publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Les éoliennes en mer, ça défigure l’horizon ?

Les éoliennes en mer, ça défigure l’horizon ?

Taille texte
Les éoliennes en mer, ça défigure l'horizon ?
(Légende : près de Copenhague au Danemark. Crédit photo : jazonz/Flickr)
 
Ça ressemble à quoi depuis la côte, une éolienne ? C'est la question qui déchire pro et anti-turbines une semaine après le choix par le gouvernement français de l'emplacement des premiers parcs marins.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La semaine dernière, le gouvernement a donné le top départ de l’implantation des éoliennes en mer. Les parcs seront positionnés au large de Dieppe-le Tréport, Fécamp, Courseulles-sur-mer, Saint-Brieuc et Saint-Nazaire. Mais que verra-t-on depuis la côte ? Tout dépend de la position – idéologique – que l’on a sur le sujet.

Pour respecter les engagements du Grenelle de l’environnement, le gouvernement prévoit d’installer 1 200 éoliennes au large du littoral français d’ici à 2020. On connaît désormais l’emplacement choisi pour la moitié des parcs, comme montre cette carte fournie par le ministère.

Comme il n’existe pas encore en France de parcs éoliens en mer, est-il possible d’imaginer l’importance qu’elles prendront dans le paysage ? Alain Barbier, président de l’association Vent de travers, compare les anti-éoliens à des « Don Quichotte, contre tous ces dévoyés de l’écologie ». Selon lui, les éoliennes ne sont pas tellement plus discrètes en mer : « Les éoliennes sont toujours visibles, sauf en cas de brouillard dense. Les jours de grand soleil, elles se détachent avec violence dans le paysage. Les flashes lumineux blancs sont visibles de jour et particulièrement violents le soir. La nuit, les clignotants rouges déchirent toutes les deux secondes l’obscurité. »

D’autres militants anti-éoliens désespèrent, tel Xavier Nardin : « Un promoteur a osé dire que les éoliennes côte ouest Cotentin se verraient peu parce que la Terre est ronde… Faut-il en rire ? »

« La réalité dépassera la fiction »

Pour comparer leur point de vue avec celui des industriels, prenons un exemple de projet qui ne fait pas partie des zones retenues par le gouvernement et dont on ne sait pas encore s’il va aboutir : à Bretteville-sur-Ay, il est question d’implanter le parc éolien des Grunes à un minimum de 7,3 km des côtes. Sur le tract (photomontage ci-dessous) distribué aux habitants par une association locale de la Fédération environnement durable, l’horizon serait marqué par la présence de quarante éoliennes.

Hervé Texier, président de Basse-Normandie environnement et vice-président de la Fédération environnement durable, affirme : « Il faut réellement s’attendre à ce spectacle sur nos côtes car les éoliennes en Manche seront proches du littoral. Et la réalité dépassera la fiction. »

Or, le projet en question prévoit 28 éoliennes et la simulation visuelle (photo ci-dessous) de la compagnie porteuse du projet, Eole Res, donne une vision des choses fort différente.

Les militants savent organiser la mobilisation anti-éolienne, et parfois faire échouer les projets. Comme à Veulette-sur-mer, où des propriétaires de résidences secondaires, menés par Sabine Servan-Schreiber, ont provoqué l’arrêt d’un projet de 21 machines.

Difficile d’avoir un rendu visuel en utilisant des photos

A qui se fier pour imaginer le futur ? Alain Barbier pense possible d’extrapoler l’implantation d’éoliennes en mer à partir d’éoliennes terrestres. Il explique : « Tout dépend de la focale de l’objectif. Le rendu est impossible : les éoliennes captent l’attention. Quand on regarde dans leur direction, on ne voit qu’elles. »

Prenons l’exemple du site du Bernard en Vendée, où sont implantées cinq éoliennes de 125 mètres de haut en bordure du marais poitevin. Sur la photo suivante, l’éolienne la plus à droite est à 7,5 km, la plus à gauche est à 8,7 km.

Selon le président de l’association Vent de travers, auteur de la photo :« Pour des éoliennes de 150 mètres de haut, et selon la relation de Thalès, cela correspondrait à ce que l’on verrait à des distances de 10,5 et 9 km. »

Jean Mathieu Kolb, de la Compagnie du vent, groupe GDF-Suez, nuance cette extrapolation : « Il est très difficile d’avoir un rendu visuel des éoliennes en utilisant des photos : une éolienne, c’est haut et très fin. Pour bien les voir à distance et en images, il faut un tirage sur format de page A3. Mais la relation est la suivante : une éolienne de 150 mètres de haut située à 15 kilomètres des côtes (comme cela est prévu sur le projet éolien des deux côtes situé dans la zone du Tréport, ndlr), cela se voit comme un objet de 1 cm de haut situé à 1 mètre de l’œil. »

Au Danemark, à 14 km des côtes, ça donne ça

La meilleure façon de projeter les parcs éoliens, c’est d’aller voir ceux qui existent. Au Danemark, par exemple. C’est ce qu’a fait la Commission particulière du débat public (CNDP) au sujet du projet de parc éolien des deux côtes.

Pêcheurs, élus, acteurs économiques et associations ont pu se rendre sur le parc de Horns Rev, dont les caractéristiques sont les plus proches du projet porté par la Compagnie du vent. De la côte, voilà ce que l’on voit.


Vues sur le parc Horns Rev I depuis Blåvandshuk
envoyé par CPDP-Eolien-en-mer. - L’info internationale vidéo.

La vidéo suivante présente un aperçu de près du parc éolien.


Visite du parc éolien en mer de Horns Rev I (Danemark)
envoyé par CPDP-Eolien-en-mer. - L’info internationale vidéo.

Des simulations pour le littoral français sont déjà disponibles, mais quelle confiance leur accorder ? Comme le rappellent les météorologues cités dans le débat public, 30% du temps, la visibilité est inférieure à 8 km. Les anti-éoliens n’en démordent pas : pour Xavier Nardin, « un parc éolien se verra quotidiennement s’il est situé à 50 km des côtes ».

A lire aussi sur « Terra eco » :
- Voyage au pays de l’éolien offshore : vu de la côte (1/3)
- Quand de Villiers retouche les éoliennes sous Photoshop

A lire aussi sur Rue89 : - Les mots que souffle le lobby anti-éolien à ses sympathisants
- Fan des énergies renouvelables, je suis devenu anti-éolien
- Les industriels ne croient plus au marché français de l’éolien

En partenariat avec :

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
15 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Il faut vivre son temps !

    19.02 à 07h52 - Répondre - Alerter
  • Lees photomontages sont évidemment inexacts. Si l’on veut être objectif on va au cap Gris Nez et on regarde l’Angleterre en face à moins de 30km avec des falaises de près de 100m et la plupart du temps on ne voit strictement rien et quand on voit la côte anglaise ce n’est qu’un tout petit trait à l’horizon que la plupart des touristes ne distinguent pas, alors les éoliennes ne nous seront pas plus visibles. Les ignares oublient que la terre est ronde et qu’en conséquence l’horizon n’est pas très loin.J’habite en Picardie et nous avons de nombreuses éoliennes implantées dans les campagnes et curieusement la plupart des habitants s’y sont parfaitement habitués et personne de bonne foi ne se plaint du bruit (ça n’en fait quasiment pas et il m’est arrivé de passer un après-midi au pied d’une éolienne pour écouter les oiseaux chanter...). Quand aux inconvénients supposés que racontent les pêcheurs du Tréport ce sont de parfaites inepties : selon eux l’éolienne ferait fuir le poisson et donc serait une catastrophe pour la pêche. Sauf que l’implantation d’une éolienne implique de la fixer via des blocs de bétons, exactement comme on a fait pour le port d’Antifer...et ces blocs de bétons servent de cachette à de nombreux poissons. Tous les pêcheurs d’Antifer pourront vous dire qu’ils ont vu le nombre de poisson augmenter de façon exponentielle à la suite de la construction de la digue en pleine mer. Les éoliennes produiront le même effet, c’est d’ailleurs ce qu’ont constaté les danois.

    1er.02 à 16h57 - Répondre - Alerter
  • Il faut savoir ce que l’on veut !
    Les éoliennes ne sont pas désagréables, ni au bruit, ni à la vue !!!
    Par ailleurs, elles utilisent une énergie non fossile et non polluante, alors ! oui aux éoliennes
    et à la modernité et à l’économie durable !!!

    1er.02 à 16h27 - Répondre - Alerter
  • "Sur le tract (photomontage ci-dessous) distribué aux habitants par une association locale de la Fédération environnement durable, l’horizon serait marqué par la présence de quarante éoliennes."

    Il faut lire (ANTENNE LOCALE relayant les propos de la Fédération Environnement Durable ayant pour président d’honneur M D’ESTAING (ex président Pro-Nucléaire) et luttant contre l’éolien sans pour autant avoir d’autres actions justifiant les mots "environnement" et "durable". Cette ASSOCIATION nationale s’est PROFESSIONNALISÉE au cours des années et des dons/cotisations. Spécialisée dans les photomontages FALSIFIES et la MANIPULATION des médias/opinion publique. Elle s’est récemment distinguée en faisant un LOBBYING insistant auprès de l’UNESCO pour déclasser le Mont St Michel, SACRIFICE nécessaire pour appuyer leur IDÉOLOGIE.

    La FED met a disposition des antennes locales un kit de création d’association mais aussi un soutient juridique et des documents de stratégie a vocation purement anti-éolien.
    Ces documents préconisent entre autre de créer une asso pour mener le projet, le plan local d’urbanisme, les décisions du préfet au tribunal quelque soit l’issu du développement.
    Il est aussi donné les mots d’ordre suivants : SAPPAGE systématique des propositions des développeurs visant à réduire les impacts supposés de l’éolien, DÉNIGREMENT et SABOTAGE systématique de la concertation mise en place par les communes, POLITISATION du mouvement anti-éolien créé localement sans oublier la MANIPULATION de la population en utilisant un vocabulaire issu des lexiques de la PEUR, de la GUERRE, de l’INDUSTRIE (opposition de bon pour l’environnement et industriel).

    Il est clairement établi aujourd’hui qu’être anti-éolien est un axe majeur de programme politique comme l’a annoncé le FN pour les présidentielles de 2012.

    La FED n’est pas le gentil de l’histoire mais le plus fourbe des acteurs de l’éolien.
    Méfiez-vous médias, ils contrôlent vos percerions de l’énergie électrique en France à défaut d’agir réellement pour un avenir durable et un environnement meilleur. Et bientôt, ils aurons vos communes et votre pays.

    JFS

    1er.02 à 15h25 - Répondre - Alerter
  • « Les flashes lumineux blancs sont visibles de jour et particulièrement violents le soir. La nuit, les clignotants rouges déchirent toutes les deux secondes l’obscurité. »

    Depuis le temps que je dis qu’il éteindre tous les lampadaires ! C’est moche, ça fait mal aux yeux, et ça éclaire même les nuages... À 50 km en campagne, lorsque le plafond nuageux est bas, on voit les halos des villes les plus proches !

    Personne pour se plaindre de cette pollution ?

    1er.02 à 13h48 - Répondre - Alerter
    • Les professionnels font le maximum pour supprimer cet inconvénient mais l’armée de l’air française souhaite les conserver à tout prix.
      En Allemagne, ils ont des avions militaires mais pas de balisage lumineux.... sic

      Au lieu de "pourfendre"l’éolien pourquoi ne pas se battre pour l’aider à être accepté ? LA FED pourrait utiliser son réseau politique au gouvernement pour demander à ne plus avoir ce balisage problématique si elle souhaitait être constructive.

      Il y a un mouvement visant à limiter l’impact négatif des éclairages de nuit en ville. Il arrive a de bons résultats sans pour autant abattre tous les lampadaires de France.

      J.F.S

      1er.02 à 15h38 - Répondre - Alerter
  • Beau ou pas, comme le disent pas mal d’autres commentaires, c’est très subjectif. Personnellement, je trouve ça beau.
    Mes grands-parents habitent a proximité de l’un des sites choisis et tout comme moi, ils réfléchissent autrement qu’en terme d’esthétisme.

    Il est urgent pour les humains de modifier leur manière de consommer l’énergie et d’expérimenter des sources d’énergies renouvelables avec une empreinte écologique moindre. Si l’éolien fait partie de cette réponse, l’éolien est BEAU.

    Comme dit un autre intervenant, il y a beaucoup de choses qui peuvent être considérées comme moche : le béton, les usines, les zones industrielles...

    S’arrêter sur un critère aussi subjectif que l’esthétisme (alors qu’on s’accommode de zones industrielles immondes par exemple) tout ça, en continuant à vivre comme des porcs, ça donne envie de pleurer !
    En fait la majorité de la population ne veut rien savoir. Il faut que ça soit "beau" à proximité de chez eux, que surtout rien ne change dans leur vie... et tant pis pour nous les populations futures ! Ca me dégoute !

    1er.02 à 12h21 - Répondre - Alerter
  • Le jugement que l’on porte sur les choses en matière de "beau" est bien relative.

    Est-ce qu’un homme est beau ? Si je le vois dans une posture de malfaiteur ou d’escroc, je le trouverai laid. Si on contraire, il se préoccupe du mieux qu’il peut à rendre sa vie et celle des autres la plus juste et profitable à tous, et si de surcroit il le fait avec brio et élégance, alors, je le trouverai beau et encourageant. Pourtant ce n’est pas sa forme qui change, mais ce qu’il fait.

    On peut admettre que la réduction de consommation d’électricité, et d’énergie en général, fait grandement partie de la solution du problème qu’il est inutile de rappeler ici, mais une autre partie de la solution reste l’énergie propre, sans ou avec le moins de déchets possible, et d’épuisement de ressource possible. L’éolien répond à cela ! non ?

    Dès lors, et même si le dispositif qui produit une telle énergie reste visible, il m’apparaîtrait comme "beau".

    Et d’ailleurs, on le voit bien que tout cette question de défigurer oui ou non le paysage est grotesque : une malheureusement grande population d’individus trouve certains engins nommés SUV, 4X4 et bon nombres d’autres voitures et objets du désir, comme étant beau ! Alors que franchement il ne s’agit que de tôles pliées ???

    Bon allez, au travail…

    1er.02 à 10h34 - Répondre - Alerter
  • c’est dingue, je n’entends jamais personne se plaindre du béton qui envahit les côtes maritimes, ces belles plages que j’ai connu jadis ne sont aujourd’hui que des zones défoncées par l’activité touristique polluante à plein pot… et là tout le monde est content, bien sur on vient s’y faire bronzer les fesses et consommer un certain air de liberté. Alors que sont quelques éoliennes face au béton jeté à la mer de manière frénétique ? franchement, mesdames et messieurs les détracteurs, avez vous connus la côte d’azur (ou d’autres bien sur, mais cet exemple là m’étant très cher) avant les horribles zones touristiques qui la jalonnent et dont vous vous délectez, l’étang de Berre (aujourd’hui site d’industrie pétrochimique synonyme de mort à tout point de vue, explosions, pollutions diverses) quand les anciens l’appelaient "le paradis sur terre".
    Alors franchement, quelques éoliennes !!! à 10 bornes…… ca gêne un peu la vue certes, mais des millions de tonnes de béton, ca c’est normal, ca ne dérange personne

    1er.02 à 09h51 - Répondre - Alerter
  • C’est surtout qu’elles sont peu productives car il s’agit d’une production intermittente ...
    un petit essai de géo la géographie n’est plus ce que vous croyez en parle très bien
    http://lageographienestplus.wifeo.com

    1er.02 à 09h28 - Répondre - Alerter
    • La consommation du pays n’est pas constante. Le réseau PILOTE cette consommation : heures creuse/pleines et TEMPO.
      Si tu choisissais de consommer quand il y a du soleil et/ou du vent et/ou aucune pénurie d’eau, alors les EnR seraient pour toi une source d’énergie inépuisable et constamment disponible.

      Il faudra juste arrêter de lire/croire en la FED, raisonner par toi même, faire un effort pour mieux vivre avec ton environnement et abandonné le chauffage électrique responsable d’un gâchis environnemental et énergétique astronomique.

      Une éolienne à terre tourne entre 250 et 320 jours par an. Le PV fonctionne dans les mêmes proportions je pense. Quand aux barrages, si l’on oublie la concurrence avec l’irrigation, c’est presque du 350jrs/an.

      L’éolien peut être durable si tu souhaites qu’il le devienne.

      1er.02 à 15h33 - Répondre - Alerter
  • Certains luttent pour pouvoir se balader sans avoir à apercevoir des poteaux au loin quand d’autres cherchent à éviter à avoir des déchets nucléaires enfuis sous leurs maisons.
    Si je dois choisir je me baladerai au bord de la mer.

    1er.02 à 08h57 - Répondre - Alerter
    • Une plage recouverte de boulettes de pétrole et dont le sable est pollué aux radiations de la centrale nucléaire voisine de 300kms avec des éoliennes dans le paysage.... Sache que quand nous n’aurons plus les moyens d’acheter du pétrole ou de l’uranium ou quand on aura plus les moyens de faire la guerre pour les prendre à d’autres, il n’y aura plus d’autre solutions que d’utiliser ce que nous avons sous la main sans marché ni conflit armé... le vent et le soleil qui rejoindrons, comme une évidence, l’eau.

      Sans oublier que tes "poteaux" c’est des tubes blanc de 80m de haut pour 6/7m de large à 10, 15 20kms de la côte. Autant dire que tu les verras moins en vrai que dans la presse ou le JT.

      Il faudra juste arrêter de lire/croire en la FED, raisonner par toi même, faire un effort pour mieux vivre avec ton environnement et abandonné le chauffage électrique responsable d’un gâchis environnemental et énergétique astronomique.

      1er.02 à 15h49 - Répondre - Alerter
  • Je prefere voir des eoliennes au large des plages francaises que des tours de refroidissement de centrales nucleaires ou des barrages qui defigurent les vallees... Au moins leurs grandes helices qui nous font signes nous rappellent qu’elles produisent de l’energie propre...
    Combien de lignes a tres hautes tension ne defigurent pas deja les paysages francais... ??

    1er.02 à 03h49 - Répondre - Alerter
    • Les éoliennes en mer sont indiscutablement la meilleure solution pour produire de l’énergie à l’aide du vent mais il faut savoir qu’une machine de 125 m de hauteur est visible jusqu’à 40 km .
      La photo du site du Bernard a été prise près de chez moi le seul défaut de ces éoliennes est leur facteur de charge moins de 15 % .
      Les Allemands pour compenser ce faible rendement installent partout des turbines à cycle combiné qui rejettent autant de CO2 qu’un réacteur d’avion.
      Les tours de réfrigération ne concernent pas seulement les centrales nucléaires mais toutes les usines qui ont besoin de réfrigérer un fluide afin d’éviter une élévation de température trop importante de la rivière dans laquelle elle pompe l’eau.
      Les barrages produisent aussi de l’énergie avec peu d’émission de CO 2

      1er.02 à 10h10 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité