publicité
Accueil du site > Actu > Société > L’agriculture, un terreau pour se reconstruire
29-02-2012
Mots clés
Social
France
Ils Changent Le Monde

L’agriculture, un terreau pour se reconstruire

Taille texte
L'agriculture, un terreau pour se reconstruire
(Crédit photo : OliBac - flickr)
 
Les vaches, les poireaux et le jardin. Des portes pour sortir du chômage et entrer dans une nouvelle vie. C'est le but de la formation « agricole » Adema, qui a déjà bénéficié à 4000 personnes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

A 25 ans, Annaelle obtient son bac+5, un master de géographie. Mais, avec ce diplôme, elle ne trouve pas de travail. « Pendant deux ans, j’ai cherché, envoyé des lettres de motivation, mais ça n’a jamais abouti. C’était toujours les mêmes excuses : pas assez d’expérience, trop diplômée. Bref, je me suis décidée à reprendre une formation et un peu par hasard, je suis tombée sur Adema », se souvient-elle. Adema, un acronyme étrange pour une formation d’un mois : une initiation au secteur agricole. Après un an et demi d’existence, 4 000 chômeurs en ont profité.

A l’été 2010, Annaelle suit cette formation avec le FAFSEA, l’organisme qui propose le cursus Adema (Accès des demandeurs d’emploi aux métiers agricoles), en partenariat avec Pôle emploi et les entreprises agricoles. On lui présente le secteur, les différents types d’emplois. Passionnée de géographie, le paysage résonne comme une évidence. Pendant trois semaines, elle est initiée au métier de jardinier-paysagiste dans une entreprise d’espaces verts. Un séjour qui finira de la convaincre.

« Enfin, on m’a donné ma chance »

« C’était parfait. Une formation courte où on est tout de suite dans la pratique, ça met vraiment le pied à l’étrier. Aujourd’hui, je suis une formation professionnalisante pour les travaux de paysage et espaces verts. » En mai prochain, la jeune femme aura un nouveau diplôme en poche et un emploi, déjà trouvé à Montmorency, en Ile-de-France. Elle compte travailler pendant un an ou deux, puis fonder sa propre entreprise. « Ça y est, je vais travailler ! J’ai finalement passé cinq ans à faire de la conception, aujourd’hui je passe à la pratique. Enfin, on m’a donné ma chance. »

Cette chance, 4 000 personnes l’ont eu. « La majeure partie des bénéficiaires ne connaissaient pas du tout l’agriculture, c’est pour eux une reconversion totale et une réussite, commente Yves Honoré, directeur général de la formation. Six mois après la formation Adema, 50% d’entre eux ont un emploi et 20% suivent une formation professionnelle. »

« Travailler la terre est une valeur forte »

La moitié des bénéficiaires a moins de 30 ans, les deux tiers sont des hommes avec, en général, des qualifications allant jusqu’au CAP ou BEP. 70% des personnes qui passent un mois de « formation Adema » ne touchent plus leurs indemnités chômage. Alors, se lancer dans l’élevage, le maraîchage, c’est un peu la dernière chance, mais vers un secteur porteur. Mal connu, le secteur agricole recrute, 30 000 CDI par an et à différents niveaux de qualifications.

L’agriculture, un eldorado pour les déclassés de la société ? Yves Honoré a bien envie de répondre oui. « Les gens sont enthousiastes. Travailler la terre est une valeur forte qui a du sens. Beaucoup disent, surtout dans le secteur céréalier, qu’ils participent à l’alimentation humaine. Ça apporte du sens à la vie professionnelle, parfois même personnelle. C’est finalement un moyen de se reconstruire. »

Mais la formation ne peut pas accueillir un nombre illimité de personnes. Son budget jusqu’à la fin 2013 financera la formation de 4 000 nouvelles personnes.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • oui ! oui si les b^tes vivent une vie normale au soleil, sur la terre et l’herbe sauf l’hiver, avec une vraie nouriture naturelle (herbe gratuite), des veaux sous la mère (pas dans l’obcurité et anémiés pour que la viande soit blanche) , des porcs à l’air sur la terre comme près de Pipriac, des lapins dans de grands clapiers ou des grandes cages sur l’herbe (pas dans de petites cages), ..., ...

    Et puis puique la plus grande partie finissent dans nos assièttes, de très bonnes conditions de fin de vie : pas de long trajet maximum une demie journée et surtout, surtout des bêtes rendues réellement inconscientes au moment de l’égorgement l’étiquettage, normalement obligatoire, faisant fois restituant la confiance !

    revenir au respect de la vie, de l’environnemnt !

    le tout à des prix abordables avec des rétributions raisonnables des divers intervenants....

    voici un joli programme de reconstruction des personnes, des animaux et de notre environnement et donc de la qualité de vie...

    3.03 à 18h12 - Répondre - Alerter
  • Super initiative !

    Il est essentiel de repenser et valoriser la filière agricole afin que ça ne soit plus simplement par dépit - ou parce que l’on est chômage que l’on se tourne vers ces métiers.

    Ce genre d’articles prépare le terreau pour reconstruire la PAC ;-) vivement juin 2012 et le début des débats !

    2.03 à 12h24 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité