publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > L’objet "qui tue" : cette semaine, le téléphone portable
24-10-2007

L’objet "qui tue" : cette semaine, le téléphone portable

Taille texte
 
Petit, pratique, parfois irrésistible, le téléphone portable est un concentré de technologie et de produits parfois très polluants. Y vompris lorsqu'il s'appelle iPhone.
SUR LE MÊME SUJET

Le refrain je t’aime moi non plus de Greenpeace et du fabricant américain Apple sonne de nouveau sur les ondes. Après les épisodes de l’iPod, c’est désormais l’iPhone qui se retrouve au pilori. Pour Yannick Vicaire chargé de la campagne Toxiques au sein de l’ONG, ce produit constitue un « retour en arrière environnemental ». Et pan. En cause selon Greenpeace : la présence de substances ignifuges sur les circuits électriques et de plastifiants par ailleurs interdits sur les jouets. Mais ce n’est pas tout. Le groupe de pression met le doigt sur un second problème. Impossible en effet de désolidariser la batterie du combiné lui même. Double conséquence : l’utilisateur est encouragé à l’achat d’un nouvel appareil et le recyclage du produit est rendu encore plus complexe.

Cette étude de Greenpeace tombe un an tout juste après son premier coup de semonce à l’égard des fabricants de téléphones portables. A l’époque, moins de la moitié obtenaient la moyenne au classement établi selon différents critères de respect de l’environnement. En septembre dernier, tous étaient crédités d’un minimum de 10 sur 20. Car les fabricants se sont depuis retroussés les manches et sont partis en quête du téléphone propre. Objectif : bannir des mobiles, composé à 63% de matières plastiques, les composants les plus nocifs comme le mercure et le chrome notamment. Mission en passe d’aboutir.

Peut mieux faire

Pour autant, les téléphones portables sont encore loin d’être des modèles de développement durable, l’iPhone le prouve. Le coltan, recherché pour sa très forte résistance à la chaleur est par exemple à l’origine d’un conflit très meurtrier en République démocratique du Congo. Les conditions sociales d’extraction de minerais comme l’or ou l’argent en Amérique latine sont régulièrement dénoncées par les organisations de défense des droits de l’homme.

Enfin, il reste un dernier élément à mettre au passif du téléphone portable. Transporté d’Asie vers le monde entier, vendu à près d’un milliard d’unités en 2006, remplacé – en France – tous les 20 mois en moyenne et tous les 10 mois pour les utilisateurs les plus jeunes, le mobile joue à cache-cache avec le recyclage. Une étude de l’observatoire sociétal du téléphone mobile montrait en février dernier que seuls 5% des Français destinaient leur portable à un organisme de collecte et de recyclage. Il reste donc du pain sur la planche.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité