publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > La dosette Nespresso à la loupe
Article Abonné
7-04-2010
Mots clés
Consommation
Recyclage, Déchets
Monde

La dosette Nespresso à la loupe

Taille texte
La dosette Nespresso à la loupe
 
Au pays du roi du café en capsule, tout n’est que luxe, calme, volupté… et aluminium. Facilement recyclable, ce métal n’était pourtant jusqu’ici pas récupéré en France, alors que la concurrence pointe, telle Maison du café avec ses capsules plastiques compatibles.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Peut-on devenir écolo et garder le sourire ?"

Attention, la concurrence déboule. Malgré un monopole matraqué à coups de brevets – 1 700 au total –, l’empire Nespresso est sur la défensive. Des dosettes compatibles avec les machines de la filiale de Nestlé et estampillées Maison du Café ont envahi les rayons des supermarchés ce mercredi 7 avril. Et en mai, ce sera au tour de Casino, via la société Ethical Coffee Company, de faire une entrée fracassante sur ce marché serré. Avec deux promesses : des capsules 20 % moins chères que les originales et un emballage biodégradable en amidon de maïs.

Les deux concurrents se lancent à l’assaut d’un marché juteux. Nespresso, c’est 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans 50 pays en 2009 et une croissance moyenne de 30 % par an depuis 2000. Pour combien de capsules ? Silence radio. Mais l’équation est simple. Puisque 90 % du chiffre d’affaires est réalisé avec les capsules et que la dosette coûte en moyenne 0,35 euro, votre calculette devrait donner le même résultat que la nôtre : environ 4,8 milliards d’unités vendues l’an passé.

Des grains polyglottes

Le berceau de cette superproduction est situé en Suisse. Le café qui y débarque est polyglotte. Costa Rica, Kenya, Tanzanie… les grains accostent au port belge d’Anvers, puis rejoignent par le rail les deux usines helvétiques de la marque, pour se faire encapsuler dans de l’aluminium recyclé à 80 %. Calcul de coin de table : à raison d’un gramme par capsule, 4 800 tonnes d’aluminium ont été utilisées en 2009. « C’est le seul métal capable de protéger intégralement les 900 arômes de nos cafés de l’oxygène et de la lumière », justifie Arnaud Deschamps, directeur général de Nespresso pour la France.

Le café file ensuite découvrir le vaste monde par bateau, train ou camion. En France, un tiers des clients viennent s’approvisionner dans l’une des 19 boutiques officielles. Les autres reçoivent leur dose par La Poste ou les points de dépôt Mondial Relay (les mêmes que ceux de La Redoute, ndlr). A Paris et aux alentours, certaines capsules s’offrent même le luxe d’un coursier avec véhicule électrique depuis 2009.

Mais pour les écolos, la success story a des airs d’hérésie : qui dit portions individuelles dit suremballage, aluminium égale production énergivore et vente à distance signifie émissions de CO2… La société Bodum se frotte les mains. Fabricant de cafetières manuelles à piston, la marque vient de dégainer une étude réalisée par une agence allemande qui compare l’impact environnemental des différentes machines à café. Et qui possède le « potentiel de réchauffement climatique » le plus faible ? La cafetière à piston, bravo ! Et le plus fort ? La machine à capsules.

3 engagements, 1 néologisme

Des attaques auxquelles Nespresso a répondu l’an passé par le mot « Ecolaboration ». Derrière le néologisme finement marketé, 3 engagements ont été affichés pour 2013 : 80 % du café proviendra d’exploitations certifiées par l’ONG Rainforest Alliance, l’empreinte carbone de chaque tasse de café sera amaigrie de 20 % et un système de recyclage des capsules sera à même de traiter 75 % de la production.

En théorie, le recyclage de l’aluminium est une évidence : il peut se faire à l’infini et permet de diminuer les rejets de CO2 : 6,89 tonnes équivalent CO2 en moins par tonne recyclé, selon Eco-Emballages. Seulement en France, question récup, Nespresso n’a pas la tâche facile. Nos centres de tri ne savent pas traiter les éléments plus petits qu’un pot de yaourt. Alors pour atteindre son objectif, le marchand de café a lancé une expérience pilote dans le Var et les Alpes-Maritimes. Il a équipé deux centres de tri de machines capables de récupérer les petites pièces de métal, aluminium ou autres. En cas de succès, le principe sera étendu au reste du pays.

En attendant, 1 000 points de collecte ont été mis en place. Ils seront 2 500 fin 2010 : boutiques officielles, Mondial Relay, déchèteries. « Il n’y a pas de nouveau flux logistique créé », assure Arnaud Deschamps. Café et alu sont séparés et revendus – le premier servira à préparer du compost. Les clients joueront-ils le jeu ? Et si, dans la prochaine publicité Nespresso, George Clooney allait au centre de tri ?


RECYCLAGE : POURQUOI C’EST MIEUX AILLEURS

En Suisse. Un quart des ménages helvétiques possède la même machine à café que mister George. C’est le deuxième marché après la France. Mais quand les Suisses aiment, ils trient. La preuve, 60 % des capsules sont récupérées via 2 000 points de collecte, mis en place par Nespresso, dans des boutiques, des centres commerciaux, des déchèteries… Elles sont ensuite recyclées par deux sociétés à Lausanne et à Genève.

En Allemagne. Outre-Rhin, c’est très simple : tous les centres de tri sont équipés pour collecter les petites pièces de métal. 76 % des déchets ménagers en aluminium y sont recyclés. Aussi, Nespresso se contente de cotiser, comme les autres industriels, à Dual System, le programme qui collecte, trie et valorise les emballages.

SENSEO, LA DOSETTE VEDETTE DES HYPERS

Sur le marché des unidoses, Senseo fait, elle aussi, un tabac. La dosette souple, issue du mariage entre Philips (côté machine) et le géant Sara Lee (derrière la marque Maison du Café notamment), détient 40 % du marché – en volume – des grandes surfaces de l’Hexagone. Là encore, le café vient du monde entier pour débarquer dans deux usines, l’une aux Pays-Bas, l’autre en Belgique qui fournit essentiellement la France. Pas d’aluminium pour protéger les saveurs, mais du papier, le même que celui utilisé pour les sachets de thé. Biodégradable ou à mêler au compost.
Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
47 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour, la seule solution c’est d’acheter une cafetière qui broie les grains de café. Elles sont plus chères mais au moins on sait ce que l’on boit : du café ! 100 % pur ! Il est évident que dans les capsules il y a autres choses que du café. Les premiers prix de ces machines à café sont à 350 €, ensuite l’expresso coûte environ 15 cts d’euros à comparer au 35 de nespresso. Sur le long terme on retrouve son investissement de base et l’on est sûr de boire du bon café. Je pars pour mon calcul sur le paquet de café le plus cher des cafés Richard. Donc on peut descendre encore le prix ou acheter du café équitable. De plus ces machines sont capables de faire de l’eau chaude instantanément pour faire un thé, sont auto nettoyantes, et de faire toute sorte de café en appuyant sur un bouton.

    Il ne faut jamais consommer des produits transformés jamais le bien être du consommateur n’est mis sur la table seulement le profit, c’est tout. Si vous achetez du chocolat milka par exemple en poudre pour faire du chocolat chaud, sachez qu’il y a dedans seulement 22 % de cacao et 71 % de sucres. Ils préconisent de mettre 4 cuillères pour 200 ml, évidemment ! Alors que deux devraient suffire largement s’il y avait un peu plus de cacao comme chez Van Houten ! Van Houten 0,5 g de sucre pour 100 g, Milka 71 g de sucres pour 100 g !!!!!

    27.07 à 16h06 - Répondre - Alerter
  • j’aimerais une explication quant à la mousse qui se dépose dans les tasses d’où vient-t-elle ?
    on m’a dit justement que c’était ce truc visqueux dans le fond de la capsule ???
    la vérité serait nécessaire

    26.06 à 09h19 - Répondre - Alerter
  • Plusieurs commentaires :
    - pourquoi des capsules ? parce que c’est PRATIQUE
    - Pourquoi NESTLE les commercialise ? Pour faire du fric ? Comme toutes les entreprises du monde. Pour nous arnaquer ? C’est être bien manichéen que de penser ça. Faire de l’argent est la principale préoccupation de tous. Pour nous les vendre à un prix le plus intéressant pour eux, ça devrait suffire comme intensité critique, sans les accuser de vouloir le mal de l’espèce humaine, chacun de nous se débrouille déjà très bien sans eux.
    - Le prix au kg de café ? Et quand vous achetez une véranda en alu, vous la payez au prix du kg d’alu ? Et les pizzas ? Au prix de la pâte et du Ketchup qu’on nous vend à la place de tomates dont plus personne ne connait le vrai goût ? Ben non.... Pourquoi ? Tout le monde connait la réponse. Conditionnement, transformation du produit, et surtout rentabilité. En gros, le prix est fixé par le marché. Un café "presque" tout prêt ? Ben oui, ça se paye... Trop cher ? faites le au filtre...
    - et le plus important est : toxicité réelle ? pollution réelle ? Qualité du reclyclage ? Pas lu grand chose là-dessus... De très scientifique en tout cas... Et comme je me méfie de tout ce qui s’écrit sans preuves... Je cherche, je lis et je fais le tri.
    Bref, je me demande encore qui je dois croire, et si je suis plus nuisible en buvant le café d’1 capsule par jour que si je bois 2 canettes en alu de coca + 1 de bière par jour... Comme des milliards de crétins sur cette planète.
    Et je reste : vigilant, ouvert aux infos
    Et surtout je ne gobe pas n’importe quoi quand on me dit "putain tu prends du Nespresso, t’es un vrai danger pour la planète", ou quand Mr NESTLE me dit "Aucun danger avec nos capsules, nous avons fait tous les tests, tout prévu, soyez rassuré, dormez en paix, tout est tranquille". Parce qu’il ne faut surtout croire aucun de ces 2 imbéciles qui, ou ne connaissent rien du problème, ou tout simplement ne vont pas dire que c’est mauvais, vu qu’ils le vendent... ça vous rappelle rien ? "Au resto : euh ?... il est bon, votre poisson ? réponse du serveur - ben, non, il est dégueulasse, mais on va quand même essayer de vous le refourguer !..."
    Merci d’alimenter ce blog avec des vrais arguments, pour et contre, on avancera.
    CRO-MAGNON.

    22.02 à 14h06 - Répondre - Alerter
  • je vais répondre a plusieurs d’entre vous,
    Nespresso crée en 1986 en suisse par 3 chercheurs de la firme Nestlé. donc bien implantée..aucun risque que cette marque soit introuvable niveau pièce de rechange. et si vous êtes consommateurs vous pouvez affirmé du service après vente quasiment parfait.
    (machine de remplacement , rapidité et efficacité ).

    sachez maintenant que Nespresso a bien augmenté le taux de pourcentage des capsules recyclées.. ( des parois de machine sont même confectionnées avec cet allu .) pour ce qui est de l’aluminium au quotidien , celui-ci est bien plus présent que vous ne sauriez l’imaginer j’entends par la qu’il est présent dans l’air ,l’eau ,les cosmétiques,les aliments, ... autres choses concernant le recyclage, savez vous que quasiment 100% est recyclé en décharge ? pourquoi ? haa peut être que c’est un métaux chère et que des gens passent leurs journées afin de récupérer le moindre gramme d’alu histoire de gagner sa vie.. donc le coté polluant.. hmm pas sur.. par contre si on regarde les fausse capsule concurrente en plastique qui fonde et dépose un max de particule de plastique dans la machine et dans nos café et plastique bien connu pour être bien bien plus polluant.( a médité quand même..parce que même niveau prix c’est pas vraiment moin chères )
    inutile donc de vous acharner sur une firme en particulier sinon le fabriquant de lasagne du coin est mal barré.
    autres choses , la substance trouvée ( gluante plastique ..) dans le fond de la capsule.. ce n’est autres que le film alimentaire servant a diminuer un maximum le contact entre l’alu et le café. ( bingo ils ont pensé a notre santé !! même si pour dire vrai si on bois 4 tasses par jours on ne dépasse pas les 0.3% de la dose hebdomadaire tolérable. et je dirais même mieux , l’alu risquerais éventuellement d’être dangereux si a raison de 30 tasses par jours pendant 30 ans mais dans ce cas on va mourir d’autre choses XD )

    pour en revenir au prix... avez vous déjà fait la comparaison avec un paquet de café moulu de qualité comparable ?.. combien de tasses faites vous avec ?
    regarder ce qui reste et ce qui est jeter dans la cafetière..
    bref tout ça pour vous dire que 3.50€ pour 10 café... le café moulu ne rivalise pas vraiment.. ou a raison de 0.3cent par tasses...

    enfin bon...on pourrais débattre des heures et des heures sur le sujet mais avec de bonne informations il parait qu’on avance beaucoup plus rapidement.

    17.02 à 17h39 - Répondre - Alerter
  • quel est le produit élastique et collant au fond de chaque capsule Nespresso ?

    une réponse rapide et claire serait la bienvenue......

    21.01 à 10h58 - Répondre - Alerter
  • Je ne suis pas d’accord avec la reforme , d’un point de vue circonsi je suis d’accord avec georges et vive le paté de campagne. 270.

    4.11 à 16h29 - Répondre - Alerter
    • francois hollande : affirmatif

      je suis d’accord avec toi un bon paté avec un bon sifflard que demande le peuple ?

      4.11 à 16h33 - Répondre - Alerter
  • Café girl : vive le café

    le café c’est la vie.

    8.01 à 09h39 - Répondre - Alerter
  • Je vide les capsules à la main, je mets le café au compost et la capsule au recyclage. J’ai remarqué au fond de la capsule vidée un genre de matière plastique qui en connaît la nature exacte ?
    Merci

    19.09 à 21h34 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Quelle dosette nespresso faut il acheter pour avoir une dosette 100% arabica

    Merci

    1er.09 à 17h33 - Répondre - Alerter
  • il existe beaucoup plus de concurrents proposant des capsules compatibles mais la qualité varie. Mais c’est aussi une histoire de goût ! POur ma part, Nespresso reste hors de prix donc je vais chez les concurrents...

    12.08 à 14h02 - Répondre - Alerter
  • slt, je suis subjugué de l’originalité du blog. Je vous encourage à poursuivre dans cette voie. Amicalement.

    classement ligue des champions

    parier euro 2012

    16.06 à 01h28 - Répondre - Alerter
  • Cet "géniale invention" n’a en soit qu’une seule idée révolutionnaire : vous faire acheter une cafetière hors de prix et des capsules toutes les semaines pour que vous puissiez remplir les poches de tous ces fabricants aussi longtemps que vous utiliserez leur système ! Vous rallre qu’on vous prélève des frais bancaires tous les mois, qu’on vous taxe vos marchandises, que vos salaires sont pompés des cotisations, mais là c’est pire, non seulement personne ne vous oblige mais en plus vous y aller en courant pour les acheter !!

    Bref tous les possesseurs de ces machines sont tous des andouilles consuméristes. En plus, ça pollue, en plus ce n’est pas du café ni du chocolat équitable ! Franchement, vous n’avez pas honte ?

    24.05 à 16h18 - Répondre - Alerter
    • gherdoom : une andouille

      quel beau discours !!! tu vis ou ? sans tv ni téléphone portable ni internet ? tu dis etre un vrai exemple de recyclage à toi tout seul. Moi nespresso j’aime, un café super bon, une variété de choix et en plus 10 fois moins cher que dans un bar ou un resto (ou le café en dégeu) ... vive la consommation et vive les suisses. l’écologie c’est juste pour le faire déculpabiliser, et payer plus de taxes tu aimes ça et apparemment ça marche avec toi...

      4.08 à 07h18 - Répondre - Alerter
      • obiwan : Toi meme

        J’ai une machine expresso classique et un broyeur à café (moulin électrique.)

        Avec du café de torréfacteur (20€ le kg, soit 3 fois moins cher que celui en dosettes), j’éclate carrément Nespresso au niveau goût. Un poil plus long à préparer, mais moins cher et moins de pollution (pas de dosettes.)

        Les dosettes Nespresso sont soit disant recyclables, sauf qu’il faut les renvoyer en Suisse par camions jusqu’à une usine spéciale... Super ! le bilan carbone)

        Après on arrive encore à trouver du bon café dans certains bars et restos (mais je reconnais que les tenanciers cèdent souvent à la tentation d’acheter du café dégueu à 5€ le kg)

        8.11 à 19h08 - Répondre - Alerter
        • francois hollande : Toi d’abord

          miroir miroir tout ce que tu dit ça retourne sur toi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          4.11 à 16h36 - Répondre - Alerter
    • ENDYMION : une autre andouille

      Je n’aime pas le café que font les machines à piston : en outre, avez-vous déjà vu une machine à piston exploser ? moi si, ça en fiche partout et du bol que personne n’ai reçu d’éclat de verre.
      J’aime le café que me fabrique ma machine d’andouille et la variété qu’elle m’offre.

      Et chaque capsule, je la recycle. Je vide le marc de café à la main, je le mets au compost. Et les capsules, je les mets au recyclage.

      Mais je me demande pourquoi je me justifie devant quelqu’un qui au lieu d’argumenter, débattre et suggérer, préfère insulter. Heureusement que vous êtes écolo, si vous étiez un religieux, votre intégrisme serait plus nocif. Mais peut-être êtes-vous les deux.

      En tout cas, c’est en traitant les autres d’andouille qu’on braque ceux qui ne sont pas sensibles à l’environnement et qu’on fabrique des supporters à Claude Allègre et à ses épigones.

      Alors modérez votre ardeur.

      27.12 à 20h29 - Répondre - Alerter
      • C’est personnel. Tout dépend ce qu’on veut ingurgiter.ce qu’on veut absorber comme une éponge parce que "c’est plus facile "que de faire ceci+cela +le reste. Si on privilégie le gout (= le bon au palais)au détriment du bon( pour notre santé).Ce qui est bon sur la langue ( avec toutes les possibilité et artifices de modifier le goût par les additifs d’arômes et gouts articiciels.)n’est pas forcément bon pour la santé Tout dépend de ce qu’on veut. et de notre Volonté : la facilité n’est pas critère de qualité.Qu’est ce que je veux pour moi ?que je n’impose aux autres ? Et la notion de choix est-elle consciente chez tout le monde ?quand on voit des individus se tuer à petit feu pour le plaisir du gout de fumer, on comprend qu’on n’a pas la même liberté d’action,ni de résistance .C’est pour cela qu’il est nécessaire de s’entraider les uns les autres et non de s’enfoncer inhumainement en se hissant sur les autres et les écrasant comme le veut l’ascension socioprofessionnelle moderne du Moi,Moi,Moi et mon nombril. Prenons le temps de réfléchir sur comment nous voulons faire notre stage sur cette terre ! J’ ai choisi d’être heureux, c’est meilleur pour ma santé et pour les autres !
        DJ

        25.01 à 03h56 - Répondre - Alerter
  • packman : 1700 brevets ?

    Bonjour ,

    j’ai peine à croire qu’il y ait 1700 brevets... quand on connait le coût d’un brevet français étendu à l’Europe puis à l’international !
    Information à vérifier.

    10.05 à 08h16 - Répondre - Alerter
  • 007 : Bof

    Recyclage de l’alu ou jetage de l’alu = Co2 idem si bilan carbone normé complet...

    Biodégradable = solution incontournable à long terme...Mais ennuye l’industrie Agro-alimentaire qui préfère le PET, ALU etc moins cher donc bien pour les Bonus annuels de cadres...aussi simple que cela....

    1er.05 à 21h39 - Répondre - Alerter
  • Maude Erateur : Jamais contents...

    Pour ma part, je ne trouve pas que cet article soit inutile ou à la botte de Nespresso (je me trompe peut-être...). J’y trouve de nombreuses informations au sujet des dosettes de café, d’une marque ou d’une autre et j’apprends surtout que le système de recyclage français est à la traine par rapport aux autres pays (européens du moins).

    Le ton pourrait être plus insisif, le discours plus orienté, c’est sur, mais le minimum est là.

    Je ne trouve pas très constructif de toujours râler et critiquer ce que font les autres. Pourquoi ne pas proposer vos propres articles et enquêtes ?

    27.04 à 16h08 - Répondre - Alerter
    • vive la dosette : Chacun son boulot

      Excusez moi, c’est un peu facile, le "si vous n’êtes pas contents, vous n’avez qu’à le faire vous même". Ici ce n’est pas moi qui ai choisi d’écrire un article sur le sujet, mais qui que ce soit qui le fasse, il est normal de le faire correctement. Etre journaliste n’est pas un droit mais une responsabilité. Dans une publication comme celle-ci, qui a une certaine audience, la responsabilité est d’éclairer le consommateur sur les impacts de ses choix, il faut donc être complet. Il serait abhérrent de ne pas pouvoir exprimer une critique ou mentionner un besoin de correction.

      En l’occurence, le recyclage des dosettes de Nespresso est totalement secondaire par rapport au problème que pose l’existence même de la machine (de par l’énergie qu’elle consomme pour le petit plaisir d’avoir son expresso comme au café), qui est devenue une mode, comme les 4x4 ou les écrans plasma. Donc il serait bien qu’au moins, en introduction, la journaliste rappelle les impacts de cette machine et leurs parts respectives, pour que l’on ait bien en tête que le recyclage n’est qu’une part minime du problème. Sinon, le consommateur peu averti a vite fait de se dire (en toute bonne foi), "puisque Nespresso se préoccupe du recyclage, alors je peux consommer, ce n’est pas grave pour l’environnement" - il n’aura pas en tête le reste de ses impacts et pourra donc penser qu’il n’y en a pas d’autres significatifs. C’est donc une manière de contribuer (involontairement...) au greenwashing de cette marque.

      10.05 à 16h36 - Répondre - Alerter
      • On peut aussi ne plus boire de café du tout. Après tout, ça sert à quoi le café ?

        Mais vous avez raison de soulever le problème général de la consommation d’énergie. Il serait intéressant d’avoir le bilan comparatif de la consommation d’énergie pour une tasse fabriquée à la machine Nespresso ou avec de l’eau bouillante chauffée au gaz ou au micro-ondes.

        Je crois que le fait de ne pas avoir de voiture me permet de compenser l’écart d’impact environnemental de mon petit café.

        27.12 à 20h34 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Concernant le recyclage des dosettes dans les Alpes-Maritimes, le service relation client vient de m’indiquer que je n’ai pas besoin d’aller dans un point de collecte, car cela se fait maintenant par le tri sélectif : il suffit que je les jette dans la poubelle jaune.
    Mais ensuite, ces dosettes vont-elles être réellement séparées des autres déchets "jaunes".....il faut l’espérer.

    En tous cas, voici leur réponse :

    Cependant, les Alpes Maritimes sont l’un des départements français où le recyclage des capsules Nespresso s’opère désormais par le biais du tri sélectif.

    Les Membres du Club Nespresso peuvent donc se débarasser de leurs capsules très simplement, en les jetant dans la poubelle jaune : elles sont ensuite valorisées à l’aide du courant de Foucaut qui équipe les usines de retraitement de la région.

    Pour tout complément d’information, nous vous proposons de nous contacter, 24h/24 et 7 jours/7, par téléphone au 0800 55 52 53, ce numéro est gratuit depuis un poste fixe, ou par e-mail.

    27.04 à 09h03 - Répondre - Alerter
  • Gentil l’article sur la dosette. Mais la journaliste a-t-elle regardé le bilan environnemental global ? Les déchets sont mineurs. De l’alu peut se récupérer dans les machefers après incinération, le déchet organique n’est pas le pire, il contribuera même à faire du biogaz dans la décharge, transformé en énergie. Bref, recycler c’est bien, mais regarder plus loin que le bout de son nez c’est mieux.

    Le problème de ces machines est leur existence même. Pour avoir ce café merveilleux, pas de secret, il faut de la vapeur sou pression, donc de l’énergie. La consommation est délirante pour notre seul petit confort. Habiller cela d’un programme de gestion des déchets est du pur green washing.

    C’est comme de dire "regardez mon nouveau Hummer, il consomme 20% de moins que l’ancien". Génial, achetons la conscience tranquille !

    Le développement durable, ce n’est pas de s’acheter une bonne conscience en prenant un truc qui prétend faire du DD, c’est commencer par se demander si on a besoin de la dernière machine à café qui bouffe de l’énergie, de l’écran plasma qui n’est pas recyclable, et du 4x4 qui consomme du pétrole et des ressources non renouvelables. Bref, ce n’est de satisfaire tous ses désirs puis de voir si on peut le faire avec un produit qui fait une belle com’, mais de voir si ces désirs ne sont pas un luxe scandaleux et irresponsable. Mais c’est pas très agréable à dire...

    26.04 à 12h31 - Répondre - Alerter
  • Murielle Ghestem : Alternative

    Lu ce matin en p.10 du Pyrénées Magazine n°129 (mai-juin 2010) : L’entreprise Vegeplast installée à Ibos (65) vient de passer un accord avec Casino pour la production de dosettes de café type Nespresso en amidon de maïs. Ce contrat intervient après 2 ans de recherche, financées par Ethical Coffee Compan, société fondée par JP Gaillard, ex-dirigeant de Nespresso.

    26.04 à 11h29 - Répondre - Alerter
  • La dosette a révolutionné le marché du café.
    Son dosage « parfait » promet un café d’exception. Mais c’est surtout à l’environnement qu’elle fait boire la tasse.

    Jamais un café n’aura été aussi néfaste pour l’environnement.
    La faute à qui ? A la dosette (on dit la capsule maintenant) !

    Celle-ci multiplie par 10 les déchets d’un paquet de café classique. Si son coût environnemental est énorme, son prix est, lui aussi, salé : de 70 à 300 euros pour la cafetière seule.
    Malgré tout, Nespresso a vendu :
    - 2005, 1,7 milliard de capsules pour 1 million de cafetières.
    - 2006 plus de 2 milliards de capsules.
    - 2007 chiffre d’affaires en hausse de 40%.

    Sur le marché, la concurrence est rude : c’est pourquoi, à chaque machine, sa dosette.
    Nespresso fabrique des capsules 100% aluminium, et les "recycle".
    Senseo et Malongo distribuent des dosettes souples, en cellulose, comme les sachets de thé : biodégrables, elles peuvent être compostées. Le hic ? Elles ont besoin d’une fermeture hermétique supplémentaire pour conserver le café moulu. Du coup, les fabricants font appel à un emballage individuel plastifié… pour chaque dosette !
    Tassimo et Lavazza misent sur les « T disc » en aluminium, polyester et polyéthylène : ni recyclées, ni réutilisées.

    L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) confirme qu’un paquet de 250 grammes de dosettes de café génère 10 fois plus d’emballages qu’un paquet de 250 grammes de café, augmentant le prix de 20 à 60%.

    Carrefour a retiré les emballages superflus de son paquet de dosettes pour un sachet hermétique unique. Aux Pays-Bas, une société a lancé l’Ecopad : une dosette rechargeable.

    Boycotter en premier lieu les dosettes et machines Lavazza (la société de café, la plus dédaigneuse vis à vis de l’environnement...), est un premier pas et nous nous devons de le faire.

    8.04 à 18h28 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      Où as-tu vu que les dosettes Senseo ou Malongo ; sont emballées individuellement ?

      Ce n’est pas vrai ; il suffit d’aller dans n’importe quel commerce pour le vérifier.

      Alors pourquoi raconter n’importe quoi surtout quand l’information est aussi facilement vérifiable ?

      Tu ne sors jamais de chez toi ?

      La désinformation n’est pas un moyen de militer ; c’est juste de la propagande.

      11.11 à 13h49 - Répondre - Alerter
  • Enfin !!
    Il était temps d’avoir une véritable concurrence face à ce monopole de capsules en alu distribuée par le même constructeur. Donc, vive la diversité et encourageons l’utilisation de capsule moins chère et surtout bio-dégradable. ça tombe sous le sens non ?

    8.04 à 16h10 - Répondre - Alerter
    • ENDYMION : Concurrence

      C’est bien beau la concurrence mais pour obtenir un prix plus bas, je vous parie que les fabricants opteront plus volontiers pour une baisse des prix d’achat aux planteurs de café. Max Havelaar va faire la tête.

      27.12 à 20h36 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi disserter à côté de l’essentiel ?

    Certes, le produit Café-Machine-Marketting Nespresso offre un moment agréable de dégustation de qualité.

    Mais vous le dites vous-mêmes, au prix de 1700 brevets, et d’une complication digne d’un savant "jeu de piste".

    Qu’à voulu en fait Nestlé ? Gagner de l’argent en construisant méticuleusement un "produit" rendant captif le destinataire, en l’enfermant dans un système dans lequel le bon goût du café ne devient que très accessoire.
    Et vous ne parlez pas de l’entretien des machines, le jour où un joint deviendra introuvable ou la réparation si onéreuse, qu’il faudra acheter de nouveau une machine. C’est l’illustation parfaite du livre de Christian Salmon "Storytelling".

    Grâce à l’argent collecté des afficionados, Nespresso a pu acheter l’immense boutique et bureaux associés de l’ex Office de Tourisme de la ville de Paris, au pied de l’Arc de Triomphe. De même, pour la promotion de ses produits et de ce nouveau lieu de vente à Paris, de tourner un film aux USA avec G. Clooney, en reconstruisant la boutique de Paris pour décor de tournage. Et chaque année pratiquement, de tourner un film promotionnel....

    On devrait pouvoir faire autant de qualité à moins cher, en se basant exclusivement sur la qualité du produit - le café. L’essentiel étant la qualité de sa dégustation, et non de financer à travers tasse après tasse, des activités lucratives pour les prestataires, éphémères, et dont il ne reste rien dans la tasse du consommateur.

    A vos calculettes... Il y a tant de besoins vitaux à financer pour un peu moins de souffrances sur les cinq continents.

    8.04 à 15h25 - Répondre - Alerter
  • il est important de faire bouger les choses au niveau des entreprises. Par exemple, dans ma société au siege avant tout partait a la poubelle :

    Je ne bois pas de café et pourtant j’explique et mis en place avec le soutien des collègues pour jeter leur capsules dans la poubelle prevue a cet effet. Une fois pleine je la vide dans un bac (1bac = 2 poubelles) et une semaine sur deux j’alterne avec nos coursiers (sur leur trajets) pour vider le bac dans un magasin Nespresso (Espace Ecolaboration). Sinon certain(e)s collègues prennent une petite boite (100caps) et deposent dans un point de collecte ou a la decheterie (qui les acceptent).

    En 3-4 mois c’est 5000 caps de recyclés !

    Alors si votre entreprise consomme des capsules , consultez le site ecolaboration pour trouver un point de collecte le plus proche et discutez-en autour de la machine...

    Chacun a son niveau on peut changer les choses.

    8.04 à 14h55 - Répondre - Alerter
    • un infiltré de nespresso...
      Tu ne bosserai au service com de nespresso par hasard ?

      11.04 à 22h46 - Répondre - Alerter
    • Taliban : Entrisme

      Témoignage bidon - ça sent l’adresse IP suisse ça...

      12.04 à 15h30 - Répondre - Alerter
    • ENDYMION : Calomnie

      Non l’auteur de ce message ne travaille pas chez Nespresso. Si c’était le cas, il saurait que les machines Nespresso, prêtées gratuitement aux entreprises, utilisent des dosettes en carton et propose un choix beaucoup plus restreint.

      Et pourquoi utilisent-elles des dosettes en carton en entreprise ? Parce que sinon les employés piqueraient les capsules du bureau pour les consommer chez eux. N’oublions pas que nous sommes en France, pays où on sait aussi bien donner des leçons aux autres que trouver de bonnes raisons pour ne pas les suivre soi-même.

      Un exemple pendant qu’on est dans le café : Starbucks. Je n’aime pas trop cette marque et je n’apprécie sa manière de vous faire payer un oeil pour avoir ajouté du sirop de caramel industriel à un café pas terrible. Mais si Starbucks utilise en France des gobelets en carton jetable, c’est parce que les mugs en faïence disparaissent au bout de quinze jours embarqués par les gentils clients. Dans les autres pays, les mugs en faïence sont lavés et réutilisés : c’est plus écolo non ?

      27.12 à 20h43 - Répondre - Alerter
  • Article plein des cliquetis des mots à la mode mais qui ne cible pas sur l’essentiel. Le nouveau venu vendrait sa dosette 0,30 euros, pour 0,33 à 0,37 chez Nestlé (Libé du 7-4-2010). C’est presque une entente. Le nouveau venu fera un max de beurre, tandis que Nestlé continuera à faire le sien.

    8.04 à 12h39 - Répondre - Alerter
    • choucrouteman : Le redacteur

      Ah oui... cet "article" est signé le redacteur... Ceci explique cela... Quand vous paierez des journalistes peut être on aura droit à autre chose que des promos faites par des redacteurs... Allez lire XXI pour voir un peu ce que c’est le journalisme...
      A part ça, vous en avez d’autres des comme ça ?
      La vie ça peut être autre chose que de rembourser ses emprunts...
      C’est pourtant pas les pistes qui manquent qui vous sont offertes par cos lecteurs qui daignent laisser des commentaires et des questions (et je ne parle pas de moi parce que pour donner des idées j’ai fait mieux que ces deux comm... :-)

      ah, voué au mainstream ??? aux bobos ? aux rembrousement d’emprunts et au paiement des piges ?

      26.04 à 08h13 - Répondre - Alerter
  • Quelle Energie : Quelle bonne idée !

    Les capsules biodégradables sont vraiment opportunes ! Dans les bureaux de Quelle Energie, nous avons une machine " à l’ancienne", mais maintenant que ces nouvelles capsules axées développement durable existent, nous avons une chance de boire un café correct !
    Cependant, reste à savoir quel système est le moins polluant parmi ceux proposés. Il y a de quoi s’y perdre d’ailleurs !

    8.04 à 11h57 - Répondre - Alerter
  • Nadia : Question ...

    Pourquoi perdre du temps à comparer un cochonnerie à une autre cochonnerie ?
    Lisez les additifs contenus dans ces "dosettes de rêve" et vérifier l’impact de ces ingrédients sur notre santé...
    Ensuite faites un comparatif avec un café produit sans toxiques, décaféinés à la vapeur ou au CO2 plutôt qu’avec des solvants... Et là, il y aura vraiment de quoi justifier le salaire de votre journaliste !
    Bien à vous

    8.04 à 11h06 - Répondre - Alerter
  • Article intéressant, mais à part nous lamenter sur tout ce qui nous entoure, comment faire évoluer les choses ? Donnez-nous des pistes... L’aluminium "léger" peut-il être recyclé ? Après lecture de cet article, il me semble que oui. Où ça ? Les récupérateur de métaux acceptent-ils ces "déchets" ? Sinon les centres de recyclage ? Avez-vous contacté une boutique Nespresso fraçaise pour lui demander si on peut lui laisser les capsules vides ? Merci ;)

    8.04 à 10h56 - Répondre - Alerter
  • Taliban : Décevant

    Cet article n’apporte pas grand chose de plus que l’insupportable comm nespresso ; vous ne creusez pas assez les histoire de surcout de transport et d’emballage, et vous êtes trop gentils avec eux : ok ils ont installé des machines à récupérer l’aluminium, mais on s’en tape un peu, le problème dépasse largement le recyclage de l’alu.

    A quand des chiffres ? Une enquête plus précise ? Combien de flotte engloutie par capsule, combien de carbone, combien de polluants ? Allez au boulot :)

    Et sur le fond : vous savez bien que le plus gros risque du tri sélectif, ou du recyclage de papier, c’est d’acheter une conscience écolo à peu de frais, autant pour les consommateurs que pour les marques. C’est là dessus qu’on vous attend.

    8.04 à 10h28 - Répondre - Alerter
    • Rien sur les fortunes faites à l’occasion de l’effondrement des cours du café, de l’exploitation éhontée et meurtrière de milliers de producteurs avec en tête ces mêmes suisses Nestlé en tête, qui n’ont jamais répercutés ces baisses de cours, mais se sont tout mis dans la fouille sans fond des actionnaires... Un bel article de comm... J’espère que nespresso lobbying ou nespresso rp vous a filer du pognon pour publier ça sinon vous êtes encore plus bêtes qu’on peut l’imaginer à la lecture d’une telle propagande façon contre feux....

      26.04 à 08h05 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Juste une petite clarification, en Suisse nous recyclons bien 60% des capsules, ce qui est bien. Par contre ce chiffre ne prend pas en compte les capsules professionnelles qui ne peuvent pas l’être. Et des ces petites soucoupes, ils s’en consomment en masses aussi.

    Yann

    La version française de mon post sur le sujet http://economiemagazine.fr/entrepri...

    8.04 à 09h18 - Répondre - Alerter
    • Site du distributeur d’une pince de recyclage astucieuse qui permet de vider une capsule Nespresso de son marc et d’écraser l’aluminium www.outpresso.ch/index-e-1.htm

      13.04 à 18h13 - Répondre - Alerter
      • Clo : mouais

        Elle a l’air bien cette machine, quoique un peu chère, mais la taille de la capsule vide pose un problème en France ;
        les centres de tri ne prennent pas en compte les déchets plus petits qu’un pot de yaourt...

        A quand des centres de tri efficaces ? c’est possible dans d’autres pays pourquoi pas le nôtre.

        NB : je suis consommatrice (et oui...) et j ’ai la possibilité de ramener mes capsules à la boutique ; enfin, car je désespérais de voir ces capsules à la poubelle. D’ailleurs à un moment je séparais le café de l’alu et je jetais ce dernier dans la poubelle de recyclage. Finalement pour rien...

        15.04 à 10h14 - Répondre - Alerter
      • ENDYMION : Recyclage

        Je fais ça avec les petits ciseaux de mon canif et ça marche très bien ...

        27.12 à 20h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité