publicité
Accueil du site > Actu > Politique > « Irritant » ou « satisfaisant » : les réactions à chaud au discours de (...)
20-09-2013
Mots clés
France

« Irritant » ou « satisfaisant » : les réactions à chaud au discours de Hollande

Taille texte
« Irritant » ou « satisfaisant » : les réactions à chaud au discours de Hollande
 
Financement de la transition énergétique, contribution climat énergie, voiture électrique... François Hollande a inauguré la conférence environnementale par un long discours. Les sujets font réagir politiques et ONG.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
  • Yves Cochet, eurodéputé Europe Ecologie - Les Verts

« C’est un discours ni vraiment décevant, ni vraiment satisfaisant. D’un côté, l’annonce de la TVA ramenée à 5% pour la rénovation des logements ainsi que les 20 milliards d’investissements pour financer la transition sont une bonne chose. De l’autre, François Hollande n’a ni parlé du diesel, ni des problématiques santé/environnement. Et puis je regrette que l’assiette de la “contribution climat énergie” (CCE) ne concerne que le carbone. Il faut que l’électricité, produite grâce au nucléaire, y figure ! Bref, il y a encore du travail pour les ONG et les parlementaires avant la présentation de la loi sur la transition énergétique... Ce discours ne nous a pas calmés, nous sommes irrités par beaucoup de manques. Pascal Durand (secrétaire national d’EELV, ndlr) a bien fait de taper du poing sur la table. Et ça a payé : on sait que François Hollande n’est pas écolo, mais il semble qu’il a été sensible à ce qu’on a dit, en partie. »

  • Chantal Jouanno, sénatrice UDI, ex-ministre de l’Environnement

« C’était un long discours pour de petites annonces. La TVA à 5%, c’est le niveau qui avait été décidé à l’issue du Grenelle ! Le véhicule à 2 litres ? Il existe déjà ! 25% des véhicules de la flotte publique qui seront hybrides ou électriques ? Mais ça devrait être 100% ! A 7 euros la tonne de CO2, la contribution climat énergie est à un niveau très inférieur à la taxe carbone. C’est dommage qu’Hollande se soit contenté de mesures symboliques. Et il n’y a eu aucune annonce sur la santé. Je le crois sincère mais sa vision est courte et ses annonces ne sont pas à la hauteur de ses ambitions. »

  • Pierre Gattaz, président du Medef

« Diminuer de moitié la consommation d’énergie d’ici à 2050, c’est irréalisable ! On va au contraire en consommer de plus en plus avec la multiplication des objets communicants. Bon, François Hollande a quand même mis de l’eau dans son vin, en disant que les objectifs seront revus en fonction de la croissance, et en n’en faisant pas un point d’orgue de son discours. La baisse de la TVA est une bonne nouvelle pour la filière française du bâtiment. Quant à la CCE, il faut tenir compte du ras-le-bol fiscal des Français. Le Medef est prêt à concevoir une fiscalité plus verte mais seulement dans un contexte de fiscalité qui baisse. »

  • Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir

« Cette contribution climat énergie, ça va encore être un choc économique pour les consommateurs, qui subissent un coup de massue du fait de l’augmentation des coûts de l’énergie. Pas besoin d’en rajouter ! Ceci d’autant plus que les industries pétrolières, elles, ne sont pas mises à contribution ! Je crains que les consommateurs deviennent les premiers contributeurs de la transition. Il y a bien quelques mesures de compensation prévues, mais il faudra veiller à leur effectivité. De plus, il va y avoir un décalage dans le temps entre la ponction de la contribution climat énergie sur les ménages et le retour vertueux attendu. Et puis Hollande nous dit que le compteur Linky va être gratuit, mais c’est faux ! Ça va imposer un changement d’abonnement pour les consommateurs, et ça va leur coûter. Ce sont des centaines de millions d’euros qui seront encore prélevés sur les consommateurs. »

  • Yannick Jadot, eurodéputé EELV

« Pas un mot sur le diesel ! On ne peut pas être satisfaits. Il est de notre responsabilité d’essayer de démontrer et de convaincre dans les mois qui viennent que le diesel est un piège pour les consommateurs, et qu’il faut en sortir. Mais je tiens malgré tout compte du changement de cap affiché, de la concrétisation d’engagements sur la transition énergétique. Après un an de débat sur ce thème, la société est mûre pour la fiscalité écologique. Dommage que la CCE soit limitée au carbone. »

  • Philippe Martin, ministre de l’Ecologie

« Je salue le pragmatisme du président. Je suis le ministre du bien-vivre et le bien-vivre, c’est ce que nous allons engager maintenant. Ce discours, c’est une amplification, un enracinement de la volonté de faire la transition affichée l’an dernier. »

  • Ronan Dantec, sénateur EELV de Loire-Atlantique

« Un bon point : il reprend l’objectif de 50% de baisse de la consommation de l’énergie qui a provoqué le clash avec le Medef. Il baffe le Medef ! Pour moi, le verre est plus plein que vide, je m’y retrouve. Nos échanges, ces derniers jours, ont marqué. Là, j’ai l’impression qu’on y va vraiment, et ça conforte l’axe écolos-socialistes. Mais je ne suis pas béat non plus. »

  • Nicolas Hulot, Fondation pour la nature et l’homme

« Après un retard à l’allumage l’an dernier, ce discours vient démontrer que les choses sont en passe d’être rattrapées. Plutôt que de taxer le travail, on taxe la pollution. Enfin le carbone va avoir un prix ! On est rentrés dans du positif. La CCE est essentielle à la mutation et elle va structurer le modèle économique de demain. Quant à la taxation accrue du diesel, j’ai bon espoir qu’elle soit reprogrammée dans les années qui viennent. »

  • Philippe Germa, directeur général du WWF France

« Si tous les présidents et chefs d’Etat avaient le même discours, la planète irait bien mieux ! On ne va pas bouder son plaisir au prétexte qu’il s’agit du président de la République qui parle. La conférence environnementale est une grande messe. L’an dernier, c’était une cérémonie de baptême, aujourd’hui c’était le mariage de l’économie et de l’écologie. Dans ce discours mesuré, tout le monde trouve un peu son compte. »

  • Michèle Rivasi, eurodéputée EELV

« François Hollande a dit une chose importante : il va indiquer dans la loi de 2014 que le président peut demander la fermeture d’une centrale nucléaire. Actuellement, seule l’Autorité nationale de sûreté nucléaire le peut, et à certaines conditions. Cela va faciliter la fermeture de Fessenheim. Je retiens que visiblement Hollande se sent investi d’une mission – peut-être son retour du Mali ? Il se demande quel sens donner à son mandat pendant les années à venir. Donc il prend le débat à bras le corps, et c’est bien, mais il ne parle que “rénovation” et pas changement de modèle de société. Il intègre l’énergie mais pas la santé. C’est dommage. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité