous devons donc aller plus loin.

Pourquoi ? Pour des raisons économiques ?

Il y a une question financière oui, c’est une évidence. En France, 37 millions d’habitants étaient considérés comme « sédentaires » en 2008. On sait par plusieurs études, que si l’on remet 10% de la population française en « activité physique », eh bien on économise 500 millions d’euros par an ! Et puis, incontestablement, il y a une question de santé publique. Le taux de récidive pour un cancer du sein après chimiothérapie et reprise d’une activité physique diminue de moitié ! C’est considérable !

Quels conseils basiques faut-il prodiguer ?

Je dirais plusieurs choses : trente minutes de marche par jour ; si vous êtes contraint par une position assise, couper les heures par des petits déplacements ; téléphoner debout en déambulant ; faire des réunions debout… Car rester assis trop longtemps raccourcit notre espérance de vie. On sait par une étude, qu’une personne en position assise six heures par jour aura une espérance de vie diminuée de 20% par rapport à une autre assise pendant seulement trois heures. La sédentarité tue.

- Quelques conseils (en anglais) pour lutter contre la sédentarité :

- Danger sédentarité, par François Carré, (Le Cherche-midi, 2013)

- Le site de l’Observatoire de la sédentarité

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • La sedentarisation pose sans doute des problemes de sante, tout comme l utilisation de machines (scooters, chauffages,ascenseurs...) qui reduisent notre capaciTe physique et nuisent a l ecologie

    29.01 à 12h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité