publicité
Accueil du site > Actu > Culture > La face obscure des aliments
18-06-2012
Mots clés
Société
Alimentation
France

La face obscure des aliments

Taille texte
La face obscure des aliments
(Crédit photo : France 5)
 
Loin du lait frais et de la miche sortie du four, on se débat aujourd'hui avec des produits transformés dont on ignore souvent tout. Une opacité cultivée par les lobbys et disséquée par Stéphane Horel, dans son nouveau documentaire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Les aliments ? C’est de l’énergie, du goût, un brin de culture et de plaisir. C’est aussi, parfois, un ennemi dans la course à la sveltesse. C’est encore un écheveau d’information et une montagne d’opacité. Ainsi débute « Les Alimenteurs », le nouveau documentaire de Stéphane Horel, après Les Médicamenteurs et la Grande Invasion. « 8 aliments sur 10 sortent tout droit d’une chaîne de fabrication », annonce d’emblée la voix off. En clair, de la vache au beurre ou du poireau à la soupe, il y a des tonnes d’étapes – salage, graissage, retrait de nutriments, ajout d’additifs - qui finissent par former des produits trop salés, trop sucrés, trop gras qui nuisent à la santé. Et ce, sans même que le consommateur s’en aperçoive, tout perdu qu’il est dans les rayons débordants de son supermarché. Le secteur est si opaque, dit un expert de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, qu’il faudrait instaurer une autorisation de mise sur le marché comme celle existant pour les médicaments.

Les lobbys qui pèsent dans la balance

Faute d’une mesure si radicale, les autorités ont bien imaginé les moyens de guider le consommateur hors des sentiers de l’obésité et de la malbouffe. Elles ont inventé en 2001, le Programme national nutrition santé (PNNS) qui a collé des messages de santé publique – « manger, bouger » ; « manger au moins 5 fruits et légumes par jour » - sur les publicités pour les produits jugés nocifs. Elles ont tenté d’interdire les spots vantant les sucreries entre deux dessins animés. Tandis que les instances européennes essayaient d’imposer un système de feu rouge sur les produits alimentaires trop riches en sucre, gras, sel. Chaque fois, les lobbys ont pesé dans la balance et fait baisser les ambitions des autorités publiques, regrette le documentaire.

Réquisitoire saupoudré de petites animations humoristiques, Stéphane Horel nourrit son argumentaire à la parole d’interviewés de taille : ex-ministres, chefs d’agences gouvernementales, chercheurs – Roselyne Bachelot et Martin Hirsch sont en ce sens assez étonnants de sincérité. Absents du casting, Marisol Touraine, pour la Santé, ou Stéphane Le Foll à l’Agriculture, élus après le bouclage du docu, à leur ministère. Sauront-il faire un peu le tri dans nos têtes, et donc dans nos assiettes ?

- Les Alimenteurs, diffusé samedi 6 octobre à 22h (suivi d’un débat), dimanche 7 octobre à 18h, lundi 8 octobre à 17h15, samedi 13 octobre à 15h15, dimanche 14 octobre à 9h sur Public Sénat. Le film sera aussi projeté sur grand écran samedi 6 octobre à 10h15 dans le grand amphithéâtre du Muséum d’histoire naturelle de Paris dans le cadre du festival Pariscience.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • L’obscurité entretenue sur les produits :
    Une des nombreuses manières pour réaliser qui sont les vrais dictateurs de notre société.

    Qui décide ?

    c’est sûr, pas les populations, pas leurs intérêts !
    mais les riches c’est à dire les plus gros détenteurs de capitaux qui imposent avec succès leurs vues, leurs revenus.

    Ce problème est assez ancien et ne s’arrange pas malgré les promesses l’UE et autres bizounourseries dont ’on’ nous berce depuis si longtemps ...

    Quelles forces faudra-t-il employer pour instiller un peu de démocratie ?

    Jusqu’à quand ?
    Jusqu’à quel état de de délabrement de notre société faudra-t-il aller pour changer de modèle ?

    20.06 à 12h57 - Répondre - Alerter
  • alain de l’ain : La face obscure des aliments

    évocateur,voilà mon appréciation de l’édito du rédac chef de micro hebdo"un mini-écran,quatre boutons pour ce magnet,àcoller sur le frigo.but:commander des bouteilles d’eau.premier objet connecté:l’Evian smart drop.le fait d’envisager de commercialiser plutot que d’offrir"en dit long sur l’ignorance que mr Pemberton a distribué coca .... dans les bars,et ce gratuitement pour que les clients découvre le gout de sa boisson.

    19.06 à 21h09 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité