publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Finalement, les centres villes ne seront pas fermés aux voitures
21-09-2012
Mots clés
Transports
France

Finalement, les centres villes ne seront pas fermés aux voitures

Taille texte
Finalement, les centres villes ne seront pas fermés aux voitures
(ePSos.de)
 
La ministre de l'Ecologie vient de signer l'arrêt de mort des zones excluant les voitures polluantes en ville. Une mesure qu'elle jugeait socialement injuste. Pour purifier l'air, il faut envisager d'autres pistes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Bouter les voitures polluantes hors des centres-villes ? Le projet, un temps envisagé, vient d’être étouffé. La ministre de l’Ecologie Delphine Batho vient de signer l’arrêt de mort des Zones d’actions prioritaires pour l’air (Zapa).

Ce dispositif lancé par Nathalie Kosciusko-Morizet et inscrit dans la loi Grenelle II de décembre 2010, prévoyait de réduire la circulation des véhicules les plus polluants dans les centres des villes de plus de 100 000 habitants. Il aurait dû entrer en application début 2013 dans sept villes tests, pour enfin mettre la France en conformité avec les exigences de la directive européenne sur la qualité de l’air. Il ne verra finalement pas le jour.

D’autres pistes étudiées en priorité

A l’issue d’une réunion jeudi avec les représentants des sept villes prêtes à tester ce dispositif, la ministre a annoncé à La Croix que « si certaines villes souhaitent toujours mettre en place des Zapa, nous n’allons pas les décourager. Mais nous allons étudier d’autres pistes ».

La raison de ce revirement ? Le dispositif, tel qu’il était prévu par l’ancien gouvernement, a été jugé « socialement injuste ». En effet, les collectivités avaient la possibilité d’interdire l’accès à leur centre-ville des voitures immatriculées avant 1997, voire avant 2006, selon le degré de restriction qu’elles choisissaient. D’après les calculs de 40 millions d’automobilistes, cela voulait dire exclure des Zapa entre 3 et 17 millions de véhicules. Et donc pénaliser les propriétaires de voitures anciennes qui n’avaient pas les moyens d’investir dans une plus récente, moins polluante.

Ne pas pénaliser les plus modestes

« Il n’est pas souhaitable de prendre des mesures de restriction de la circulation qui pénaliseraient les citoyens les plus modestes et qui pourraient être perçues comme une injustice sociale. D’autant que l’impact de ces restrictions de circulation sur la qualité de l’air fait débat », a déclaré la ministre dans La Croix.

En effet, d’après une étude d’Air Parif, en Ile-de-France, la circulation automobile est responsable de 25% de la pollution, soit autant que le chauffage et moins que les industries (30%). Les 20% restants sont le fait des activités agricoles. « On tape toujours sur les automobilistes alors qu’il y a d’autres pistes à étudier pour réduire la pollution de l’air », estime Etienne Coyault, chargé d’étude pour 40 millions d’automobilistes.

Des usagers rassurés

L’association de défense des usagers de l’automobile se dit ainsi « rassurée » par ce qui s’apparente pour elle à l’abandon des Zapa telles qu’elles avaient été imaginées. Elle reste cependant sceptique sur les propositions alternatives évoquées par la ministre, qui propose d’encourager « le covoiturage, l’usage de véhicules utilitaires non polluants ou encore de limiter la vitesse sur les autoroutes urbaines ». Cette dernière mesure ouvrirait, selon l’association « la porte aux revendications de ceux qui souhaitent une réduction généralisée de la vitesse maximale autorisée sur l’ensemble du réseau routier ». Et ça, ce serait mal. Pour plusieurs raisons. Environnementales d’abord : « Faire rouler les voitures sur le périphérique parisien à 70km/h au lieu de 80km/h – ce qui est le projet de Mme Batho –, ça veut dire les faire rouler en quatrième et non en cinquième. Or la quatrième est la vitesse à laquelle on consomme le plus de carburant », explique Etienne Coyault.

Sécuritaires ensuite : « Si on doit rouler moins vite sur les autoroutes, à quoi bon payer pour les emprunter ? Or, seuls 5% des accidents mortels se produisent sur les autoroutes, qui sont le réseau routier le plus sûr. » Et, pour finir, économiques. Etienne Coyault rappelle à cet égard que les Pays-Bas et l’Angleterre envisagent d’augmenter les vitesses autorisées sur autoroute, de 120 km/h à 130 km/h, afin de permettre un gain de temps, pour les déplacements d’affaire notamment.

Pour sa part, Nathanaël Gagnaire, membre du bureau national de la Fédération française des motards en colère (FFMC), estime que « le deux-roues devrait faire partie des solutions de report modal ». Et rappelle que « si on troque 10% des voitures contre des deux-roues, on a 40% d’embouteillages en moins. Si on remplace 25% des voitures, on n’a plus d’embouteillages du tout et donc moins de pollution ! »

Un comité interministériel sur la qualité de l’air devrait déboucher sur des mesures concrètes en janvier prochain.

- A lire aussi sur Terraeco.net :

Fermer la ville aux voitures, une mesure anti-pauvres ?.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • L’argument de ne pas passer à 70km/h sur le périf pour ne pas utiliser la 4ème est faux ! Avec les nouvelles voitures (années 2000) on peut sans problème utiliser la 5ème dès 50 km/h. C’est d’ailleurs ce qui est conseillé par l’éco-conduite, une manière de conduire plus respectueuse de l’environnement. Il faut se renseigner avant de reprendre les arguments bateau des pro-voitures...

    29.10 à 11h46 - Répondre - Alerter
  • Les pauvres sont ils contents d’être les bouc-émissaires des pollueurs ?

    25.09 à 22h28 - Répondre - Alerter
  • Ch’uis sûre que le pétrôlier/nucléaire veut instaurer des machines sophistiquées pour épurer l’air intoxiqué par leurs productions ! Projet d’1 autre greenwashing ?!

    24.09 à 11h22 - Répondre - Alerter
  • Quel humour au second degrè dans cet article !

    Tous les pollueurs disent en sorte comme en école maternelle, "c’est pas moi c’est l’autre".
    Le comble, il faudra que M. Coyault explique comment il envisage de réduire l’agriculture dans les centres villes :-), pensez ils font un 5° de la pollution !

    24.09 à 10h48 - Répondre - Alerter
  • Ah bon, première nouvelle : on roule en quatrième à 70 ? Ma voiture (une Saxo essence de 2001) roule très bien en cinquième à cette vitesse.
    Mais je fais du 4,9 litres au 100 en moyenne sur mes pleins (750 km avec 37 l de super) au lieu des 6,5 données constructeur. Ceci explique peut-être cela ?

    22.09 à 11h16 - Répondre - Alerter
  • On ne peut pas être à la fois :

    - pour le soutien à l’industrie automobile (1 million d’emplois directs et indirects),
    - pour les transport en commun,
    - contre le télétravail comme Cécile D. (parce que c’est soit disant contre "le lien social")
    - contre le service minimum

    21.09 à 16h16 - Répondre - Alerter
  • Il y a pourtant des mesures qui sont à la fois efficaces et socialement justes :

    - instaurer le droit de circulation alternée sur la base du numéro d’immatriculation : cela réduit statistiquement le nombre de véhicules par 2 (un peu moins en tenant compte de l’effet d’opportunité) et cela met les riches et les pauvres à la même enseigne !

    - réserver la voie de circulation la plus à gauche aux voitures qui transportent au moins deux passagers, afin d’encourager le covoiturage. Cela existe depuis plus de 20 ans à New York, par exemple.

    Alors pourquoi ne pas les mettre en œuvre ? Le changement, c’est maintenant, oui ou non ?

    21.09 à 13h52 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité