publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Vise le green > Il y a de la place pour tout le monde !

Vise le green

Par Benjamin Cliquet
15-03-2011

Il y a de la place pour tout le monde !

Il y a de la place pour tout le monde !
(Piétons, cyclistes, automobilistes et usagers des transports en commun, il y a de la place pour tout le monde à Vancouver)
Si les projets de Vancouver en matière de transports consistant à favoriser les transports propres sont tout à fait louables, il est néanmoins dommage que leurs ambitions se limitent au centre-ville.

"Vancouver a la vision d’être la Ville la plus Verte au monde d’ici 2020. Pour y parvenir, nous avons défini 10 objectifs de long-terme, chacun associé à une visée pour 2020. Après avoir parlé avec les citoyens et les actionnaires, nous avons créé un premier plan d’action pour atteindre les objectifs fixés." C’est ainsi que commencent toutes les courtes vidéos réalisées par la ville de Vancouver pour présenter ses 10 objectifs de long-terme (voir les vidéos en anglais, http://www.youtube.com/watch?v=8yNV...) qui sont :

1.Une économie verte

2.Etre leader en matière de politique climatique

3.Bâtiments écologiques

4.Réseau de transport écologique

5.Zéro déchet

6.Accès à la nature

7.Empreinte écologique plus faible

8.Eau propre

9.Air propre

10.Nourriture locale

Pendant mon séjour à Vancouver, j’essaie de remettre ces objectifs dans leur contexte pour comprendre les problématiques de chacun d’entre eux. Si vous êtes impatients d’en savoir plus, je vous invite à visiter le site officiel du projet : http://www.talkgreenvancouver.ca/ http://www.talkgreenvancouver.ca/

Deuxième et dernière partie de la séquence transports, voyons ce que la ville compte faire pour développer son réseau de "transports verts". Après avoir été Conseiller Municipal de Vancouver jusqu’en 2002 et avoir travaillé plusieurs années à la Translink (Autorité des Transports du Grand Vancouver), Gordon Price est aujourd’hui, entre autres, Directeur du "City Program" à la Simon Fraser University. Il m’a indiqué les grandes directions qu’est en train de prendre Vancouver en matière de transport avec leurs défauts qui restent à résoudre et les atouts qui doivent être préservés.

Pour faire de la marche, du vélo et des transports collectifs des modes de transport plus attrayants que la voiture, Vancouver Greenest City a deux objectifs chiffrés :
- plus de 50% des déplacements à pied, en vélo ou en transports collectifs d’ici 2020 ;
- réduire la distance des parcours en voiture de 20% par habitant par rapport au niveau de 2007.

Pour y parvenir, la ville veut "réimaginer les rues" : la majorité des actions proposées consistent à réduire l’espace dédié aux voitures et augmenter celui dédié aux transports propres. Rues piétonnes, pistes cyclables ou encore corridors réservés aux bus devraient être de plus en plus nombreux dans les années à venir à Vancouver.

Selon Gordon Price, pour inciter les gens à prendre le vélo, il faut que les pistes cyclables soient "sûres, pratiques et acceptées" et il doit y avoir également "suffisamment de destinations à distance raisonnable pour un cycliste" et enfin des "lieux sûrs pour garer les vélos". La ville a bien pris en compte tous ces aspects pour lesquels plusieurs actions concrètes sont prévues. Et pour que les distances de trajet restent raisonnables, Vancouver travaille toujours pour une certaine densité, notion chère à cette ville (j’espère pouvoir en reparler dans un article prochain).

Si la ville a des objectifs plutôt ambitieux en matière de transports propres, c’est aussi parce que, comme je le disais dans le précédent article, ils ne s’en sortent déjà pas trop mal. En effet, une grande partie des personnes travaillant en centre-ville utilisent déjà les transports collectifs, dont le réseau est efficace. En 2006, 39% des trajets des résidents du centre-ville pour se rendre au travail étaient effectués à pieds contre 36% en voiture, plus de 20% en transports collectifs mais seulement 2,5% en vélo. Ces chiffres progressent dans le bon sens, comme en témoignent les statistiques ci-dessous.

Le souci est que ce réseau n’est que trop peu développé en dehors du centre-ville. En banlieue, tous les bâtiments d’entreprises sont encerclés par les parkings, beaucoup moins chers qu’en centre-ville, et les arrêts de bus ne sont jamais proches. Si l’on reprend les statistiques de 2006 mais qu’on les applique à tous les habitants de Vancouver (et non du simple centre-ville), les trajets domicile-travail effectués en voiture atteignent 57% contre 25% en transports en commun et seulement 12% à pieds. La part de la voiture dépasse les 80% si l’on considère toute l’agglomération de Vancouver (13% pour les transports collectifs). Démonstration est donc faite que les transports en commun ont encore beaucoup de lacunes dans l’agglomération de Vancouver. C’est pour cela que même si l’objectif de "green transportation" de la ville ne concerne que Vancouver, ils se doivent de travailler également avec les autres municipalités de l’agglomération.

Et la voiture électrique dans tout ça ?

L’autre grande direction que souhaite prendre Vancouver est celle des voitures électriques. Ils collaborent donc avec BCHydro, la compagnie énergétique de la province (Colombie-Britannique), pour installer des bornes de rechargement des batteries. Gordon Price a cependant admis que la collaboration avec l’industrie automobile n’était pas simple, ils ne savent pas encore quel sera son comportement. Quant au coût des batteries, principale barrière pour la voiture électrique, je n’ai pas eu de réponse convaincante sur la façon dont ils pourraient le gérer. Ce mode de transport devrait rester relativement coûteux.

Gordon Price défend néanmoins cette direction prise par la ville en soulignant que quelle que soit l’énergie utilisée pour les transports, elle sera toujours en quantité disponible limitée (le lithium pour les batteries, pétrole, gaz...). "Nous devons donc trouver un équilibre entre les différents modes de transport pour ne pas être dépendants à une seule énergie." Mais selon lui, le mode de transport pour lequel l’électrique aura un véritable succès, c’est le vélo. Les vélos électriques devraient être un marché très important avant la fin de la décennie, idéaux pour les personnes âgées ou simplement les personnes qui ne veulent pas transpirer (ainsi que les fainéants que Vancouver n’oublie pas, mixité sociale oblige). La rapidité de son développement dépendra, selon Gordon, de l’évolution du prix du pétrole.

Le paradoxe de Jevons

L’évolution du prix du pétrole peut avoir des conséquences très importantes sur les modes de transport utilisés. Suite aux deux grands chocs pétroliers de 1973 et 1979, les véhicules automobiles sont devenus beaucoup plus économes en énergie. Malheureusement, au fur et à mesure que l’efficacité des moteurs augmentait, ceux-ci devenaient de plus en plus puissants donc faits pour des véhicules de plus en plus lourds et robustes. Les progrès énergétiques étaient donc annulés en même temps que réalisés. Autrement dit, les progrès technologiques qui accroissent l’efficacité avec laquelle on utilise le pétrole tendent à faire augmenter la consommation de cette ressource. Tel est le paradoxe de Jevons. Il faudra donc voir comment se comporte l’industrie automobile américaine (car c’est eux qui développent les véhicules les plus gourmands en énergie) dans les prochaines années.

Mais revenons à nos moutons et sortons de cette parenthèse "cours d’économie par Professeur Price". Avec cet objectif de "green transportation", Vancouver essaie de construire une ville "qui propose aux habitants une qualité de vie très élevée en réduisant la quantité d’énergie qu’ils doivent utiliser", selon les termes de Gordon. Et à mes inquiétudes pour la mixité sociale de la ville (à cause des prix des logements qui sont déjà très élevés), il me répond que "si vous n’avez pas besoin d’acheter de voiture grâce à l’excellent réseau de transport, c’est de l’argent que vous pouvez économiser pour louer un appartement en centre-ville". Pas sûr que le raisonnement convainque tout le monde. Mais peu importe, Vancouver prend le chemin des "transports propres" et nous ne pouvons que les supporter et les féliciter.

A bientôt, Visez l’green, Ben

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS
publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité